Insécurité et délinquance

Vols de voitures, cambriolages, violences physiques crapuleuses : l'insécurité est devenue un thème de la campagne électorale en Pays de Thau, au point que certains candidats en oublient tous les autres sujets importants comme l’économie, l’environnement et plus encore l’emploi quand le taux de chômage dépasse les 20% de la population active dans certaines villes du bassin. 

La sécurité est bien sûr un problème sérieux et il convient de le prendre en compte. Mais hélas, ce ne sont pas quelques mesures simplistes comme l’installation de caméras qui permettront de résoudre un problème aussi complexe. Agde, ville pionnière en matière de vidéosurveillance, reste malgré tout une ville où la délinquance est une des plus élevée de France.

Si le sentiment d’insécurité se généralise ce n’est pas uniquement à cause de cette délinquance ordinaire. Celle-ci n’est pas nouvelle. Au plan historique, on peut même affirmer que nous vivons aujourd’hui dans une société parmi les plus sûres qui aient existé depuis des siècles.

Le sentiment d’insécurité est beaucoup plus global. On craint de perdre son emploi ou de ne pas en trouver un, on craint de ne plus pouvoir toucher une retraite décente dans ses vieux jours, on craint de ne plus pouvoir se soigner en cas de maladie. Beaucoup aujourd’hui craignent de connaître le sort des ouvriers du 19ème siècle livrés aux lois du marché sans aucune protection sociale. Ils craignent d’être les victimes des grandes mutations du monde et du libéralisme triomphant.

Dans ce contexte d’insécurité globale, la lutte contre la délinquance doit aussi être globale. Lutter contre la petite délinquance ne suffit pas. Il faut aussi lutter contre la vraie grande délinquance, la délinquance financière, celle de la corruption, celle des abus de biens sociaux, celle du blanchiment de l’argent sale, celle de la fraude fiscale à grande échelle.

Cette grande délinquance financière se chiffre en centaines de milliards d’euros. Récupérer cet argent volé à la société devrait être une priorité de nos élites politiques si elles veulent réellement obtenir les moyens pour préserver la cohésion sociale et combattre l’insécurité avec les seules armes efficaces à long terme : l’éducation, l’économie et l’emploi

Jacques Carles

Insécurité en Pays de Thau : » voir les chiffres officiels

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations