Les Musées souffrent

Les récentes restrictions budgétaires décidées par le gouvernement ont des conséquences fâcheuses dans beaucoup de domaines. On des secteurs les plus touchés est celui de l’administration des 200 Musée français. Au Ministère de la Culture, on étudie des mesures pour sauver l’équilibre financier des établissements. L’une d’elle consisterait à ouvrir tous les Musées sept jours sur sept. Une autre est d’inciter les conservateurs (le plus souvent conservatrices…) à vendre des produits dérivés ( livres, CD, reproductions, etc) afin d’augmenter les recettes.
A Sète, toutes ces mesures sont déjà appliquées par Maïté Valles-Bled qui n’a pas attendu son ministre pour élargir les revenus du Musée Paul Valéry. Lequel est en train de battre tous ses records d’affluence grâce à l’exposition Miro…
Mais ce sont les petits Musées, tels celui de Frontignan et ceux d’Agde qui risquent d’être de plus en plus à la charge des municipalités.
Seul élément positif de cette conjoncture : la forte tendance du public à s’interesser aux expositions. A coté du triomphe sétois de Miro, on notera que les expos de Robert Combas à Montpellier ont déjà accueilli plus de 45 000 visiteurs et que le Musée Soulages à Rodez fait le plein. Tiens, encore deux sétois…

Bernard Barraillé