Les Musées souffrent

Les récentes restrictions budgétaires décidées par le gouvernement ont des conséquences fâcheuses dans beaucoup de domaines. On des secteurs les plus touchés est celui de l’administration des 200 Musée français. Au Ministère de la Culture, on étudie des mesures pour sauver l’équilibre financier des établissements. L’une d’elle consisterait à ouvrir tous les Musées sept jours sur sept. Une autre est d’inciter les conservateurs (le plus souvent conservatrices…) à vendre des produits dérivés ( livres, CD, reproductions, etc) afin d’augmenter les recettes.
A Sète, toutes ces mesures sont déjà appliquées par Maïté Valles-Bled qui n’a pas attendu son ministre pour élargir les revenus du Musée Paul Valéry. Lequel est en train de battre tous ses records d’affluence grâce à l’exposition Miro…
Mais ce sont les petits Musées, tels celui de Frontignan et ceux d’Agde qui risquent d’être de plus en plus à la charge des municipalités.
Seul élément positif de cette conjoncture : la forte tendance du public à s’interesser aux expositions. A coté du triomphe sétois de Miro, on notera que les expos de Robert Combas à Montpellier ont déjà accueilli plus de 45 000 visiteurs et que le Musée Soulages à Rodez fait le plein. Tiens, encore deux sétois…

Bernard Barraillé

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations