Education

Publication des résultats aux examens - session 2020

Baccalauréat général et technologique

Les candidats peuvent consulter gratuitement leurs résultats sur le site internet de l'académie. Les résultats s'affichent sous forme d'une liste des seuls admis. Les candidats ont également la possibilité de consulter leurs notes : l'accès se fait par le numéro d'inscription et la date de naissance.

Premier groupe
Résultats le mardi 7 juillet 2020 à partir de 10h
Deuxième groupe
Résultats le vendredi 10 juillet 2020 à l'issue de la délibération

Baccalauréat professionnel

Résultats le mardi 7 juillet 2020 à partir de 10h

Épreuve de contrôle

Résultats le vendredi 10 juillet 2020 à partir de 16h




Certificat d'Aptitude Professionnelle (CAP)

Résultats à partir du vendredi 10 juillet 2020 à partir à de 10h

Brevet d'Enseignement Professionnel (BEP)

Résultats à partir du vendredi 10 juillet 2020 à partir à de 10h

Mention Complémentaire (Niveau IV et V)

Résultats à partir du vendredi 10 juillet 2020 à partir à de 10h

Brevet Professionnel (BP)

Résultats à partir du vendredi 10 juillet 2020 à partir à de 10h

Brevet de Technicien Supérieur (BTS)

résultats à partir du mercredi 1er juillet à partir de 12h ou de 18h selon les spécialités

Rectorat de l'académie de Montpellier -

Le Comité national de suivi de l’École inclusive s'est réuni le mardi 30 juin 2020.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, ont évoqué une rentrée 2020 sous le signe de l’appui aux familles, du renforcement des moyens au sein de l’école et d’une collaboration accrue avec le secteur médico-social.

Communiqué du Ministère de l'Education Nationale :

 

Avec l’engagement du grand service public de l’École inclusive, la rentrée 2019 a porté de premières étapes importantes pour l’amélioration de la scolarisation des enfants handicapés, qui sont 60 000 de plus depuis 2017 à avoir franchi les portes de l’école. Cette ambition a été réaffirmée par le président de la République lors de la Conférence nationale du handicap du 11 février dernier.

Alors que la crise sanitaire a conduit à un contexte inédit de préparation de la rentrée scolaire 2020, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées amplifient encore les efforts et les moyens au service des parcours scolaires et d’apprentissage des enfants, avec l’objectif d’en mesurer parallèlement la qualité et l’efficacité.

Des élèves en situation de handicap accompagnés dans le contexte de crise

Une continuité pédagogique assurée pendant le confinement

Durant la période de confinement, les services départementaux de l’École inclusive et les équipes pédagogiques ont mobilisé des moyens pour permettre la continuité pédagogique au bénéfice des enfants en situation de handicap :     

  • La plateforme Ma Classe à la maison développée par le CNED a permis aux enseignants de créer des classes virtuelles avec leurs élèves
  • Les élèves ne disposant des outils numériques adéquats ou dont les situations de handicap ne leur permettaient pas d’utiliser ces outils ont bénéficié du partenariat noué entre le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et La Poste qui a permis l’acheminement des devoirs par courrier postal grâce au dispositif Devoirs à la maison
  • Pour faciliter la mise en œuvre des adaptations pédagogiques à domicile, un ensemble d’initiatives pédagogiques locales et de nombreuses ressources en accès libre ont été diffusées sur les sites nationaux (Éduscol, Cap école inclusive), académiques, institutionnels (Inshea) ou partenariaux (associations)

Afin de faciliter les démarches pour les familles et favoriser la fluidité des parcours jusqu’à la fin de l’année scolaire et pour la rentrée 2020 :

  • les équipes de suivi de scolarisation ont été maintenues à distance
  • les dossiers prioritaires ont été traités grâce à un lien renforcé avec les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
  • des mesures ont été prises par le gouvernement, via ordonnance, pour faciliter la reconduction automatique des droits

Des élèves en situation de handicap prioritaires dans le cadre du déconfinement

Dans le cadre du déconfinement, le retour à l’école des élèves en situation de handicap a été mis en œuvre de manière prioritaire. La scolarisation de ces élèves en présentiel a reposé sur le libre choix des familles grâce au maintien des dispositifs de continuité pédagogique. Le rôle des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) a été renforcé au service de la protection sanitaire des élèves en situation de handicap : ils ont veillé à la bonne application des protocoles sanitaires de réouverture des écoles et établissements scolaires. Ces documents ont été adaptés pour prendre en compte les besoins éducatifs particuliers des élèves.

Extrait du protocole sanitaire – Guide relatif à la réouverture et au fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires paru le 11 mai 2020

Les élèves

Le jour de la rentrée, les élèves bénéficient d’une information pratique sur la distanciation physique, les gestes barrières dont l’hygiène des mains. Celle-ci est adaptée à l’âge des élèves (création graphique, vidéo explicative, chanson, représentation de la distance d’un mètre, etc.). Cette sensibilisation est répétée autant que nécessaire, pour que la mise en œuvre de ces prescriptions devienne un rituel. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse fournit des kits de communication adaptés à cet effet. Le personnel médical de l’éducation nationale apporte également son appui à ces actions de sensibilisation.

Une attention particulière doit être apportée aux élèves en situation de handicap pour leur permettre, en fonction de leur âge, de réaliser les gestes barrières et de distanciation par une pédagogie, des supports ou le cas échéant un accompagnement adaptés.

Les difficultés de reprise de l’école, quand elles se sont manifestées, ont été traitées individuellement par la cellule de crise nationale : 95% des situations signalées ont été résolues sous deux jours.

Une rentrée 2020 sous le signe de l’appui aux familles, du renforcement des moyens au sein de l’école et d’une collaboration accrue avec le secteur spécialisé médico-social

Un appui renforcé aux familles en amont de la rentrée

Soutenir et accompagner les familles

Dans chaque inspection académique, une cellule d’écoute et de réponse du service départemental École inclusive est mise en place en complément de la cellule nationale Aide handicap École, pour davantage de proximité dans les réponses. Ces cellules locales ont deux objectifs :

  • d'une part, informer les familles sur les dispositifs existants et sur le fonctionnement du service public de l'École inclusive ;
  • d'autre part, répondre aux familles sur le dossier de leur(s) enfant(s) avec un objectif affiché de réponse aux demandeurs dans les 24 heures suivant l'appel.

À compter du 1er juillet, un numéro vert unique permet de joindre, grâce à un serveur interactif et selon le besoin, soit la cellule départementale, soit la cellule nationale Aide handicap École. Il s’agit du 0 805 805 110.

Ce numéro vert, plus facilement identifiable par les familles, sera ouvert pendant tout l’été, pour sécuriser les parents en amont de la rentrée scolaire. Il s’agit là d’une évolution importante par rapport à la rentrée précédente, avec un système à la fois plus lisible et désormais activable pendant la période estivale.

Des réponses immédiates pourront être apportées aux familles. Si les réponses nécessitent une recherche ou une prise d’information plus précise auprès de personnes qui connaissent la situation de l’élève, les familles seront alors rappelées.

Le numéro de la cellule Aide Handicap École reste actif via le 0 800 730 123 dans la mesure où ce numéro vert est accessible aux personnes malentendantes.

Proposer une solution de scolarisation pour chaque élève en situation de handicap

L'orientation et l’affectation sont des enjeux majeurs pour chaque jeune, et sont directement liées à l'objectif de réussite et d'insertion sociale et professionnelle.

C'est la raison pour laquelle, dès la rentrée 2020, une attention particulière est portée à la recherche d’une solution d’affectation adaptée, partagée avec les professionnels du médico-social, pour tous les élèves en situation de handicap. Ceci se traduit par une organisation dédiée, de façon à anticiper les difficultés, et à améliorer et accélérer les réponses en lien avec les familles elles-mêmes.

À cet effet, une commission d'affectation spécifique réunissant les acteurs de la scolarisation et leurs partenaires est mise en place dans chaque département :

  • une cellule de veille repère, en amont de la rentrée, les élèves qui pourraient être sans affectation, quelles qu’en soient les raisons, qu’ils relèvent d’écoles et établissements scolaires, publics et privés, ou d’établissements médico-sociaux ;
  • une solution de scolarisation partenariale, au plus près des besoins éducatifs particuliers de leur enfant, est proposée à la famille.

Cette mise en complémentarité et en cohérence des différents acteurs, selon les ressources et spécificités locales, est au service du parcours de formation des élèves en situation de handicap, et vise à organiser de façon plus coopérative et plus en amont les réponses aux familles.

Simplifier l’accès aux droits notifiés par la MDPH

Afin d’assurer la rentrée scolaire dans de bonnes conditions malgré la crise sanitaire, l’accès aux droits en appui de la scolarisation (AESH par exemple) est simplifié.

Les orientations scolaires et les prestations associées arrivant à échéance d’ici au 31 août (hors changement d’orientation), et pour lesquelles les MDPH n’ont pas pris de décision avant le 31 juillet, sont reconduites automatiquement et pour toute l’année scolaire.

Cette simplification complète la prorogation de 6 mois des droits arrivés à échéance pendant la crise sanitaire, entre le 12 mars et le 31 juillet 2020.

Les équipes académiques et des MDPH étudient ainsi en priorité les nouvelles demandes et les affectations pour changement d’orientation sans discontinuité.

Ces mesures s’ajoutent à l’ouverture des droits par cycle scolaire ou l’attribution de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)  jusqu’aux 20 ans de l’élève si le handicap > 80% est définitif.

Mettre à disposition des familles des adaptations pédagogiques en libre accès

Pendant la période du confinement, les inspections académiques et les rectorats se sont fortement mobilisés pour mettre à disposition des familles de nombreuses ressources pédagogiques.

Une page spécifique pour les élèves à besoins éducatifs particuliers a été mise en ligne sur éduscol et est actualisée régulièrement.

La plateforme CAP école inclusive est ouverte à tous et offre de nombreuses fiches pédagogiques, des films, des podcasts et des liens pour aider à adapter la pédagogie pour les élèves à besoins éducatifs particuliers.

Permettre aux familles de mieux suivre les progrès de leur enfant

Afin de donner aux familles un accès facilité aux adaptations pédagogiques mises en place pour leur enfant dès l’expression de ses besoins, un livret de parcours inclusif dématérialisé (LPI) est créé. Cette nouvelle application, élaborée conjointement avec la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), permettra aux enseignants, avec plus de facilité et d’automaticité, de sélectionner ou de créer des adaptations pédagogiques qu’ils mettront ensuite en œuvre dans la classe.

À cette fin, une expérimentation est programmée sur sept départements à la rentrée 2020, avant généralisation à l’ensemble des académies au 1er janvier 2021.

Les enseignants pourront imprimer le volet du livret qui répond aux besoins de l’élève et le remettre à la famille en main propre. À compter de la rentrée scolaire 2021, les familles pourront le consulter directement en ligne.

Le livret de parcours inclusif sera révisable et pourra évoluer à tout moment à l’occasion du dialogue instauré entre les parents et responsables légaux, ainsi que l’équipe pédagogique.

Dans la perspective 2021, le travail s’organise en outre pour engager l’élargissement aux enfants de 7 à 12 ans des forfaits de bilan et d’intervention précoce, sans reste à charge pour les familles, en cours de déploiement chez les petits. En appui des communautés éducatives, cette organisation doit notamment permettre de mieux repérer les enfants présentant des troubles de l’apprentissage, ainsi que de les accompagner plus rapidement, de façon à éviter les échecs ou ruptures avec le système scolaire.

Des moyens supplémentaires mobilisés pour le déploiement du service public de l’École inclusive

Le recrutement de 8 000 nouveaux postes d’AESH

Face à l’augmentation des besoins et pour répondre à la volonté présidentielle d’une rentrée sans aucun enfant en attente d’un accompagnant, 4 000 nouveaux recrutements d’équivalents temps plein d’AESH ont été décidés pour la rentrée 2020, ce qui porte à 8 000 le total des créations d’emplois d’accompagnants au 1er septembre prochain. Ces moyens, qui s’ajoutent donc à ceux de la loi de Finances, ont été délégués aux académies afin d’anticiper le recrutement des AESH en amont de la rentrée scolaire.

Ces recrutements s’appuient sur un nouveau guide des ressources humaines précisant le cadre et les conditions d’emploi des AESH. Des AESH référents sont désignés dans chaque département dès la rentrée scolaire 2020.

350 nouvelles unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) créées

 

Poursuivre sur https://webmail1d.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_

Appel à projets "Label Écoles numériques 2020"

L'appel à projet "Écoles numériques innovantes et ruralité" (ENIR) a été élargi à travers l’appel à projets "Label Écoles numériques 2020". Les dossiers de candidatures sont attendus pour le 15 septembre 2020.

En concertation avec le comité des partenaires, le cahier des charges d’ENIR a été modifié et l’AAP rebaptisé  "Label Écoles numériques 2020". Il introduit l’idée de pouvoir solliciter une labellisation à partir "d’un socle numérique de base" - pour faire suite au rapport de la  Cour des comptes - tout redéfinissant les critères en particulier sur le nombre d’habitants (maximum 3 500 habitants). Publié en janvier 2020, les dossiers de candidatures sont attendus pour le 15 septembre 2020 avec une publication des résultats prévue pour novembre 2020.

Dans le cadre de la politique de développement du numérique pour l’éducation du ministère de l’Éducation nationale et de la stratégie interministérielle pour les ruralités, les collectivités territoriales concernées peuvent répondre à l’appel à projets émis par l’État, au titre des investissements d’avenir, destiné à soutenir le développement de l’innovation numérique pour l’éducation dans les écoles primaires (maternelles et élémentaires) des communes rurales.

Une large place à l’innovation

Dans la liste des dépenses nécessaires à la mise en œuvre et à la réalisation du projet dans sa globalité, la subvention de l’Etat pourra être sollicitée sur tout ou partie du financement :

  • des équipements numériques de la classe (dispositif de visualisation collective par exemple) ;
  • des équipements des élèves avec une solution type classe mobile ;
  • des équipements numériques de l’école (dispositifs de prise de son et d’images, de traitement de l’image, des supports d’apprentissage du code-robots – par exemple) ;
  • des services numériques permettant les échanges entre les enseignants, élèves et parents (ENT, plateformes collaboratives..) ;
  • des services nécessaires au déploiement des usages numériques en classe (réseau wifi de l’école,.) ;
  • des dépenses d’ingénierie et d’accompagnement à la mise en place du projet.

Les écoles ainsi équipées pourront bénéficier gratuitement des ressources numériques pédagogiques proposées par le Ministère de l’éducation nationale dans le cadre du Plan numérique (Banques de ressources numériques pour l’école, Eduthèque).

Une subvention de 1 pour 1

l’État investit 15 millions d’euros, à compter de 2020, dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir pour soutenir les projets pédagogiques innovants utilisant le numérique dans les écoles de territoires ruraux. La subvention de l’état couvre 50% du coût global de « l’action » de l’école. Elle est plafonnée à 7 000 € (avec un minimum fixé à 3000 €).
Le soutien accordé contribue au financement global des moyens nécessaires à la mise en œuvre et à la réalisation de ces projets (réseau wifi de l’école, infrastructures, mise en réseau des écoles, plateformes collaboratives..)

Un soutien aux écoles rurales

Les écoles éligibles sont celles appartenant l’une des collectivités suivantes :

  • Commune métropolitaine de moins de 3 500 habitants n’appartenant pas à une unité urbaine de plus de 10 000 habitants ;
  • EPCI ayant la compétence scolaire comprenant la gestion des écoles primaires dont la commune la plus peuplée n’excède pas 5 000 habitants et dont plus de la moitié des communes membres comptent moins de 3 500 habitants.

 

L’école élémentaire des Baux de Poussan a remporté le 1er prix national du concours « Arts en plastique pour l’Océan »

L’école élémentaire des Baux au travers de la classe de CE2 de Mme Domergue a remporté le 1er prix national du concours « Arts en plastique pour l’Océan » organisé par la fondation de le mer et le ministère de l’Education Nationale.

mero

1er Prix Ecole Primaire
Ecole élémentaire les Baux à Poussant (Hérault)

Bravo à tous !

Message de Jean-Michel Blanquer
Ministre de l’Education nationale et de la jeunesse

 

Message de Sabine Roux de Bezieux
Présidente de la Fondation de la Mer

Bac 2021 : les épreuves de contrôle continu vont être "simplifiées"

Le ministère de l'Education nationale souhaite "plus de souplesse" dans l'organisation de ces épreuves, anciennement appelées E3C, qui compteront pour 30% de la note finale du bac.

Les épreuves de contrôle continu du nouveau bac, désormais appelées "évaluations communes", vont être "simplifiées" dès la rentrée prochaine, a indiqué le ministère de l'Education nationale, mercredi 1er juillet. Après une réunion mardi du comité de suivi du nouveau bac, la rue de Grenelle a annoncé "plus de souplesse dans l'organisation" de ces épreuves, avec notamment des "commissions d'harmonisation n'ayant plus lieu après chaque session mais respectivement en fin d'année de première et de terminale".

Par ailleurs, le calendrier des épreuves de contrôle continu sera désormais fixé par chaque chef d'établissement "après consultation du conseil pédagogique et délibération du conseil d'administration". Ces épreuves, anciennement appelées E3C, qui compteront pour 30% de la note finale du bac, étaient initialement réparties en trois sessions sur les années de première et terminal. Depuis leur lancement le 20 janvier, elles ont été perturbées dans de nombreux établissements, notamment à Paris, par des opposants à la réforme.

Pour en savoir plus : https://www.francetvinfo.fr/societe/education/reforme-du-bac/bac-2021-les-epreuves-de-controle-continu-vont-etre-

 

Vous avez encore 1 semaine pour effectuer vos demandes de Bourse Lycée

Les aides financières au lycéeParents d’élèves de l’Académie de Montpellier, vous avez encore 1 semaine pour effectuer vos demandes de Bourse Lycée.
Pour connaître vos droits, rendez-vous sur le simulateur de bourse :

L'allocation de rentrée scolaire

Pour la rentrée 2020, le montant de l'allocation de rentrée scolaire est de 403,88 € par enfant de 15 à 18 ans.

Vos ressources de l’année 2018 ne doivent pas dépasser :

  • 25 093 € pour un enfant,
  • 30 884 € pour deux enfants,
  • 36 675 € pour trois enfants,
  • 5 791 € par enfant supplémentaire.

L'allocation de rentrée scolaire est versée directement par les caisses d'allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA).

Consulter le dossier sur l'allocation de rentrée scolaire 2020 sur le site de la CAF ou de la MSA.

Les bourses de lycée

Les bourses de lycée sont attribuées aux élèves scolarisés en lycée et en établissements régionaux d'enseignement adapté (EREA).

Elles se déclinent en 6 échelons, en fonction des ressources de la ou des personnes assumant la charge de l’élève et du nombre d’enfants à charge. Pour l'année 2020-2021, le montant annuel de la bourse varie entre 441 euros pour le premier échelon et 933 euros pour le sixième échelon. Ce montant de bourse est versé en trois fois (à chaque trimestre). 

Simulateur de bourse au lycée pour l'année scolaire 2020-2021

Le simulateur de bourse au lycée permet de savoir si votre foyer peut bénéficier d'une bourse scolaire à la rentrée 2020. Il vous permet d'obtenir une estimation personnalisée de son montant pour chaque enfant scolarisé au lycée.

Les montants et barèmes utilisés sont ceux prévus pour la rentrée 2020. En cas de concubinage, vous devez saisir la somme des revenus des deux concubins.

Vous devez vous munir de votre déclaration automatique des revenus 2019 ou de votre avis de situation déclarative sur les revenus 2019.

Accéder au simulateur de bourse au lycée

Calendrier et formulaires pour l'année scolaire 2020-2021

La campagne des demandes de bourse de lycée pour l’année scolaire 2020-2021 est ouverte et se termine le jeudi 15 octobre 2020.

Elle se déroulera en deux périodes  : 

  • Première période : jusqu'au 7 juillet 2020 (uniquement par une demande papier)
  • Deuxième période : du 1er septembre au 15 octobre 2020 (demande en ligne ou papier)

Le formulaire-papier de demande de bourse est disponible en téléchargement :

Le formulaire de demande de bourse de lycée 2020-2021

La notice 

La demande de bourse de lycée sera accessible en ligne uniquement pour la deuxième période (rentrée 2020), le lien vers le téléservice sera communiqué à la rentrée de septembre.

Des primes complémentaires à la bourse sont allouées selon la scolarité du boursier 

Prime d'équipement

D'un montant de 341,71 euros, elle est versée en une seule fois avec le premier trimestre de la bourse aux élèves de première année de certaines spécialités de CAP, de bac professionnel, de bac technologique ou de brevet de technicien. Cette prime est attribuée automatiquement en fonction de la spécialité de formation.

Prime à l'internat

Cette prime est accordée à tous les élèves boursiers nationaux scolarisés en internat.
La prime à l'internat d'un montant forfaitaire annuel de 258 euros est strictement liée au statut d'élève boursier.
Les familles n'ont pas de demande à remplir, cette prime est attribuée automatiquement aux élèves boursiers internes. Elle est soumise aux mêmes règles de gestion que les bourses. La prime est versée en trois fois par déduction sur la facture des frais de pension.

La bourse pour les 16-18 ans qui reprennent leurs études

Les jeunes de 16 à 18 ans qui ont abandonné leur formation et reprennent des études à finalité professionnelle peuvent bénéficier d'une prime de reprise d'études, complément de la bourse de lycée.

Cette prime peut être attribuée aux jeunes qui :

  • reprennent leurs études après une interruption de scolarité d'au moins cinq mois
  • ont droit à une bourse nationale de lycée au moment de leur reprise d'études

Cette prime, d'un montant de 600 euros, s'ajoute à la bourse de lycée. Au total, le montant annuel versé est au moins de 1000 euros par an.

Elle est versée en trois fois, en même temps que la bourse.

Une démarche en trois temps

1 - S'inscrire dans un lycée pour reprendre une formation

2 - Se renseigner sur le droit à bourse auprès du secrétariat de l'établissement d'accueil

3 - Faire sa demande de bourse: une fiche renseignée par l'établissement d'accueil complètera la demande de bourse.

La bourse au mérite

C'est un dispositif destiné à compléter l'attribution d'une bourse de lycée. Les élèves boursiers ayant obtenu une mention Bien ou Très bien au diplôme national du brevet se voient attribuer automatiquement la bourse au mérite.

Ce complément est versé pendant toute la scolarité jusqu'à la fin du cycle conduisant au baccalauréat afin de les aider dans la poursuite de leurs études.

Le montant annuel de la bourse au mérite, complément de la bourse de lycée, varie en fonction de l’échelon de la bourse, de 402 euros (1er échelon) à 1 002 euros (6e échelon). La bourse au mérite est versée en trois fois en même temps que la bourse de lycée.

Les fonds sociaux

Le fonds social lycéen

Dans les lycées publics, un fonds social lycéen permet d'apporter une aide exceptionnelle à un élève pour faire face à des dépenses de vie scolaire et de scolarité. Ces aides sont accordées par les chefs d'établissement, après avis de la commission présidée par lui et constituée par des membres de la communauté éducative, des délégués d'élèves et de parents d'élèves.

Le fonds social pour les cantines

Ce fonds doit permettre aux élèves (collégiens, lycéens et élèves de l'enseignement spécialisé du second degré), issus de milieux défavorisés, de fréquenter la cantine de leur établissement.

Le chef d'établissement prend au cours de l'année scolaire l'avis du conseil d'administration sur les critères et les modalités à retenir pour l'attribution de l'aide qui sera déduite du montant de la demi-pension.

Tous renseignements utiles, tant en matière de bourses que de fonds sociaux, seront fournis par le secrétariat de l'établissement fréquenté par l'élève.

 

Pour approfondir, vous pouvez consulter le site des allocations familiales.

Textes de références 


Modification du montant de chaque échelon de la bourse nationale de lycée et création de la prime de reprise d’études
Décret du 19 aoûtt 2016 modifiant l’article D. 531-29  du code de l’éducation – JO du 21 août 2016

Prime allouée aux élèves boursiers reprenant une formation sous statut scolaire après une période d’interruption de leur scolarité
Arrêté du 19 août 2016  - JO du 21 août 2016

Code l’éducation –Section Bourses de lycée
Article R 531-18 à D 531-44

Modalités de détermination des plafonds de ressources ouvrant droit à  l’attribution d’une bourse nationale d'études du second degré de lycée et mode de revalorisation
arrêté du 22 mars 2016 - JO du 1 avril 2016

Montant de la bourse au mérite à compter de l’année scolaire 2016-2017
arrêté du 22 mars 2016 - JO du 1 avril 2016

Montant de la prime à l’internat à compter de l’année scolaire 2016-2017
arrêté du 22 mars 2016 - JO du 1 avril 2016

Droit à l'erreur

Durant la campagne annuelle de bourse de lycée, et conformément à la loi ESSOC n°2018-727 du 10 août 2018, en cas d’erreur commise lors de votre demande de bourse, vous avez la possibilité de régulariser votre erreur de votre propre initiative ou dans le délai requis après y avoir été invité par l’administration concernée.

Par exemple : vous avez oublié de mentionner un changement de situation (nombre d’enfants à charge, situation de concubinage etc.) ? Vous avez désormais droit à l’erreur, dans les délais prescrits par l’administration. Vous pouvez vous rapprocher de l’établissement de votre enfant pour signaler l’erreur et régulariser votre situation.

En cas d’erreur dans vos déclarations auprès des services de la CAF ou des services fiscaux, rapprochez-vous de ces organismes afin de régulariser votre situation et transmettre en complément de votre demande de bourse de nouveaux justificatifs.

Attention : Le droit à l’erreur n’est pas un droit au retard : les retards ou omissions de déclaration dans les délais prescrits n’entrent pas dans son champ d’application.

Le point d'étape Parcoursup est prévu du 29 juin au 1er juillet

Aucune description de photo disponible.Le point d'étape Parcoursup est prévu du 29 juin au 1er juillet inclus pour faire le point sur votre dossier.
Il est obligatoire pour tous les candidats qui ont des vœux en attente (avec ou sans proposition d'admission acceptée).
Vous n'êtes pas concerné si :
- vous avez accepté définitivement une proposition d’admission
- vous avez activé le répondeur automatique
 Il n'est pas nécessaire de confirmer les vœux en attente en apprentissage et en phase complémentaire.

Lycée Cestac La Gardiole : Portes ouvertes

En cette période post-confinement, les décisions d'orientation peuvent être difficiles à prendre sereinement et dans les délais impartis.
C'est pourquoi le Lycée Cestac La Gardiole vous propose une nouvelle après-midi portes ouvertes
Vendredi 3 Juillet de 14h à 20h
 
Les inscriptions sont encore possibles après l'affectation afflenet en CAP et Bac Pro.
Il reste quelques places disponibles en filière 4ème et 3ème agricole avec une pédagogie adaptée pour les élèves dys ou en difficulté scolaire.
 
N'hésitez pas venir nous rencontrer, toute l'équipe du lycée sera présente pour répondre à vos questions !L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte