Education

Mesures contre la violence à l'école

La présence de policiers dans certains cas

 AFP

Pour lutter contre la violence à l'école, le gouvernement a promis vendredi un arsenal de mesures sécuritaires, n'excluant pas de faire entrer les forces de l'ordre au sein des établissements scolaires lors de "moments de tension".

Les ministres de l'Education, Jean-Michel Blanquer, de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de la Justice, Nicole Belloubet, ont réuni vendredi matin un "comité stratégique" afin de mettre en œuvre un plan d'actions, demandé par Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat avait exigé des "mesures" après la publication d'une vidéo, au cours du week-end dernier, d'un élève menaçant son enseignante avec un pistolet factice dans un lycée de Créteil (Val-de-Marne), un incident qui a suscité l'indignation tout au long de la semaine.

En savoir plus : https://www.afp.com/fr/infos/334/

Prochaines étapes de la réforme éducative

Le Gouvernement a présenté une communication relative aux prochaines étapes de la réforme éducative en Conseil des ministres, le 24 octobre 2018.

 

"Une loi pour l’école de la confiance"

Le projet de loi pour l’école de la confiance prévoit en particulier l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans, concrétisant ainsi un engagement du Président de la République. Cet abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire viendra consacrer la place de l’école maternelle dans le système éducatif français et contribuera aussi à la justice sociale en luttant contre la première des inégalités : celle devant le langage.

La loi pour l’école de la confiance porte aussi des dispositions qui devraient permettre d’innover pour s’adapter aux besoins des territoires, d’améliorer la politique de ressources humaines de l’éducation nationale, de simplifier le système éducatif et de renforcer son efficacité.

Le projet de loi engage notamment l’évolution de la formation des professeurs. Dans ce cadre, une attention particulière est portée à l’attractivité et aux conditions d’entrée dans le métier, avec la mise en place d’un parcours de pré-recrutement qui confiera des missions éducatives puis d’enseignement à des étudiants intéressés par le métier de professeur. Concrètement, l’éducation nationale proposera dès la 2e année de licence à des étudiants issus de milieu défavorisé la possibilité de préparer les concours d’enseignement dans des conditions optimales.

"Leviers de transformation"

Pour consolider un grand service public de l’éducation au XXIe siècle, l’éducation nationale s’appuie sur plusieurs leviers de transformation, présentés notamment dans le cadre du processus de transformation "Action publique 2022".

Pour cela, l’éducation nationale développe une véritable culture de l’évaluation. À côté des évaluations internationales et des évaluations des acquis des élèves, le projet de loi pour l’école de la confiance prévoit la création d’une instance nationale d’évaluation des établissements scolaires, dans une logique d’audit portant aussi bien sur les enjeux de ressources humaines, budgétaire et pédagogique que sur la sécurité, le climat et la qualité de la vie scolaire.

Pour atteindre les objectifs fixés, le levier des ressources humaines est essentiel. Dans ce domaine, il s’agit de passer d’une gestion statutaire de masse à une logique de personnalisation, de responsabilisation et de valorisation des parcours des professeurs. Cela se traduit par l’expérimentation d’une politique de ressources humaines de proximité dans la moitié des académies à la rentrée 2018. Cela se traduira aussi par l’augmentation significative des postes à profil, pour lesquels le recrutement est confié au chef d’établissement.

Une autre condition de transformation est l’évolution de la relation aux territoires pour apporter des réponses mieux adaptées aux besoins des élèves et de leurs familles. La carte territoriale de l’éducation nationale évolue pour aboutir, au 1er janvier 2020, à 13 académies métropolitaines qui auront le même périmètre territorial que les régions. Le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse proposera en outre, au printemps 2019, une nouvelle approche de l’allocation des moyens pour mieux répondre aux défis des territoires, dans l’éducation prioritaire comme en milieu rural.

Source : Gouvernement.fr

Premiers résultats des évaluations nationales des acquis des élèves de CP et de CE1

 Apprenti, École, Garçon, Dessin, Vue

La maîtrise des savoirs fondamentaux par tous les élèves de l'école primaire est une priorité absolue. Alors que la difficulté scolaire est souvent le reflet d'inégalités sociales, elle demande une réponse vigoureuse de l'ensemble des acteurs de l'éducation et au-delà de la société tout entière, dans un esprit d'élévation générale du niveau des élèves et de justice sociale.

Les évaluations nationales des acquis des élèves de CP et de CE1, qui se sont déroulées en classes entre le 17 septembre et le 28 septembre, participent de cette ambition de lutte contre la difficulté scolaire.

Élaborées de manière rigoureuse par l'Éducation nationale, avec l'appui du Conseil scientifique de l'éducation nationale, testées auprès de plus de 12 000 élèves et de leurs enseignants, elles ont permis à tous les élèves de bénéficier des mêmes exercices fondés sur des critères transparents et objectifs. C'est l'égalité entre les élèves qui s'en trouve ainsi renforcée.

Jusqu'au 14 octobre, les professeurs ont renseigné les réponses de leurs élèves, ce qui leur a permis d'accéder à un profil précis des compétences de chacun d'entre eux, nécessaires pour un bon apprentissage de la lecture et des mathématiques.

Les premiers résultats bruts, fondés sur l'analyse à la fois d'un échantillon représentatif, mais aussi sur les évaluations saisies à la date du 4 octobre, soit 75 % du total, font en particulier apparaître les difficultés rencontrées en matière de maîtrise de la langue ou de mathématiques.

Ainsi, en début de CP, 23 % des élèves ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu'elles produisent. En revanche, seuls 8 % ont des difficultés à reconnaître les nombres dictés.
En début de CE1, 30 % des élèves lisent moins de 30 mots par minute, alors que l'objectif national est de 50 mots. De même, 49 % d'entre eux ont des difficultés pour effectuer des additions et des soustractions et 57 % ont des soucis pour résoudre des problèmes.

Ces premiers résultats concordent avec les données issues des enquêtes internationales comme PISA, PIRLS ou Timss.

Les évaluations nationales de CP et de CE1 permettent en revanche d'identifier les difficultés scolaires avant qu'elles ne s'enracinent. Elles constituent donc une aide pour les professeurs et un levier pour faire progresser les élèves.

Le ministre de l'Éducation nationale précisait : "ces tests sont représentatifs du niveau réel des élèves. "Ces tests ont été conçus par les meilleurs spécialistes des différents domaines et de manière scientifique. Ils n'ont pas été créés pour faire échouer les élèves, mais dans un esprit de bienveillance".

Ainsi, les professeurs vont désormais pouvoir restituer les résultats à chaque famille de manière individuelle et mettre en place des stratégies d'accompagnement pour répondre à l'ensemble des besoins identifiés.

Pour cela, les professeurs peuvent s'appuyer sur les ressources spécifiques mises en ligne sur le site Eduscol pour faire progresser les élèves dans chacune des compétences visées. Ces ressources s'enrichiront chaque trimestre grâce aux retours des professeurs.

La Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du ministère publiera en janvier prochain une analyse approfondie des résultats de ces évaluations.

C'est en identifiant au plus tôt les leviers de réussite des élèves que l'on pourra éviter ce qui est constaté souvent tard au travers des évaluations internationales. Les évaluations sont donc un outil décisif au service de la réussite des élèves.
 
 

En savoir plus
Page à consulter

L'évaluation des acquis des élèves du CP au lycée

  • L'évaluation des élèves : trois objectifs
  • Les évaluations des acquis des élèves par niveau
  • Des aides pour les enseignants
  • Le calendrier des évaluations nationales
  • Les évaluations nationales des élèves sont conçues pour garantir la protection des données personnelles des élèves

L'évaluation des acquis des élèves du CP au lycée

Éducation à la sexualité dans les établissements scolaires

 portail éducation sexualité

Le portail Éducation à la sexualité propose de nombreuses ressources pour aborder la sexualité et ses enjeux, ses acteurs, les parcours éducatifs dédiés, etc.

Retrouvez le portail Éducation à la sexualité sur Éduscol

Des numéros à votre écoute

Allô Enfance en danger : 119

Fil-Santé-Jeunes : 0 800 235 236

Sida Info Service : 0 800 840 800

Net Écoute : 0800 200 000

Contribuant à préparer les élèves à leur vie d'adulte, l'éducation à la sexualité se fonde sur les valeurs d’égalité, de tolérance, de respect de soi et d'autrui. Elle veille à garantir le respect des consciences, du droit à l'intimité et de la vie privée de chacun.

L'apprentissage d'un comportement responsable

L'éducation à la sexualité en milieu scolaire contribue à l'apprentissage d'un comportement responsable, dans le respect de soi et des autres.

L'éducation à la sexualité est une démarche éducative qui vise à :

  • apporter aux élèves des informations objectives et des connaissances scientifiques
  • identifier les différentes dimensions de la sexualité : biologique, affective, culturelle, éthique, sociale, juridique
  • développer l'exercice de l'esprit critique
  • favoriser des comportements responsables individuels et collectifs (prévention, protection de soi et des autres)
  • faire connaître les ressources spécifiques d'information, d'aide et de soutien dans et à l'extérieur de l'établissement

Consulter le document sur les trois champs de connaissances et de compétences à l'éducation à la sexualité

Cette démarche s'inscrit dans la politique nationale :

  • de prévention et de réduction des risques : grossesses précoces non désirées, mariages forcés, infections sexuellement transmissibles, VIH/sida
  • de lutte contre les comportements homophobes, sexistes et contre les violences sexuelles
  • la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes et la prévention de violences et cyberviolences sexistes et sexuelles

Mise en œuvre de l'éducation à la sexualité

Participation de tous les personnels

Tous les membres de la communauté éducative participent à la construction individuelle et sociale des enfants et des adolescents. Ils contribuent à développer chez les élèves le respect de soi, de l'autre et l'acceptation des différences. Cette éducation intègre une réflexion sur les dimensions affectives, culturelles et éthiques de la sexualité.

L'éducation à la sexualité ne constitue pas une nouvelle discipline : elle se développe à travers tous les enseignements, notamment les sciences de la vie et de la Terre, l’enseignement moral et civique, l’histoire-géographie, le français, et dans le cadre de la vie scolaire. Elle vise :

  • l'appropriation de connaissances
  • une meilleure perception des risques : grossesses précoces, infections sexuellement transmissibles, dont le VIH-sida, mais aussi l'exposition et la mise en image de soi et des autres sur Internet
  • le développement d'attitudes telles que l'estime de soi, le respect des autres, la solidarité, l'autonomie, la responsabilité

Cette éducation à la sexualité ne se substitue pas à la responsabilité des parents et des familles. Afin de permettre aux élèves d'opérer des choix libres et responsables, elle tend à favoriser, chez eux :

  • une prise de conscience
  • une compréhension des données essentielles de leur développement sexuel et affectif
  • l'acquisition d'un esprit critique
  • le sens et le respect de la loi

Il s'agit de travailler avec les élèves dans une démarche fondée sur la confiance dans leurs capacités, visant à développer l'estime de soi et l'aptitude à faire des choix personnels. L'éducation à la sexualité prend la forme d'une invitation au dialogue, dans un cadre global, positif et bienveillant.

À l'école primaire

À l'école primaire, les temps consacrés à l'éducation à la sexualité incombent au professeur des écoles. Ces temps doivent être identifiés comme tels dans l'organisation de la classe et être intégrés aux enseignements. Ils sont adaptés aux opportunités fournies par la vie de la classe ou de l'école.

Au collège et au lycée

Au moins trois séances annuelles d'éducation à la sexualité sont mises en place dans les collèges et les lycées. Elles relient et complètent les différents enseignements dispensés en cours.

La durée des séances et la taille des groupes sont adaptées à chaque niveau de scolarité. Ces séances sont organisées par une équipe de personnels volontaires et formés (professeurs, conseillers principaux d'éducation, infirmiers, etc.), le cas échéant en lien avec des partenaires extérieurs ayant un agrément national ou académique.

Prévention des risques

Prévention des infections sexuellement transmissibles

Informer les élèves

La prévention des infections sexuellement transmissibles (IST), notamment du VIH-sida, consiste à informer les adolescents sur les risques qu'ils encourent et sur les moyens de se protéger.

Elle peut avoir lieu lors :

  • des enseignements de sciences de la vie et de la Terre (SVT)
  • des séances annuelles d'éducation à la sexualité
  • des actions éducatives, qui permettent une approche transversale de la prévention du VIH-sida

Le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le sida, qui est un temps fort de mobilisation des établissements scolaires.
Des partenariats avec des associations sont mis en place pour mener des campagnes d’information.
1er décembre : journée mondiale de lutte contre le sida

Des distributeurs de préservatifs dans les lycées

L’École facilite l'accès des lycéens aux moyens de protection. Tous les lycées sont équipés d’au moins un distributeur automatique de préservatifs.

Contraception et prévention des grossesses précoces non prévues

Informer sur la contraception

Dans le cadre des enseignements de SVT et des séances d'éducation à la sexualité, les personnels informent sur la contraception ainsi que sur les lieux et services d'accueil, d'aide et d'accompagnement de proximité.

La contraception d'urgence

Le protocole national sur la contraception d'urgence en milieu scolaire :

  • détermine les modalités d'administration de la contraception d'urgence non soumise à prescription obligatoire ni à autorisation parentale
  • précise les dispositions à respecter notamment le respect de la confidentialité, la conduite d'un entretien avec l'élève, l'accompagnement et le suivi de l'élève.

Prévention des violences sexuelles

Repérer les enfants ou adolescents victimes de violences sexuelles

L'École a un rôle dans la détection des violences faites aux enfants. Au cours des visites médicales et de dépistage, les personnels de santé peuvent repérer des cas d'enfants victimes de violences Ils peuvent, en lien avec l’assistant du service social, procéder à une première analyse de la situation.

Comme tout fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, constate un crime ou un délit, les personnels de l’éducation nationale ont l’obligation de porter secours et de signaler la situation au procureur de la République.

Les personnels sociaux et de santé de l’éducation nationale constituent des personnes ressources qui peuvent aider dans cette démarche.

Des actions de prévention dans les établissements scolaires

Au moins une séance annuelle d'information et de sensibilisation sur l'enfance maltraitée, notamment sur les violences intrafamiliales à caractère sexuel, est inscrite dans l'emploi du temps des écoliers, collégiens et lycéens.

La lutte contre la pédophilie et l’exposition des mineurs aux images pornographiques s'inscrit dans la politique de protection des jeunes. La protection des élèves utilisant internet est renforcée. Les établissements scolaires installent un dispositif de filtrage afin de sélectionner ou de contrôler l'information mise à disposition des élèves.Ils sensibilisent les élèves aux usages d’internet et aux risques qu’il peut en découler.

Enfants et écrans : quelques conseils pratiques pour les parents

Enfants, Win, Succès, Jeu Vidéo, Jouer

Votre enfant regarde souvent la télévision ou réclame, après l'école, la tablette ou votre smartphone pour regarder ses programmes favoris ou faire des jeux ? Quelle attitude adopter en tant que parents ? Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) vous répond !

Avant 3 ans

Selon le CSA, la télévision n'est pas adaptée aux enfants de moins de 3 ans, le développement d'un jeune enfant passant par la motricité et la capacité à interagir avec les objets (jouets, par exemple) qu'il rencontre et les adultes qui l'entourent (parents, frères et sœurs par exemple). En effet, la télévision risque d'enfermer les enfants dans un statut de spectateurs à un moment où ils doivent apprendre à devenir des acteurs du monde qui les entourent.

Le CSA précise également que, lorsque des enfants de moins de 3 ans regardent néanmoins la télévision, ils ne comprennent pas les informations reçues (images et sons) ce qui peut nuire à leur développement et contribuer à leur agitation.

Entre 3 et 6 ans

À partir de 3 ans, il existe des émissions qui peuvent stimuler certaines capacités de l'enfant (mémoire ou reconnaissance des lettres de l'alphabet par exemple). Mais attention à la durée dit le CSA ! En effet, 10 minutes passées devant un écran de télévision représentent déjà un temps de concentration élevé. Il est donc conseillé :

  • de privilégier des sessions courtes, avec la possibilité de revoir plusieurs fois le même programme ;
  • d'éviter de zapper entre plusieurs émissions.

Entre 6 et 10 ans

À partir de 6 ans, les enfants sont en capacité de mieux comprendre le réel. Ils pourraient néanmoins vouloir imiter ce qu'ils ont vu, d'où la nécessité de leur expliquer de ne pas reproduire forcément ce qui est vu à la télévision.

Attention également à respecter la sensibilité des enfants en privilégiant des programmes spécifiques à leur âge (animation, films pour enfants, émissions éducatives ou documentaires), tout en limitant la durée des séances et en choisissant avec eux les émissions. Dans la mesure du possible, essayez aussi, en tant que parents, de regarder la télévision avec vos enfants.

Après 10 ans

À cet âge, les enfants veulent souvent accéder de manière plus autonomes aux images, il est donc important de les accompagner dans le choix de ces programmes pour les aider à devenir des téléspectateurs actifs.

Et si les adolescents souhaitent parfois visionner des contenus violents qui peuvent être facilement accessibles, maintenez le dialogue avec eux tout en continuant à leur apprendre à choisir les programmes les plus adaptés à leur âge.

À l'école des arts et de la culture

Le 17 septembre 2018, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, ont présenté un plan d'action commun afin de permettre à tous les enfants de bénéficier d'un parcours d'éducation artistique et culturelle de qualité, de 3 à 18 ans.

Le président de la République s’est engagé à ce que tous les enfants bénéficient d’un parcours culturel cohérent et exigeant durant le temps de leur scolarité car c’est indispensable pour leur formation intellectuelle, sensorielle et déterminant pour leur permettre d’être autonome dans leurs choix culturels.

Pour le Gouvernement : "Cet objectif de 100 % sera atteint par un déploiement progressif sur la durée du quinquennat."

"La priorité conjointe du ministère de la Culture et du ministère de l’Éducation nationale est donc de placer les arts et la culture au coeur de l’École car cela permet aux élèves de développer leurs cinq sens (la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le goût) et leur connaissance concrète du réel.

Selon les termes de la Charte de l’éducation artistique et culturelle, qui doit être affichée dans toutes les écoles et tous les établissements, il s’agit à la fois de développer les connaissances des enfants, la pratique artistique et la fréquentation des oeuvres et des artistes.

  • La connaissance : l’art et la culture permettent aux enfants d’acquérir une formation complète dans laquelle l’intelligence rationnelle et l’intelligence sensible favorisent leur créativité, élément fondamental de leur épanouissement et de leur réussite.
  • La pratique artistique permet aux enfants de prendre confiance en eux, de réaliser concrètement des projets. C’est aussi un puissant moyen de mener des projets en commun, de favoriser les relations sociales, d’être à l’écoute des autres et de développer le respect d’autrui. Aujourd’hui, les pratiques artistiques des enfants sont très inégales en fonction de leur milieu social et de l’endroit où ils se situent sur le territoire. Développer les arts à l’école relève donc d’une exigence d’égalité républicaine.
  • La confrontation aux œuvres permet aux enfants de se familiariser avec le sensible et de développer leur créativité. À l’heure où les médias de masse concourent à une certaine homogénéisation culturelle, il est très important d’enrichir les perspectives des enfants en leur faisant partager la diversité des arts et de la culture européenne et des autres continents.

Il s’agit donc d’offrir une éducation artistique, culturelle et sensorielle (EACS) au plein sens du terme et sur les différents temps de l’enfant : le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire.

Aujourd’hui, les pratiques artistiques des enfants sont très inégales en fonction de leur milieu social et de l’endroit où ils se situent sur le territoire. Développer les arts à l’école et sur le temps périscolaire relève donc d’une exigence d’égalité républicaine.

Pour atteindre ces objectifs, les ministère de la Culture et de l’Éducation nationale ont fixé trois priorités qui n’excluent pas les autres arts : le développement de la pratique musicale, de la lecture et du livre, ainsi que du théâtre.

Ce qui va changer

Le plan mis en place doit permettre à tous les enfants et à tous les jeunes de bénéficier d’un parcours cohérent de 3 à 18 ans, c’est-à-dire de l’entrée à l’école maternelle à l’octroi du Pass culture qui marque l’autonomie culturelle du jeune.

Pour ce faire, les ressources de l’éducation nationale seront articulées avec celles du ministère de la Culture, des réseaux culturels et des collectivités locales afin d’accompagner la progressive autonomie des jeunes dans leurs pratiques culturelles. C’est pourquoi, à chaque étape de la scolarité, nous ne reprenons pas ce que nous considérons comme relevant des pratiques autonomes acquises.

Chaque année, à l’école primaire, les élèves auront :

  • consacré 10 % de leur temps scolaire aux enseignements et aux pratiques artistiques 
  • eu au moins deux temps forts culturels :
    - fréquentation d’un établissement culturel (musée, cinéma, etc.)
    - spectacle (théâtre, danse, concert, opéra, arts du cirque)
    - visite d’un monument patrimonial (château, église, lavoir, calvaire, patrimoine industriel, etc.)
    - fait la rencontre d’un créateur ou d’un interprète
  • emprunté toutes les semaines des ouvrages dans une bibliothèque scolaire ou d’une collectivité
  • chanté dans la chorale de leur école

Chaque année, dans les collèges, les élèves auront :

  • suivi des enseignements artistiques de qualité enrichis par des partenariats culturels
  • suivi un enseignement hebdomadaire d’éloquence qui permettra d’initier une nouvelle dynamique pour la généralisation des troupes de théâtre
  • participé à au moins deux temps forts culturels : fréquentation d’un établissement culturel (musée, cinéma, etc.), spectacle (théâtre, danse, concert, opéra, arts du cirque), visite d’un monument patrimonial (château, église, lavoir, calvaire, patrimoine industriel, etc.), fait la rencontre d’un créateur ou d’un interprète 
  • bénéficié d’un atelier d’éducation aux médias et à l’information 
  • s’ils le souhaitent, chanté dans une chorale et assisté à la diffusion hebdomadaire d’un film de patrimoine

Chaque année, dans les lycées, les élèves pourront :

  • participer à un atelier de recherche et de création (musique, danse, théâtre, etc.) en partenariat avec les réseaux culturels ;
  • assister à une projection hebdomadaire de films.

Tous les mercredis, avec le Plan mercredi, les élèves de primaire peuvent bénéficier d’activités culturelles de qualité.

Chaque territoire volontaire peut être accompagné vers le 100 % EAC. Chaque semaine, il s’agit d’assurer à tous les élèves l’équivalent de 2 heures de pratique artistique en construisant un parcours d’éducation artistique sur les temps scolaire, périscolaire et extrascolaire, qui sera consigné dans un carnet à compter de la rentrée 2019. Cette ambition culturelle pour les enfants et les jeunes est rappelée à chaque rentrée avec l’organisation de la Rentrée en musique."

"Politiques éducatives et territoires"

Pour une vision globale au service de la réussite de tous les élèves.


"Politiques éducatives et territoires" a été ouvert ce mercredi 3 octobre par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, pour marquer le début d'un processus visant pour le ministère à redéfinir la territorialisation des politiques éducatives, ainsi que les politiques dédiées à l'éducation prioritaire et au monde rural dans toute sa diversité.

En savoir plus sur : http://www.education.gouv.fr/cid134746/

 

La semaine de la démocratie scolaire

Élections des représentants des parents d'élèves et des lycéens

Les élections des représentants des parents d’élèves aux conseils d’école et aux conseils d’administration et les élections aux conseils des délégués pour la vie lycéenne (CVL) représentent un moment essentiel de la vie des écoles et des établissements. C'est pour faire prendre conscience à tous des enjeux de cet engagement qu'a été créée la semaine de la démocratie scolaire qui se déroule, pour l'année 2018-2019, la semaine du 8 octobre.

 

La semaine de la démocratie scolaire se déroule, en 2018, la semaine du 8 octobre.

Pour l'année scolaire 2018-2019, les élections des représentants des parents d'élèves se déroulent le vendredi 12 octobre 2018 ou le samedi 13 octobre 2018.

Une semaine pour encourager l'engagement au sein de l'École

Les instances lycéennes concourent à la qualité du climat scolaire tout en développant le sentiment d’appartenance à l’établissement dans le cadre d’un dialogue concerté entre les lycéens et les personnels.

La semaine de la démocratie scolaire favorise la prise de conscience de l’importance et des enjeux des élections des représentants des parents d'élèves, en les encourageant à se présenter. En effet, c'est au cours de la semaine de la démocratie scolaire que se déroulent les élections des représentants des parents d’élèves au conseil d’école et au conseil d’administration, ainsi que les élections aux conseils des délégués pour la vie lycéenne (CVL).

Cette semaine contribue à donner visibilité et sens à la participation des acteurs au processus de décision dans un esprit démocratique. Elle se déroule la sixième semaine suivant la rentrée scolaire.

Permettre une plus grande implication des parents

Il est essentiel de rendre effectif les droits des parents d’élèves et d’encourager leur participation autant que possible à la vie et au fonctionnement de l’établissement scolaire pour développer le sentiment d’appartenance à la communauté éducative.

Le conseil d’école et le conseil d’administration sont des instances dans lesquelles les représentants des parents d’élèves peuvent s’impliquer dans la vie de l’établissement d’enseignement scolaire en lien avec les autres membres de la communauté éducative.

Les élections des représentants des parents d’élèves aux conseils d’école et aux conseils d’administration représentent, à ce titre, un moment essentiel de la vie des écoles et des établissements.

Pour l'année scolaire 2018-2019, les élections des représentants des parents d'élèves se dérouleront le vendredi 12 octobre 2018 ou le samedi 13 octobre 2018

Télécharger le flyer :
Élection des représentants des parents d'élèves

Parcoursup: Vidal dévoile le nombre de candidats recalés

Parcoursup: Vidal dévoile le nombre de candidats recalés et les aménagements à venir.

 AFP
Plusieurs organisations proposent une aide juridique aux candidats refusés sur la plateforme d'orientation post-bac Parcoursup afin qu'ils puissent "faire valoir leurs droits", dans l'intention clairement affichée vendredi, lors de sa présentation, de "créer un contentieux de masse"

Un calendrier repensé, des délais de réponses raccourcis mais pas de retour à une hiérarchisation des voeux: telles sont les modifications de Parcoursup que devrait annoncer Frédérique Vidal mardi en dévoilant le nombre final de candidats sans affectation.

Le dispositif d'entrée dans l'enseignement supérieur inauguré en 2018 pour remplacer le décrié APB a lui aussi reçu son lot de critiques, portant notamment sur la lenteur du processus, génératrice d'angoisses chez les jeunes et leurs familles.

La ministre de l'Enseignement supérieur a déjà ébauché plusieurs "ajustements" qu'elle devrait détailler mardi lors d'un déplacement à l'université Paris-Sud où elle dressera le bilan comptable de Parcoursup, qui s'est achevé vendredi.

Aller plus loin : https://www.afp.com/fr/infos/334/parcoursup-vidal-devoile-le-nombre-de-candidats-recales-et-les-amenagements-venir-doc-19e1wy3

Évaluations des acquis des élèves au CP et au CE1

Explication en vidéo

 

Les membres du Conseil scientifique de l'éducation nationale présentent, dans deux vidéos, les évaluations des acquis des élèves au CP et au CE1 et l'apport des sciences cognitives dans leur élaboration. Ces évaluations reposent notamment sur une construction rigoureuse et scientifique des outils d’évaluation menée par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), en coopération avec le Conseil scientifique de l’éducation nationale (CSEN) et la direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco).

Les évaluations CP et CE1 sont des évaluations nationales qui s'adressent à tous les élèves du CP et du CE1.

Elles répondent à trois objectifs :

donner des repères aux enseignants pour aider les élèves à progresser
permettre d'avoir localement des éléments pour aider les inspecteurs dans le pilotage de proximité

ajuster les plans nationaux et académiques de formation et proposer des ressources pertinentes

 

Pour aller plus loin - Ramus méninges : le blog de Franck Ramus

Franck Ramus est professeur au laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique à l'Ecole normale supérieure.
Sur son blog, il propose une foire aux questions qui vise à répondre aux questions que peuvent se poser les enseignants et les parents d’élèves au sujet des évaluations. Cette FAQ a fait l'objet d'une relecture attentive et de corrections par plusieurs membres du CSEN.

À quoi servent les nouvelles évaluations de CP et CE1 ?L'évaluation des acquis des élèves du CP au lycée
Évaluations de début de CP et de CE1, évaluations 6ème et tests de positionnement en secondeajuster les plans nationaux et académiques de formation et proposer des ressources pertinentes