L’étude de diagnostic hydromorphologique des cours d’eau du SAGE Thau-Ingril a démarré

 

hydromorpho

 

 

Photos SMBT

L’étude de diagnostic hydromorphologique des cours d’eau du SAGE Thau-Ingril a démarré début avril dernier et va durer un peu plus d’un an jusqu’à fin avril 2023.

Le groupement solidaire AQUASCOP BIOLOGIE et GEORIVES assure la prestation, pour cette étude portée par le SMBT. Le montant total de l’étude s’élève à 91 200 € TTC avec un financement de l’Agence de l’eau (50%), de la Région Occitanie (20%) et du Département de l’Hérault (10%). Le SMBT assure 20% d’autofinancement.

Dans cette étude, c’est la forme physique des cours d’eau qui est étudiée ainsi que leur évolution dans l’espace et le temps. Ce domaine est très important car de la forme du cours d’eau dépend le fonctionnement des écosystèmes aquatiques, qui conditionne la qualité de l’eau, la diminution des crues et la biodiversité. Le nouveau SDAGE 2022-2027 du bassin Rhône-Méditerranée a pour objectif d’atteindre 67% de bon état écologique des milieux aquatiques pour 2027 : cette étude contribue donc à cet objectif.

De manière générale, un diagnostic hydromorphologie permet de mettre en évidence les dysfonctionnements du milieu. D’autres études menant à de la restauration de portions de cours d’eau sont alors entreprises pour les rendre les plus naturels et fonctionnels possible tout en s’adaptant aux contraintes anthropiques : réseaux, chemins, habitations.

Au final l’étude permettra d’avoir une stratégie de reconquête des milieux aquatiques globale puis une action locale sur l’ensemble de notre bassin versant.

carte

 

 

Lors de la phase 1 d’état des lieux, 250 km de cours d’eau sont prospectés dont les deux tiers en prospection fine, à pieds. La photo ci-dessous montre les opérateurs de terrain en action.

Ces investigations de terrain vont permettre de collecter des données qui concernent la forme du cours d’eau autour de 3 types de thématiques :

  • Hydraulique (hauteur de berge, largeur du lit et pente de la berge)
  • Sédimentaire (érosion-transport-dépôt, incision)
  • Milieu (connexion cours d’eau-ripisylve-plaine)

Nous aurons ainsi une image sur le fonctionnement des différents cours d’eau avec notamment la mise en évidence des altérations et connaîtrons mieux le contexte général (pression, occupation du sol) sur l’ensemble du bassin versant.

 

En complément de ces investigations, des acteurs et des usagers du territoire vont être contactés en vue de collecter des informations spécifiques et la perception des cours d’eau. Cette enquête portera également sur le type d’usage associé au cours d’eau.

Un découpage cartographique des cours d’eau va être effectué lors de la phase 2 du diagnostic pour permettre de synthétiser les relevés de terrain puis mettre en évidence les zones de bon fonctionnement et de dysfonctionnement. Concrètement, l’ensemble des thématiques relevées sur le terrain sera présenté sous forme de fiches de synthèse et de cartes.

Ce diagnostic aboutit à un classement des secteurs des cours d’eau et à une définition du programme d’actions en phase 3. Ce dernier mettra notamment en évidence des actions types à mettre en place, l’année, le coût estimatif, et priorisera les secteurs d’intervention. La hiérarchisation se fera en fonction des urgences et des enjeux. Ce programme d’actions sera co-construit avec les partenaires du SMBT puis validé par la Commission locale de l’eau.

En phase 4 seront retenus quatre secteurs pilotes pour des études complémentaires afin de trouver différentes techniques d’aménagement qui seront mises en œuvre et estimer le coût des actions.