La gestion du Massif de la Gardiole par Sète Agglopôle

La Communauté d’agglomération du bassin de Thau a engagé dès 2016, un projet d’aménagement et de protection d’un des plus vastes (environ 5000 ha) et des plus riches espaces naturels du territoire, le massif de la Gardiole, fréquenté par près de 250 000 personnes par an.

Cette montagne calcaire entre Montpellier et Sète (18 km de long, 3 à 4 de large), offre un belvédère exceptionnel sur la plaine littorale, les étangs et la mer, et un point de vue remarquable des Pyrénées aux Cévennes. Site classé depuis 1980, il est aussi une Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) avec la présence de plus de 700 espèces végétales, 124 espèces d’oiseaux, reptiles…gard

De nombreux circuits de marche, adaptés à tous les niveaux, sont accessibles notamment à partir de l’Abbaye Saint-Félix-de-Montceau, monument emblématique du lieu ou du col de la Tortue, sur la RD 114, face à Vic-la-Gardiole (les offices de tourisme de Gigean, Vic-la-Gardiole, Balaruc-les-Bains, Poussan, Mireval et Frontignan sont là pour vous renseigner sur les différents parcours).

Les 9 enjeux du Plan de Gestion de la Gardiole 

D’ici 2019, près de de 2 M€ seront consacrés à la valorisation de ce patrimoine naturel exceptionnel. L’objectif est d’en encadrer les usages et d’en faire un pôle d’attractivité maîtrisée au même titre que les lagunes et le littoral du bassin de Thau.

Au-delà de l’entretien annuel du site (taille, élagage, débroussaillage, nettoyage des déchets), l’agglo a déjà rénové des murets en pierre sèche et installé à l’entrée principale un grand panneau qui permet désormais au  visiteur d’identifier les principaux points de repère du massif et de s’informer  sur  les  bons  réflexes  à  adopter  en  forêt.  D’autres panneaux plus spécifiques sur l’histoire du massif, sa faune et sa flore, seront réalisés ultérieurement.

Après la  création de 2 sentiers de randonnée pédestre labellisés, au départ de l’abbaye Saint Félix de Montceau (une boucle de promenade d’environ 10 km et une boucle de randonnée d’environ 15 km), l’agglopôle prévoit également :


  • le lancement de 2 études sur les opportunités d’aires de stationnement autour du massif et sur la faisabilité d’un jardin de plantes aromatiques et médicinales