Jean-Luc Khalfaoui nouveau président d'Agropolis international

Succédant à Bernard Hubert au terme de son second mandat, Jean-Luc Khalfaoui prend ses fonctions en qualité de président de l'association Agropolis international.

Le  pôle régional Agropolis  basé à Montpelier est aujourd’hui l’un des acteurs majeurs de la recherche et de l'enseignement au niveau international sur la base de ses institutions membres de hautes compétences dans les domaines : Agriculture, Alimentation, Environnement et Biodiversité. Il regroupe 2700 chercheurs et enseignants.

Cette prise de fonction fait suite à une élection à l’unanimité, le jeudi 7 décembre 2017. Le nouveau président souhaite, avec l’appui et au nom de tous ses membres, accompagner l’association dans ses grandes orientations et notamment :

  • L’élargissement territorial de l’organisation à l’ensemble de la région Occitanie à travers l'implication et le développement des institutions toulousaines de la recherche, de l'enseignement supérieur et de la formation dans les domaines Agriculture, Alimentation, Environnement et Biodiversité,

  • Le soutien du développement de l’I-Site MUSE (Montpellier Université d’Excellence) notamment dans ses actions à l’international.

Jean-Luc KhalfaouiJean-Luc Khalfaoui est docteur de l’Université d’Orsay – Paris XI en amélioration génétique des plantes et spécialiste du management par un MBA à San Francisco.

Sur la base de cette double formation science et management, le nouveau président a consacré, avec succès, plus de 30 années professionnelles dédiées à la recherche agricole sur des domaines clefs : production de connaissances scientifiques innovantes, élaboration et mise en oeuvre de stratégies de recherche ; management d'institutions de recherche ; développement de partenariats scientifiques et politiques au niveau national, européen et international en particulier avec les pays du Sud et méditerranéens ; développement d’interfaces entre recherche et entreprises.

Sa carrière scientifique commence à l’international, en 1983 au Sénégal, pays dans lequel il reste de nombreuses années et où il initie la création du Centre d'étude régional pour l'amélioration de l'adaptation à la sécheresse – CERAAS, à présent un des centres majeurs de la recherche agricole en Afrique de l'Ouest qui vient de célébrer ses 20 ans.

Il revient en France en 1992 où il occupe alors différentes responsabilités au sein du Cirad : chargé de valorisation, directeur adjoint des affaires scientifiques puis directeur du département des cultures annuelles.  

En 2005, il rejoint à Bruxelles, la Direction générale de la recherche de la Commission européenne -DG RTD- où il assume jusqu’en 2009,la fonction de secrétaire exécutif de l’Initiative européenne pour la recherche agronomique pour le développement (EIARD). Il dirige ensuite les relations européennes et internationales du Cirad.

En 2010, il est nommé chef de programme des sciences de la vie appliquées (dont les domaines scientifiques d'Agropolis International) du Conseil européen de la recherche (ERC) à Bruxelles.

De retour à Montpellier, en 2016, il exerce les fonctions de directeur général délégué à la recherche et à la stratégie du Cirad.

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations