L’Arctique, nouvel Eldorado

arctique 

Toutes les observations vont dans le même sens : les effets du réchauffement climatique sont beaucoup plus importants aux pôles que dans le reste du monde. Depuis 1980, la glace de l’océan arctique a ainsi perdu 75% de son volume et la banquise devrait avoir totalement disparue aux alentours de 2050.

La glace de couleur blanche, réfléchit une bonne part du rayonnement solaire. Ce pouvoir réfléchissant, c’est l’albédo. Quand la glace fond, l’albédo diminue : le rayonnement solaire est davantage absorbée par la terre ou par l’océan. Une boucle de rétroaction positive se met en place. Le réchauffement s’amplifie et la fonte s’accélère. C’est ce même processus qui fait que sur les terres polaires du Canada ou de la Sibérie, la végétation remonte vers le nord et que la surcroissance végétale y est au moins deux fois plus rapide que dans le reste du monde.
Au courant du 21ème siècle, la dislocation progressive de la banquise et le rétrécissement de la surface du pergélisol va bouleverser le panorama arctique. De nouvelles routes maritimes s’ouvriront pour relier les divers continents en passant par le pôle.

La route reliant la Chine à l'Europe est bien plus courte par la côte sibérienne que par le canal de Suez. Le trajet Londres-Vladivostok totalise 11.000 milles marins par le canal de Suez , mais seulement 7.670 milles par le détroit de Béring. Pour aller de Hambourg à Vancouver, il faut compter 14.700 milles par le cap Horn, 9.350 milles par le canal de Panamá et 8.090 milles la route du pôle. La liaison maritime Rotterdam - Tokyo représente entre 21 et 23.000 km selon que l’on emprunte le canal de Suez ou le canal de Panama. En passant par la voie sibérienne il se réduit à 14.000 km. Pour les navires reliant l’Asie et l'Europe, l’économie dépasse le million de dollars par voyage, du fait des réductions du temps de trajet, du moindre coût en carburant, des salaires, des péages pour franchir les canaux sans compter l'absence de contraintes de largeur et de tirant d'eau liées à la traversée des canaux.  Le trafic dans le détroit de Behring a déjà doublé ces 5 dernières années.

Pour lire la suite de l'article aller sur : http://futuroscopie.org/index.php/geopolitique/73-l-arctique-nouvel-eldorado