La canicule a provoqué une montée de la température des eaux de la lagune atteignant à certains endroits + de 32°. Cela a pour conséquence l’absence d’oxygène entraînant la mort de nombreux poissons.
 
Ils ne sont ni victimes d’un virus, ni d’une pollution quelconque, mais d’un début de malaïgue, une anoxie du milieu naturel.
 
Le phénomène n’est pas nouveau !
 
Un suivi est engagé avec les différentes institutions Il associe :
 
*   Sète Agglopôle Méditerranée qui assure les mesures en bord de lagune (rives nord),
*   Le Comité Régional Conchylicole de Méditerranée, qui assure les mesures au niveau des tables et qui, en cas de résultats critiques, relaie l’information auprès des conchyliculteurs,
*   Le SMBT qui coordonne le suivi, collecte, met en forme et met en ligne les données sur le site internet du SMBT.
 
Par ailleurs, les services techniques et des ports de la ville s’emploient à retirer depuis hier matin les poissons échoués le long des rives de la lagune afin de limiter l’odeur amplifiée par la chaleur.
 
Le suivi est désormais quotidien, la ville mobilise des moyens pour évaluer l’étendue du panache grâce à des prises de vues aériennes. Du fait du manque d’oxygène, le métabolisme est modifié ce qui provoque naturellement la production de composés sulfurés blanchâtres visibles à l’œil nu.
 
Les sulfures peuvent également être à l’origine de mauvaises odeurs.
 
Nous attendons des baisses de température afin d’améliorer significativement la situation.