Environnement

Une communauté de pratiques pour la désimperméabilisation

Ce jeudi 2 février s’est déroulé à Sète la 4ème rencontre de la Communauté de pratiques désimperméabilisation organisée par le SMBT, via sa plateforme d’innovation territoriale BlueThauLab, avec le concours de Sète agglopôle méditerranée. abimpCapture d’écran 2023-02-06 154509  

Adressée à tous les aménageurs du bassin de Thau, intéressés par la gestion des eaux pluviales et la maîtrise de l’artificialisation des sols, cette matinale s’est séquencée en conférences, partage de connaissances et méthodes collaboratives.

Au programme : « la place de l’eau dans les stratégies ZAN », « désimperméabilisation et ruissellement : des pratiques communes à inventer ! » et « tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la désimperméabilisation sans jamais oser le demander… » avec speed meeting intégré (rencontres individuelles opérateurs / institutionnels).abimpCapture d’écran 2023-02-06 154549

Le Syndicat mixte du bassin de Thau a fait de la problématique de la désimperméabilisation un volet central du Contrat de gestion intégrée et de transition écologique (CGITE) en cours dans lequel toutes les collectivités du bassin de Thau sont impliquées. C’est une thématique importante dans le SCoT de Thau en cours de révision, en lien avec les enjeux de l’eau. Peu à peu, l’ambition est de créer un vrai centre de ressources pour les collectivités du territoire afin de les conseiller, les orienter voire explorer avec elles des solutions nouvelles en matière de désimperméabilisation.

De quoi s’adapter au mieux au changement climatique !

Pour Yves Michel, Président du SMBT :
« Dans un contexte d’adaptation au changement climatique, il est important de repenser l’aménagement et l’urbanisme en zone littorale. Les élus du territoire sont mobilisés pour avancer les solutions nécessaires pour changer le modèle de développement.abimpCapture d’écran 2023-02-06 154632
La désimperméabilisation s’inscrit précisément comme un moyen de conjuguer bonne gestion de l’eau, biodiversité et aménagements urbains. La communauté de pratiques sur le bassin de Thau est stimulée par toutes sortes d’initiatives et de partenariats pour imaginer la ville de demain : ateliers, voyages apprenants, travail collaboratif avec des étudiants ingénieurs…
Un programme riche qui se poursuit pour conforter la prise de conscience collective de l’importance de la gestion de l’eau dans nos villes et villages ».

Lundi 30 janvier, s’est déroulé un nouveau comité technique du Contrat de Gestion Intégrée et de Transition Écologique (CGITE)

Lundi 30 janvier, s’est déroulé un nouveau comité technique du Contrat de Gestion Intégrée et de Transition Écologique (CGITE) 2020-2025 au SMBT.
 À l’ordre du jour notamment : le bilan à mi-parcours, la nouvelle convention 2023-2025, la tenue du prochain comité stratégique et l’évaluation du programme d’actions.
 Le contrat coordonné par le SMBT avec le soutien de nombreux partenaires* a pour vocation de protéger les milieux et le bassin de Thau en agissant sur l’environnement, les activités portuaires, le soutien aux filières, la prévention des inondations ou encore l’alimentation en eau.
 En savoir plus sur le CGITE et visionner la courte vidéo explicative : https://bit.ly/3DPUytx
* Europe, Etat, Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, Région Occitanie, Département de l’Hérault, ADEME, SAM, CAHM, 3M, CRCM, CRPMEMPeut être une image de océan, nature et ciel

Electrification des quais du Port de Commerce de Sète

Dans la conjoncture environnementale de nécessité de réduction des gaz à effet de serre et des polluants contenus dans les rejets atmosphériques des activités maritimes, l’Etablissement Public Régional le port de Sète Sud de France, comme l’ensemble des ports mondiaux, se mobilise pour limiter l’empreinte carbone des navires de commerce qu’il accueille en développant une solution de d’alimentation électrique de navires à quai au réseau terrestre national afin que ces derniers puissent arrêter complètement leurs moteurs lorsqu’ils sont à quai. Les émissions atmosphériques, le bruit et les vibrations seront ainsi supprimées au niveau du port.

 

Les dates clés du projet

  • 14 novembre 2019 : Délibération en assemblée plénière de la Région Occitanie - Qualité de l’air dans les ports accueillant des ferries et des bateaux de croisière en Occitanie – L’énergie à quai pour tous les quais passagers à horizon 2023, que ce soit par le biais du réseau national ou tout autre énergie innovante
  • 7 octobre 2020 : Lancement du programme d’étude de conception
  • 18 novembre 2020 : Signature d’une convention de partenariat entre ENEDIS et Port Sud de France pour anticiper et faciliter la réalisation des projets du Port de Sète en lien avec la transition écologique
  • Février 2021 : Début des échanges avec les 3 armateurs concernés opérant en ligne régulières au port de Sète
  • 16 Novembre 2021 : Notification du marché de Maitrise d’Œuvre au bureau d’étude CAP INGELEC pour concevoir et suivre l’opération
  • 7 octobre 2022 : Attribution du marché de travaux au Groupement Spie Citynetworks (mandataire)/Nidec Asi Sa
  • 8 novembre 2022 : Notification de décision d’attribution d’une aide au Fond Européen de Développement Régional
  • 20 février 2023 : Début des travaux
  • 1er décembre 2023 : Mise en service

 

Les travaux prévus

  • Les équipements de transformation de tension et de conversion de fréquence pour répondre aux besoins des armateurs seront mis en œuvre sur le Port de Commerce de Sète, au niveau de trois quais – Quai H, Quai G et Môle Masselin

 

Les objectifs

Ces installations permettront à terme de réduire les quantités de polluant rejetés dans l’atmosphère et notamment environ 4800 tonnes de CO2 par an, 51 tonnes de Nox et 6 tonnes de CH4.

La mise à l’arrêt des moteurs des navires supprime également les émissions de particules fines, les vibrations et le bruit.

 

Le montant de l’opération est estimé à près de 7,5 millions d’euros HT dont une subvention FEDER à hauteur de 5 999 384,10 €HT maximum.

   

Il s’agit de la première phase des travaux. Une seconde étape est programmée pour une mise en service en 2026 avec notamment le branchement des navires de croisières tout en disposant, en complément (ou en substitution) de la source terrestre habituelle du réseau Enedis, d’une capacité d’autoproduction au moyen de centrales photovoltaïques, pour ses propres besoins en autoconsommation individuelle ou collective. Cette seconde étape permettra aussi de proposer aux armateurs une électricité verte à un prix plus faible et stable pour les encourager dans une démarche vertueuse. 

 

 

En février participez aux Apéros Mare'veilleux

 
Afin d’identifier les mares temporaires du Bassin de Thau et la biodiversité qu’elles abritent, le CPIE Bassin de Thau, coordinateur des Atlas de la Biodiversité Communale, et le Syndicat mixte du bassin de Thau, qui porte un Plan de gestion stratégique des zones humides, vous proposent tout au long du mois de février des Apéros Mare’veilleux. 
 Peut être une image de texte
 
 
Autour d’un moment convivial, contribuez à la préservation des mares temporaires du Bassin de Thau en participant à un atelier en deux temps :
Une enquête participative des mares temporaires sur cartographie (en salle);
Puis découverte sur le terrain d’une mare et explication des enjeux que peuvent avoir ces zones humides bien caractéristiques de notre territoire !
 
 
Voici les différentes animations proposées :
15 février de 17h à 20h à Villeveyrac,
22 février de 17h à 20h sur Ville de Mèze ou Ville de Marseillan (lieu à confirmer),
25 février de 17h à 20h sur Ville de Poussan ou Mairie de Montbazin (lieu à confirmer).
Animations gratuites et ouvertes à tout public (avec collation offerte). Inscription par téléphone au 06 95 53 78 81.
Les lieux de RDV seront précisés au moment de l’inscription.

Parc éolien de Bernagues, un aigle royal percuté : un coût toujours plus désastreux pour la biodiversité et la filière

L’histoire continue malheureusement. Selon la LPO 34 Occitanie

Moulin À Vent, Vent, Éolienne

Depuis plusieurs années la LPO Occitanie délégation territoriale Hérault aux côtés de collectifs citoyens de l’Escandorgue, a alerté puis engagé des actions (y compris en justice) pour dénoncer puis lutter contre les impacts écologiques du parc éolien de Bernagues situé sur la commune de Lunas, singulièrement en exploitation autorisée alors que son permis de construire était annulé.

Parmi la vingtaine d’espèces découvertes mortes aux pieds des éoliennes, nous pouvons souligner des fleurons du patrimoine en danger d’Occitanie, tel que le minioptère de Schreibers en 2017, le vautour moine en 2019 ou encore et plus récemment l’aigle royal en 2023 (d’autant que ce dernier concerne le mâle du couple nicheur local). Or, ces dernières espèces sont règlementairement « classées » d’enjeux « forts » à « très forts » en Occitanie et, à ce titre, font l’objet de programmes spéciaux de conservation. Ces programmes, généralement engagés dans le cadre des politiques publiques de préservation de la biodiversité, subissent donc également ces impacts, au même titre que les habitats et les fonctionnalités écologiques de ce territoire (comme par exemple sa fonction de corridor entre les Alpes et les Pyrénées), qui plus est considérant les effets cumulés de l’ensemble des nombreux parcs éoliens sur l’arrière-pays héraultais.

 

Malgré les innombrables péripéties judiciaires et réglementaires à l’encontre de ce parc depuis plus de dix ans (laissant toutefois entrevoir la possibilité qu’il puisse être démantelé suite à un récent jugement par la Cour de cassation), l'exploitation des éoliennes continue pourtant d’y être autorisée. La LPO Occitanie délégation Hérault regrette par ailleurs que ces impacts significatifs et persistants ne sont pourtant même pas considérés par les autorités environnementales de nature à ce que soit règlementairement imposée à l’exploitant une demande de dérogation à la règlementation sur les espèces protégées, en théorie seule de nature à encadrer ces impacts et sévériser cette exploitation manifestement préjudiciable pour la biodiversité.

Comme la LPO Occitanie délégation Hérault l'a souligné dans de précédents communiqués, ces mortalités d’espèces patrimoniales, et plus généralement les impacts écologiques qui se cumulent, soulignent les coûts désastreux (pour la biodiversité, pour la filière des énergies renouvelables, etc.) du développement éolien lorsque ce dernier est engagé à marche forcée dans le cadre d’une planification territoriale insuffisante et notamment lacunaire quant à la bonne prise en compte des enjeux écologiques. Ce constat prend une résonance toute particulière dans le contexte législatif actuel de simplification et d’accélération réglementaire du développement des énergies renouvelables en France.

L’Occitanie creuse le sillon de la Bio

Après une croissance à deux chiffres pendant 10 ans, la consommation du marché bio connaît un ralentissement depuis 2021. Pour soutenir la filière, la Région Occitanie renouvelle son Plan Bio. Objectif : structurer la filière et soutenir la consommation.

C’est une éleveuse triste et en colère qui répond. « Je n’arriverai pas à faire le dos rond une année de plus… », prévient Chantal Casal, à la tête d’une ferme laitière en agriculture bio dans l’Aveyron depuis plus de 10 ans. « Nous avons besoin d’une aide conjoncturelle pour pérenniser nos fermes, mais aussi que toutes les collectivités passent vraiment au bio dans les hôpitaux, les crèches, les écoles, etc. » La passionnée d’élevage réfléchit même à une seconde activité tant l’écart de prix entre le lait conventionnel et le lait bio s’est réduit. « Pourtant, poursuit-elle, faire du bio a du sens : nourrir des gens avec des produits nobles, c’est leur garantir une bonne santé ».

Ce cri d’alarme – et d’autres – la Région Occitanie l’a parfaitement entendu. Dans ce contexte de tassement du prix et de flambée de l’énergie, un risque de « déconversion » existe. « On rentre dans le dur », confie Julien Franclet, le vice-président d’Interbio, l’association qui regroupe les réseaux professionnels actifs dans le développement de la filière bio régionale [1].Champ, Blé, Agriculture, Céréales

1,6 million d’euros d’aides chaque année

« Surtout, on ne doit pas baisser les bras. Nous devons continuer de nous développer pour que tout le monde accède à une agriculture durable », poursuit Julien Franclet. C’est pourquoi la filière a travaillé avec la Région Occitanie a un nouveau Plan Bio (2023-2027), qui sera voté en mars et qui vise à consolider la dynamique pour que l’Occitanie reste une région de référence.
En effet, avec le premier Plan Bi’O (2018-2022), les efforts consentis ont porté leurs fruits : 13 265 producteurs et productrices se sont engagés en Occitanie et plus de 600 000ha ont été convertis. Avec 20% des surfaces en bio, l’Occitanie est la première région bio française.Chaque année, la Région a attribué 1,6 million d’euros d’aides pour accompagner les projets de la filière bio.

Aux Saveurs du Quercy fait partie des entreprises soutenues de façon « très importante », reconnaît son fondateur Michel Moles. « Nous avons investi dans des chambres froides et des locaux de conditionnement pour augmenter nos volumes. La Région nous a aidés à hauteur de 40% ! C’est énorme pour nous qui sommes installés en zone rurale, sur les côteaux du Quercy », assure le dirigeant qui commercialise aujourd’hui 3 500 tonnes de fruits et légumes bio (7 fois plus en 10 ans).Les Carottes, Betteraves Jaunes

Un nouveau plan Bio pour soutenir et consolider

Le nouveau Plan Bio, voté en mars, se structurera autour de plusieurs axes : faire de l’agriculture biologique (AB) un atout pour les territoires, favoriser l’accès à l’AB pour tous, structurer des filières, ou encore développer l’offre de formation et de recherche-expérimentation. Les deux objectifs principaux sont : soutenir la consommation et consolider les filières pour maintenir la production.

Passer le « bio réflexe »


A 300 kilomètres de là, près de Perpignan, Pierre Giovanelli confirme l’aide « sans faille » de la Région. Son entreprise transforme aujourd’hui 1 500 tonnes de fruits bio par an et commercialise 1,5 million de bouteilles de jus et nectars. L’objectif est de faire de siBio une marque régionale de producteurs. La petite Catalane ne cesse de s’agrandir et souhaite partir à la conquête des grands comptes (traiteurs, restaurateurs, grossistes). « On n’hésitera pas à resolliciter la Région si les investissements le nécessitent », assure l’arboriculteur.

L’un des enjeux est la communication autour de ces produits. C’est pourquoi Interbio lance début mars 2023 une large campagne médiatique pour soutenir la consommation du bio sur les radios, les réseaux sociaux et en boutique. Le message est simple : "En Occitanie, faisons passer le bio réflexe".

Millésime bio du 30 janvier au 1er février
Le salon Millésime Bio est considéré comme LE salon mondial du vin et autres boissons bio. Les professionnels de la filière se donnent rendez-vous au Parc des Expositions de Montpellier pour fêter la 30e édition !

Les bienfaits du bio pour tous


Consommateurs, agriculteurs, animaux… La bio est bénéfique à tous !

Pour le consommateur, les avantages sur la santé ont été largement démontrés : réduction de l’exposition aux pesticides, des maladies chroniques et de l’obésité grâce à des aliments plus riches en nutriments, vitamines, minéraux et fibres. Mais l’agriculture bio préserve également la santé des agriculteurs (moins d’intrants et de produits phytosanitaires), leurs revenus, tout comme le bien-être animal (avec des pratiques plus respectueuses) et l’environnement, notamment la biodiversité (+30% d’espèces).

Poulet, La Volaille, Animal

Meilleure Région bio d’Europe

L’Occitanie a remporté, le 23 septembre 2022, le prix de la « meilleure Région Bio » d’Europe décerné par la Commission européenne. Ce trophée récompense la volonté active et les actions mises en place pour un nouveau modèle agricole plus durable. 1 exploitation bio française sur 4 est, en effet, en Occitanie.

[1L’association interprofessionnelle Interbio Occitanie regroupe les 5 réseaux professionnels actifs dans le développement de la filière bio régionale depuis les producteurs jusqu’aux distributeurs : Bio Occitanie, la Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie, Coop de France Occitanie, Sudvinbio et OCEBIO - Occitanie Entreprises Bio.

 

La Réserve Naturelle du Bagnas fête ses 40 ans !

la Réserve Naturelle Nationale du Bagnas fête ses 40 ans en 2023 ! A cette occasion, un programme a été spécialement concocté par l'équipe de l'ADENA, gestionnaire de la Réserve, tout au long de l'année.AAAAAABAGNASCapture d’écran 2023-01-03 202848

Au rythme des saisons, de nombreux rendez-vous sont à noter et à partager pour faire résonner l'écho du Bagnas ! Aux "traditionnelles" visites s'ajoutent des temps de rencontres et d'échanges avec les habitant.es et les professionnel.les du réseau ainsi qu'une nouvelle dimension "Art & Nature" qui, nous l'espérons, apportera un nouveau regard sur le territoire et appuiera l'intérêt grandissant du public envers les questions environnementales de gestion et de préservation d'espaces naturels.
 
 Le programme "Hiver 2023" (en ligne ici), dont voici d'ores et déjà quelques temps forts :AAAAAABAGNASCapture d’écran 2023-01-03 202750 
 
- mercredi 1er février : TOPOSCOPIE. Balade contée et inauguration de la nouvelle aire d'observation à Marseillan (sur inscription uniquement au 04 67 01 60 23)
- samedi 4 et dimanche 5 février : Journées mondiales des Zones Humides
- jeudi 23 février (12h30-13h30) : L'écho du Bagnas. > Les Roselières, un habitat naturel à connaître et à préserver.
- jeudi 30 mars (12h30-13h30) : L'écho du Bagnas. > Le Bagnas face au changement climatique.
 
Les rendez-vous organisés pour les 40 ans de la Réserve sont gratuits, ouverts à toutes et à tous.
Tarifs des visites de la Réserve : 6€ adulte / 3€ enfant / gratuit -6 ans (+ tarifs groupe sur demande)
Réservation obligatoire au 04 67 01 60 23

Vague de froid ! Les aliments riches en graisse sont d’une grande aide pour les oiseaux

Mésange Bleue, Boules De Graisse

 

Pixabay Nourrir Oiseaux

Vague de froid ! Les aliments riches en graisse sont d’une grande aide pour les oiseaux : graines de tournesol noires, cacahuètes (non grillées et non salées), pains de graisse sans huile de palme mais aussi fruits flétris (pommes, poires, raisins).

En diversifiant les postes de nourrissage au jardin et la nourriture pour les oiseaux vous observerez davantage d'espèces ! Les graines de tournesol noires sont très appréciées tout comme les arachides ou les mélanges de graines pour petits passereaux. Des pommes attireront les merles et les gâteaux d’arachide (un mélange de graisses et de farine d’arachide) seront appréciés par la mésange à longue queue. De la graisse, insérée dans des fissures d’écorce, pourra même attirer les grimpereaux et les pics. Cela évite aussi trop de compétition intraspécifique et interspécifique !

Moins de jours de tramontane en 2022, selon Météo France

Selon Météo France :

La tramontane fait partie entière du climat du Languedoc-Roussillon et laisse son empreinte sur la végétation, les cultures, ou encore l’équilibre des fonds marins de la région. En 2022, elle s’est montrée remarquablement discrète dans son domaine, et elle pourrait devenir moins fréquente dans le climat du futur.

 

Extrême, Cerf-Volant, Vent, Sport

 

La tramontane

La tramontane est un vent de secteur ouest à nord-ouest canalisé entre les Pyrénées et les monts du sud du Massif central, qui souffle du Lauragais jusque vers le Roussillon et le sud de Hérault. Sur la région du Lauragais, en passant entre le Massif central et les Pyrénées par le seuil de Naurouze, ce vent prend une composante plus ouest et est appelé le cers.

La tramontane se montre souvent assez forte et turbulente et dégage le ciel en amenant de l’air plus froid et sec. Elle peut souffler en toute saison, avec plus de vigueur en hiver et au printemps. Ses rafales peuvent atteindre des valeurs maximales de 140 km/h, voire plus vers le cap Béar (record 190,8 km/h le 24 janvier 2009).

Plusieurs situations météorologiques sont à l'origine de la tramontane. On l’observe lorsque des hautes pressions sont positionnées sur l’Espagne ou lorsque l’anticyclone des Açores déborde sur le golfe de Gascogne. Elle souffle aussi dans des flux de nord-ouest à nord (souvent à l’arrière d’un front froid), qui apporte de l’air froid vers les régions méditerranéennes, entre un anticyclone à l’ouest et, à l’est, une dépression formée sur le golfe de Gênes ou la mer Tyrrhénienne.

Un jour sur trois en moyenne

La tramontane souffle en moyenne un jour sur trois sur le Languedoc-Roussillon. On compte un jour de tramontane lorsque le vent dépasse ou atteint 60 km/h en rafales. Sur la période 1981-2010, on compte 122 jours en moyenne à Perpignan, 144 à Narbonne.

En 2022, la tramontane s’est montrée discrète, avec seulement 90 jours de tramontane à Perpignan, soit environ un jour sur quatre, un minimum depuis 1981, battant le précédent record de 93 jours en 1989. À Narbonne, le record de 95 jours en 1993, n’a pas été battu, mais approché avec seulement 104 jours.

Sur les trois dernières années, le nombre de jours de tramontane est resté sous les moyennes 1981-2010, avec à Perpignan, 114 jours en 2021 et 98 en 2020.
On observe une forte variabilité interannuelle. L’année 2017 avait notamment été très ventée, avec 131 jours de tramontane à Perpignan.

Poursuivre avec les infographies sur : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/moins-de-jours-de-tramontane-en-2022

Le SMBT vous propose de courtes interviews de quelques acteurs locaux parlant de protection environnementale et d’activités humaines.

Le Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau a été élaboré par les acteurs du territoire de Thau pour gérer l’eau de façon équilibrée et durable. Sa feuille de route comprend trois objectifs : préserver la qualité de l’eau, bien gérer la ressource et prendre soin des milieux aquatiques.
 Le SMBT vous propose de courtes interviews de quelques acteurs locaux parlant de protection environnementale et d’activités humaines.
 Retrouvez l'ensemble de ces vidéos
 
 
Photo SMBTLa feuille de route (SAGE) - Syndicat mixte du bassin de Thau

La Galerie éphémère fête ses 11 ans !

 
 
 Du 03 au 05 février 2023, dans le cadre de la Journée Mondiale des Zones Humides JMZH, des artistes investissent les bâtiments du site protégé des Salines à Villeneuve lès Maguelone, pour vous proposer une manifestation hybride qui a pour ambition de provoquer la rencontre des amoureux de la Nature et des amateurs d’Art.
 AAAAAABOBCapture d’écran 2023-01-02 184604
 
Au programme : de l’illustration, de la photographie, de la peinture, des ateliers de sensibilisation à l’environnement littoral mais aussi des visites guidées à la découverte de la biodiversité qu’abrite cet espace naturel d’exception.
Le réseau CPIE Bassin de Thau, partenaire de l'événement, sera évidemment présent avec la LPO Occitanie - Hérault, Kimiyo, CIVAM Bio 34 et Cosciences. Participez à des experiences scientifiques pour mieux connaître les effets du climat sur les salines, laissez vous porter par l’histoire des plantes des lagunes, partez à l’affut des oiseaux du site et venez-vous amuser à la ludothèque écologique où on peut protéger l’environnement tout en s’amusant !
 
 
Un évènement porté par INKARTAD et le Conservatoire d'espaces naturels d'Occitanie, avec le soutien de Montpellier Méditerranée Métropole, Sète agglopôle, Ville de Villeneuve lès Maguelone, La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Conservatoire du littoral, département de l'Hérault et l'Office français de la biodiversité.
 
Plus d'informations sur :
 Le site internet de la galerie éphémère : https://lagalerieephemere.net/