Environnement

Nettoyage sur le canal du Rhône

Contactés par les "Voies Navigables de France", les Gardiens de Thau ses Ports et sa Lagune participent au nettoyage sur le canal du Rhône (chemin de halage)  le mardi 5 juin à 9h.

RV sur le parking sous le pont du grand rond point qui part vers Frontignan plage.

 "Deux centres d'handicapés "Jean Piaget" de Frontignan et "les Écureuils" de Montpellier, avec qui nous travaillons régulièrement," se joignent à nous.

"Une matinée conviviale avec une équipe du VNF sympathique. Nous sommes heureux de cette nouvelle collaboration". Précise Catherine CHAUZIT, Présidente de l'Association Gardiens de Thau ses Ports et Lagune.

VNF 5 juin 2018

Pollens : le point sur les risques allergiques

Illustration 1 Allergique au pollen ? Suivre le bulletin allergo pollinique

Rhinite, conjonctivite, asthme... Dans son bulletin du vendredi 25 mai 2018, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) note la très forte présence des pollens de graminées sur une grande partie du territoire à l'exception notable de la façade nord-ouest du pays et de certains départements du pourtour de la Méditerranée.

Les allergiques à ce type de pollens sont donc invités à prendre leur traitement ou à consulter leur médecin si nécessaire.

Le risque allergique prévisionnel est établi notamment à partir des quantités de pollens mesurées et des prévisions météorologiques.

Environ 20 % des enfants à partir de 9 ans et 30 % des adultes sont concernés par des allergies en France.

LES DAUPHINS AIMENT LES RIVAGES AGATHOIS ET VIASSOIS


dheCapture

 

Photo de deux individus photographiés en Provence signée Frank Dhermain du Réseau Echouage Cétacés

Juste après le sauvetage réussi d'un dauphin bleu et blanc mardi, un globicéphale noir, espèce beaucoup plus grande (plus de 4m) et plus rare, est venu faire un tour ce soir tout près de la plage de Vias, pour repartir ensuite au large à la chasse aux calmars, son mets préféré !
Les promeneurs et Playa water sport ont permis l'identification de l'espèce car Renaud et Marine de l'Aire marine protégée de la côte agathoise sont arrivés trop tard pour l'observation.

La surveillance des eaux agathoises et viassoises s'est poursuivie sans succès depuis la plage, souhaitons longue vie à ce dauphin.


Rappelons que toute observation de cétacés peut être signalée à l'AMP au 06 13 38 44 77 ou au 06 17 45 28 02 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." rel="noreferrer">

Bienvenue dans mon jardin au naturel les 2 et 3 juin 2018

Le CPIE Bassin de Thau reconduit pour la 4ème année consécutive, l’évènement Bienvenue dans mon Jardin au Naturel. Des jardiniers amateurs ouvriront les portes de leur jardin pour faire connaître et partager avec les visiteurs leurs méthodes de jardinage au naturel.

Réservez quelques heures de votre week-end du 2 au 3 juin 2018

   pour aller à la découverte de jardins de particuliers qui produisent sans pesticides ni engrais chimiques

sur le territoire de Thau et des étangs Palavasiens...

Vignettes Site web 2018_BMJN_carré-1

Accueillir la beauté de la nature dans son jardin, récolter et déguster des aliments frais et sains, fabriquer des gîtes à insectes, des nichoirs à oiseaux et à chauves-souris, réaliser des buttes fertiles, du compost, des systèmes hydrauliques… des techniques à la portée de tous et de toutes.

Des jardiniers volontaires, vous invitent à la découverte de leurs potagers dans un esprit d'échanges, de partage et de convivialité :  anecdotes, pratiques concrètes sur les techniques du jardinage, les espèces à favoriser sur notre territoire, les recettes qui marchent...

 

Ces visites sont libres et gratuites, selon les horaires fixés par les participants (voir la programmation).

Les jardiniers volontaires sont dans une démarche respectueuse de l’environnement : ils n’utilisent ni pesticides, ni engrais chimiques.

L’opération est proposée par les centres permanents d’initiatives pour l’environnement (CPIE). Elle est coordonnée au niveau national par l’Union nationale des CPIE (les 16 et 17 juin 2018) et sur notre territoire par le réseau du CPIE Bassin de Thau (2 et 3 juin 2018).

En 2017, 600 jardiniers ont accueilli près de 24 000 visiteurs en France.

vigneAffiche BMJN 2018

Le week-end du 2 et 3 juin 2018, 11 jardins vous ouvriront leurs portes sur le territoire de Thau et des étangs Palavasiens. Cet événement gratuit vous permettra de vous informer mais aussi d’échanger sur des pratiques de jardinage au naturel avec des jardiniers passionnés. Astuces et animations sur des thématiques diverses (agroécologie, compostage, apiculture, mare au naturel,...) seront au rendez-vous ! Dans ces jardins on ne trouve aucun produit chimique, seulement de la bonne humeur et de la convivialité !

Cette année, les jardiniers vous présentent des espaces consacrés aux potagers, vergers, mares, plantes d’ornement, ruchers. Vous y découvrirez comment utiliser à bon escient, les ressources naturelles de notre climat méditerranéen (éolienne, système d’arrosage, paillage, permaculture, sélection de plantes, etc.). Un évènement national du réseau CPIE Bienvenue dans Mon Jardin au Naturel (BMJN) est un événement national du réseau des CPIE.

Il a lieu chaque année, au printemps, pour s’informer et partager sur les techniques de jardinage. Les jardiniers volontaires sont dans une démarche respectueuse de l’environnement : ils n’utilisent ni pesticides ni engrais chimiques. L’opérppation est proposée par les Centres Permanents d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE).

Elle est coordonnée au niveau national par l’Union nationale des CPIE. Sur le territoire de Thau et des étangs palavasiens, l’événement est coordonné par le CPIE Bassin de Thau pour la quatrième année consécutive.

Vert Demain, nos villes et villages sans pesticides

La dynamique BMJN est conçue en partenariat avec les gestionnaires du territoire et le programme « Vert Demain nos villes et villages sans pesticides » porté par le Syndicat Mixte des Étangs Littoraux (Siel) sur les palavasiens et le Syndicat Mixte du Bassin de Thau (SMBT) sur Thau.

Dans le cadre de ce programme, ces deux syndicats mixtes accompagnent les communes du territoire qui se sont toutes engagées pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires et des engrais sur les espaces verts publics, et réaliser des économies d’eau.

11 jardins ouverts le week-end du 2 et 3 juin 2018
4ème édition de l’événement Bienvenue dans mon jardin au naturel

Ce projet est réalisé avec le soutien de l’Agence de l’eau RMC, de la DREAL Occitanie, la Région Occitanie, le département de l’Hérault, le SMBT, le SIEL et l’implication bénévole des jardiniers.

La Loi littoral en question

Pour Les Echos.fr, La future loi Elan sur le logement et l'aménagement prévoit, dans certains cas, de déroger à la loi littoral. France Nature Environnement redoute des atteintes à la biodiversité, pour la protection de laquelle Nicolas Hulot a annoncé un plan en juillet.

"Le ministre de la Transition écologique risque fort, dans les prochains jours, de voir la loi littoral « affaiblie », ainsi que le redoute France Nature Environnement (FNE), par différentes dispositions sur lesquelles les députés s'apprêtent à débattre. Celles que la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale a introduites, mi-mai dernier, dans le projet de loi portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan)." et pour poursuivre : https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0301715929287-la-loi-littoral-sur-la-sellette-2179184.phpscheCapture

Pour le bassin de Thau :http://www.smbt.fr/sites/default/files/media/Justification%20des%20choix_0.pdf

En savoir plus avec : http://www.smbt.fr/sites/default/files/media/Modalit%C3%A9s%20d%27application%20de%20la%20loi%20littoral.pdf

La loi littoral détermine les conditions d’utilisation et de mise en valeur des espaces terrestres, maritimes et lacustres. Elle s’ applique aux communes riveraines des océans, mers, étangs salés et plans d’eau naturel ou artificiel de pl us de 1000 hectares.

Cette loi est une loi d’aménagement et d’urbanisme qui a pour but :

- la protection des équilibres biologiques et écologiques, la préservation des sites, des paysages et du patrimoine culturel et naturel du littoral

- la préservation et le développement des activités économiques liées à la proximité de l’eau

- la mise en œuvre d’un effort de recherche et d’innovation portant sur les particularités et les ressources du littoral Différents dispositifs de la loi participent à la protection du patrimoine et des paysages :

- Maîtrise de l’urbanisme : extension en continuité ou en hameau nouveau intégré à l’environnement, mais limitée par la création de coupures d’urbanisation et dans les espaces proche du rivage ; no n constructibilité dans la bande littorale des 100 mètres (calculé à compter de la limite haute du rivage).

- Protection stricte des espaces et des milieu x naturels les plus caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral. - Elaboration de schémas de mise en valeur de la mer (SMVM).

- Création en 1975, par l’Etat, du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, pour mener une politique foncière de sauvegarde de l’espace littoral.

Après acquisition, le conservatoire sous-traite (aux communes ou à d’autres structures) la gestion de l’espace.

Les schémas de mise en valeur de la mer (SMVM)

L'article 57 de la loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 modifiée relative à la répartition de compétences entre les communes, les départements, les régions et l'Etat, édicte que « Dans les zones côtières peuvent être établis des schémas de mise en valeur de la mer. Ces schémas fixent […] les orientations fondamentales de la protection, de l'exploitation et de l'aménagement du littoral ».
Ces schémas sont élaborés par l'Etat et sont soumis pour avis aux communes, aux départements et aux régions intéressés ; ils sont approuvés par décret en Conseil d'Etat.
A ce jour, deux SMVM ont été approuvés :

  • Bassin de Thau (Hérault) approuvé le 20 avril 1995,
  • Bassin d'Arcachon (Gironde) approuvé le 23 décembre 2004.

La loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux (D.T.R.) a profondément réformé les schémas de mise en valeur de la mer. Au-delà de la simplification de la procédure conduite par l'Etat, la loi prévoit un nouveau mode d'élaboration des SMVM dans le cadre de la procédure décentralisée des SCOT. Ainsi, si les SCOT comprennent une ou des communes littorales, ils peuvent comporter un chapitre individualisé valant SMVM.
Le décret n° 2007-1586 du 8 novembre 2007 relatif aux schémas de mise en valeur de la mer et modifiant le décret n° 86-1252 du 5 décembre 1986 ainsi que le code de l'urbanisme et le code de l'environnement a été publié au Journal officiel le 10 novembre 2007.

Les schémas d'aménagement de plage
Le schéma d'aménagement de plage (article L.146-6-1 du code de l'urbanisme) permet, à titre dérogatoire, d'autoriser le maintien ou la reconstruction d'équipements ou constructions à l'intérieur de la bande littorale des 100 mètres. Le schéma d'aménagement doit permettre de détruire des bâtiments anciens et de construire de nouveaux bâtiments démontables moins nombreux en améliorant par là même les conditions d'accès au domaine public maritime.
Les prescriptions du schéma devront être reprises par le PLU pour être opposables.
Le schéma d'aménagement est établi par une commune ou un EPCI puis il est soumis par le préfet à enquête publique avant d'être approuvé par décret en Conseil d'Etat.
Le décret n° 2006-1741 du 23 décembre 2006 précise les modalités de la procédure applicable aux schémas d'aménagement de plage.

Bienvenue dans mon jardin au naturel à la LPO

 VILLEVEYRAC

 Le 02 Juin 2018 de 10:00 à 17:00

Nous vous accueillons toute la journée du samedi 2/06 de 10h-17h au Refuge LPO du jardin pédagogique du centre de sauvegarde de Villeveyrac dans le cadre de la manifestation du CPIE Bassin de Thau "Bienvenue dans Mon Jardin au Naturel" et de la Fête des Mares.

Lieu de rendez-vous : Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage - 15, rue du Faucon crécerellette, les cigales, route de Loupian

Responsable : Xavier TARRAT, Volontaire en Service Civique

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRA

LPO : la biodiversité dans l'Hérault

L’image contient peut-être : 2 personnes, enfant et plein air

 

La biodiversité en France est constituée d'un grand nombre d'écosystèmes qui hébergent une grande part de la biodiversité européenne en France métropolitaine, auquel se rajoute la grande diversité biologique dans les collectivités d'outre-mer et dans son domaine maritime.

La France métropolitaine est concernée par 4 des 6 zones biogéographiques répertoriées au sein de l'Union européenne (zones dites atlantique, continentale, méditerranéenne, alpine). Ceci en fait le pays le plus diversifié d'Europe en matière d'écologie du paysage. De plus, plusieurs points chauds de biodiversité se situent sur le territoire français en outre-mer et, globalement, les collectivités d'outre-mer présentent un nombre d'espèces bien plus importants pour tous les groupes taxonomiques par rapport à la France métropolitaine. Enfin, le domaine maritime français est le 2e plus important au monde. Par ces enjeux, la France a donc une responsabilité particulièrement importante en termes de protection de la nature et de patrimoine naturel.

Depuis 2004, la gestion de la biodiversité en France est encadrée par la stratégie nationale pour la biodiversité qui s'inscrit elle-même dans les objectifs fixés par la convention sur la diversité biologique. À partir de 2014, dans le cadre de la simplification administrative et de la mise en œuvre de la stratégie nationale, les parlementaires ont débattu du projet de loi sur la biodiversité qui a notamment intégré la création d'une Agence française pour la biodiversité.

Il existe aussi un Centre d'échange français pour la Convention sur la diversité biologique (CHM) promouvant la coopération scientifique et technique entre les parties à la convention et qui facilite l'accès à l'information sur la diversité biologique dans le monde.

Avec la LPO : découvrir la biodiversité dans l'Hérault :

http://herault.lpo.fr/biodiversite-de-lherault/

http://www.faune-lr.org/index.php?m_id=300&sp_tg=1&action=splist&zid=3&sp_Commune=13640&disp_key=Afficher+la+liste+des+esp%E8ces

La planète est surexploitée

L'air, l’eau, la terre, les minéraux, le pétrole, le bois, le sable, la faune sauvage... Les ressources naturelles sont indispensables ou utiles aux humains mais elles ne sont pas inépuisables. Avec la croissance exponentielle de sa population et l’élévation progressive de son niveau de vie, l’espèce humaine ne se contente plus de l’usufruit que lui offre la nature, elle entame dangereusement son capital.

Selon le Global Footprint Network qui suit l’empreinte écologique et la capacité biologique naturelle de plus de 150 pays, la Terre est entrée en déficit écologique dans les années 1970. Depuis lors, chaque année, les prélèvements effectués par les êtres humains sur la nature ne permettent plus à la Terre de reconstituer ses stocks naturels. Ainsi l’humanité consomme actuellement 168% des ressources disponibles de la planète. Qui plus est, des écarts importants s’observent entre les pays et les continents. Par exemple si tous les habitants du monde se comportaient comme des Luxembourgeois, il ne faudrait pas moins de 7 planètes pour assurer leur train de vie. Si le monde était peuplé d’Américains ou de Canadiens, ils auraient besoin de 5 planètes. Dit autrement, un monde peuplé de Luxembourgeois aurait épuisé les ressources terrestres disponibles annuellement dès le 17 février et un monde peuplé de nord-américains aurait consommé son quota annuel dès la fin mars !

Pour lire la suite de l'article : http://futuroscopie.org/index.php/ressources-naturelles/108-la-planete-est-surexploitee

Nombre de planètes Terre nécessaires à la population mondiale
si tous les terriens vivaient comme les habitants du pays pris en référence [2]

 

Nombre de planètes Terre nécessaires
Luxembourg 7,68
Australie 5,16
Canada 5,13
Etats-Unis 5,04
Koweit 4,82
Belgique 4,04
Finlande 3,95
Israël 3,49
Russie 3,35
Allemagne 3,20
Suisse 3,10
France 2,97
Royaume-Uni 2,96
Japon 2,92
talie 2,64
Espagne 2,36
Chine 2,11
Afrique du sud 1,98
Turquie 1,87
Brésil 1,80
Algérie 1,40
Indonésie 0,85
Sénégal 0,65
Inde 0,62
Haiti 0,37
   
Amérique du nord 5,05
Océanie 3,83
Europe 2,85
Amérique latine 1,61
Asie 1,36
Afrique 0,82
   
Monde 1,68
   

[1] L’institut Wuppertal pour le climat, l'environnement et l'énergie, a été créé en 1991. Situé en Allemagne, à Wuppertal (‎Rhénanie-du-Nord-Westphalie) et à Berlin, il est reconnu internationalement et emploie 200 personnes.
[2] Source : Global Footprint Network, organisation non gouvernementale créée en 2003, basée à Oakland en Californie et à Genève en Suisse pour sa branche européenne.

Le festival de la biodiversité se finit en beauté avec syngnathes et hippocampes

Hippocampus_guttulatus_Syngnathus_abaster_Males_gravides_©Patrick_LOUISY_305modif_bd   

Le Festival de la Biodiversité du 23 au 27 MAI organisé par le réseau CPIE du Bassin de Thau en partenariat avec le service Patrimoine de Sète Agglopôle Méditerranée, a été une belle réussite avec une bonne participation du public soucieux de l’environnement car ce Festival c’est chaque année une semaine d’animations, de balades, d’expositions, d’ateliers et de jeux pour mieux connaître la biodiversité et les milieux naturels du Bassin de Thau et des étangs palavasiens.

Vous pouviez devenir acteurs de la biodiversité en découvrant des programmes de sciences participatives lors de sorties organisées près de chez vous : plantes médicinales et aromatiques, oiseaux, abeilles, paysages, faune et flore sous-marine,… Profiter des différents événements pour tout connaître de la biodiversité du territoire et la préserver en devenant Sentinelles de Thau ! Apprendre à voir l’invisible et ainsi découvrir les merveilles que nous offre la nature…

Ce fut 5 jours avec 28 animations Et ce dimanche après-midi, clôture du festival avec tout d’abord un atelier dans l’après-midi avec « à la recherche des poissons-aiguilles ». Sur la Plage du musée de l’étang de Thau vous pouviez découvrir la biodiversité de la lagune de Thau et ses étranges habitants, tout en aidant à recenser les syngnathes et hippocampes avec ensuite une visite gratuite du musée de l’étang.

La famille syngnathes regroupe les espèces de poissons appelés « syngnathes » et « hippocampes ». La différence se fait dans la posture : les syngnathes sont allongés et tubulaires, alors que les hippocampes ont le corps dressé, avec une queue généralement enroulée et préhensile. Certaines espèces arborent néanmoins des formes plus ou moins intermédiaires.Le radical du nom de cette famille (et de son genre-type) est formé à partir des mots grecs « sun », ensemble, et « gnathos », mâchoire, pour désigner des familles de poissons aux mâchoires soudées formant un museau tubulaire au bout duquel se situe une petite bouche.

Ainsi, plutôt que de mâcher, ces poissons aspirent généralement leur nourriture (souvent composée de plancton) par cette sorte de trompe.

 
Hippocampus_guttulatus_Femelle_Thau_©Patrick_LOUISY-4639-bd
 
Toutes les espèces ont une mâchoire soudée, modifiée en sorte de trompe aspirante plus ou moins longue, et possédant une petite mandibule inférieure pouvant se refermer comme un clapet. La nageoire dorsale est unique et courte, soutenue par 15 à 60 rayons mous, et peut vibrer très rapidement (elle est absente chez certains genres à l’âge adulte). La nageoire anale est très réduite, portée par 2 à 6 rayons ; les pectorales en comptent entre 10 et 23.
Il n’y a pas de nageoire pelvienne, et la caudale est absente chez les hippocampes et certains syngnathes, parfois transformée en queue préhensile. Les plus grosses espèces atteignent 60 cm de long. Presque tous arborent des formes et des couleurs mimétiques de leur environnement : leurs nageoires ne leur permettant pas de s’enfuir rapidement, ils se dissimulent aux yeux de leurs prédateurs en se faisant passer pour des algues ou d’autres êtres sessiles. Leur corps est également couvert de plaques osseuses, les rendant difficiles à manger pour les prédateurs.
Certains arborent cependant des couleurs vives, soit pour se dissimuler dans un environnement coloré soit pour impressionner les éventuels prédateurs. Cette famille comporte environ 300 espèces actuelles.

La plupart des espèces vivent à faible profondeur, rarement loin du fond ou des éléments fixes dans lesquels ils peuvent se protéger (principalement des algues).

Ce sont essentiellement des poissons marins, même si quelques espèces supportent les eaux saumâtres. On trouve la plupart des espèces dans les eaux tropicales des trois principaux bassins océaniques, mais certaines sont adaptées aux eaux tempérées (par exemple en Europe atlantique).

Sur le plan biologique, ces poissons sont notamment singularisés par le fait que ce sont les mâles qui effectuent la gestation des œufs pondus par les femelles dans leur poche ventrale.

Hippocampus_hippocampus_Espiguette_©Patrick_LOUISY_140716C-8250-bd

Hippocampus_hippocampus_©Patrick_Louisy_120726A-2869-bd

 
 
 
Peau-Bleue, est une association scientifique et naturaliste qui réunit compétences, passions et énergies dans un objectif commun : mieux connaître – et faire connaître – l’extraordinaire diversité biologique et écologique des milieux aquatiques, marins ou d’eau douce. Peau-Bleue a développé plusieurs projets de science participative, ou citoyenne, et son expertise dans ce domaine est désormais reconnue.
Peau-Bleue anime EnQuête d’Hippocampes Initié en 2005, avec ses déclinaisons Hippo-ATLAS, Hippo-THAU et désormais Hippo-HABITAT, ce programme ayant  pour objectif d’étudier ces étranges poissons que l’on sait menacés partout dans le monde, mais dont on connaît très mal l’écologie sur nos côtes. Ce programme s’étend aujourd’hui aux syngnathes (poissons-aiguilles) qui appartiennent à la même famille, les Syngnathidés, et dont certaines espèces présentent des enjeux de préservation tout aussi cruciaux.
 
biodiverCapture
A 17 h, le public fut nombreux pour une Soirée d’exception avec Amanda Vincent, experte mondiale des hippocampes qui animait une conférence : « ensemble, sauvons les hippocampes ! »(Project Seahorse).
Elle était accompagné par Patrick Louisy, scientifique et photographe sous-marin qui présentait une rétrospective des 12 ans de travaux de science participative du projet Hippo-THAU.
 
Un Partage et une réflexion autour de la sauvegarde des hippocampes avec un inventaire des problèmes : certaines pêches qui ne font pas de détail, l'économie et le tourisme, la pollution, destructions. Il faut programmer leur préservation. Déjà 80 zones travaillent sur la planète dans ce sens.

Et une présentation des combats pour leur protection, qui montre pourquoi les actions locales – comme la dynamique qui s’est mise en place autour des hippocampes de Thau – sont essentielles pour permettre leur préservation à l’échelle du globe.

 
popoP1050875
 
Le projet Hippo-THAU a été initié en 2005 par l’association Peau-Bleue, structure membre du CPIE Bassin de Thau. Cette première étude sur les hippocampes des côtes françaises a pour objectif d’étudier les variations spatiales et temporelles des hippocampes de l’étang de Thau, de comprendre leur mode de vie et de décrire leurs habitats.
 
Il s’agit également de sensibiliser le public et les acteurs socio-professionnels à la présence de cet animal atypique dans l’étang et à la richesse et la fragilité des milieux lagunaires.
 
(Pour lire la suite :  http://thau-infos.fr/index.php/environnement/36521-hippo-thau-observatoire-local-de-la-biodiversite) Photos de Patrick Louisy, Directeur Scientifique de l’Association Peau-Bleue
Chercheur associé au laboratoire ECOMERS – Université de Nice

popoP1050873

Séminaire police de la nature du 24 mai 2018

Signature d'un protocole d'accord entre Procureurs, Préfet et établissements publics pour apporter une réponse adaptée aux atteintes à l’environnement.

 Séminaire police de la nature du 24 mai 2018

 UNIS POUR PROTÉGER LA NATURE

Dans le cadre de la fête de la nature qui a lieu du 21 au 27 mai 2018, la direction départementale des territoires et de la mer de l’Hérault réunit l’ensemble des services impliqués dans des missions de police de la nature.

Il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire d’agir pour faire face :

- à la dégradation des milieux et des habitats, conséquence d’une consommation des ressources naturelles supérieure à ce que la planète est capable de produire
- et à la disparition d’espèces, dans le contexte d’une sixième extinction de masse et le recule des espèces de vertébrés sur Terre, à la fois en nombre d’animaux et en étendue.

La réponse à ces défis nationaux et mondiaux passe par une prise de conscience locale et une action collective des acteurs du territoire. L’État s’engage dans l’Hérault pour la préservation de la biodiversité.

bani3Capture

Direction départementale des territoires et de la mer de l'Hérault 3 /9 L’Hérault, 3ème département français en terme de biodiversité Le département de l’Hérault se caractérise par une biodiversité riche et variée avec des espaces naturels regorgeant d’espèces végétales et animales rares et protégées qui lui confère une responsabilité départementale, nationale et européenne importante quant à la préservation et la sauvegarde de bon nombre d’habitats et d’espèces.

Un département exceptionnel de par la richesse de son environnement et de sa biodiversité Plus de 700 espèces animales au niveau régionale et une flore sensible

 L’Hérault, 3ème département français en terme de biodiversité Le département de l’Hérault se caractérise par une biodiversité riche et variée avec des espaces naturels regorgeant d’espèces végétales et animales rares et protégées qui lui confère une responsabilité départementale, nationale et européenne importante quant à la préservation et la sauvegarde de bon nombre d’habitats et d’espèces.

Un département exceptionnel de par la richesse de son environnement et de sa biodiversité Plus de 700 espèces animales au niveau régionale et une flore sensible Des milieux naturels variés avec plus de 30 % du territoire (soit 195 000 ha) couvert par le réseau Natura 2000, l’Hérault se place au 3ème rang national.

Un environnement exceptionnel qui suscite en contrepartie un intérêt important et une attractivité forte, source d'atteinte à la biodiversité Dépôts sauvages de déchets, circulation motorisée dans les espaces naturels, braconnage et destruction d’espèces et d'habitats protégés sont autant de menaces qui s’exercent sur ces milieux liées à une pression démographique importante (+ 15 000 habitants/an) et une population saisonnière estivale avec de fortes attentes récréatives (environ 600 000 touristes/an). Faire coexister et rendre compatible les besoins des populations avec les enjeux environnementaux constitue un défi à relever collectivement

La réduction des atteintes à l’environnement constitue ainsi un enjeu majeur dans le département et la structuration d'une activité de police est essentielle

 bani2Capture

 Des enjeux importants qui imposent une politique d e contrôle efficace, pilotée pour le compte du Préfet par la Direction départementale des territoires et de la mer Services de l’État et établissements publics unissent leurs forces au travers d’un plan de contrôle départemental unique pour constater et fa ire cesser les atteintes à l’environnement, sur terre comme en mer.

L’organisation de ce séminaire doit permettre d’associer les collectivités territoriales à cette coordination au sein du département pour permettre de mobiliser l’ensemble des moyens et d’ utiliser tous les leviers d’actions disponibles.

Plus de 50 agents assermentés et commissionnés pouvant intervenir sur le territoire, dans le cadre de missions variées :

  • - sur les milieux et habitats sensibles : eau, mer et littoral, aires marines protégées, réserves naturelles, Natura 2000, etc.
  • - sur la faune et la flore : destruction et dérangement d’espèces protégées, détention et commercialisation d’espèces sauvages ;
  • - sur le contrôle de certaines activités : pêche, chasse, gestion des déchets, circulation dans les espaces naturels, travaux, etc.

 Un plan de contrôle départemental fixant les orientations du département et permettant une meilleure coordination et complémentarité des services Le Préfet et les parquets de Béziers et Montpellier signent un plan de contrôle pour la période 2018 - 2020 fixant les priorités du territoire, les objectifs opérationnels de contrôle et modalités de travail et de collaboration inter - services. Les priorités du département de l’Hérault Priorités dans le doma ine de l’eau :

le contrôle des prélèvements en nappes ou en cours d’eau compte tenu de la raréfaction des ressources ;

la lutte contre les pollutions, en cause pour 47 % des masses d'eau dégradées dans le département. Priorités dans le domaine de la nature :  le contrôle des espaces protégés et sensibles avec une vigilance particulière sur la circulation des véhicules motorisés en espaces naturels ;

  le contrôle de la détention des espèces protégées ;

 la pratique du nourrissage des sangliers qui prolifèrent s ur le département 

le contrôle des dépôts de déchets sauvages en zone naturelle et agricole. Priorités transversales : La protection des milieux lagunaires avec l’organisation de contrôles inter - services visant à couvrir l’ensemble des champs concerné.