Environnement

Le mot à la bouche : sécheresse

Chaque semaine, un mot qui concerne l’alimentation, la nourriture, la gastronomie. Aujourd’hui : "sécheresse", de circonstance après l'été torride qui s'achève.

Selon France Info :

La sécheresse est, cette année, exceptionnelle, avec un impact sur les étals de fruits et légumes pour la rentrée. Pourtant la situation du moment tendra à l'avenir à devenir la norme. Le réchauffement climatique est là, il aura un impact sur notre agriculture et sur notre alimentation.

Dans l'immédiat, il ne devrait pas y avoir de pénurie sur les principaux produits, même si les prix, comme dans beaucoup de secteurs, ont gonflé : plus 10% en un an, selon l’association Familles rurales. Pour Thierry Marx, il convient d'engager une profonde réflexion sur les circuits d'approvisionnement et les modes de consommation.

"On veut tout, toujours plus, et moins cher ! Cela ne fonctionne plus."

Thierry Marx

à franceinfo

Un cahier des valeurs..................... Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-mot-a-la-bouche/le-mot-a-la-bouche-secheresse

L'été 2022 a été marqué par des conditions météorologiques exceptionnelles. Il pourrait être normal après 2050.

Selon Météo France :

L'été 2022 a été marqué par des conditions météorologiques exceptionnelles. Il pourrait être normal après 2050.Changement Climatique

Canicule, sécheresse, feux de forêts, orages violents … l’été 2022 a été marqué par des phénomènes météorologiques extrêmes exceptionnels. Il deviendra un été normal en France après 2050 dans un scénario de forte émission. Cet été hors norme aux conséquences importantes sur notre sociétés souligne les conséquences du changement climatique à l’œuvre sur notre territoire. 

Un des étés les plus chauds jamais observé en France

L’été 2022 (juin-juillet-août) est le deuxième été le plus chaud observé en France depuis au moins 1900 avec un écart de +2,3°C par rapport à la moyenne 1991-2020. L’été 2003 reste le plus chaud jamais mesuré en France avec une anomalie de température de +2,7°C.

Un nombre record de jours de vagues de chaleur

Cet été 2022 a subi trois vagues de chaleur : du 15 au 19 juin, du 12 au 25 juillet et du 31 juillet au 13 août pour un total inédit depuis 1947 de 33 jours de vagues de chaleur (contre 22 jours de vagues de chaleur en 2003) même si la sévérité cumulée des épisodes de l’été 2022 reste nettement inférieure à celle de l’été 2003. 

Une chaleur record

La France a connu cet été une chaleur inédite, que peut illustrer de nombreux records battus cet été. 

  • 40 °C les plus précoces jamais mesurés : Dès le 16 juin, on mesurait plus de 40 °C  à Saint-Jean-de-Minervois. Jamais auparavant un telle chaleur n’avait été observée si tôt dans la saison en France continentale.
  • 40 °C atteint dans le Finistère nord. Cet été, les 40 °C ont été atteints en Finistère nord, ce qui n’avait jamais été mesuré dans cette zone depuis le début des mesures.
  • On a également enregistré plus de 30 °C sur l'île de Ouessant.
  • Le seuil des 40 °C a aussi été atteint en juin, en juillet et en août à Nîmes, ce qui constitue une série inédite. 
  • Nuits tropicales sur la Riviera. Influencée par la température élevée de la Méditerranée, les nuits chaudes y deviennent la norme au cœur de l’été. Depuis le 30 juin, Nice a ainsi connu 56 nuits dites tropicales consécutives.
    Qu'est qu'une nuit tropicale ?.........................................

  • Poursuivre et voir infographies sur : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/changement-climatique-lete-2022-et-ses-extremes-meteorologiques

 

Le risque inondation est le premier risque naturel en France métropolitaine

Le risque inondation est le premier risque naturel en France métropolitaine : 1 Français sur 4 vit en zone inondable et plus de 10 000 communes sont concernées.
Notre belle région est concernée par le risque de crues et d’inondations qui peut être aggravé par le changement climatique et les fortes chaleurs de cet été.
 Face aux pluies intenses et aux crues, ayons les bons réflexes, ils peuvent nous sauver la vie !
Pour en savoir plus, rendez-vous sur  pluie-inondation.gouv.fr

 

Une plongée pédestre dans la Vène avec le SMBT

Le 10 septembre prochain, le Syndicat mixte du bassin de Thau propose une sortie photo pédestre au cœur de la Vène à destination des habitants de Montbazin.

Cette animation permettra de parler de la flore, la faune, la morphologie du cours d’eau, en présence de la technicienne de rivière et de l’animatrice du SAGE* de Thau-Ingril.

Ce sera également l’occasion de recueillir les usages et perceptions des habitants sur la Vène afin d’enrichir le diagnostic hydrologique et écologique actuellement en cours sur la rivière.APEDESCapture d’écran 2022-09-01 175548

Météo : l'été 2022 est le deuxième été le plus chaud après 2003, d'après Météo France

Selon France Info et Météo France :

 

Sponsored image

L'été 2022 est le deuxième été le plus chaud après 2003, avec des pics de chaleur "exceptionnels", a appris franceinfo auprès de Météo France. Durant cet été météorologique, qui couvre les mois de juin, juillet et août, il a fait 22,67 degrés en moyenne, contre 23,10 degrés en moyenne lors de l'été 2003.

>> Intensité, durée, mortalité... On a comparé les canicules qui ont frappé la France depuis 1947

La synthèse détaillée des relevés estivaux ne sera dévoilée qu'à 17H00 par Météo France qui confirme toutefois que l'été 2022 a été marqué par plusieurs records de température. Les 42 degrés ont été atteints à Nantes le 18 juillet, un record absolu.

Pas de journées fraîches depuis début juillet

Dans l'ensemble, il a fait chaud partout en France, sans exception, notamment dans la Manche et en Bretagne, où les températures sont d'ordinaire plus fraîches.

Voir précisions sur : https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/info-franceinfo-meteo-l-ete-2022-est-le-deuxieme-ete-le-plus-chaud-apres-2003-d-apres-meteo-france

Les Mardis du SCOT : Les habitants sont encore invités à participer (Celui du 30 août est reporté au 18 octobre)

 

notre territoire pour demain

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT*) dresse des perspectives pour habiter, se déplacer, consommer… sur le bassin de Thau. Il interroge directement nos pratiques individuelles et collectives. Il touche à notre quotidien. Cela demande l’implication de toutes et de tous, pour développer, mettre en valeur et protéger un territoire que nous savons exceptionnel.

La concertation est un fil rouge dans l’élaboration du SCOT. En complément des enquêtes publiques réglementaires, le SMBT n’a eu de cesse d’impliquer les acteurs du territoire et les citoyens dans la démarche. Randos SCOT, journées SCOT, expositions itinérantes, réunions publiques, recueils d‘avis en mairie se sont succédés de 2006 à 2012 lors de l’élaboration du précédent SCOT. en savoir plus sur les étapes du SCOT jusqu’à aujourd’hui

A l’heure de la révision, un nouveau processus de concertation est engagé avec l’ensemble des acteurs du territoire, au premier rang desquels les communes. Mais il est aussi prévu de mettre en place un dispositif novateur afin de faciliter la participation des citoyens…

Les « Mardis du SCOT » sont un outil d’expression démocratique permettant aux habitants de contribuer à l’élaboration du SCOT. Les réunions auront pour objet d’encourager l’expression et la participation des citoyens à la construction collective de l’avenir du territoire.

Ces réunions sont publiques, elles sont ouvertes à l’ensemble de la population habitant ou travaillant sur le territoire. Le nombre de place est cependant limité pour des raisons sanitaires et d’animation.

Les Mardis du SCOT* : Pourquoi ?

Les enjeux sont clairs. Le SMBT souhaite élaborer une vision future et partagée du territoire avec ses habitants, participer à la montée en compétence du grand public sur le sujet « SCOT », réfléchir et agir autrement. Les objectifs sont d’entendre l’expression des besoins des habitants et usagers sur les enjeux et les contraintes du territoire et de permettre l’émergence d’idées originales et de propositions concrètes émanant des citoyens.

Avec quelles règles du jeu ?

Le premier rendez-vous des «  Mardis du SCOT » s'est tenu le mardi 26 avril. Les suivants ont eu lieu tous les derniers mardis du mois.


  • 8 rencontres, dans 8 lieux différents, sur 8 thématiques
  • Un dispositif itinérant : à chaque édition une nouvelle commune et un lieu d’accueil différent
  • 20 participants maximum
  • Durée : 1h30 environ
  • 1 seule participation par personne

Les sujets qui sont abordés ?

Le SCOT a vocation à définir des objectifs et des prescriptions sur tous les domaines touchant au quotidien des habitants, à l’organisation et au fonctionnement du territoire, aux besoins des populations : l’environnement, l’habitat, les déplacements, l’activité économique, les commerces, les ressources, les risques.

Ainsi, les Mardis du SCOT portent sur :

  • L’agriculture et l’alimentation : mardi 26 avril
  • La mobilité : mardi 31 mai
  • Le patrimoine naturel et les trames vertes & bleues : mardi 28 juin
  • Les ressources (sol, eau, énergie, etc.) :
  • La démographie et le logement : mardi 13 septembre (à venir)
  • Les risques (naturels / industriels, etc.) : mardi 27 septembre (à venir)
  • Qualité et cadre de vie : mardi 15 novembre (à venir)
  • Transition « éco-économique » : mardi 29 novembre (à venir)

Quelles conclusions ?

Les citoyens participent à une démarche expérimentale du SCOT, ils produisent durant les ateliers des propositions présentées par des rapporteurs. Cette contribution citoyenne permettra d’alimenter la révision du SCOT et sera transmise aux élus et bureaux d’études élaborant la révision.

Une 9ème  rencontre de synthèse, réunira, à la fin du processus, les rapporteurs, les participants et  quelques élus. Cette séance permettra de restituer : quelles mesures, objectifs et orientations sont issues des réunions citoyennes.

Quelle est la prochaine date ?

Le Mardi 18 octobre 2022 à 18h, au Syndicat mixte du bassin de Thau à Sète.

Cet atelier portera sur la thématique : “Les ressources du territoire (sol, eau, énergie, etc.)”

Pour vous inscrire, c’est ICI !

 

Pour Loïc Linares, Vice-président de Sète Agglopôle Méditerranée, Délégué à la transition écologique et au SCOT
Conseiller municipal à Frontignan, Délégué à l’aménagement durable et à la transition démocratique :
« Le territoire de Thau a évolué ces dernières années et le SCOT doit se redessiner. Avec les élus du Bassin de Thau, nous sommes fortement impliqués dans la révision du SCOT.
Développer un projet à 20 ans, qui intègre le quotidien des habitants, qui accélère la transition écologique et qui renforce la résilience du territoire est notre engagement.
Pour se faire, la participation citoyenne doit être au cœur de la démarche et les Mardis du SCOT en sont l’expression. Ainsi, ils favoriseront l’expression de la population sur les perspectives de développement du Bassin de Thau et les sujets d’avenir qui touchent à la vie quotidienne ». 

 

* Le Schéma de cohérence territoriale qui est un document d’urbanisme, issu de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), élaboré par les élus et animé par le SMBT, fixe une stratégie et un cadre pour l’aménagement et le développement d’un territoire. Il doit être porteur d’une vision à long terme dans tous les domaines (logement, mobilité, environnement, économie, cadre de vie). Il s’impose aux communes et intercommunalités en matière d’urbanisme. Le territoire de Thau ayant évolué ces dernières années, le SCOT doit se redessiner. Sa révision a pour mission de développer un projet de territoire avec une vision pour les 20 prochaines d’années. Plus d’informations sur le SCOT, son périmètre, ses étapes clés et sa révision.
En savoir plus sur le SCOT, son périmètre, ses étapes et sa révision…

Orages et inondations : fin d'été à risque dans le Sud, l'exécutif sonne l'alerte

Selon Orange.fr :

Les températures anormalement chaudes de la mer Méditerranée accentuent le risque de phénomènes météorologiques violents, à l'image de l'orage surpuissant qui a balayé la Corse jeudi 18 août.

Face aux conditions météorologiques qui favorisent la formation de perturbations potentiellement explosives dans le ciel du pourtour méditerranéen, le gouvernement va lancer mercredi une campagne de sensibilisation, a indiqué le ministère de la Transition écologique, mardi 23 août. Le gouvernement redoute que les orages saisonniers dans 15 départements du sud de la France ne provoquent des inondations, qui pourraient être aggravées par la sécheresse.

 
Sponsored image

L’étude de diagnostic hydromorphologique des cours d’eau du SAGE Thau-Ingril a démarré

 

hydromorpho

 

 

Photos SMBT

L’étude de diagnostic hydromorphologique des cours d’eau du SAGE Thau-Ingril a démarré début avril dernier et va durer un peu plus d’un an jusqu’à fin avril 2023.

Le groupement solidaire AQUASCOP BIOLOGIE et GEORIVES assure la prestation, pour cette étude portée par le SMBT. Le montant total de l’étude s’élève à 91 200 € TTC avec un financement de l’Agence de l’eau (50%), de la Région Occitanie (20%) et du Département de l’Hérault (10%). Le SMBT assure 20% d’autofinancement.

Dans cette étude, c’est la forme physique des cours d’eau qui est étudiée ainsi que leur évolution dans l’espace et le temps. Ce domaine est très important car de la forme du cours d’eau dépend le fonctionnement des écosystèmes aquatiques, qui conditionne la qualité de l’eau, la diminution des crues et la biodiversité. Le nouveau SDAGE 2022-2027 du bassin Rhône-Méditerranée a pour objectif d’atteindre 67% de bon état écologique des milieux aquatiques pour 2027 : cette étude contribue donc à cet objectif.

De manière générale, un diagnostic hydromorphologie permet de mettre en évidence les dysfonctionnements du milieu. D’autres études menant à de la restauration de portions de cours d’eau sont alors entreprises pour les rendre les plus naturels et fonctionnels possible tout en s’adaptant aux contraintes anthropiques : réseaux, chemins, habitations.

Au final l’étude permettra d’avoir une stratégie de reconquête des milieux aquatiques globale puis une action locale sur l’ensemble de notre bassin versant.

carte

 

 

Lors de la phase 1 d’état des lieux, 250 km de cours d’eau sont prospectés dont les deux tiers en prospection fine, à pieds. La photo ci-dessous montre les opérateurs de terrain en action.

Ces investigations de terrain vont permettre de collecter des données qui concernent la forme du cours d’eau autour de 3 types de thématiques :

  • Hydraulique (hauteur de berge, largeur du lit et pente de la berge)
  • Sédimentaire (érosion-transport-dépôt, incision)
  • Milieu (connexion cours d’eau-ripisylve-plaine)

Nous aurons ainsi une image sur le fonctionnement des différents cours d’eau avec notamment la mise en évidence des altérations et connaîtrons mieux le contexte général (pression, occupation du sol) sur l’ensemble du bassin versant.

 

En complément de ces investigations, des acteurs et des usagers du territoire vont être contactés en vue de collecter des informations spécifiques et la perception des cours d’eau. Cette enquête portera également sur le type d’usage associé au cours d’eau.

Un découpage cartographique des cours d’eau va être effectué lors de la phase 2 du diagnostic pour permettre de synthétiser les relevés de terrain puis mettre en évidence les zones de bon fonctionnement et de dysfonctionnement. Concrètement, l’ensemble des thématiques relevées sur le terrain sera présenté sous forme de fiches de synthèse et de cartes.

Ce diagnostic aboutit à un classement des secteurs des cours d’eau et à une définition du programme d’actions en phase 3. Ce dernier mettra notamment en évidence des actions types à mettre en place, l’année, le coût estimatif, et priorisera les secteurs d’intervention. La hiérarchisation se fera en fonction des urgences et des enjeux. Ce programme d’actions sera co-construit avec les partenaires du SMBT puis validé par la Commission locale de l’eau.

En phase 4 seront retenus quatre secteurs pilotes pour des études complémentaires afin de trouver différentes techniques d’aménagement qui seront mises en œuvre et estimer le coût des actions.

De fortes chaleurs attendues en milieu de semaine

Selon Météo France :

Les fortes chaleurs reviennent cette semaine. La chaleur devrait atteindre son pic mercredi, avec plus de 30 °C en plaine.

Sponsored image

 

Retour de la chaleur

Les températures, en général encore raisonnablement élevées ce week-end et en ce début de semaine à la faveur de régimes d’ouest anticycloniques, vont atteindre un pic mercredi. Elles devraient partout dépasser les 30°C en plaine, excepté en Bretagne, en Normandie, dans le Pays Basque, sur la Côte d’Azur.

On attend jusqu’à 35 à 37 ° C dans le midi toulousain.

Les fortes chaleurs se poursuivront sur la façade est, mais baisseront dès jeudi par le Nord-Ouest avec l'arrivée sur l'Europe de l'ouest d'une circulation d’altitude perturbée d’origine océanique qui viendra déstabiliser l’air chaud présent dans les basses couches. Une évolution orageuse est attendue à partir de jeudi par le Sud-Ouest, avec un risque d’orages forts encore à préciser.

Une vague de chaleur ?

Les températures attendues vont être certes élevées, bien au-delà des normales de saison, mais à l’échelle nationale, l’épisode devrait être de courte durée et relativement modéré, et rester assez loin des critères de vague de chaleur.

L’indicateur de température national (moyenne nationale des températures minimales et maximales de la journée) devrait en effet atteindre mercredi environ 24°C, loin des valeurs atteintes lors de pics caniculaires successifs de cet été (27,3°C en juin, 28,1°C en juillet, 26,5°C et 26,3°C pour les deux pics de début août). Ce pic pourrait se prolonger jeudi, en raison de la persistance, voire de l’accentuation par endroits, des fortes chaleurs sur l’Est. 

Des températures maintenant classiques pour une fin-août

Si ces 24°C à l’échelle nationale atteints fin-août étaient très rares jusqu’au tournant du siècle, ils deviennent récurrents ces dernières années. Le graphique ci-dessous indique le nombre de jours par an où l’on dépasse ce seuil après un 21 août : entre 1947 et 2000, le seuil a été atteint seulement 10 jours, et seulement 7 années sur 53.  Entre 2001 et 2021, le seuil a été atteint 28 jours, et 12 années sur 20 !........

Infographies sur : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/de-fortes-chaleurs-attendues-en-milieu-de-semaine

ATLAS DE LA BIODIVERSITE COMMUNALE

Révélons notre Biodiversité -Tutoriel iNaturalist from CPIE Bassin de Thau on Vimeo.

 

Pourquoi participer ?

Vous aimez observer et prendre en photo la biodiversité qui vous entoure ? Vous voulez devenir acteur de la protection de l'environnement ? Alors participez aux Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) de votre territoire !

L’objectif des ABC est de mobiliser les citoyens à découvrir les espèces qui peuplent leur commune afin d’établir une base de connaissances de la biodiversité de celle-ci.

Votre participation à l’ABC via l'application iNaturalist a un double bénéfice : en partageant vos observations naturalistes, vous venez compléter les bases de données de vos communes. Vous participez ainsi à la mise en place de la protection et de la valorisation de votre patrimoine naturel. Vous augmentez également vos connaissances naturalistes sur les espèces du territoire. Insectes, oiseaux, plantes... montrez-nous vos plus belles trouvailles dans votre commune !

Si vous ne connaissez pas l'espèce observée, iNaturalist vous aide à identifier vos trésors locaux !

Alors découvrez le tutoriel de l'application iNaturalist qui vous permettra de participer aux ABC dans votre commune !

Sur le bassin de Thau, on retrouve 3 ABC :

 - l'Atlas de la Biodiversité Communale des Garrigues avec les communes ce Montbazin, Poussan et Villeveyrac.

 - l'Atlas de la Biodiversité Communale des Faucons avec les communes de Montagnac et Saint Pons de Mauchiens.

 - l'Atlas de la Biodiversité Communale de la Lagune avec les communes de Marseillan, Balaruc-le-Vieux, Balaruc-les-Bains, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Mèze et Sète.

Le réseau du CPIE Bassin de Thau : sa programmation estivale, « Prenez l’air … voilà l’été ! »

 
Depuis 2008, le CPIE Bassin de Thau propose des animations tout public, sur de nombreuses thématiques, et les animateurs du réseau, en partenariat avec les acteurs du territoire vous emmènent à la découverte de l’Archipel de Thau, des Palavasiens et du Pays Agathois.
 
aaaairCapture d’écran 2022-07-01 174900
Cet été encore, accompagnez-les à la rencontre d’espèces et de paysages étonnants : causse, aven, montagne, lagune, zone humide et mer. Vous découvrirez des métiers de passions racontés par les producteurs (pêche, ostréiculture, culture des plantes…) et dégusterez les produits du terroir lors des Assiettes gourmandes ! Partez à la découverte des richesses du territoire et de ses fragilités. Vous aurez l’occasion d’échanger avec les professionnels de l’éducation à l’environnement du réseau CPIE Bassin de Thau, autour des enjeux de la ressource en eau mais aussi du changement climatique.
 
Ainsi que de nombreuses autres animations vous attendent ! Apprenez à peindre et dessiner la biodiversité et les paysages au travers de différentes techniques, du collage à l’aquarelle ; œuvrez pour l’environnement en participant à une action citoyenne de ramassage et tri des déchets sur la plage… il y en a pour tous les goûts ! 
 Plus de animations pour tous, réparties sur communes <
Pour s’inscrire à une animation, c’est très simple : les modalités sont indiquées dans le programme.