Environnement

Un Traquet du désert en visite dans l’Hérault

 C’est le 10 Novembre qu'un Traquet du désert (Oenanthe deserti) a été observé dans l’Hérault sur la commune de Montarnaud, par Stéphan Tillo, alors que celui-ci était à la recherche de Moineaux soulcies bagués (Petronia petronia).

Il a ainsi pu observer ce Traquet du désert mâle peu farouche en train de se nourrir. Pour parler un peu biologie, ce traquet se nourrit majoritairement d’insectes comme les fourmis ou encore des coléoptères. C’est un oiseau solitaire ne se regroupant que lors des périodes de reproduction, il est aussi migrateur, hivernant au Sahara et au Sahel (zone de transition entre le désert du Sahara et les plaines).

Le Traquet du désert est donc un oiseau originaire des zones arides/désertiques d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie centrale, son apparition est donc très occasionnelle. [Traquet du désert ©Gérard Picotin] [Traquet du désert ©Gérard Picotin] En France, sur les 10 dernières années, l’oiseau est apparu en moyenne trois fois par an, majoritairement sur le pourtour Méditerranéen et en Bretagne.

Quant à l’Europe son apparition se concentre sur les îles Canaries et aux Pays-Bas. Ces oiseaux ayant souvent été vus dans des zones rappelant leur milieu d’origine telles que des zones sablonneuses ou caillouteuses. La probabilité de le voir dans le sud de la France est rendue plus favorable du fait de sa progression vers le nord-ouest de l’Afrique due aux sécheresses.

La photo a été prise par Gérard Picotin le 13 novembre à Saint-Paul-et-Valmalle. Certains passionnés comme Gérard ont pu observer le traquet pendant ces quelques jours de présence dans l’Hérault et ont transmis leurs observations via l'application mobile Naturalist ou site d'inventaire participatif www.faune-lr.org.

LPO : le tournesol est arrivé

Le tournesol est arrivé !

A l'entrée de l'hiver, préparez vos mangeoires. Nous vous proposons des sacs de tournesol (du Tarn et Garonne, issu de l'agriculture raisonnée) de 5kg ou 15kg au prix de 2€/kg au profit du Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage de la LPO Hérault.

Points relais à Villeveyrac, Montpellier, Bédarieux, Sète, Frontignan. Renseignements au 04.67.78.76.24 (choix 1 au standard)

Retrouvez nos conseils pour nourrir les oiseaux en hiver.

Pour du tournesol certifié BIO, pas de points de ventes locaux, possibilité de commandes en ligne (3,10€/kg, 8€ de frais de port, au profit de la LPO France).

 

Agenda de la LPO : décembre 2018

Voici un rappel des informations qui figurent sur l'agenda en ligne du site internet pour le mois à venir :

- Samedi 1 : "Relâcher d'un Aigle botté", au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage, à Villeveyrac

- Dimanche 2 :
> "Initiation à la reconnaissance des chants d'oiseaux", sortie de terrain à Saint-André-de-Sangonis
> "A la recherche de la Loutre d'Europe", prospection du groupe jeunes naturalistes à Brissac

- Vendredi 7 :
> "Restauration des populations des vautours en France", conférence dans le cadre des rencontres du Groupe Local LPO "Grand Montpellier"

- Samedi 8 :
> "Les oiseaux rupestres", sortie de terrain réservée aux adhérents, à Saint-Félix-de-l'Héras
> "Les enquêtes participatives de la LPO", formation, à Villeveyrac
> "Journée Mondiale du Climat"
, stand LPO au zoo de Lunaret à Montpellier

- Jeudi 13 : "Voyage vers les oiseaux d'Equateur", conférence dans le cadre des rencontres du Groupe Local LPO "Haute vallée de l'Orb", à Bédarieux

- Samedi 15 :
> "Avifaune hivernante", inventaire dans le cadre de l'Atlas de la Biodiversité Communale de Cazouls d'Hérault
> "Les oiseaux rupestres", sortie de terrain, à Minerve

 

Retrouvez le détail de ces actions et l'agenda complet sur:  herault.lpo.fr/agenda

Des élèves de Sciences Po au SMBT pour réinventer la ville

 
 

"Transformer le monde par la ville", c'est l'ambition de du Master Stratégies territoriales et urbaines de l'école Sciences Po Paris.Le 11 octobre, ses étudiants sont venus à la rencontre du Syndicat mixte du bassin de Thau pour en savoir plus sur ces actions en faveur de la protection environnementale de ce territoire d'exception.

Accueillis par Agnès d'Artigues, chargée de mission politiques contractuelles, ls ont pu découvrir le mode de gestion environnementale mené à travers le Contrat de Gestion Intégrée du Territoire de Thau.  L'objectif de ce master est de lutter contre les crises des sociétés contemporaines (inégalités, tensions sociales, environnement dégradé) en faisant des mégapoles des creusets d'innovation.

Premier territoire à s'être doté d'un schéma de Mise en valeur de la Mer pour la préservation des activités de pêche et de cultures marines, le bassin de Thau a servi une nouvelle fois de source d'inspiration.

Plan de déplacements urbains : à l’heure des réunions publiques

       L’image contient peut-être : une personne ou plus
Mobilités, ensemble, inventons demain ! Parce que la mobilité, c’est l’affaire de tous !
Vélo, train, bus, voiture, navettes maritimes… Autant de moyens de transport de notre quotidien, en lien direct avec l’environnement, la sécurité, l’accessibilité, la qualité de l’air, le stationnement, …

Ce mercredi 28 novembre, à la MJC de Poussan, vous pouviez échanger et donner votre avis sur les nouvelles solutions de mobilité pour les 10 prochaines années. Pour cela, 5 réunions publiques sont en effet organisées sur le projet de Plan de déplacements urbains de Sète agglopôle méditerranée.

Car un diagnostic des déplacements a été réalisé, dressant un état des lieux sans concessions de la mobilité sur les 14 communes de Sète agglopôle méditerranée.

dupCapture

Chaque jour, 435 000 déplacements sont réalisés sur notre territoire. Cela représente près de 4 déplacements par habitant en moyenne. Et malheureusement, une grande partie sont encore trop souvent réalisés en voiture, qui reste largement majoritaire (60%), avec son cortège de nuisances : bouchons, pollution, insécurité routière, bruit. Il est urgent de trouver des solutions alternatives pour éviter l’embolie du territoire, notamment lors de la saison estivale durant laquelle la population double, voire triple selon les secteurs…

Un diagnostic des déplacements riche d’enseignements

- Agrandir l'image, .JPG 589Ko (fenêtre modale)Un territoire hautement touristique

Plus du 1/3 des déplacements est réalisé pour aller au travail tous les jours. Or, lorsque l’on étudie plus précisément l’usage de la voiture, on ne comptabilise qu’1,3 passager par véhicule ! Cela signifie que ces voitures circulent majoritairement à vide, offrant de grandes opportunités de développement pour le covoiturage par exemple.

En moyenne, nous passons 50 à 65 minutes par jour dans les déplacements, pour un trajet moyen de 7,5 km. Ainsi, beaucoup d’entre nous perdent beaucoup de temps coincés dans les bouchons… en voiture ou en bus.

- Agrandir l'image, .JPG 316Ko (fenêtre modale)50 à 65 minutes par jour passées en moyenne dans les déplacements

Autre enseignement, le cœur d’agglomération constitué par le triangle Sète-Frontignan-les 2 Balaruc concentre la majorité des équipements publics, des zones d’emplois et des grandes zones commerciales, générant de très nombreux déplacements. C’est donc dans ce secteur que l’on retrouve les grands corridors de déplacements, avec une concentration des difficultés circulatoires en particulier aux heures de pointe.  Ainsi, chaque jour, 184 500 déplacements sont réalisés dans ou en liaison avec la ville centre, Sète, qui connait une embolie circulatoire chaque été, avec l’afflux massif de visiteurs. Cette situation ne peut raisonnablement pas durer, pour la qualité de vie des habitants, mais aussi des touristes. Des solutions sont à trouver pour accéder au cœur d’agglomération en transports en commun, voire… en navettes maritimes inter-étang de Thau.

- Agrandir l'image, .JPG 283Ko (fenêtre modale)Les navettes maritimes intercanaux

Pour terminer, avec près de 70 000 déplacements externes, rentrants ou sortants du territoire, Sète agglôpole méditerranée reste une agglomération orientée vers l’extérieur, et notamment la Métropole voisine. Des pistes d’amélioration sont également à envisager vers les territoires voisins.

Pour le moment, la voiture demeure la reine des déplacements sur notre territoire. Pourtant, un changement des habitudes de déplacements, et notamment de la dépendance à la voiture est devenu indispensable. Cela passe par le déploiement et le développement de solutions alternatives crédibles et efficaces : transports en commun, navettes maritimes, modes actifs, covoiturage…. C’est tout l’enjeu du Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle méditerranée.

« Un changement indispensable des habitudes de déplacements et notamment vis-à-vis de la voiture.

La concertation citoyenne sur le Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle Méditerranée avait été lancée officiellement mardi 26 juin par Norbert CHAPLIN, Vice-président délégué aux politiques de mobilité. Il était accompagné de Laura Jourdan, en charge du PDU et des bureaux d’Etudes Horizon Conseil et Stratis. »

Plus de 200 acteurs du territoire ont été mobilisés sur l’élaboration du PDU

A chaque phase d’élaboration du PDU, une concertation partenariale avec les acteurs techniques, socio-économiques et associatifs du territoire a été mise en place.

2 phases d’ateliers ont été réalisées.

La première phase d’ateliers sur le diagnostic et les enjeux en mars 2018, a mobilisé près de 130 acteurs représentatifs du territoire.

La seconde phase, menée en septembre 2018 était consacrée au pré-projet PDU, en s’appuyant sur les enseignements de la première phase et sur les actions envisagées dans le pré-projet par le bureau d’études. Cette 2ème phase d’ateliers de concertation a mobilisé plus de 80 personnes représentatives du territoire intercommunal. Elle avait un double objectif : évaluer les actions envisagées et proposer des solutions complémentaires.

 

dup22Capture

Les ateliers étaient organisés autour des 4 grands objectifs du pré-projet PDU :

  • Atelier 1 – Des transports en commun plus performants et attractifs
  • Atelier 2 – Un meilleur partage de l’espace dans les centres des communes
  • Atelier 3 – Une mobilité apaisée sur les courtes et moyennes distances
  • Atelier 4 – De nouvelles pratiques de mobilité pour des déplacements plus harmonieux

« A cet égard, cette concertation partenariale a constitué un véritable foisonnement d’idées et de propositions, permettant surtout d’enrichir la vision technique et l’acceptabilité du pré-projet PDU.
Elle a dégagé ainsi des attentes fortes pour l’avenir de nos déplacements, avec des propositions complémentaires émergentes, portées à la connaissance des techniciens et élus du territoire qui feront des choix d’intégration ou pas de certaines au projet. Le projet PDU qui en découle sera ensuite soumis à l’ensemble des habitants du territoire dans le cadre d’une concertation citoyenne élargie fin 2018. »

Ce mercredi à Poussan, le projet a été présenté afin que les participants à la réunion et les personnes intéressées présentes puissent donner leurs avis avant que celui-ci ne soit définitivement proposé aux élus de Sète Agglopôle et puis voté en Conseil Communautaire début 2019, en principe.

dup3Capture

 dup4Capture

dup5Capturedup569Capture
 
Jacques Adgé, Maire de Poussan et Vice Président de SAM avec Norbert Chaplin, Vice Président aussi, délégué aux politiques de mobilité : organisation des transports publics, aménagement des infrastructures, plan de déplacement urbain et accessibilité présentaient la soirée puis laissaient rapidement la parole aux différents techniciens.
 
Près de cinquante personnes allaient écouter attentivement les orateurs avant de poser des questions ou de donner des pistes de réflexions aux techniciens ouverts à la concertation : voies douces ou pistes cyclables, utilisation des anciennes voies ferrées, financement, qu’est-ce qui sera privatisé ou associatif ? le maillage pour les pistes cyclables, les TER, les horaires des bus…
 
(Nous vous en dirons un peu plus, une fois toutes les réunions terminées).
 
dup9999Capture
 
Le projet devrait être validé définitivement fin 2019 et si des actions pourraient voir le jour en 2021, il devrait se développer pleinement à partir de 2022 et  ceci jusqu’à 2030, progressivement, car au-delà des actions et des infrastructures il y a le comportement des habitants du territoire (SAM) qui devra peu à peu évoluer en fonction de ce qui leur sera proposé.
 
 
dup777Capture


SMBT : Thau est un territoire à forte identité maritime.

Un territoire façonné par la lagune qui recèle un patrimoine environnemental, un potentiel économique et une richesse sociale exceptionnels.

 

Thau - Un territoire d’exception

Situé au Sud de la France et ouvert sur le bassin occidental de la mer Méditerranée, le territoire de Thau est une véritable interface entre terre et mer.

Avec 30 kilomètres de façade maritime et un bassin versant de 42 000  hectares, il est avant tout un territoire d'eau qui constitue sa richesse principale.

C'est un territoire côtier qui remplit d'importantes fonctions économiques, sociales et écologiques. Côtes, lagune, ce patrimoine naturel est fragile et vulnérable aux  impacts du changement climatique.

La partie émergée, qui représente environ 70% de sa surface totale, est composée principalement d'espaces agricoles essentiellement représentés par la viticulture, d'espaces naturels et d'implantations urbaines et industrielles.

La singularité des paysages de Thau constitue un cadre de vie remarquable qui est soumis à une forte pression démographique.

Avec une superficie de 7500 hectares, la Lagune de Thau couvre près de 20% de la surface totale du territoire. Elle est la plus grande lagune de la région Languedoc-Roussillon.

Longue de plus de 19 km et avec une profondeur moyenne de 4,5 mètres, le volume des eaux contenues dans la lagune de Thau est évalué à environ 340 millions de m3.

La lagune de Thau recèle une biodiversité exceptionnelle. Avec plus de 196 espèces de végétaux aquatiques, elle offre notamment une zone d’herbiers parmi les plus vastes d’Europe.

Plus de 250 espèces de poissons, de mollusques et autres crustacés trouvent ainsi des zones exceptionnelles de nourriture et de refuge. Une biodiversité remarquable qui lui vaut un classement communautaire en Natura 2000. Parmi toutes les espèces présentes, on peut notamment citer l'Hippocampe, emblème du territoire.

 

Une vocation conchylicole

Cette "mer intérieure " constitue aujourd'hui le socle économique de ce territoire.

 Thau est une lagune méditerranéenne à vocation conchylicole par excellence et ce depuis l'antiquité.

Mais, depuis les années 90, ce secteur est touché par des crises périodiques.

Avec 13 000 t d’huîtres soit 10 % de la production nationale et 3 000 t de moules par an, la conchyliculture a ici un poids économique et social majeur.

C'est le deuxième pôle économique agricole du département avec 2000 emplois directs.

La pêche des poissons et des coquillages  reste elle aussi encore bien représentée sur la lagune.

 

C'est aussi un territoire où le tourisme occupe une place prépondérante.

Les ressources en eau ont également fondé le développement d'une activité thermale qui, dans la commune de Balaruc-les-Bains, attire 60 000 personnes, curistes et accompagnants.

Ce qui en fait la deuxième station thermale de France et la première de Méditerranée.

Mais si l'activité touristique génère un chiffre d'affaires de 275 Millions d'euros, elle a néanmoins certains impacts sur l'environnement de la lagune de Thau. Appelée «l'île singulière», Sète est une cité portuaire née au 17ème siècle de la volonté de Louis XIV de développer le commerce avec le monde. Elle est un point stratégique pour le développement du commerce en Méditerranée, voire le commerce international.

Le port de Sète est au 11e rang des ports français avec 3,6 millions de tonnes traitées en 2011.

Le port dispose également d'un trafic important de ferrys avec les pays d'Afrique du Nord.

C'est aussi le premier port de pêche français en Méditerranée.

 

Un territoire attractif

La forte attractivité de Territoire de Thaufait qu'il subit la plus forte croissance démographique de la région avec une évolution annuelle moyenne de 1,8%.

L'urbanisation exerce donc une forte pression sur les terres préservées de la submersion ou des inondations.

Ce développement pose la question de la gestion durable des ressources et des espaces.

Pour relever les défis du territoire, l’ensemble des acteurs locaux ont décidé de rassembler leurs efforts au travers d’une démarche partenariale inédite à l’échelle du territoire, porteuse d’espoir.

400 scolaires et 250 adultes sensibilisés au risque inondation

La campagne « mieux connaître l’inondation : ce n’est pas sorcier ! » s’est déroulée du 19 au 24 novembre 2018. Installée à bord d’un vieux bus scolaire américain, elle a fait étape à Mèze, Frontignan, Balaruc-le-Vieux, Marseillan et Sète. Le public s’est montré très à l’écoute et vivement intéressé par cette action de sensibilisation.busCapture

LA CAMPAGNE « MIEUX CONNAÎTRE L’INONDATION : CE N’EST PAS SORCIER ! » S’EST DEROULEE DU 19 AU 24 NOVEMBRE 2018. INSTALLEE A BORD D’UN VIEUX BUS SCOLAIRE AMERICAIN, ELLE A FAIT ETAPE A MEZE, FRONTIGNAN, BALARUC-LE-VIEUX, MARSEILLAN ET SETE. LE PUBLIC S’EST MONTRE TRES A L’ECOUTE ET VIVEMENT INTERESSE PAR CETTE ACTION DE SENSIBILISATION.  
 
Menée à l’initiative du Syndicat mixte du bassin de Thau en partenariat avec le Festival de Thau et le soutien du Ministère de la transition écologique et solidaire, la campagne « Mieux connaître l’inondation, ce n’est pas sorcier » a sensibilisé un large public.

 busdlmCapture
 Au total, près de 400 enfants des écoles Lakanal à Sète, Anatole France 2 à Frontignan, Marie-Louise Dumas et Bardou-Maffre de Baugé à Marseillan ainsi que la Calandreta la Cardonilha à Mèze ont participé à l’opération.

Projection contée, quizz et animation autour du projet de sauvegarde du lido de Sète à Marseillan ont vivement attiré l’attention des enfants.  
 
Le grand public était également au rendez-vous avec près de 250 personnes sensibilisées. Cartographie dynamique, modélisation 2D, vidéos didactiques et webdocumentaire ont permis de mieux faire connaître les différents risques auquel est exposé le territoire. Les participants ont également pu découvrir la maquette d’une maison inondable présentant les différentes stratégies d’adaptation au risque ainsi que des supports sur les comportements à adopter.  
 
Seul bémol, l’animation à l’attention du grand public n’a pas pu se tenir à Sète en raison de conditions météorologiques défavorables. Le SMBT présente ses excuses aux personnes qui avaient prévu d’assister à cette opération. En attendant la prochaine campagne, le public est invité à envoyer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. toute information liée au risque inondation (données historiques, documents d’archives, relevés de niveau, photos, vidéos…).

 A découvrir aussi : le webdoc « Raconte-moi l’inondation »    busdfgCapture

Témoignages d’habitants du bassin de Thau ayant vécu une inondation, interviews de spécialistes du risque, conseils et mesures d’adaptation sont à découvrir sur ce support interactif.

Conçu par le Syndicat mixte du bassin de Thau avec le soutien du Ministère de la transition écologique, ce webdocumentaire vise à sensibiliser la population. Comprendre les phénomènes à l’origine du risque inondation, c’est déjà s’adapter ! Pour découvrir ce support, rendez-vous sur http://www.smbt.fr/inondation

Projection du Film TERRA

Terra, une ode à l'espèce humaine
TERRA raconte l’histoire de la vie.


Yann Arthus-Bertrand et Michael Pitiot nous déroulent la formidable épopée du vivant. Des premiers lichens aux gigantesques forêts, des singes de la jungle aux grands animaux mythiques de la savane. En à peine 10 000 ans, la vie terrestre a été profondément bouleversée par le formidable essor de l’humanité. Cette société des hommes se retrouve de plus en plus seule sur Terre. Que voit-on encore du monde vivant qui nous entoure ? Comment les relations ont évolué ? TERRA est un voyage dans l’histoire du vivant, à la recherche de l’animal qui est en nous. De l’humanité finalement.
TERRA n’est pas un documentaire animalier, ni un film d’investigation militant. TERRA est un essai, au sens littéraire du terme, sur l’espèce humaine et sa relation au vivant.
En proposant de renouer avec le respect de la vie sauvage, TERRA se veut une ode à l’espèce humaine, un film humaniste et volontairement positif, pour montrer que l’humanité est encore capable de « revenir à l’essentiel ».

Un débat suivra le film avec Marc RESH spécialiste de l'alimentation végétale et connaissance animale

Nid de Frelons, vigilance : un prédateur pour les abeilles

 Attentio, aux nids de frelons et de Frelons asiatiques car une intervention rapide est souvent nécessaire : au-delà du danger que représentent les frelons pour l'homme, l'animal est un prédateur de nos abeilles.

La présence de plusieurs nids dans la région démontre que le frelon est implanté dans notre département et doit faire l'objet de toutes les attentions afin que sa présence ne soit pas une cause supplémentaire à la disparition des abeilles.

FREDSC_0030 (13)

Les interventions sur la voie publique et dans les bâtiments communaux sont gratuites, En revanche, sur les terrains privés, les particuliers doivent s'informer en premier lieu à la Mairie ou au 112 quand celle-ci est fermée.

Pour les essaims d'abeilles, il faut contacter le SDIS 34 (pompiers) pour alerter le référent apiculteur local qui interviendra en fonction de la situation. Pour les nids de guêpes/frelons, sur le domaine privé c'est au propriétaire de contacter soit les pompiers (qui factureront l'intervention) soit une entreprise privée spécialisée. Sur le domaine public, les services municipaux (PM ou technique) évaluent dans un premier temps la dangerosité du phénomène : concentration et proximité d'activités humaines et contacte le SDIS le cas échéant pour intervention non facturée.

" Une particularité cependant pour les opérations pour nids de guêpes ou frelons dans le domaine privé. S il existe un risque pour les personnes, il appartient aux pompiers de déterminer l'urgence de l'intervention. Si elle est avérée les pompiers interviendront. Exemple, personnes âgées ou enfants en bas âges à la maison."

Le frelon européen (Vespa crabro) est une espèce d'hyménoptère eusocial de la famille des vespidés ressemblant à une guêpe commune mais de taille deux fois plus importante ; c'est en fait la plus grosse des espèces de guêpes européennes. La reine atteint jusqu'à 35 mm, les ouvrières font de 18 à 25 mm et les mâles de 21 à 28 mm. Rayé de jaune et de noir sur l'abdomen, la tête, le thorax, l'abdomen et les antennes sont teintés de roux.Ses colonies annuelles ne survivent pas aux premiers froids, à l'exception des jeunes reines fécondées.

Au printemps, celles-ci créent dans les arbres morts, murs de pierre sèche, greniers ou cheminées, voire dans les vieilles bottes de paille, un tas de compost ou de vieux chiffons, dans les charpentes ou soupentes, un nid en papier mâché (fibres végétales mâchées) abritant les premières alvéoles où elles pondent les premiers œufs.

FREDSC_0025 (16)Après éclosion des larves, les reines qui ont survécu jusque là les nourrissent elles-mêmes jusqu'à la mue. 5 à 7 semaines après la première ponte, ces premières ouvrières matures déchargeront alors la reine de la plupart des travaux. En automne, la colonie atteint son apogée, de jeunes reines et des mâles naissent, prélude du cycle suivant. Les nids sont souvent composés de 5 à 10 (voire 12) rangées de plateaux superposés constitués d'alvéoles toujours orientés vers le bas, mais la configuration générale du nid peut fortement varier selon l'endroit où il est construit. La couleur et les motifs du papier varie selon la fibre végétale collectée par les ouvrières.

Un nid comprend en moyenne 5 000 alvéoles. Le nid, fin août, peut dépasser une capacité de 25 litres et la longueur ultime de son grand-axe (en région méridionale, juste avant les premiers froids) peut atteindre un mètre. Les plus grands nids se rencontrent dans les charpentes et les arbres creux car ces emplacements offrent le plus de surface de fixation.

Plus la bonne saison est longue (cas de la région méditerranéenne), plus les colonies seront développées et plus les nids seront volumineux en fin de saison.

Les jeunes mâles et femelles qui apparaîtront en juin ou juillet ne participent pas à la construction du nid. Lors des premiers froids automnaux, les mâles et femelles et la reine de la saison meurent, ainsi que les ouvrières. Ce sont les jeunes femelles récemment fécondées qui passeront l'hiver pour constituer de nouvelles colonies.

La piqûre de cet insecte, comme celles des autres vespidés est très douloureuse à cause du diamètre du dard et de la composition du venin, celle-ci n'est pas mortelle même lorsqu'une personne est attaquée par plusieurs dizaines de frelons. Néanmoins une seule piqûre peut tuer si l'individu est allergique, en particulier en cas d'œdème de Quincke ou de choc anaphylactique.

Pour les frelons asiatiques voir : http://blog.ville-poussan.fr/?p=73883

Du mazout sur les plages

LES EQUIPES MUNICIPALES EN ACTION DE NETTOYAGE DE BOULETTES DE MAZOUT SUR LES PLAGES DU CAP D'AGDE


Les équipes municipales de l'Aire marine protégée de la côte agathoise, du service des plages et de la direction environnement de la ville d'Agde, associées à celle de la Réserve Naturelle du Bagnas, ont poursuivi ces derniers jours le nettoyage des plages du Môle, de la Roquille, du secteur naturiste et de la réserve pour retirer une par une et à la main plus de 3000 petites plaquettes de "mazout" de quelques cm. 


Malheureusement les mauvaises conditions météo nous font craindre d'autres arrivages et d'autres opérations seront sans doute nécessaires, même si notre littoral est moins touché que la côte palavasienne et surtout provençale.


Et cela en plus des opérations de nettoyage des macro-déchets sur l'ensemble des plages de la commune.
Il est recommandé de ne pas enlever soi-même ces petites plaquettes et d'éviter de marcher sur les laisses de mer.


Les analyses effectuées par la police scientifique sont en cours pour confirmer l'origine des produits car des bateaux indélicats (et en infraction) pourraient avoir profité de l'accident corse pour dégazer de leur côté...


Une plainte conjointe des maires du littoral héraultais devrait être déposée prochainement.



Renaud Dupuy de la grandrive,

Direction du milieu marin de la ville d'Agde
Aire Marine Protégée de la côte agathoise