Environnement

Bilan du week-end national de comptage des oiseaux des jardins

Pour janvier 2018

 Cette année, ce sont plus de 7 800 jardins qui ont participé au comptage et près de 300 000 oiseaux ont été observés !

Héron sur rocher

L’hiver 2018 a été propice à l’observation des oiseaux

L'Observatoire fonctionne tout au long de l'année avec deux temps forts : le dernier week-end de janvier pour les oiseaux hivernants et le dernier week-end de mai pour les nicheurs.

À l’issue de cette sixième année consécutive de comptage, nous pouvons constater que contrairement à l’année dernière, les oiseaux des jardins ont été nombreux à la mangeoire ! Découvrez au fil du bilan quelles espèces ont été les plus fréquentes et les plus abondantes dans vos jardins.

Des afflux de Grosbec casse-noyaux

Afflux ponctuel, arrivée massive, invasion… etc. Nombreux sont les adjectifs qui ont servi à décrire la présence de Grosbec casse-noyaux dans nos jardins cet hiver. En effet, plus d’un quart des jardins participants ont accueilli un Grosbec casse-noyaux lors de ce week-end de comptage. C’est 18 fois plus que l’année dernière !

Certaines espèces n’ont cependant rien à lui envier : Mésange noire et Tarin des aulnes ont été abondants aux jardins.

À vos agendas, le prochain week-end de comptage aura lieu en mai ! 

Quelles espèces vont profiter de la douceur estivale pour nicher dans nos jardins ? Pour le savoir, nous vous invitons à participer au comptage qui aura lieu le weekend du 26 et 27 mai 2018. Le protocole est le même : il vous suffit de compter pendant une heure les oiseaux posés dans votre jardin, votre balcon ou un parc public et d’enregistrer vos données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins. Pour toute question ou problème concernant l’utilisation de ce site, consultez notre Guide d’aide à l’inscription et saisie de données.

LPO France

De nombreux oiseaux menacés d'extinction en France

"Les activités humaines ont toujours eu un effet significatif sur beaucoup d'espèces d'oiseaux.  Les extinctions les plus dramatiques se sont produites dans l'Océan Pacifique après que les hommes eurent colonisé les îles de Mélanésie, de Polynésie et de Micronésie provoquant la disparition de 750 à 1 800 espèces. Selon l’institut Worldwatch, beaucoup de populations d’oiseaux déclinent actuellement dans le monde, 1 200 espèces étant menacées d’extinction dans le siècle à venir." (Wikipédia)

heron,héron,flying,animal wildlife

La principale raison évoquée est la destruction de l’habitat. Les autres menaces incluent la chasse excessive, la mortalité accidentelle due à des collisions avec des avions, la prise accidentelle dans des palangres, la pollution, la concurrence et la prédation par des espèces invasives, les marées noires, l’utilisation de pesticides et le changement climatique.

La situation est très variable suivant les espèces. Si une grande majorité ont leur population qui diminue, certaines ont été sauvées de l'extinction, d'autres ont actuellement leur population en voie de stabilisation voire en phase de développement.

Voir le rapport de 2016 de l'UICN et du Muséum National d'histoire naturelle avec la Liste rouge des espèces menacées en France.

Bilan de la situation des oiseaux nicheurs, hivernants et de passage Mené dans le cadre de la Liste rouge nationale, cet état des lieux porte sur l’évaluation du risque de disparition des 568 espèces d’oiseaux recensées en France métropolitaine, incluant l’ensemble des espèces nicheuses, hivernantes et de passage.

 : https://inpn.mnhn.fr/docs/LR_FCE/UICN-LR-Oiseaux-diffusion.pdf

Un hiver à Grosbecs !

Le bilan du comptage hivernal annuel des oiseaux des jardins a montré un afflux très important de Mésanges noires, Tarins des aulnes et Grosbecs casse-noyaux. Notre département a lui aussi été concerné par la présence massive de ces oiseaux du Nord.

oisCapture

Ces afflux ponctuels peuvent être liés à des problématiques de ressources alimentaires dans les pays nordiques (mauvaise fructification des arbres), à des événements climatiques ou à une meilleure reproduction de ces espèces en été qui entraînerait un plus grand afflux migratoire. Vous avez ainsi été nombreux à nous transmettre vos observations sur notre site d'inventaire participatif faune-lr ou via l'application mobile Naturalist.

Le prochain comptage printanier annuel des oiseaux des jardins aura lieu les 26 et 27 mai, l'occasion de voir si ces oiseaux sont encore présents sur nos territoires : www.oiseauxdesjardins.fr

Migrateurs dans les garrigues de la Moure

Sortie de terrain

 Villeveyrac

Le 10 Mai 2018 de 9 h 00 à 12 h 00

Dans le cadre du programme de découverte du site Natura 2000 « Garrigues de la Moure et d'Aumelas » et de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs, partons observer les oiseaux patrimoniaux de nos garrigues, qu’ils soient sédentaires ou revenus d’Afrique pour nicher.

Découvrons leur habitat, les menaces pour ces espèces et les mesures de gestion mises en place pour favoriser ces oiseaux que nous aurons la chance d’observer.

Cette animation est proposée par la Communauté de Communes Vallée de l’Hérault et animée par la LPO Hérault.

Circaète Jean-le-Blanc ©P. Besançon/LPO Hérault

Lieu de rendez-vous : indiqué lors de l'inscription

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 81 37 81 63

"De ferme en ferme" 2018 : un très bon samedi avec le CPIE

che22P1040010

Ce week-end vous aviez l'occasion de partir à la rencontre des paysans avec « L’Hérault de ferme en ferme », deux journées durant lesquelles près de 30 producteurs du Département proposaient gratuitement des visites commentées de leur ferme, accompagnées de démonstrations et de dégustations de produits fermiers. Visites des fermes, dégustation de produits, découverte de savoir-faire agricoles, repas à la ferme, ateliers pour les enfants, échanges sur l’avenir de l’agriculture étaient au rendez-vous.

Et dès ce samedi 28, ce fut un énorme succès avec des fermes devenues des lieux de rassemblement et des routes sillonnées par de nombreux véhicules allant de ferme en ferme. Viticulture, apiculture, élevage de chèvres, de vache, d’escargots, maraîchage, culture de spiruline, de safran… Vous aviez le choix. Autour du Bassin de Thau, ce 28 avril, dans ce cadre; le CPIE Bassin de Thau vous proposait un circuit spécial Paniers de Thau. Un moment convivial d’échange et de partage entre producteurs, consommateurs et consommateurs-relais et de plus vous pouviez rejoindre le circuit dans l'après-midi bien qu'une inscription fut aussi possible.

Rendez-vous était à la salle des rencontres de Vileveyrac pour favoriser le covoiturage avant de se rendre à la safranière de Jorge FERNANDES, producteur de safran au Clos de la libellule, toujours à Villeveyrac. Son choix de vie est né avec une conviction : l'agriculture doit rester humaine, en symbiose avec la nature. Il travaille avec son épouse.

che3333P1040021

 "Nous travaillons chaque jour pour vous apporter le meilleur. Le safran qui est le pistil du crocus sativus, est un des éléments les plus chers de l’histoire. Le mot safran provient du persan za’faran qui signifie « jaune ». On en a retrouvé en Irak, dans des peintures de mammouths datant de la préhistoire (il y a plus de 50 000 ans). On sait aussi que les Sumériens utilisaient le safran sauvage pour la magie (5000 ans avant notre ère). Une des plus anciennes traces écrites de cette épice se trouve dans la Bible, où est vanté son parfum.Ce n’est qu’à partir de deux mille ans avant notre ère qu’on commence à le cultiver en Crète. Ce sont les commerçants Phéniciens qui ont répandu le safran dans toute l’Europe. Que ce soit chez les Grecs, les Égyptiens ou les Romains, l'utilisation du safran était variée : parfum, remède, aromate et colorant. 15 kg par an produits en France par 70 safraniers.

Depuis 3 ans, son safran fait officiellement parti des meilleurs. Mais, saviez-vous qu'il en existe différentes qualités de safran ?

Les "faux safran" et autres poudres colorantes composées de colorants chimiques sont connues et reconnaissables facilement. Toutefois, il est difficile de reconnaître un safran d'une qualité irréprochable.

C'est pour cela qu'en 2010, le comité ISO a crée une analyse permettant de distinguer les récoltes.Une façon simple de reconnaître un safran haut de gamme est d'observer. En effet, l'endroit où sont prélevés les stigmates permettent simplement de percevoir trois types d'émondages différents dont le meilleur est le Safran de type Sargol ou Coupe, On ne coupe que le haut du pistil, avant l'union des stigmates et sans le style (partie basse blanche). Appelé aussi « All Red ».

"Nous avons donc choisi de récolter et d'émonder notre safran avec la méthode "Sargol" ou "all red". Toutes les qualités organoleptiques du safran se trouvent dans la partie rouge du pistil. Il sert à parfumer et colorer tous les plats ! Il sert aussi pour réaliser de nombreux dérivés comme l'élixir de safran, du miel au safran, des confitures..." Et un travail de longue haleine pour ce safranier car la culture du safran dont le parfum comme celui du miel possède de subtiles consonances métalliques qui suit un cycle bien précis.

Pour en savoir plus : http://www.laboutiquedusafran.fr ou bien encore sur : http://thau-infos.fr/index.php/gastronomie/24219-un-poussannais-passionne-par-la-culture-du-safran

che6666P1040041

Des premiers contacts qui en appelaient d'autres avec 15 h, visite du moulin et de l’oliveraie chez Muriel DELATORRE, oléicultrice au Moulin de la Dentelle, Villeveyrac. Le moulin de la dentelle premier moulin privé de Villeveyrac depuis la fin des années 50 est une entreprise familiale crée en 2009. Muriel,(la moulinière) s'emploie a fabriquer dans les meilleures conditions l'huile de sa production avec le souci d'une agriculture raisonnée. Et aussi celle des petits apportant des villages environnants. Muriel produit des huiles issues de variétés ancestrales du Languedoc, la lucque, la picholine L'olivière, la bouteillan.

che555P1040038

 Et elle précisait : "L'huile mono variétale est élaborée dans le respect le plus total de la qualité depuis la cueillette manuelle à la mise en bouteille : nous travaillons en famille sur une propriété de 5 hectares d'oliviers, regroupant l'ensemble des variétés proposées à notre clientèle. La zone de réception permet le vidage de deux véhicules en simultané et de procéder à la pesée et à l'enregistrement des lots ; Les lots sont placés dans des contenants ajourés de 200 kg de capacité qui peuvent être triturés dans la foulée. L'effeuillage et le lavage sont les premières étapes puis intervient le broyage cette phase tout comme la suivante sont déterminantes pour la réussite d'une huile de qualité. La dernière opération consiste à extraire l'huile de la pâte d'olive par centrifugation, l'huile sera stockée directement dans nos cuves en inox, l'autre sera l'évacuation du mélange de margines et de grignons vers l'extérieur puis répandus sur nos oliveraies servant ainsi de fertilisant naturel."

 Mais elle ne s'arrête pas là en proposant une gamme de produits issus de son savoir-faire, gage de qualité et de respect de la nature. Et que dire d'une belle démonstration de taille des oliviers par Pépito, un grand spécialiste, qui donnait des conseils : "Eviter janvier et février, préférer le printemps, et quelquefois ne as avoir peur d'arroser".

 Pour en savoir plus : http://www.moulindeladentelle.com/

Pour terminer ce circuit spécial "Paniers de Thau" 2018 de la CPIE axé sur la gestion de l'eau et la préservation des ressources alors que d'autres visiteurs ne cessaient d'arriver sur les différents sites, rendez-vous chez Nelly et Christophe BRODU, éleveurs de chèvres Ferme des Saveurs, au Mas Saint Farriol, à Villeveyrac avec à partir de 17 h 30 une initiation à la traite.

Une présentation du troupeau et des différentes opérations nécessaires pour obtenir de bons fromages était réalisée : après la collecte, le lait de chèvre peut être utilisé cru ou pasteurisé, c’est-à-dire chauffé pendant 30 secondes à 74°C. Ramené à une température de 18-19°C, le lait est ensuite additionné de ferments lactiques, mis en œuvre depuis toujours pour fabriquer fromage et yaourt. Pour permettre la lente coagulation du lait, pendant un ou deux jours, on y ajoute également un peu de présure. Le plus souvent égoutté sur une toile, le caillé solide est constitué de caséines (grosses molécules de protéines de lait) et de matières grasses.

cheCaptureEt si le e chèvre frais est souple et humide, à peine sorti du moule et déjà doté d'une saveur délicate, il s'accommode très bien d'un saupoudrage de fines herbes fraîches ou séchées, persil, ciboulette, coriandre..., voire du trait d'un bon poivre en moulin ou de fleur de sel.

Pour le reste ce sera une question d'affinage.

 Et Nelly précisait : "En mars, après une période de calme imposée par la nature, la fabrication du fromage de chèvres reprend."

"Le Pélardon est un fromage saisonnier et ce que l'on veut, c'est sauvegarder un produit de qualité fermière et ne pas tomber dans du standardisé".

Dans la fromagerie ultra moderne, les fromages sont affinés jusqu'à l'obtention d'une pâte fine au grain parfait, apportant au fromage tout son fondant. Dans ce laboratoire point de mécanisation, tout ici est fait manuellement.

Et alors que des visiteurs avaient visité la Ferme des saveurs de Nelly et Christophe BRODU toute la journée en posant de nombreuses questions, en découvrant le troupeau et les produits réalisés, le groupe CPIE pouvait profiter d"une initiation à la traite des chèvres et des brebis vers 17 h 30 avant de clôturer la journée par un apéritif convivial offert par le CPIE.

Pour en savoir plus : http://saintfarriol.free.fr

Si ce circuit se clôturait par une dégustation sur place ainsi que par un apéritif convivial offert par le CPIE, Bassin de Thau, durant ces 28 et 29, bon nombre de visiteurs venus de tout le département ont aussi pu profiter de cet événement et aller au plus près de certains producteurs régionaux.

Un week-end pour valoriser l’Agriculture et le Milieu rural et un samedi très instructif qui pouvait se poursuivre le dimanche sur ces sites et sur bien d'autres malgré le mauvais temps. Que du bonheur avec un respect de la nature par chacun des fermiers, qui doivent aussi s'occuper de la commercialisation de leurs produits, souvent en circuits-courts, sur les marchés et de bien d'autres façons pour pouvoir maintenir leurs exploitations et en vivre en s'épanouissant.

 

 

 

L’oursinade : un partage pour un voyage gustatif

   herP1040077  

C’était la Fête de l’oursin à Poussan, ce dimanche jusqu’à 14 h, dans les Halles. José du café Beauséjour avait décidé de mettre à l’honneur ce mets délicat apprécié des fins gourmets. Il s’était associé à Mickaël Hérédia, producteur de coquillages à Loupian, pour proposer une bonne oursinade, comme on les aime, décontractée et permettant à des familles ou à des amis de partager un très bon moment de plaisir. Il faut savoir que  Mickaël, conchyliculteur depuis 2004, a ouvert un magasin au 2 Boulevard Prosper Gervais où il vous propose tous les week-end des coquillages et d’autres produits de la mer ou de l’étang de Thau.

Une chance pour de nombreux Poussannais qui depuis peuvent en profiter sans se déplacer en voiture. Il est à votre disposition, le vendredi de 8 h à 13 h et de 17 h à 20 h, le samedi de 17 h à 20 h et le dimanche aussi de 8 h à 13 h.

Et ce dimanche, même s’il pleuvait,  cette animation particulière permettait d’oublier la  météo, car cet événement fut bien apprécié : une excellente idée que d’organiser cet oursinade qui fut une belle occasion de promouvoir les bons produits de l’étang de Thau et de les partager dans la convivialité.

 Ce dimanche, les oursins, les escargots de mer, les moules et les huîtres étaient plus beaux les uns que les autres.

Car le meilleur dans l’oursin, c’est le corail qui n’est autre que l’appareil reproducteur de cet animal. Il est le plus souvent consommé cru sur du pain, parfois accompagné d’une goutte de jus de citron et d’une tartine de beurre. Il est parfois ajouté en fin de cuisson dans une soupe de poisson, une sauce à la crème ou sur des œufs à la coque, pour en relever le goût.herP1040051

La saveur de ce petit animal d’une grande complexité -, comprenant des nuances sucrées derrière la première sensation iodée ,un goût d’agrumes et de noisette , de miel ( certains y décèlent le gout du sang !), la texture de sa chair, l’impression d’accéder à un met défendu – le gonade plus couramment appelé « corail » désigne les cinq glandes sexuelles comestibles- sont autant de raison pour expliquer l’engouement suscité par ce chouchou .

Et n’oubliez pas, l’oursin, est un lointain cousin !

L’oursin fait partie des échinodermes, dont la peau est couverte de pics, comme le suggère l’étymologie grecque. Parmi eux, on trouve aussi les étoiles et les concombres de mer. Les échinodermes sont des deutérostomiens, ce qui désigne un type de développement embryonnaire qui est également celui de tous des vertébrés. Autrement dit, ces animaux sont finalement nos cousins lointains. Un oursin est plus étroitement apparenté à un homme qu’à n’importe quel invertébré, par exemple une seiche ou un bigorneau, pour citer des exemples dans le milieu aquatique. Les échinodermes sont connus dans les archives fossiles depuis le début du cambrien, soit 540 millions d’années.

Bien que constituées essentiellement d’eau, les oursins sont relativement nutritifs, notamment en matière de protéines et minéraux, mais pauvre en sucre et en graisses. 100 grammes de corail d’oursins apportent environ selon les espèces entre 120 et 150 Kcal pour 13 g de protéines, 3 g de lipides et 3 g de glucides. Ils apportent également de l’iode, du zinc, de la vitamine A et des Oméga-3.


herP1040072Le corail d’oursin contient aussi de petites quantités d’une anandamide cannabinoïde appelée arachidonoylethanolamide (AEA), qui a un effet euphorisant quand il est consommé en quantités suffisantes. Il faut savoir que tous les oursins ne sont pas comestibles : dans certaines espèces on ne trouvera presque rien à manger, d’autres ont un goût amer (comme l’oursin noir, qui ressemble beaucoup à l’oursin violet) et d’autres encore pourraient être toxiques dans certaines régions du monde (mais pas en France métropolitaine).

Comme pour les champignons, il convient donc de bien identifier la nature de la récolte avant toute consommation, mais aussi de s’assurer de sa fraîcheur comme pour tous les fruits de mer.

Les participants en ont profité pour se délecter avec ces  échinodermes en appréciant cette dégustation vente qui a éveillé leurs papilles. D’autres ont accompagné leur apéritif par une assiette d’huîtres ou d’oursins, car associés à un petit rosé ou un vin blanc dégustés avec modération ce pouvait être un vrai régal. Pour de nombreux visiteurs, celui-ci s’est poursuivi chez eux car, bien sûr, ils pouvaient en emporter.Que du bonheur ! José et Mickaël nous donnent déjà rendez-vous pour l’année prochaine.

Screen Shot 04-17-16 at 12.02 PM 001

L'UE bannit des néonicotinoïdes pour sauver les abeilles

Abeille sur tournesol

Selon l'AFP :

L'Union européenne a décidé vendredi d'élargir l'interdiction de trois néonicotinoïdes, des pesticides jugés dangereux pour les abeilles, à toutes les cultures en plein champ, au nom de la défense de la biodiversité et de l'environnement.

Bernie l'abeille, insecte gonflable géant déployé par le collectif Avaaz vendredi matin devant les bâtiments de l'UE à Bruxelles, peut se réjouir. Défendue par la Commission européenne, l'interdiction a été votée par une majorité qualifiée d'Etats membres lors d'un comité technique à huis clos.

Pour en savoir plus : https://www.afp.com/fr/infos/334/lue-bannit-des-neonicotinoides-pour-sauver-les-abeilles-doc-14d5bf4

Soutenez Les Écologistes de l'Euzière

Grâce à un simple vote, le projet des Écologistes de l'Euzière "Découvrons la biodiversité qui passe par nos jardins"  pourra se réaliser ! Ils ont déjà 260 votes, avec 700 ils seront sélectionnés.

  Ils ont jusqu’au 11 mai ! Les Écologistes de l'Euzière

- Agir local, penser global : Comment, à mon échelle, je peux améliorer la biodiversité de ma ville,
- Favoriser l’entraide et le lien social dans son quartier : à partir d’animation directement chez les habitants et en invitant ses voisins,
- Comprendre la contribution des jardins privés à la biodiversité urbaine : les données récoltées seront agrégées pour contribuer à une étude scientifique.

Sensibiliser par l’action et mieux connaître la contribution des jardins privés à la biodiversité urbaine.

Découvrons la biodiversité qui passe par mon jardin !

Description

La fragmentation des zones naturelles entrave le bon fonctionnement écologique des habitats. Les scientifiques ont démontré que le maillage et la continuité des écosystèmes étaient essentiels, entre autre, pour lutter contre la régression de la biodiversité et répondre aux impacts du dérèglement climatique.
La réponse, décidée lors du Grenelle de l’Environnement, est la définition sur le territoire d’une Trame Verte et Bleue (TVB) constituée de milieux naturels aquatiques et terrestres réservoirs de biodiversité. Un autre élément essentiel de cette trame, sont les corridors écologique qui assurent la connectivité entre les réservoirs de biodiversité. Ces corridors et réservoirs représentent l’ensemble des conditions favorables permettant aux espèces d’effectuer leur déplacement et d’accomplir leur cycle de vie.
 
Contrairement aux idées reçues, les espaces urbains, bien que fortement marqués par l'empreinte humaine ne sont pas des lieux stériles, exempts de biodiversité. Ainsi, la « valeur patrimoniale» des espaces publics est assez bien connue ; à contrario, la biodiversité des jardins privés et leur rôle au sein des corridors et entre les réservoirs écologiques n’ont jamais été étudiés. Alors que ces jardins représentent 80% des espaces naturels de la ville.
 
En collaboration avec les habitants de Montpellier, nous proposons d’étudier le rôle de ces jardins privés au sein de la biodiversité urbaine.
 
Ce projet sera réalisé avec les habitants de la ville de Montpellier pour établir un diagnostic de leur jardin (seul, avec leurs voisins et/ou accompagné d’un écologue) et faire évoluer leurs pratiques et l’aménagement de leur jardin. Par l’implication des habitants, des scolaires et des entreprises, ce projet permettra de mobiliser de nombreux acteurs de la ville, de les sensibiliser et de les impliquer dans un projet de protection de la nature ordinaire.
 
Les objectifs du projet :
> connaître et étudier le rôle joué par les jardins privés au sein des corridors et réservoirs écologiques de la ville de Montpellier et plus globalement au sein de la biodiversité urbaine
> sensibiliser par l’action et la participation aux enjeux de protection de la biodiversité urbaine et à l’impact des jardins privés, de leur aménagement et de leur entretien.
> identifier et préconiser les leviers d’actions en terme d’amélioration des pratiques d’aménagement et de gestion des jardins privés
> créer du lien entre les habitants d’un quartier afin de réaliser des inventaires partagés et échanger des pratiques de gestion.
 

 

Vigilance "Pollens"

dandelion seeds macro

Plus de 20% de la population française souffre d´allergie respiratoire. De nombreux facteurs peuvent être à l´origine de ces manifestations. Ils peuvent être classés en 3 catégories :

• Les facteurs environnementaux intérieurs : il s´agit de tous les allergènes potentiels respirés avec l´air intérieur des locaux : acariens, moisissures, poils de chat, poils de chien, etc…
• Les facteurs environnementaux extérieurs : il s´agit de tous les allergènes potentiels respirés avec l´air extérieur : pollens, moisissures.
• Les facteurs de pollution atmosphérique : il existe des relations triangulaires entre pollution, pollens et allergie. La pollution peut à la fois agir sur les pollens en modifiant leur structure biochimique extérieure et par là même leur allergénicité et sur les muqueuses respiratoires de l´homme en modifiant sa sensibilité immunologique aux grains de pollens.

Le site : http://www.pollens.fr/docs/vigilance.html édite des cartes de vigilance.

Pensez à actualiser et à cliquer sur votre département.

Journée des Jardins

Cette nouvelle « Journée des Jardins », rendez-vous incontournable de la région, dont le succès ne se dément pas au fil des années, aura lieu le dimanche 13 Mai 2018 de 10h à 18h, sous les futaies des platanes du parc du château des évêques.

Comme chaque année, cette journée réunira des exposants spécialisés, pépiniéristes, horticulteurs, artisans et des particuliers amateurs dans une manifestation dont la philosophie est restée la même au fil des ans : la transmission des passions et des savoirs.
Des expositions et autres animations viendront étoffer le programme de cette journée.

Crapauds et tritons dans les carrières de Beaulieu

Chaque année, naturalistes et passionnés de nature se rendent sur les chemins de Beaulieu à la rencontre des batraciens qui s'éveillent lors de la période de reproduction à grands renforts de vocalises.

Organisée par l'association ARBRE, la sortie du mois dernier a réservé bien des surprises pour les trente participants partis à la nuit tombante et équipés de lampes frontales en direction du petit peuple des mares à proximité des carrières de Beaulieu.

Sur plus de 30 espèces d’amphibiens présentes en France, 17 vivent dans la région héraultaise et 8 ont pu être identifiées à Beaulieu. Espèces protégées, les batraciens étaient au rendez-vous après un hiver un peu chaud et l'équipée a pu approcher le Crapaud calamite au chant  régulier et la Rainette méridionale, le Triton palmé femelle et plus loin le Triton marbré femelle et mâle reconnaissable à sa crête dorsale.

Jean-Pierre Fels, président de l’association organisatrice de la soirée, propose aux participants de poursuivre leur découverte en consultant sur le site de l’ARBRE la documentation déposée par Jérémy et Karline les animateurs de la soirée du 16 mars 2018.

Prochaines sorties : 

Mai 2018

Dimanche 27- Sortie nature « Oiseaux »

Dimanche 06 – Sortie famille « avec 123 Soleil »

Mardi 15 – École Éducation à l’Environnement « CP Beaulieu »

Les autres rendez-vous