Environnement

La course aux terres arables

terre arable

Sur les 13 milliards d’hectares de terres émergées de la planète, seuls 1,6 milliard d’hectares sont des terres arables, le reste est occupé par la forêt (4,0 milliards d’hectares), les prairies ou les pâturages (3,3 milliards d’hectare) et les terres inutilisables (l’antarctique, les déserts, les iles rocheuses, le zones urbaines, etc.). Les terres arables sont donc limitées.

Dans le futur, selon la FAO, les terres encore disponibles mais de bonne qualité se feront rares, surtout si on veut protéger les grandes forêts tropicales pour préserver l’équilibre climatique et la biodiversité.
Le réchauffement climatique devraient bien rendre exploitables de nouvelles terres au nord mais d’autres seront atteintes par le processus de désertification (notamment dans les régions du Sahel, en Australie, en Espagne, etc.). Il faudra aussi compenser les terres devenues stériles par l’érosion, la salinisation ou la surexploitation et celles perdues par l’industrialisation ou l’urbanisation, en particulier en Asie. Au global, moins de 200 millions d’hectares pourraient être encore ajoutés aux 1600 millions d’hectares déjà exploités actuellement mais guère davantage.

Les terres arables seront-elles alors suffisantes pour nourrir la population humaine qui va connaître son apogée au cours de ce siècle et dont les attentes seront plus fortes avec l’élévation de leur niveau de vie ? La pression démographique, dans un contexte de changement climatique, ne va-elle pas engendrer une compétition de plus en plus âpre pour la terre ? L’insécurité alimentaire va-t-elle s’aggraver en particulier pour les populations vulnérables d’Afrique et d’Asie ?

Pour aller plus loin : http://futuroscopie.org/index.php/ressources-naturelles/71-la-course-aux-terres-arables

LPO : les observations de juin 2018

 Liste des animaux jamais observés, très rares et rares de l'Hérault transmis sur le site d'inventaire participatif faune-lr.org et application mobile Naturalist :

 

Etourneaux roselins

- Frontignan : 1 individu le 02/06 (H. Cristoph)
- Lansargues : 3 individus le 03/06 (V. Véronique), 2 individus le 12/06 (M. Julien), 1 individu le 14/06 (L. Cédric), 1 individu le 19/06 (M. Lucas)
- Sète : 3 individus le 03/06 (S. Estelle & François), 4 individus le 05/06 (S. Estelle & François)
- Vendres : 9 individus le 01/06 (B. Yves, C. Anthony, G. Pierre, P. Gérard, O. Georges), 34 individus le 01/06 (G. Frédéric), 11 individus le 02/06 (D. Jean-Michel, D. Emmanuel, M. Chantal, R. Sylvain), 1 individu le 02/06 (C. Etienne), 3 individus le 02/06 (L. Vincent, N. Mathieu), 1 individu le 02/06+ (R. Sylvain)
- Villeveyrac : 4 individus le 01/06 (B. Jean-François, B. Mathias, M. Thomas), 1 individu le 05/06 (P. Gérard)

Faucon d’Eléonore

-  Campagnan : 1 individu le 27/06 (D. Thomas, R. Denis)
-  Livinière : 1 individu le 10/06 (B. Yves), 1 individu le 22/06 (S. Franck)
-  Montferrier-sur-Lez : 1 individu le 22/06 (P. Yann)
-  Saint-André-de-Sangonis : 2 individus le 19/06 (D. Thomas)

Glaréole à collier

- Vendres : 1 individu le 08/06 (P. Gérard)

Le gouvernement a présenté son plan biodiversité

Le gouvernement a présenté son plan biodiversité ce mercredi avec 90 mesures pour lutter contre l’érosion de la biodiversité.

Le ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire a présenté une communication relative au plan biodiversité.

Face aux enjeux majeurs liés à la perte massive de biodiversité et aux conséquences sur l’avenir de l’humanité, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre très vite un plan d’actions interministériel pour la biodiversité. Ce plan vise à inverser la tendance et à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité qui court jusqu’en 2020.

La crédibilité de l’action publique doit être restaurée dans ce domaine afin de pouvoir mobiliser l’ensemble des acteurs autour d’orientations nouvelles pour faire évoluer en profondeur nos modes d’aménager, de produire et de consommer et ainsi répondre aux attentes des Français en matière de qualité de vie, de santé et de sécurité environnementale.

Le projet de plan sera donc organisé autour des cinq axes suivants :
 

  1. Protéger la biodiversité pour améliorer notre cadre de vie et nous adapter au changement climatique ;
  2. Faire de la biodiversité le moteur du changement de nos modèles de production et de consommation pour réduire notre empreinte écologique en France et dans le monde ;
  3. Protéger et restaurer la nature dans toutes ses composantes ;
  4. Créer un cadre européen et international ambitieux pour la protection de la biodiversité ;
  5. Rendre la connaissance et l’action pour la biodiversité accessibles à tous.


Il s’agit, au-delà de l’action de la France, de mobiliser la communauté internationale dans le cadre d’un calendrier de rencontres sur les deux prochaines années (COP14 à Charm el‑Cheikh fin 2018, plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques et G7 environnement en 2019).

Ce calendrier se conclura en 2020 par l’accueil du congrès mondial de la nature à Marseille puis la tenue de la COP 15 sur la biodiversité en Chine. C’est à cette occasion qu’un nouveau cadre sera adopté et déterminera l’action internationale pour la prochaine décennie.

La concertation est engagée à tous les niveaux sur ce plan biodiversité.


Ce plan contribuera à la cohérence et à l’articulation des politiques publiques pour agir de manière efficace en faveur de la biodiversité. Son portage interministériel est un facteur clé de son efficacité permettant d’intégrer au cœur de l’action publique les enjeux de préservation de la biodiversité.


En savoir beaucoup plus avec : Philippe et Hulot annoncent un ambitieux «plan biodiversité» :http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/07/04/01008-20180704ARTFIG00321-la-biodiversite-en-haut-de-l-agenda-politique.php

Protéger la lagune

Hier, jeudi 5 Juillet, au cinéma Le Palace, l’association les gardiens de Thau organisait une conférence concernant la lagune du Bassin de Thau. L’association est issue du collectif « stop à la pollution du port de Sète » initiée en 2011 et œuvre pour le respect de l’environnement;  lequel passe par un grand nombre de changements culturels et comportementaux. Elle s’attelle à sauvegarder des sites, des milieux naturels, des paysages de la flore et de la faune, et à sensibiliser la jeunesse sur ces questions essentielles. Hier, la présidente Catherine Chauzit a participé au débat avec le maire de Villeveyrac, Christophe Morgo,  ainsi que Jean Christophe Cabrol, conchyliculteur   délégué à l’environnement. Séparée de la mer par un cordon littoral, la lagune représente 7500 hectares et 57 KM de berges et abrite un grand nombre d’espèces protégées,  lesquelles sont pour la plupart,  en mauvais état de conservation comme le flamant rose ou l’aigrette.

Le principal problème : la pollution. En effet, on déplore pas moins de 70% de déchets plastiques (polyéthylène, polypropylène, PVC) sur le site et dans ses environs . Et comme l’a exprimé de manière claire Jean Christophe Cabrol qui est également pêcheur et racle ses bateaux au lieu de les peindre : "On manque d’éducation !" , faisant également référence aux trop  nombreux dépôts sauvages. Il y a également le problème des péniches qui naviguent à vannes ouvertes, et qui continueront de le faire tant qu’il n’y aura pas des zones de dépotages tous les 20 Kilomètres.

En conclusion, prendre conscience  de la richesse de la  nature  induit que l'on reste vigilant à son entretient, ce qui hélas , doit,  aujourd'hui, passer par l'application de règles strictes.

La lagune est approvisionnée par une dizaine de cours d'eaux dont la Vène (coté balaruc les Bains) , l'eau de mer (par les canaux) sans oublié la pluie. Environ 400 espèces animales et végétales sont reconnues dont les herbiers de posidonies plus grosse colonie d'Europe que l'on trouve dans la Lagune.

 Catherine CHAUZIT rajoutait : 

"L'Etang de Thau réunit diverses activités comme le thermalisme, la conchyliculture, les pêcheurs qui sont moindre depuis quelques années, la plaisance par la voile et les pénichettes qui traversent l'étang du canal du midi au canal de Rhône. la problématique de source de pollutions viennent particulièrement de cette dernière activité. des stations de dépotages sont prévues un peu partout dans les ports mais hélas pas ou très peu fréquentées par ces navigants du dimanche. Les contrôles d'état peu effectués, des stations mal placées des navigateurs qui ne veulent pas s'embêter et aussi des professionnels de la location pas assez rigoureux tout se mélange n'est pas très bon pour l'eau de l'étang. N'oublions pas les mouillages sauvages qui abiment les herbiers ou par des bateaux non entretenus qui coulent laissant échapper des produits nocifs dans l'eau. Les constructions démesurées et à outrance sur des zones humides supprimées pour accueillir le monde entier dans nos villes et villages !! Jusqu'à quand nous allons continuer cette course effrénée ?"

morgo449

Deux scientifiques intéressés par cette conférence sont venus de Paris et Lyon. Comme quoi nos actions vont loin..! jJe veux rester sur un ton positif et me dire que les autorités prendront le chemin d'actions efficaces afin d'éviter au maximum ces rejets. Tant de choses on été dites hier au soir et de combats qui ont été menés qui seront encore menés pour arriver petit à petit à ce que les mentalités changent. J'essaie de garder cet espoir."

 

Balade au crépuscule

Sortie de terrain à Mèze

 Le 11 Juillet 2018  19 h30

Le soir venu, alors que le ciel et la lagune de Thau se teintent de rouge et d’or, les oiseaux se laissent admirer et les chauves-souris prennent leur envol.

Munis de jumelles, amplifcateurs de sons et « batbox », suivez une ornithologue-chiroptérologue au cœur d’un site naturel protégé d’exception.

Lieu de rendez-vous : Devant le portail blanc de l'écosite, Route des Salins

Responsable : Camille Fraissard, Mammalogiste

Nombre de participants : 20

Matériel à prévoir :

Vêtements adaptés à la météo

Lampe de poche

Attention aux moustiques

Prix : 3 € (-12 ans) - 6 euros / personnes

 

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 33 23 19 23

La qualité de l'air en Occitanie sur www.air-lr.org/

Qualité de l’air

La qualité de l’air est un enjeu sanitaire très important. Les polluants atmosphériques ont des impacts sur la santé pouvant entraîner notamment des maladies cardiovasculaires, respiratoires et des cancers. Sont présentées ici les données relatives à la qualité de l’air en région, les questions relatives à l’impact sanitaire étant développées dans les pages Santé et environnement.

Route vers nulle part

La connaissance de la qualité de l’air est aujourd’hui bien développée pour les polluants faisant l’objet de seuils réglementaires à respecter, mais restent encore à approfondir pour de nombreuses autres questions, comme par exemple les produits phytosanitaires, la qualité de l’air à l’intérieur des locaux. Comme dans toutes les régions françaises, il existe un dispositif de surveillance de la qualité de l’air, géré par l’association AIR Languedoc-Roussillon, organisme agréé par l’Etat. L’ensemble des données présentées ici en est issu ainsi que des analyses faites dans le cadre de l’élaboration du Schéma régional air climat énergie (SRCAE).

 
 
Une qualité de l’air qui ne répond pas toujours aux exigences réglementaires
- De nombreux documents de planification pour contribuer à améliorer la qualité de l’air
- Une qualité de l’air le plus souvent bonne
- Des concentrations élevées en dioxyde d’azote à proximité du trafic routier
- Une importante pollution estivale à l’ozone
- Des concentrations en particules à surveiller
- Des concentrations élevées en benzène dans certains centres urbains
- Des exigences respectées pour les autres polluants réglementés
 

Des problématiques spécifiques ou émergentes

- Des connaissances à approfondir sur la contamination de l’air par des produits phytosanitaires et ses effets
- Les odeurs, une autre forme de pollution atmosphérique
- La qualité de l’air à l’intérieur des locaux, une préoccupation croissante
Pour tout savoir : https://www.air-lr.org/

Prev'Air : pour connaître la qualité de l'air

Alors qu'un épisode de pollution atmosphérique touche certains territoires, consultez le site web Prev'Air pour connaître la qualité de l'air extérieur au niveau national.Factory pipe polluting air, environmental problems

Ce site sur la qualité de l'air en France propose une carte des mesures du jour et une carte des prévisions pour les deux jours à venir. Ces cartes représentent les niveaux de pollution à partir des concentrations journalières en dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3) et poussières en suspension (particules PM 2,5 et PM 10).

Le site propose également de connaître le niveau de l'indice Atmo dans plusieurs villes françaises, la qualité de l'air étant d'autant plus dégradée que l'indice est élevé (les indices supérieurs à 7 traduisent une mauvaise qualité de l'air). Cet indice est calculé quotidiennement à partir de données enregistrées par des stations urbaines et périurbaines.

Pour en savoir plus

Contrôle et lutte contre les mouillages sauvages sur l'Étang de Thau

Protection de l’environnement et du domaine public maritime 

La préfecture de l’Hérault et la Préfecture maritime poursuivent ses opérations de contrôle et de lutte contre les mouillages sauvages sur l’étang de Thau.


dtmCapture
 

La DDTM34 a mené une opération d’enlèvement de 25 "corps-morts*" illégaux dans la journée du 28 juin 2018, sur l'étang de Thau au niveau de la crique de l’Angle, commune de Balaruc-les-Bains. En parallèle, l’ensemble des 20 navires au mouillage dans l’anse de Balaruc ont été contrôlés. Les propriétaires des navires au mouillage depuis plus d’un mois sur ce secteur vont être verbalisés pour occupation sans autorisation du domaine public maritime.

L’objectif de cette vaste opération, lancée depuis plusieurs mois et qui a vocation à se poursuivre, est de mettre fin aux trop nombreux stationnements au mouillage de manière illicite de navires de plaisance sur l’étang de Thau, le plus souvent en étant amarrés à des bouées reliées à des lestes en béton, de vieux pneus voir même d’anciennes batteries de camions ou objets divers. La pose de ces corps-morts sans autorisation sur le domaine public maritime est strictement interdite par la réglementation. L’objectif vise à contribuer au retour au bon état écologique du milieu qui s’ajoute à de nombreuses autres actions conduites par les collectivités et l’Etat en ce domaine.

Ces mouillages sauvages ont un impact non-négligeable sur les herbiers protégés de l’étang, et sur l’activité de pêche et de conchyliculture. Ils génèrent également de nombreuses épaves ou des navires abandonnés sur le littoral, contraignant les services de l’État à diligenter des procédures administratives complexes pour obtenir les déchéances de propriété, puis les collectivités à des opérations d’enlèvement coûteuses.

Lors de cette opération, le secteur a été sécurisé par l’unité littorale des affaires maritimes de la DDTM 34, la brigade nautique de la brigade de Gendarmerie de Marseillan, et la police municipale de Balaruc-les-Bains. Les 25 corps-morts ont été retirés des fonds de la lagune par une entreprise spécialisée, puis évacuées en décharge réglementaire.

En parallèle, un contrôle des 20 navires au mouillage à l’ancre dans l’anse de Balaruc a été réalisé par les agents assermentés de la délégation à la mer et au littoral. Les propriétaires des navires au mouillage depuis plus d’un mois feront l’objet d’un procès-verbal de contravention de grande voirie pour occupations illicites du domaine public maritime, avec obligation, dans un délai restreint, de quitter les lieux. Les autres propriétaires de navire recevront un courrier de mise en demeure leur rappelant que le mouillage à l’ancre sur ce secteur doit être provisoire et ne doit donc pas excéder quelques jours.

D’autres opérations de contrôle seront reconduites pour veiller au respect de l’arrêté du préfet maritime réglementant le mouillage et la circulation des navires et engins nautiques sur l’étang de Thau, et des règles d’occupation du domaine public maritime.

Cette action s’inscrit dans un travail collectif conduit par, Philippe Nucho, sous-préfet en charge du Bassin de Thau, en concertation avec les professionnels de la pêche et de la conchyliculture et Sète .Agglopôle .Méditerranée intégrant un continuum de mesures telles que, notamment, le renforcement des contrôles, l’enlèvement des corps-morts, le développement de ports à sec et l’émergence d’une filière économique de déconstruction et de recyclage des épaves. De nombreuses autres actions à terre (assainissement, gestion des eaux pluviales, etc…) sont également conduites dans le cadre du contrat de gestion intégré dont le comité stratégique se tiendra en septembre prochain.

LE PROJET RECIF'LAB : 1,2ME entre 2018 et 2020

LE PROJET RECIF'LAB AVAIT ETE ADOPTE A L'UNANIMITE DU CONSEIL MUNICIPAL D'AGDE EN DECEMBRE !
Restauration et reconquête de la biodiversité marine par l'innovation avaient séduit tous les conseillers municipaux agathois.

L’image contient peut-être : eau


Le Maire d'Agde Gilles D'Ettore et Véronique Salgas, conseillère à l'environnement et milieu marin avaient rappelé que ce projet ambitieux et novateur porté par la direction du milieu marin de la ville permettra, sur la période 2018-2020, de repenser les ouvrages maritimes et de s'inscrire durablement dans une gestion intégrée du littoral agathois.


Quatre sous-projets sont prévus :

optimiser la biodiversité dans le port du Cap d'Agde (microrécifs),

optimiser le balisage des 300 m avec des microrécifs artificiels,

installer un nouveau ponton éco-conçu à Brescou et développer un grand récif artificiel paysager dédié à la plongée sous-marine au large de l'île de Brescou avec procédé d'imprimante 3D béton, ce qui sera une première en France.


Ce projet de 1,2 millions d'euros, l'un des 12 lauréats nationaux d'un Programme d'Investissement d'Avenir, est financé à 60% par l'Etat via l'ADEME, 10 % par la Région Occitanie et 10 % par l'Agence de l'Eau (qui viennent tous deux de le voter).

L’image contient peut-être : océan, ciel, plein air et eau


Objectif 2018: installer le nouveau ponton de Brescou

Balade au crépuscule

Sortie de terrain à Mèze le 11 Juillet 2018 de 19 h30 à 22 h 00

 

Le soir venu, alors que le ciel et la lagune de Thau se teintent de rouge et d’or, les oiseaux se laissent admirer et les chauves-souris prennent leur envol.

Munis de jumelles, amplifcateurs de sons et « batbox », suivez une ornithologue-chiroptérologue au cœur d’un site naturel protégé d’exception.

Lieu de rendez-vous : Devant le portail blanc de l'écosite, Route des Salins

Vêtements adaptés à la météo

Lampe de poche

Attention aux moustiques

Prix : 3 € (-12 ans) - 6 euros / personne

Public concerné : Tout public

Accessible aux personnes handicapées : Non

Structure(s) partenaire(s) :

CPIE Bassin de Thau

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 33 23 19 23

Les algues comestibles

 

Les algues peuvent être des sources nutritionnelles intéressantes. Certaines sont des concentrés de protéine comme la spiruline qui contient près de 70% de son poids sec en protéines contre 30% pour la viande et 20% pour le poisson. Cinq grammes de cette algue en contiennent autant qu’un steak ou que deux œufs.


Avec plus de 27 millions de tonnes produites annuellement dans le monde, la consommation d’algues a été multipliée par 5 dans les 15 dernières années. Cette production correspond à une valeur marchande d’environ 6 milliards d’euros. L’essentiel (96% ) de ce tonnage provient de la culture d’algues dans les pays d’Asie (Chine, Indonésie, Philippines, Corée, Japon, etc.).

La production européenne est marginale et la quasi-totalité de son tonnage provient de la collecte d’algues sauvages, essentiellement en Norvège, en Irlance et en France. Ailleurs dans le monde seul le Chili en Amérique du Sud et Zanzibar en Afrique ont une production quelque peu significative.

» Lire la suite