Environnement

L’EuroBirdwatch c'est bientôt

EuroBirdwatch 2018

Les 6 et 7 octobre 2018, ce sont des milliers d’yeux qui se tourneront vers le ciel, dans toute l’Europe. L’EuroBirdwatch est un événement européen de BirdLife International créé en 1993 se déroulant chaque premier week-end du mois d’octobre. Il met en avant le phénomène de la migration.

En France, ces journées européennes de la migration sont organisées par la LPO.

Sur un week-end d’automne, venez découvrir le phénomène de la migration des oiseaux par le biais d’activités ouvertes à tous comme des sorties de terrain, des points d’observations sur les sites de passages des oiseaux migrateurs, des conférences, des expositions ou divers ateliers et animations.

Coucher De Soleil, Mer, Soleil, Oiseaux

Vous cherchez une activité près de chez vous ? Cliquez ici.

La migration des oiseaux, un phénomène fascinant

Chaque année, à l'automne, des centaines de millions d’oiseaux migrateurs quittent leurs lieux de reproduction et entament un long vol vers leurs zones d’hivernage, parfois situées à plusieurs milliers de kilomètres ; ils effectueront le voyage en sens inverse au printemps.

Ainsi le terme migrateur désigne une espèce effectuant des déplacements saisonniers, passant la période de reproduction et hivernale dans deux régions distinctes, selon un schéma répété d’année en année.

Ce n’est pas directement le froid qui pousse les oiseaux au départ mais le manque de ressources alimentaires. L’arrivée de l’hiver entraîne la raréfaction des proies ou végétaux dont les oiseaux dépendent pour survivre. Dans nos contrées, la disparition des insectes contraint toutes les espèces strictement insectivores comme les hirondelles à migrer. En Europe du Nord, le gel des zones humides et les fortes chutes de neiges poussent les oiseaux d’eaux tels que les canards ou les oies à glisser vers l’Europe méridionale.

 

Les animations par la LPO 34 dans l'Hérault : https://eurobirdwatch.lpo.fr/migration.php

Loi littoral ?

Nicolas HULOT, ex ministre d’État, ex ministre de la Transition écologique et solidaire, Jacques MEZARD, ministre de la Cohésion des territoires et Julien DENORMANDIE, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, exprimaient leur plus grand attachement à la loi littorale.

Ils se félicitaient d’améliorations responsables que les parlementaires ont apporté au projet de loi conciliant la préservation du patrimoine littoral et la réalité des territoires.

Les députés avaient encadré la mesure visant à permettre de densifier les dents creuses tout en restreignant son application en dehors des espaces proches du rivage et dans le seul objet d’améliorer l’offre de logement et l’installation d e services publics.

L’autorisation devrait être refusée quand les constructions porteront atteinte à l’environnement ou aux paysages. Les débats avaient aussi permis d’améliorer les conditions par lesquelles des installations nécessaires aux activités agricoles et notamment marines permettent de s’installer.

*Sur proposition du Gouvernement, les députés avaient su pprimé l’article permettant l’installation d’installations de panneaux photovoltaïques en dérogation de la loi Littoral. Tout en confirmant leur attachement au développement des énergies renouvelables, ils rappelaient leur attachement à la préservation du cadre paysager du littoral.

L’article portant sur l’installation d’équipements collectifs sur les territoires ultra-marins et territoires insulaires de métropole en dérogation de la loi littoral a été supprimé, une approche plus différenciée étant souhaitable.

« Les Français sont très attachés à la loi Littoral et à juste raison. Cette loi en vigueur depuis 1986 a permis de préserver nos côtes de l’urbanisation depuis plus de 30 ans, et ce malgré la pression foncière. La plupart de nos voisins européens et au-delà nous l’envient. Je salue le travail du Parlement qui reste fidèle à cette loi pilier du droit de l’environnement », expliquait alors Nicolas Hulot.

« La loi littoral garde toute sa pertinence aujourd ’hui.  « La loi littoral est un acquis qu'il ne faut absolument pas remettre en cause. Il faut garder toute son ambition au service de nos territoires et des habitants » , avait déclaré Julien Denormandie

 

 APPREHENDER L’APPLICATION DE LA LOI LITTORAL A L’ECHELLE GLOBALE DU BASSIN DE THAU

littoCapture

http://www.smbt.fr/sites/default/files/media/2%20Justification%20des%20choix.pdf

http://www.smbt.fr/sites/default/files/media/Modalit%C3%A9s%20d%27application%20de%20la%20loi%20littoral.pdf

 

L’objectif premier de la loi du 3 jan ier 1986 relative à l’aménagement, à la protection et à la mise en valeur du littoral est la prise en compte de la vulnérabilité des zones littorales dans leur processus de développement urbain.

Cet objectif est d’autant plus valable en Languedoc-Roussillon du fait d’une croissance démographique très intense, que l’on retrouve également sur le périmètre du SCoT comme cela a été démontré tout au long de ce document.

A travers plusieurs notions (la continuité de l’urbanisation, la bande inconstructible des 100 mètres, les espaces remarquables, les espaces proches du rivage), cette loi permet la protection des territoires littoraux malgré ce contexte de forte pression. Territoire maritime, le Bassin de Thau es t en grande partie concerné par la loi, dite littoral. 11 des 14 communes du SCoT sont des communes littorales au sens de la loi, en raison de la présence sur leur territoire du rivage de la mer ou d’une lagune.

Le SCoT doit permettre de définir les modalités de mise en œuvre de la loi Littoral sur Thau. Il doit donc en défi nir les différents espaces, dans un objectif de préservation des pays ages et des valeurs écologiques spécifiques à son caractère littoral.

 

Climat: les scientifiques présentent aux Etats leur âpre diagnostic

 Protection De L'Environnement

 AFP Réunis en Corée du sud, les délégués des Etats de l'ONU se penchent à partir de lundi sur le dernier rapport des scientifiques du Giec, constat implacable de la montée des dérèglements climatiques et du retard pris pour les contrer

Réunis en Corée du sud, les délégués des Etats de l'ONU se penchent à partir de lundi sur le dernier rapport des scientifiques du Giec, constat implacable de la montée des dérèglements climatiques et du retard pris pour les contrer.

Soumis à leur approbation, le texte, basé sur 6.000 études scientifiques, met en garde contre des impacts forts à 1,5°C de réchauffement, et liste les options, désormais limitées, pour agir si le monde veut rester sous ce seuil (dont 1°C est déjà acquis du fait des gaz à effet de serre déjà émis).

C'est à la COP21 à Paris fin 2015 que l'ONU avait chargé son Groupe des experts du climat (Giec) de produire un rapport sur l'objectif 1,5°C. Les Etats venaient de s'engager à réduire leurs émissions pour rester "bien-en deça de 2°C" par rapport à l'ère pré-industrielle.

L'ajout de l'engagement à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°C", arraché en dernière minute, était d'abord une revendication des Etats les plus vulnérables, comme les petites îles.

Mais la recherche en a depuis précisé les implications et revu le curseur des risques, dans un monde déjà secoué par une recrudescence de vagues de chaleur et autres feux de forêts.

Tout lire sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/

Une "tiquothèque" pour connaître l'insecte suceur de sang

Tique, La Maladie De Lyme, Les Acariens

 AFP /

L'Institut national de la recherche agronomique (Inra) à Champenoux (Meurthe-et-Moselle) a lancé auprès des particuliers une collecte de tiques pour créer une "tiquothèque" et mieux connaître l'acarien suceur de sang, potentiellement vecteur de pathologies, dont la maladie de Lyme.

Dans un bac, une pile d'enveloppes attend d'être ouverte : collées avec du ruban adhésif, un morceau d'essuie-tout ou du papier toilette, une ou plusieurs tiques de toutes tailles ont été dénichées en plein festin sur un humain ou un animal.

Et dans un tube, de gros spécimens gorgés de sang ont été prélevés sur les oreilles d'un renardeau.

Ce jour-là, les 35 enveloppes reçues proviennent de toute la France: Pyrénées-Atlantiques, Sarthe, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Meurthe-et-Moselle, et les départements savoyards.

Voir : https://www.afp.com/fr/infos/334/

La présence du Loup en région Occitanie

Disparu de notre région il y a un peu moins de 100 ans suite à une chasse intensive et l'utilisation du poison, le Loup gris (Canis lupus lupus) désormais protégé fait son retour sur notre territoire depuis déjà 20ans (1ère donnée confirmée de loup de souche italienne en 1999 dans le massif des Pyrénées). Source LPO.

Loup Préoccupations Forest Prédateur Canin

 

Depuis ce retour naturel à partir des Alpes, plusieurs individus ont parcouru notre territoire jusqu'à l'Espagne (une première donnée en 2001 en Catalogne avec le mâle SO-25 provenant de la meute Vésubie-Tinée des Alpes maritimes, la souche italienne a atteint en 2017 la province de Saragosse en Aragon) et bien qu'aucun indice de reproduction n'ait été observé, 6 Zones de Présence Permanente sont à présent identifiées en région Occitanie (sur 57 en France).

Suspecté depuis 1996, voir 1995, sur les massifs du Madre et Carlit (à égale distance entre les populations alpines et de loups espagnols, Canis lupus signatus, se trouvant au Pays Basque, au sud de la Province d’Alava), en 2003 les analyses d’identification génétique ont permis l’individualisation dans les Pyrénées-orientales d’un mâle A, d’une femelle B présents en 1999 et d’un mâle C en 2000. En 2003 et 2004, un mâle et une femelle étaient présents ensemble dans le massif du Carlit sans qu'une reproduction soit établie.

Dans le massif central, c'est en janvier 2006 que deux loups, un mâle et une femelle originaires des Alpes, ont été officiellement identifiés par la génétique sur les contreforts de l'Aubrac en Lozère (un cadavre avait cependant précédemment été retrouvé dans le département voisin du Cantal en 1997).

En 2017 la présence d'un individu en dispersion en secteur de plaine dans le Gard a été fortement médiatisée. S'il ne s'agit pas encore d'une ZPP, la présence de l'espèce en plaine est tout à fait normale et cohérente avec l'écologie de l'espèce.

Loup Canis Lupus Loup Européen Prédateur P

Les Zones de Présences Permanentes en région Occitanie en 2017 :

- ZPP Aubrac (12/48)
- ZPP Carlit-Campcardos (66)
- ZPP Caroux (34)
- ZPP Grands Causses-Mont Lozère (12/48)
- ZPP Puigmal -Canigò-Alt Ripollès
- ZPP Razès (11)

ZPP : Territoires sur lesquels au moins 3 indices de présence ont été relevés pendant 2 hivers consécutifs. Elles correspondent donc au territoire d’au moins un loup qui n'est plus en phase de dispersion mais qui s'est installé sur ce territoire, durablement ou non. Les ZPP sont définies une fois par an suite aux relevés d’indices de présence hivernaux. Ce sont donc des données biologiques annuelles, intégrant les informations recueillies entre le 1er juin de l’année précédente et le 31 mai de l’année en cours.

Les ZPP ne sont pas des données géographiques précises : ce sont des enveloppes larges dans lesquelles les territoires des loups installés sont inscrits.

Plusieurs salariés de la LPO font désormais parti du Réseau Loup mis en place par l'ONCFS afin de suivre ce retour et un de nos animateur est formé à l'utilisation de la malle pédagogique "Animalle loup" afin de l'accompagner par la sensibilisation.

La LPO propose chaque année une sortie naturaliste sur le thème du loup sur la ZPP du Caroux où un mâle provenant de la meute du Grand Coyer dans le Mercantour est présent depuis 2014.

  Consultez : - le positionnement de la LPO France sur ce retour naturel

La tortue "Pacifique" a retrouvé le grand bleu

cestCapture

La tortue "Pacifique" a retrouvé le grand bleu ce matin au large de Sète! A bord du catamaran Sea Explorer, petits et grands ont pu être sensibilisés à l'environnement marin. (Cestmed)

Merci à tous les bénévoles du CestMed qui ont pris soins de la tortue et qui mettent toute leur volonté à préserver la nature !

cest2Capture

Suivez-les aussi sur Instagram @cestmedcarecenter

ou sur : http://www.cestmed.org/presentation-tortues-marines/centre-de-soins-tortues-marines/

Réduisons nos déchets ...

Garbage, La Pollution, Des Déchets

Face aux enjeux de l’impact environnemental croissant de la consommation, la campagne nationale de l’ADEME "Réduisons vite nos déchets, ça déborde" a sensibilisé le citoyen à la nécessité de la réduction de la production des déchets car elle n’a cessé d’augmenter.

L’analyse du résiduel à traiter montre qu’il  contient 55% de déchets recyclables qui font l’objet des consignes de tri.

La sensibilisation des héraultais à la prévention, au réemploi et au tri sélectif est à renforcer et à amplifier car le particulier peut alléger le poids de sa poubelle.

 

Comment ?

En modifiant son comportement :

● dans les achats, privilégier les produits respectueux de l’environnement,

● dans l’utilisation des objets, respecter les recommandations du constructeur, les règles sanitaires de consommation,…

●  dans la gestion domestique, adopter le compostage individuel des déchets organiques, déposer les objets ré-employables ou réutilisables dans une ressourcerie, trier et utiliser au maximum les filières REP.


Tous les acteurs du monde des déchets sont mobilisés pour donner à chacun les moyens de protéger l’environnement et de respecter le paysage.

 

Le Département de l’Hérault s’investit dans la gestion des déchets

Le territoire est couvert par des structures intercommunales qui mettent en œuvre les filières de valorisation et d’élimination des déchets. Le Département les accompagne et les conseille depuis plus de vingt ans dans un objectif de cohérence, de solidarité et de promotion des techniques de gestion des déchets innovantes et respectueuses de l’environnement.  



Depuis quelques années, l’effort a particulièrement porté sur les collectes séparatives, la création et la modernisation de déchèteries, la fermeture et la réhabilitation des anciennes décharges.

Depuis la loi du 13 août 2004, le rôle du Département s’est renforcé puisqu’il a en charge la planification de la gestion des déchets non dangereux des ménages et des activités économiques.

 Télécharger le guide " Gérer nos déchets, c'est possible"

Découvrez les oiseaux marins en bateau!

[Mer]

L’image contient peut-être : océan, ciel, plein air, eau et texte
Dans le cadre d'un nouveau partenariat entre la LPO Hérault et l'association Terre Marine à l'occasion du Festival "Tous sentinelles", partez à la découverte des espèces pélagiques à bord du catamaran Sea Explorer.


Cap d'Agde, dimanche 30/09, 15h30-18h, 20€/adulte-18€/enfant, résa:06.12.75.10.06

Les observations seront valorisées sur nos outils d'inventaires participatifs de la faune :

site www.faune-lr.org et application mobile Naturalist
Programme complet : https://www.cpiebassindethau.fr/…/Livret-Festival-SDLM-201

Festival Tous Sentinelles, pour défendre la Biodiversité

Ce Vendredi 28  septembre  dans le cadre du Festival Tous Sentinelles du réseau Sentinelles de la mer Occitanie avait lieu une Journée institutionnelle, avec inauguration et soirée spectacle d’impro !

sentiP1140430

Avant que ne se poursuive les animations et les ateliers autour du Bassin de Thau  (plus de 15 au total) jusqu'au 30 septembre cette journée institutionnelle à l’intention des porteurs de programmes du réseau, des gestionnaires d’espaces naturels et de la communauté scientifique avait lieu à la Maison Régionale de la Mer à Sète afin d’échanger sur les données de sciences participatives et leur intérêt dans la gestion des milieux et des études scientifiques.

La journée se terminait vers 18 h 30  par une inauguration officielle du festival en présence de Mme Agnès Langevine, (vice-présidente de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en charge de la Transition Ecologique et Energétique, de la Biodiversité, de l’Economie circulaire et des Déchets).

sentiP1140432André Lubrano, Conseiller Régional et Président du Cépralmar se faisait un plaisir au nom de Carole Delga de mettre à la disposition du réseau Sentinelles la Maison des Gens de la Mer pour cet événement sachant que ces 5 jours sont dédiés à la découverte de la biodiversité marine et du littoral, 5 jours pour s'impliquer dans les programmes des sciences participatives avec des conférences, des ateliers et des stands, des sorties...

"Trouvez votre place, profitez-en, c'est la maison de ceux qui portent un intérêt à la mer."

Sentinelles de la mer Occitanie – coordonné par le CPIE Bassin de Thau depuis sa création en 2015 – est un réseau qui réunit des porteurs de programmes de sciences participatives mer et littoral en région Occitanie.

Le réseau propose aux citoyens de contribuer à la science et à la préservation des milieux, en participant à une quinzaine de programmes en mer, lagunes et littoral.

Il permet ainsi de donner une meilleure visibilité aux programmes existants, d’optimiser les observations et de fédérer une véritable communauté d’observateurs au niveau régional.

Après avoir coordonné et relayé différents programmes de sciences participatives (Hippo-THAU, MedObs Sub, BioLit) sur son territoire, et vu l’enthousiasme citoyen pour ce type d’actions, le CPIE Bassin de Thau a réuni les différents acteurs (scientifiques, gestionnaires, collectivités, porteurs de programmes et observateurs) afin de travailler ensemble à la création du réseau. Ce réseau a une visée écologique, pédagogique et de gestion à travers divers objectifs :

  • Des objectifs écologiques ou de gestion :
    – Servir d’appui aux programmes de sciences participatives existants pour mieux mobiliser les publics et optimiser les observations ;
    – Impliquer les gestionnaires et les scientifiques pour mieux cibler les actions de terrain, à des fins de gestion, de protection et de valorisation des espèces ;
    – Fédérer une communauté d’acteurs impliqués dans la préservation des milieux marins et littoraux.
  • Des objectifs pédagogiques :
    – Impliquer tous les usagers de la mer dans une dynamique en faveur des sciences participatives ;
    – Valoriser l’observateur dans l’amélioration des connaissances de son territoire ;
    – Sensibiliser le public au respect et à la sauvegarde du patrimoine naturel marin et littoral.
  • sentiP1140435
  • Le CPIE Bassin de Thau est un réseau associatif ancré sur le territoire de Thau qui a pour objet la valorisation, le développement concerté et la promotion des initiatives dans le domaine de l’environnement et du développement durable. Les projets de l’association sont regroupés en 5 missions principales, dont la mission « Observer l’Environnement », qui intègre le réseau Sentinelles de la mer Occitanie. www.cpiebassindethau.fr

La Présidente du CPIE Annie Favier Baron présentait toute l'équipe qui a mis en place ce festival avce Emilie Varrault, la Directrice du CPIE, Esther, Cyrielle, Florian et Gaëlle.

Avec 155 structures en France, 200 observatoires qui travaillent avec passion, pour les réseaux CPIE, elle lançait un appel pour que les Français les rejoignent. Car comme le précisait Agnès Langevine, la prévention, la gestion des milieux aquatiques, les observations par des sentinelles sont devenues indispensables pour préserver la biodiversité, lutter contre l'invasion du plastique...

La Région soutient donc le CPIE Bassin de Thau et les autres, sachant que dans 15 jours devrait être ouverte, l'Agence Régionale de la Biodiversité : "la Région a besoin des associations comme le CPIE et malgré des temps difficiles a revu son budget pour elles à la hausse." D'ailleurs, Monsieur Andral, Conseiller Départemental du canton de Sète assurait aussi au CPIE Bassin de Thau, le soutien du Département pour défendre la Biodiversité : "Félicitations, car il faut accélérer la prise de conscience de tous. Il ne faut plus attendre, il faut y aller et ouvrir les yeux."

La soirée proprement dite  débutait par un moment d'échanges bien convivial  suivi d’un spectacle de la Compagnie d’improvisation The Five Wookies, une  Compagnie théâtrale de Montpellier pour retrouver la folie et le tourbillon de la bonne humeur des Wookies, reprendre goût à la vie, un spectacle où chaque sketch est improvisé d'après les thèmes du public.

Tout le programme : sur : www.sentinellesdelamer-occitanie.fr  et facebook.com/SentinellesdelaMerOccitanie

Samedi 29  septembre – Village des sentinelles, projections, expositions, rencontres

Un Village des Sentinelles à Sète, à la Maison Régionale de la Mer. L’occasion de rencontrer différentes associations du réseau (Ailerons, Cybelle Planète, Labelbleu, LPO Hérault et RTMMF), de venir écouter des conférences sur la biodiversité marine (oiseaux, requins, tortues etc.), de participer à un ciné-débat sur les aires marines protégées, d’admirer des expositions, et de regarder la création, en direct, d’une œuvre d’art composée avec les déchets ramassés au bord de la lagune par l’artiste plasticien DH.

Seront aussi proposés des cinés-débat à Port-Leucate et au Grau-du-Roi.
Durant toute la durée du festival, l’Institut Marin du Seaquarium sera également aux couleurs des sentinelles et mettra en lumière l’ensemble des programmes du réseau.

Samedi 29 et dimanche 30 septembre – Sorties nature !

De nombreuses sorties nature aussi bien sur le littoral qu’en mer auront lieu : sorties bateau à bord du Laisse Dire, de l’Etoile de Thau et du Sea Explorer, de balades littorales ou de randonnées sous-marines. Vous pourrez également participer à la sauvegarde de notre littoral en participant à des ramassages de déchets notamment sur les communes de Gruissan, Sète et Grau du Roi.

De nombreuses associations membres du réseau Sentinelles de la mer Occitanie et de partenaires se sont réunies pour vous transmettre leurs connaissances à travers un programme riche et diversifié.