Environnement

CPIE : plus de 90 propositions d'actions pédagogiques !

La force du CPIE Bassin de Thau vient de son fonctionnement en réseau avec 15 structures de professionnels, pour une diversité de connaissances et d’approches.

Le réseau CPIE Bassin de Thau propose tout au long de l’année de multiples animations construites sur mesure, avec vous, pour les publics  scolaires (maternelle, primaire, collège, lycée,…) ou extra scolaires (ALSH, TAP, séjours de vacances...).

Ensemble, nous travaillons à sensibiliser les publics grâce à des actions d’éducation, d’accompagnement des territoires et de citoyenneté. Notre démarche pédagogique se propose d’émerveiller à la richesse et à la fragilité de la biodiversité via l’éducation populaire : pour tous et par tous !

 

Consultez le document de Propositions d'actions pédagogiques
2018-2019

L'hippocampe à l'honneur au Salon International de la plongée sous-marine à Paris !

 

Exposition Hippocampe, Village des Sentinelles de la mer Occitanie, et... une grande surprise qui vous sera dévoilée prochainement, vous attendent du 11 au 14 janvier 2019

A chacune de ses éditions, le Salon International de la Plongée sous-marine, invite ses visiteurs à découvrir l’incroyable
diversité d’une nature subaquatique encore riche en énigmes et mystères.

Cette année, les sciences participatives sont la thématique de l'événement en partenariat avec le réseau CPIE Bassin de Thau et notamment l’association Peau Bleue.

Au cœur de la région Occitanie et du département de l'Hérault, le territoire de Thau sera a l'honneur à travers l'exposition Hippocampe et un espace dédié aux Sentinelles de la mer Occitanie.

De nombreuses conférences des Sentinelles vous seront proposées avec la participation des porteurs de programmes AILERONS, APECS, Cybelle planète, FFESSM  Bouches du Rhône et la FFESSM Pyrénées-Méditerranée, LPO Hérault, Peau-Bleue, Planète Mer, la Société Herpétologique de France.

Nous vous attendons nombreux pour cet événement incontournable !

Découvrez la programmation du Salon international de la plongée sous-marine 2019
Lire le communiqué de presse 
Découvrez l'exposition Hippocampe

 

SMBT : montez dans le bus de l'Inondation

Du 20 au 24 novembre,  le Syndicat mixte du bassin de Thau lance la campagne « mieux connaître l’inondation : ce n’est pas sorcier ! ».

A bord d’un vieux bus scolaire américain, le public découvrira quels phénomènes sont à l’origine du risque inondation dans le bassin de Thau. Projections, témoignages, films d’animation…  à la descente, le risque inondation n’aura plus de secret pour eux.

Plus de 5 millions de français sont concernés par l’inondation. Ce risque arrive pourtant en dernière position dans la liste des préoccupations*. Apprendre à reconnaître le risque inondation, savoir quels comportements adopter pour y faire face sont pourtant essentiels pour diminuer sa vulnérabilité.  

Le Bassin de Thau est classé à risque important d'inondation (TRI). Chargé de piloter la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation, le Syndicat mixte du bassin de Thau lance avec le soutien du Ministère de la transition écologique une campagne de sensibilisation à l’échelle de tout le territoire.

Du 20 au 24 novembre, le public est invité à monter à bord du bus de l’inondation.

Témoignages, projection, modèles d’écoulement 2D, films d’animation… Il découvrira quels phénomènes sont à l’origine du risque inondation dans le bassin de Thau (submersion marine, débordement de cours d’eau, ruissellement), le projet de Plan d’Action pour la Prévention des Inondations, le travail de cartographie du risque initié par le SMBT mais aussi les mesures à prendre pour adapter son habitat, les bons comportements à adopter et pour les plus impliqués, la possibilité de devenir référent inondation dans leur commune.

Les scolaires ne seront pas oubliés. Le bus fera étape dans les écoles qui souhaiteront l'accueillir pour une séance pédagogique et ludique sur l'apprentissage des phénomènes à l'origine du risque inondation sur le territoire.

Cette campagne a été conçue par le Syndicat mixte du bassin de Thau en partenariat avec le Festival de Thau, certifié Iso 20121 pour toutes ses actions en faveur du développement durable.

Le bus de l’inondation, c’est une manière simple et ludique d’aborder un sujet qui nous concerne tous.

Cinq arrêts sont prévus :
•    arrêt n°1 : Marseillan, mardi 20 novembre, de 9h à 13h (à proximité de l'hôtel de ville)

•    arrêt n°2 : Mèze, jeudi 22 novembre, de 9h à 12h45 (place des Micocouliers)

•    arrêt n°3 :Sète, vendredi 23 novembre, de 14h à 18h (place Aristide Briand)

•    arrêt n°4 : Frontignan, samedi 24 novembre, de 9h à 13h (square de la Liberté)

•    arrêt n°5 : Balaruc-le-vieux, samedi 24 novembre, de 14h à 18h (devant l'école primaire)

*Source : Sondage IFOPoct. 2011

 

A découvrir aussi : le webdoc "Raconte-moi l’inondation"

Témoignages d’habitants du bassin de Thau ayant vécu une inondation, interviews de spécialistes du risque, conseils et
mesures d’adaptation sont à découvrir sur ce support interactif. Conçu par le Syndicat mixte du bassin de Thau avec le soutien du Ministère de la transition écologique, ce webdocumentaire vise à sensibiliser la population. Mieux comprendre le risque inondation et les phénomènes qui sont à l'origine, c'est déjà s'adapter.

WEB DOC RACONTE-MOI L'INONDATION

Accéder au webdocumentaire "Raconte-moi l'inondation"

 

 

le premier comité de pilotage de la deuxième séquence des « Assises de l’eau »

François de Rugy, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire ont réuni le premier Comité de pilotage de la deuxième séquence des Assises de l’eau qui visent à trouver des solutions pour permettre aux territoires et à l’ensemble des acteurs d’adapter leur gestion de l’eau à l’heure du changement climatique.

Fort de la première séquence des Assises de l’eau consacrée au petit cycle de l’eau, le Gouvernement a lancé le deuxième volet des Assises de l’eau autour de la question « Changement climatique et ressource en eau : comment les territoires, les écosystèmes et l’ensemble des acteurs vont ils s’adapter ? ».
Cette deuxième séquence doit contribuer à la mise en œuvre de plusieurs mesures du plan biodiversité, présenté en juillet par le Gouvernement, notamment sur les milieux humides et la gestion des eaux fluviales. Elle s’étendra jusqu’au mois de mars et sera rythmée par des ateliers sur les territoires, la réunion de groupes de travail et deux autres comités de pilotage.

Elle permettra également de travailler autour de trois axes complémentaires :

  • Économiser

  • Protéger

  • Partager la ressource en eau

Ces trois grands axes peuvent être déclinés en 9 thèmes de discussion, chacun pouvant alimenter les réflexions menées dans un ou plusieurs axes :

  • Thème 1 : Développer des modèles économes en eau (industries, services, agriculture, cités),

  • Thème 2 : Innover dans les solutions techniques pour mieux utiliser l’eau (dont l’utilisation des eaux non conventionnelles),

  • Thème 3 : Protéger les captages d’eau potable,

  • Thème 4 : Réduire les pollutions par les micropolluants,

  • Thème 5 : Favoriser les projets de territoire pour la gestion de la ressource en eau,

  • Thème 6 : Préserver les milieux humides,

  • Thème 7 : Restaurer les fonctionnalités des rivières,

  • Thème 8 : Concilier hydro-électricité et changement climatique,

  • Thème 9 : S'appuyer sur les solutions fondées sur la nature.

La première réunion du comité de pilotage a été l’occasion de poser un diagnostic sur les conséquences du changement climatique sur la gestion de l’eau, notamment grâce à la présence de Jean Jouzel. Cette réunion a aussi été l’occasion de valider la méthode, les axes et les thèmes de travail.

Baromètre de l’opinion 2018 - Préservation des ressources en eau et des milieux aquatiques : Qu’en pensent les Français*

Présenté lors du premier comité de pilotage, le baromètre réalisé par l’IFOP montre que :

- Pour environ 9 français sur 10, le changement climatique a des répercussions sur le cycle de l’eau
- Pour 59 % des français considèrent que la réduction de la pollution des rivières et des eaux souterraines est une priorité.
- Pour près d’un français sur deux, les pesticides agricoles et domestiques sont les principaux responsables de la dégradation de l’eau des rivières.
- 42% des français estiment que la préservation de la biodiversité aquatique est le deuxième enjeu dans le domaine de l’eau.

* Sondage Ifop réalisé du 18 juin au 3 juillet 2018 auprès d'un échantillon de 3 508 personnes.

Des oiseaux marins victimes de pollutions aux hydrocarbures

Aucun texte alternatif disponible.
Deux Fous de Bassan ont été retrouvés en état d'hypothermie dans l'Hérault sur les plages de Villeneuve-lès Maguelone et Marseillan et rappatriés au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage de la LPO à Villeveyrac.
Si vous trouvez des animaux en détresse sur le littoral, contactez rapidement le centre de sauvegarde au 04.67.78.76.24
Vous pourrez retrouver des informations prochainement sur cette actualité et sur le devenir de ces oiseaux sur le site internet et la page du Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage - LPO Hérault.

Voyage d'étude en Suisse, pour le développement territorial

 Voyage d’étude sur le développement territorial sur l’arc Lémanique (Genève/Nyon/Lausanne), du 8 au 10 novembre 2018

Du 8 au 10 novembre, une délégation composée de François Commeinhes, Maire de Sète, Président de Sète agglopôle Méditerranée, de Christophe Durand, maire de Mireval, Henri Fricou, maire de Mèze, Yves Michel, maire de Marseillan, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, Jean-Guy Majourel, Président du Conseil de développement, Bruno Vandermeersch, membre du Conseil de développement et de 3 cadres de l’agglopôle  se sont rendus en Suisse pour un voyage d’étude sur le développement territorial.

Ce déplacement s’inscrit dans la continuité des travaux engagés dans le cadre de la co-construction du projet de territoire de l’agglomération, à l’horizon 2040.

En juin dernier, une première rencontre a eu lieu à Sète avec Sonia Lavadinho, anthropologue urbaine. Cette chercheuse de renom international a présenté les grandes orientations qui marqueront les aménagements des territoires, dans les décennies à venir.

sdr

Afin d’identifier les futurs possibles en terme d’aménagement sur lesquels notre propre territoire pourrait s’appuyer, une délégation s’est rendue en Suisse durant 48 heures. Trois thématiques avaient été identifiées en amont de cette visite : la mobilité, l’aménagement des espaces publics et la formation innovante.

Ainsi, une première étape, à Nyon, a permis à la délégation d’échanger avec leurs homologues élus,  de visiter des aménagements publics et d’emprunter l’ensemble des modes de transports en commun mis à la disposition du public ; une offre complète, à fort cadencement de trains, tramways, trolleysbus, bus, qui est complétée par la mise en place de bateaux/navettes qui relient les rives du lac et font ainsi partie intégrante du réseau de transports en commun. L’agglopôle de Sète mène aujourd’hui des réflexions dans ce domaine, tant pour fluidifier le trafic et limiter le nombre de véhicules sur son territoire, que pour permettre une ouverture optimale sur l’extérieur.

Le groupe s’est ensuite rendu à Lausanne pour visiter la prestigieuse école polytechnique de Lausanne (E.P.F.L.) qui regroupe, en un même lieu laboratoires de recherche, tiers lieux (hébergement et incubateurs de start up), espaces culturels. Cette école totalement orientée vers le futur, tant par le volet technique que par le volet humain où l’innovation sociale est au centre des réflexions, a suscité de vifs intérêts auprès de chacun.

sdr

Les espaces publics de Genève privilégiant la convivialité et la praticité ont permis aux membres de la délégation de découvrir comment engager des aménagements qui conduisent à une plus grande fluidité dans les déplacements, à une meilleure cohésion sociale. La conjonction de toutes ces améliorations simples concourent à progresser collectivement vers un « Mieux vivre ensemble » indispensable pour offrir un avenir plus serein et prometteur aux habitants du territoire. Ce fut là aussi une source d’inspiration pour le groupe.

Ces déplacements visent, comme celui qui avait eu lieu l’an passé à Pontevedra, en Galice, à s’inspirer de bonnes pratiques mises en place chez nos voisins, en France ou à l’étranger, afin d’identifier ce qui pourrait à notre échelle être reproduit.

"A n’en pas douter, chacun a trouvé durant ce déplacement des idées novatrices, dans des domaines très différents et applicables à notre territoire." Précise Sète Agglopôle.

Un exemple de Territoire à énergie positive, le Grand Orb

Territoire à énergie positive

Lancé en septembre 2014 par le ministère de l’écologie, le label « Territoires à énergie positive »  (TEPos) vise à encourager les collectivités engagées dans une démarche de transition énergétique. Dans la cadre de sa politique de développement durable, la Communauté de communes envisage de se lancer dans la démarche TEPos et d’obtenir sa labellisation.

Pour y parvenir, des actions devront être portées dans les domaines de la réduction de la consommation d’énergie, la diminution des émissions de gaz à effet de serre dans les transports, la gestion durable des déchets, ou encore la production d’énergies renouvelables locales, la préservation de la biodiversité et le développement à l’écocitoyenneté.

A la clé, la Communauté de communes pourrait ainsi contribuer aux engagements de la France dans la COP 21 et au-delà; et la grande majorité des actions, notamment celles concernant la consommation d’énergie, permettrait à l’intercommunalité de réduire les coûts des services. Les territoires retenus peuvent obtenir une aide financière qui permet de financer rapidement leurs projets.

Grand Orb, l'énergie positive

Ici, les énergies renouvelables couvrent 100% des besoins en électricité

Le territoire est particulièrement propice au développement des énergies renouvelables : éoliennes, barrages hydroélectriques, centrales photovoltaïques… nombreuses sont les installations en activité ou bientôt en fonctionnement. Sur le territoire, les installations couvrent les besoins de 100% de ses habitants, soit 22 000 personnes, alors qu’elles ne couvrent que 20% de la consommation sur le plan mondial.

Une volonté d’accompagnement

Compétente en matière d’aménagement du territoire, l’intercommunalité dispose d’un levier d’intervention dans la planification de la gestion du foncier, tout en préservant les zones à vocation agricole.

Une mesure incitative a également été prise en faveur des communes : Grand Orb reverse aux communes une partie des taxes qu’elle perçoit sur les installations.

Les unités de production :

  • Énergie photovoltaïque 2 parcs photovoltaïques : un parc à Bédarieux et un parc à La Tour-sur-Orb. Un 3ème est en création sur le Carreau de la Mine au Bousquet d'Orb. Plusieurs bâtiments d’entreprises sont aussi équipés en panneaux photovoltaïques, comme le Service Environnement de la Communauté de commune au Fraïsse (La Tour-sur-Orb), la Salle Polyvalente du Pradal, équipement de la Communauté de communes, ainsi que l’entreprise KP1.
  • Énergie hydraulique 3 centrales hydroélectriques sur l’Orb : deux centrales à Avène, une microcentrale au Bousquet d’Orb.
  • Énergie éolienne 2 sites éoliens : un parc éolien à Dio-et-Valquières et un parc à Camplong.

 

Solaire

Parc photovoltaïque des terres rouges (Bédarieux)

Le premier grand projet intercommunal à la fois économique et écologique. Ce parc photovoltaïque de 35 hectares est créé sur l’ancienne décharge des terres rouges, propriété de la Communauté de communes. Ce projet, situé sur la commune de Bédarieux est financé et réalisé par une entreprise privée, la société montpelliéraine Valéco.
L’ensemble du projet représente un investissement de 16 millions d’euros. Ces terrains délaissés deviennent une source de recettes pour les collectivités. Au global, les retombées annuelles sont de 100 000 € par an pour la Communauté de communes. Il permettra par ailleurs de compenser l’équivalent de la consommation électrique des Bédariciens.
Ce parc se divise en 2 parties : « Terres Rouges 1 » et « Terres Rouges 2 » .

  • Date de mise en service (Terres Rouges 1) : janvier 2015
  • Date de mise en service (Terres Rouges 2) : septembre 2016
  • Puissance (Terres Rouges 1) : 7,1 MWc
  • Puissance (Terres Rouges 2) : 5,7 MWc
  • Production totale générée en Kwh : 16 360 000 kWh
  • Équivalent en nb de foyers : 3977 (chauffage compris)
  • Retombées annuelles pour CC Grand Orb : 100 000 €

 

Centrale photovoltaïque de la Tour de Palau (la Tour sur Orb)

La centrale photovoltaïque de la Tour de Palau est en service depuis 2015.

  • Date de création : décembre 2014
  • Puissance : 3,85 MW
  • Production générée : 4 958 800 kWh
  • Équivalent consommation foyers : 1205 (chauffage compris)

 

Parc photovoltaïque au Carreau de la Mine (Bousquet d'Orb)

Après le parc photovoltaïque des Terres Rouges créé à Bédarieux sur l’ancienne décharge des Hauts Cantons, c’est le carreau de la mine du Bousquet d’Orb (ancien site de traitement du charbon) qui fait l’objet d’une reconversion en site de production d’énergie propre.

Initié en 2010 par la commune du Bousquet d’Orb, 100 % financé et réalisé par une société privée, « Akuo solar » , le parc solaire aura le triple intérêt de produire de l’énergie propre, de donner une seconde de vie à des terrains pollués et gelés à toute autre activité, d’apporter des recettes substantielles à la commune (loyer de 50 000 €/an pendant 33 ans + taxes), à la Communauté de communes (taxes) et au département (taxes).

Les travaux ont démarré pour une mise en service prévue l’été prochain.

  • Surface : 19 ha de terrain
  • Nombre de panneaux solaires : 44 438
  • Puissance : 12 MW
  • Production générée : 14 900 000 kwh équivalent à la consommation en électricité de près de 6000 foyers/

 

Toiture du Service Environnement de la Communauté de communes au Fraïsse (La Tour-sur-Orb)

  • Puissance : 98,75 KWc
  • Production annuelle : 110 000 kwh (soit l’équivalent consommation chauffage compris de 27 foyers).

 

Toiture de la Salle Polyvalente du Pradal

  • Puissance : 27,54 KWc
  • Production annuelle : 36 000 kwh (soit l’équivalent consommation chauffage compris de 9 foyers).
  • Territoire à énergie positive

 

Hydraulique

Barrage des Monts d’Orb (Avène)

Si sa vocation première est l’irrigation, le barrage des Monts d’Orb permet également de produire de l’électricité avec une turbine, de capacité réduite, d’une puissance de 1 500KWh.
Cet équipement est géré par la société BRL.

  • Mise en service : 1975
  • Puissance installée : 1,5 MW
  • Production annuelle générée : 3 et 7 millions de kWh par an selon les années
  • Équivalent en nb de foyers : entre 729 et 1701 (chauffage compris)

 

Usine hydroélectrique de Truscas (Avène)

Exploitée par le groupement Montahut (EDF), cette usine est composée de 3 turbines qui fonctionnent au fil de l’eau. D’une puissance de 1 300KWh, production annuelle moyenne 8 540 000 kWh, l’usine permet de satisfaire l’équivalent de consommation de 2076 foyers (chauffage compris).

Centrale hydroélectrique de Cazilhac (Le Bousquet d’Orb)

Cette petite installation privée se situe sur la commune du Bousquet d’Orb. La turbine, d’une puissance de 370 KWh produit en moyenne 2 500 000 de kWh.

  • Créée en : 1969, complétement rénovée en 2014
  • Investissement : 800 000 euros en 2014
  • Puissance installée : 370 KWh
  • Production annuelle : 2 700 000 kWh
  • Équivalent consommation foyers : 656 (chauffage compris)
  • Territoire à énergie positive

 

Éolien

Le parc éolien de Dio-et-Valquières

Il est équipé de 7 éoliennes, pour une puissance de 11,7 MW.

  • Mise en service : 2006
  • Investissement : 9 millions d’euros
  • Puissance : 11,7 MW
  • Production générée : 17 468 168 KWh Équivalent
  • Équivalent Consommation foyers : 4247 (chauffage compris)

 

Le parc éolien de Camplong

3 éoliennes ont été installées en 2009.

  • Puissance : 2,7 MW.
  • Mise en service : juillet 2009
  • Investissement : 3,4 millions d’euros
  • Puissance : 2,7 MW
  • Production générée : 7 486 358 KWh Équivalent
  • Équivalent consommation foyers : 1820 (chauffage compris), soit 3 875 habitants par an.

À lire également

Naturellement responsable : https://www.grandorb.fr/Developpement-durable/Dechets/Naturellement-responsable/5/34.html

En moyenne, chaque habitant de Grand Orb produit plus de 340 kg de déchets ménagers par an. Le territoire fait figure de bon élève.

Le plan régional pour une alimentation durable

Message de Carole Delga
Présidente de la Région Occitanie
Pyrénées-MéditerranéeAlimentation en Occitanie : je participe !

"C’est vous, les habitantes et habitants de l’Occitanie, qui allez choisir les priorités du Plan régional pour une alimentation durable en participant, avant le 15 novembre, à cette grande consultation citoyenne inédite
à l’échelle d’une Région française.

L’alimentation représente un secteur économique essentiel de notre région, avec des milliers d’entreprises agro-alimentaires et
d’exploitations agricoles.
Avec vous, l’Occitanie veut être la région du bien vivre et du bien-être, tout en permettant à chaque agriculteur, producteur,
de percevoir une rémunération juste.

Participez et impliquez-vous dès aujourd’hui
dans cette consultation citoyenne essentielle pour notre avenir !"

https://jeparticipe.laregioncitoyenne.fr/project/alimentation-en-occitanie-je-participe/questionnaire/consultation-citoyenne




Aqua Domitia : 70 M€ de travaux lancés dans les 30 prochains mois

Le Groupe BRL a invité les adhérents de la FRTP Occitanie Méditerranée à une présentation des grands chantiers qui vont être lancés dans les 30 prochains mois dans le cadre du Réseau Hydraulique Régional et de son extension, au travers du programme Aqua Domitia.

Cette rencontre a resitué les grands enjeux de ces investissements, soutenus par Damien Alary, Vice-Président de la Région Occitanie et Président du Conseil d’administration de BRL,  qui s’inscrivent dans le Plan d’intervention Régional de gestion intégrée de l’eau voté par la Région en juin dernier.

Comme l’a souligné Jean-François Blanchet, le Directeur général du Groupe BRL : «  avec cette nouvelle phase du programme Aqua Domitia, 70 M€ de travaux vont être engagés dans les 30 prochains mois dont plus de 40 M€ dans les 6 mois à venir. Nos cahiers des charges seront innovants en matière de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) et intégreront les principes du Schéma régional  de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables. Nos appels d’offres feront aussi appel à la créativité et l’innovation des entreprises, en encourageant des solutions sobres en Carbone, à faible consommation d’énergie et économe en eau. Il est également prévu un large allotissement et des dispositions spécifiques pour permettre au plus grand nombre d’entreprises de bénéficier de ces travaux, pour optimiser en même temps l’intérêt du Maitre d’ouvrage et les effets positifs des travaux sur l’économie et l’emploi». Les entreprises devront ainsi démonter dans leurs mémoires techniques à quel niveau elles intègrent ces exigences.

« Il était ainsi important pour BRL de partager, avec les représentants de la profession, les orientations du programme AQUA DOMITIA porté par la Région Occitanie : »

« – promouvoir une démarche responsable et solidaire pour atténuer le changement climatique,

- favoriser l’adaptation des territoires à l’impact de ce changement ainsi qu’à celui de la croissance démographique, en accompagnant le développement économique tout en préservant les milieux naturels. »

Dans les 30 prochains mois les futurs travaux d’Aqua Domitia et des réseaux de desserte hydro-agricoles vont ainsi faire l’objet d’appels d’offres répartis en 16 lots, concernant la fourniture et la pose de plus de 175 km de canalisations, 3 franchissements par micro-tunneliers et  la réalisation de 3 stations de pompage, intégrant une orientation digitale avec la démarche BIM (maquette numérique) et la démarche de Bâtiment Durable Méditerranéen. « 

« Dans la dynamique du Plan de soutien à l’emploi et au BTP porté par la Région, BRL a souhaité, avec cette réunion d’information préalable, exposer l’organisation des allotissements permettant ainsi au plus grand nombre d’entreprises de bénéficier de ces investissements financés par la Région, les Départements de l’Aude et de l’Hérault et les agglomérations et collectivités du territoire concerné. »

« Cette démarche innovante a été saluée par la profession et les éléments présentés seront mis en ligne sur le site internet du Groupe, pour permettre le plus large accès possible aux entreprises et à la concurrence. »

 

Les éléments présentés lors de cette réunion sont en ligne sur le site de BRL et du RHR : https://www.brl.fr/fr/189-aqua-domitia-70-m%E2%82%AC-de-travaux-lances-dans-les-30-prochains-mois-49.html

 

"Un espace mouvant et lagunaire. Paysages de la côte et des étangs"

Atelier adapté "Un espace mouvant et lagunaire. Paysages de la côte et des étangs" : avec les Archives départementales de l’Hérault le 17 novembre 2018.

Aucun texte alternatif disponible.

Vu du ciel, le Golfe du Lion présente, le long de la côte du département de l’Hérault, un essaimage presque continu d’étangs séparés de la mer par un cordon sablonneux, qui délimitent des zones humides aux contours incertains. La terre le dispute à la mer depuis toujours. Cet atelier se propose de faire déchiffrer du bout des doigts la géographie et l’histoire si particulières de notre côte languedocienne grâce à une planche tactile, représentant le littoral de l’Hérault depuis Maguelone jusqu’à Mauguio, réalisée à partir d’un plan original de 1773. Cet outil adapté devient un outil de médiation utile à tous les visiteurs, pour comprendre l’organisation spatiale et l’occupation humaine de notre côte.

Tout public, accessible aux personnes en situation de handicap visuel
A partir de 12 ans
Sur inscription - par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en fournissant un numéro de téléphone et le nom d'un référent.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements, à vous inscrire et à diffuser l’information.