Environnement

Programme de juillet des Gardiens de Thau ses Ports et sa Lagune

Le programme de juillet est déjà entamé par la conférence du 5 juillet sur l'Etang de Thau avec Christophe Morgo et Jean Christophe Cabrol.

CLJP 12au17 juillet 18

Les Gardiens de Thau ses Ports et Lagune vont continuer par 3 jours de sensibilisation pour le "Centre de loisirs des jeunes de la Police" en collaboration avec l'association "Odyssée plongée" .

 Rendez-vous avec eux :

- le jeudi 12 juillet à 14H pour la projection du film de Martin ESPOSITO "Super Trash" qui est un film-documentaire très choc afin de remuer la conscience des jeunes et moins jeunes. Cette projection est pour les jeunes du C.L.J.P., mais nous l'ouvrons aussi au public tant ce film a besoin d'être vu par le plus grand monde possible. RV au cinéma le Palace, 27 avenue Victor Hugo à Sète. Entrée gratuite et tous publics. 

Après cette sensibilisation par l'image, il est temps de passer aux actes positifs :

- RV le lundi 16 juillet à partir de 9H30 à l'Ecole de plongée "ODYSSEE" aux quilles pour un nettoyage du Port.

- RV le mardi 17 juillet à partir de 9H30 sur la place des mouettes au Barrou pour le nettoyage de la plage.

"Nous vous attendons nombreux, la Planète a besoin de nous et surtout des jeunes pour la protéger. Les papiers ou autres déchets laissés parterre est un acte déplorable pour les océans. Tous déchets sur terre se retrouvent à polluer les mers. Alors,  ayons un geste fort en ne jetant plus de détritus, de mégots (l’horreur de notre société) qui met des années à se désagréger en ayant empoisonnés ou tués des milliers d'espèces marines et par ricochet l'être humain…."

Pour le film, s'inscrire au : 06.09.93.63.31 ou par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Protégeons les hippocampes & les herbiers de Thau


Retrouvez-nous tous l'été à Bouzigues et Balaruc-les-bains le stand de sensibilisation de la LPO à la préservation des herbiers de zostères du site Natura2000 de l'étang de Thau coordonné par le Syndicat mixte du bassin de Thau et animé avec le réseau CPIE Bassin de Thau : http://www.smbt.fr/herbiershttps://www.facebook.com/LPO34/videos/1709335122484183/?t=16

Nota : l'hippocampe de la vidéo pêché à l'épuisette par une famille a été vite relâché suite à la photo qui a permis de déterminer l'espèce et ainsi valoriser la donnée sur le site http://www.fish-watch.org de Peau-Bleue

Sète : lutter contre les chenilles processionnaires

che290px-Thaumetopea.pityocampa.01Chaque année, ces petites bestioles velues très urticantes qui nichent dans les pins ou dans les chênes sont de retour. Afin de contenir l’expansion de ces lépidoptères connus pour se déplacer en de longues files indiennes, la Ville de Sète met en place un plan de lutte respectueux de l’environnement : le piège à phéromones.

 

Reconnaissables entre mille, les nids de chenilles processionnaires prolifèrent au printemps. Une fois écloses, elles se nourrissent des aiguilles des pins, affaiblissent les arbres et peuvent ouvrir la voie à d’autres ravageurs et parasites. Elles sont également source d’allergie pour de nombreuses personnes.

Pour limiter les nuisances causées, il existe un moyen de traitement des larves par voie aérienne qui présente l’inconvénient majeur de détruire d’autres larves de papillons. C’est pourquoi la Ville de Sète a opté, depuis plusieurs années, pour un système de lutte respectueux de l’environnement : le piège à phéromones.

Ce type de piège permet, de manière écologique, le traitement et l’éradication de la chenille processionnaire du pin et du chêne. En fonction du type de chenille, les dates du piégeage varient : de juin à septembre pour la processionnaire du pin et de mi-juillet à début octobre pour la processionnaire du chêne. Le piège à phéromones va permettre la capture des papillons mâles, stade « adulte » de la chenille, la réduction de la reproduction et donc le nombre des futures chenilles. Attirés par la phéromone, spécifique à chaque espèce, les papillons mâles volent autour du piège, qui émet l’odeur du papillon femelle. Épuisés, ils finissent par tomber dans l’entonnoir et y restent coincés.

La Ville de Sète met gratuitement un piège par foyer à disposition des propriétaires de terrains concernés qui en feront la demande. Ils pourront, s’ils le souhaitent, renouveler le diffuseur à hormones à leurs frais (environ 15€) les années suivantes. Et même si votre pin n’est pas touché, la pose des pièges permet de participer à une lutte collective contre ces vilaines petites bêtes.

 

Contacter le service Protection civile hygiène et salubrité : 04 99 04 74 80 ou le service jardins et paysages : 04 99 04 71 03

Vivre & Respecter la mer au quotidien

Aucun texte alternatif disponible.

Vous aimez naviguer ? Et vous souhaitez agir pour la préservation du milieu marin ? Alors participez à la campagne écogestes Méditerranée Occitanie ! Cette campagne de sensibilisation, à destination des plaisanciers, propose des pratiques de navigation plus respectueuses de l’environnement. Portée par le CPIE Bassin de Thau, la campagne est relancée en 2018 sur toute la façade d’Occitanie.

Les milieux marins, littoraux, lagunaires et fluviaux sont des écosystèmes fragiles et soumis à de fortes pressions anthropiques. Parmi ces pressions, la plaisance représente une part importante des activités pouvant impacter ses milieux et être à l’origine de nombreuses dégradations, aussi bien en mer qu’au port. Partant de ce constat, de nombreuses structures se sont mobilisées pour mettre en oeuvre la campagne Ecogestes Méditerranée.

GESTECapture

 
Une Campagne à large éChelle Sous l’impulsion du Plan d’Action pour le Milieu Marin (PAMM), Ecogestes Méditerranée est déployée, depuis 2017, de manière harmonisée à l’échelle des trois régions méditerranéennes françaises : PACA, Corse et Occitanie. Elle est issue de l’unification des campagnes menées depuis 2002 en Provence-AlpesCôte d’Azur et entre 2004 et 2014 en LanguedocRoussillon.


En Occitanie, la campagne, coordonnée par le CPIE Bassin de Thau, implique également 7 structures ambassadrices (LPO Hérault, ardam, Labelbleu, LPO Aude, Institut Marin, Au local, WeOcean) qui sont tout l’été auprès des plaisanciers, ainsi que de nombreux ports et gestionnaires d’espaces naturels régionaux partenaires, qui assurent le relais de la campagne sur leurs territoires.

 

Tri des déchets, ancrage, hydrocarbures, entretien du bateau, gestion de l’eau douce et des eaux usées ... sont autant de thématiques qui seront abordées avec les plaisanciers qui acceptent d’échanger sur leurs pratiques et devenir des [éco]plaisanciers !


la programmation en oCCitanie En 2017, 230 jours de campagne ont permis de sensibiliser 6 835 personnes et 1 522 bateaux ont hissé le fanion Ecogestes et se sont engagés à améliorer au moins un geste dans leurs pratiques nautiques, afin de s’engager à la preservation des milieux marins.

En 2018, la campagne se poursuit ! Vous aurez l’opportunité de retrouver les ambassadeurs Ecogestes sur stands à l’occasion de manifestations nautiques locales, ou sur les pontons pour des enquêtes directes auprès des plaisanciers... Retrouvez les actus sur :  https://www.facebook.com/EcogestesMediterraneeOccitanie/  
 

Le saviez-vous ? Une petite flaque de carburant affecte, à elle toute seule, la vie sous-marine sur une surface équivalente à un terrain de foot ! Des solutions [éco]gestes existent ! Elles sont pratiques, économiques et écologiques. Venez les découvrir ! 

L’air : la pellicule qui assure notre survie

L’air, ou plus exactement l’oxygène qu’il contient, est indispensable à la vie sur Terre. Cet air si précieux qui nous entoure et que nous respirons, l’atmosphère, n’est en fait qu’une mince enveloppe gazeuse qui entoure notre planète. De plus, seule la couche la plus basse, de 15 km d’épaisseur, abrite des êtres vivants.

La masse de cette fine pellicule atmosphérique qui assure notre survie ne correspond qu’à environ la millionième partie de la masse de la Terre, soit 5,1x1015 tonnes. La quantité d’oxygène terrestre est de l’ordre 1018 kg soit tout de même 1.000.000.000.000.000 tonnes ou 1 million de milliards de tonnes, de quoi voir venir. Cette ressource abondante n’est malgré tout pas infinie et elle reste qualitativement fragile et vulnérable.

Lire la suite sur : http://futuroscopie.org/index.php/ressources-naturelles/69-l-air-cette-fine-pellicule-qui-assure-notre-survie

L’énergie solaire : le futur de l’Afrique

 La majeure partie de l’Afrique compte environ 325 jours de fort ensoleillement par an. Selon sa localisation,  chaque km2 de terre africaine reçoit annuellement en énergie solaire l’équivalent de 1 à 1,5 millions de barils de pétrole.  

Une surface carrée de 500 km de coté le Sahara, équipée de panneaux solaire suffirait à alimenter la planète entière en électricité. Compte-tenu des enjeux économiques et environnementaux la plupart des pays d’Afrique ont fait de l’électricité leur priorité. 

Au Maroc, dans la ville de Ouarzazate, la centrale Noor, lancée par le roi MohammedV, est la plus grande centrale solaire thermodynamique du monde. À perte de vue, quelque 500.000 miroirs cylindriques installés sur une surface de 450 hectares collectent les rayons du soleil et les concentrent sur un ensemble chaudière-turbines qui transforme l’énergie thermique en électricité (580 MW).

» Lire la suite : http://futuroscopie.org/index.php/technologie/energie

La course aux terres arables

terre arable

Sur les 13 milliards d’hectares de terres émergées de la planète, seuls 1,6 milliard d’hectares sont des terres arables, le reste est occupé par la forêt (4,0 milliards d’hectares), les prairies ou les pâturages (3,3 milliards d’hectare) et les terres inutilisables (l’antarctique, les déserts, les iles rocheuses, le zones urbaines, etc.). Les terres arables sont donc limitées.

Dans le futur, selon la FAO, les terres encore disponibles mais de bonne qualité se feront rares, surtout si on veut protéger les grandes forêts tropicales pour préserver l’équilibre climatique et la biodiversité.
Le réchauffement climatique devraient bien rendre exploitables de nouvelles terres au nord mais d’autres seront atteintes par le processus de désertification (notamment dans les régions du Sahel, en Australie, en Espagne, etc.). Il faudra aussi compenser les terres devenues stériles par l’érosion, la salinisation ou la surexploitation et celles perdues par l’industrialisation ou l’urbanisation, en particulier en Asie. Au global, moins de 200 millions d’hectares pourraient être encore ajoutés aux 1600 millions d’hectares déjà exploités actuellement mais guère davantage.

Les terres arables seront-elles alors suffisantes pour nourrir la population humaine qui va connaître son apogée au cours de ce siècle et dont les attentes seront plus fortes avec l’élévation de leur niveau de vie ? La pression démographique, dans un contexte de changement climatique, ne va-elle pas engendrer une compétition de plus en plus âpre pour la terre ? L’insécurité alimentaire va-t-elle s’aggraver en particulier pour les populations vulnérables d’Afrique et d’Asie ?

Pour aller plus loin : http://futuroscopie.org/index.php/ressources-naturelles/71-la-course-aux-terres-arables

LPO : les observations de juin 2018

 Liste des animaux jamais observés, très rares et rares de l'Hérault transmis sur le site d'inventaire participatif faune-lr.org et application mobile Naturalist :

 

Etourneaux roselins

- Frontignan : 1 individu le 02/06 (H. Cristoph)
- Lansargues : 3 individus le 03/06 (V. Véronique), 2 individus le 12/06 (M. Julien), 1 individu le 14/06 (L. Cédric), 1 individu le 19/06 (M. Lucas)
- Sète : 3 individus le 03/06 (S. Estelle & François), 4 individus le 05/06 (S. Estelle & François)
- Vendres : 9 individus le 01/06 (B. Yves, C. Anthony, G. Pierre, P. Gérard, O. Georges), 34 individus le 01/06 (G. Frédéric), 11 individus le 02/06 (D. Jean-Michel, D. Emmanuel, M. Chantal, R. Sylvain), 1 individu le 02/06 (C. Etienne), 3 individus le 02/06 (L. Vincent, N. Mathieu), 1 individu le 02/06+ (R. Sylvain)
- Villeveyrac : 4 individus le 01/06 (B. Jean-François, B. Mathias, M. Thomas), 1 individu le 05/06 (P. Gérard)

Faucon d’Eléonore

-  Campagnan : 1 individu le 27/06 (D. Thomas, R. Denis)
-  Livinière : 1 individu le 10/06 (B. Yves), 1 individu le 22/06 (S. Franck)
-  Montferrier-sur-Lez : 1 individu le 22/06 (P. Yann)
-  Saint-André-de-Sangonis : 2 individus le 19/06 (D. Thomas)

Glaréole à collier

- Vendres : 1 individu le 08/06 (P. Gérard)

Le gouvernement a présenté son plan biodiversité

Le gouvernement a présenté son plan biodiversité ce mercredi avec 90 mesures pour lutter contre l’érosion de la biodiversité.

Le ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire a présenté une communication relative au plan biodiversité.

Face aux enjeux majeurs liés à la perte massive de biodiversité et aux conséquences sur l’avenir de l’humanité, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre très vite un plan d’actions interministériel pour la biodiversité. Ce plan vise à inverser la tendance et à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité qui court jusqu’en 2020.

La crédibilité de l’action publique doit être restaurée dans ce domaine afin de pouvoir mobiliser l’ensemble des acteurs autour d’orientations nouvelles pour faire évoluer en profondeur nos modes d’aménager, de produire et de consommer et ainsi répondre aux attentes des Français en matière de qualité de vie, de santé et de sécurité environnementale.

Le projet de plan sera donc organisé autour des cinq axes suivants :
 

  1. Protéger la biodiversité pour améliorer notre cadre de vie et nous adapter au changement climatique ;
  2. Faire de la biodiversité le moteur du changement de nos modèles de production et de consommation pour réduire notre empreinte écologique en France et dans le monde ;
  3. Protéger et restaurer la nature dans toutes ses composantes ;
  4. Créer un cadre européen et international ambitieux pour la protection de la biodiversité ;
  5. Rendre la connaissance et l’action pour la biodiversité accessibles à tous.


Il s’agit, au-delà de l’action de la France, de mobiliser la communauté internationale dans le cadre d’un calendrier de rencontres sur les deux prochaines années (COP14 à Charm el‑Cheikh fin 2018, plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques et G7 environnement en 2019).

Ce calendrier se conclura en 2020 par l’accueil du congrès mondial de la nature à Marseille puis la tenue de la COP 15 sur la biodiversité en Chine. C’est à cette occasion qu’un nouveau cadre sera adopté et déterminera l’action internationale pour la prochaine décennie.

La concertation est engagée à tous les niveaux sur ce plan biodiversité.


Ce plan contribuera à la cohérence et à l’articulation des politiques publiques pour agir de manière efficace en faveur de la biodiversité. Son portage interministériel est un facteur clé de son efficacité permettant d’intégrer au cœur de l’action publique les enjeux de préservation de la biodiversité.


En savoir beaucoup plus avec : Philippe et Hulot annoncent un ambitieux «plan biodiversité» :http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/07/04/01008-20180704ARTFIG00321-la-biodiversite-en-haut-de-l-agenda-politique.php

Protéger la lagune

Hier, jeudi 5 Juillet, au cinéma Le Palace, l’association les gardiens de Thau organisait une conférence concernant la lagune du Bassin de Thau. L’association est issue du collectif « stop à la pollution du port de Sète » initiée en 2011 et œuvre pour le respect de l’environnement;  lequel passe par un grand nombre de changements culturels et comportementaux. Elle s’attelle à sauvegarder des sites, des milieux naturels, des paysages de la flore et de la faune, et à sensibiliser la jeunesse sur ces questions essentielles. Hier, la présidente Catherine Chauzit a participé au débat avec le maire de Villeveyrac, Christophe Morgo,  ainsi que Jean Christophe Cabrol, conchyliculteur   délégué à l’environnement. Séparée de la mer par un cordon littoral, la lagune représente 7500 hectares et 57 KM de berges et abrite un grand nombre d’espèces protégées,  lesquelles sont pour la plupart,  en mauvais état de conservation comme le flamant rose ou l’aigrette.

Le principal problème : la pollution. En effet, on déplore pas moins de 70% de déchets plastiques (polyéthylène, polypropylène, PVC) sur le site et dans ses environs . Et comme l’a exprimé de manière claire Jean Christophe Cabrol qui est également pêcheur et racle ses bateaux au lieu de les peindre : "On manque d’éducation !" , faisant également référence aux trop  nombreux dépôts sauvages. Il y a également le problème des péniches qui naviguent à vannes ouvertes, et qui continueront de le faire tant qu’il n’y aura pas des zones de dépotages tous les 20 Kilomètres.

En conclusion, prendre conscience  de la richesse de la  nature  induit que l'on reste vigilant à son entretient, ce qui hélas , doit,  aujourd'hui, passer par l'application de règles strictes.

La lagune est approvisionnée par une dizaine de cours d'eaux dont la Vène (coté balaruc les Bains) , l'eau de mer (par les canaux) sans oublié la pluie. Environ 400 espèces animales et végétales sont reconnues dont les herbiers de posidonies plus grosse colonie d'Europe que l'on trouve dans la Lagune.

 Catherine CHAUZIT rajoutait : 

"L'Etang de Thau réunit diverses activités comme le thermalisme, la conchyliculture, les pêcheurs qui sont moindre depuis quelques années, la plaisance par la voile et les pénichettes qui traversent l'étang du canal du midi au canal de Rhône. la problématique de source de pollutions viennent particulièrement de cette dernière activité. des stations de dépotages sont prévues un peu partout dans les ports mais hélas pas ou très peu fréquentées par ces navigants du dimanche. Les contrôles d'état peu effectués, des stations mal placées des navigateurs qui ne veulent pas s'embêter et aussi des professionnels de la location pas assez rigoureux tout se mélange n'est pas très bon pour l'eau de l'étang. N'oublions pas les mouillages sauvages qui abiment les herbiers ou par des bateaux non entretenus qui coulent laissant échapper des produits nocifs dans l'eau. Les constructions démesurées et à outrance sur des zones humides supprimées pour accueillir le monde entier dans nos villes et villages !! Jusqu'à quand nous allons continuer cette course effrénée ?"

morgo449

Deux scientifiques intéressés par cette conférence sont venus de Paris et Lyon. Comme quoi nos actions vont loin..! jJe veux rester sur un ton positif et me dire que les autorités prendront le chemin d'actions efficaces afin d'éviter au maximum ces rejets. Tant de choses on été dites hier au soir et de combats qui ont été menés qui seront encore menés pour arriver petit à petit à ce que les mentalités changent. J'essaie de garder cet espoir."

 

Balade au crépuscule

Sortie de terrain à Mèze

 Le 11 Juillet 2018  19 h30

Le soir venu, alors que le ciel et la lagune de Thau se teintent de rouge et d’or, les oiseaux se laissent admirer et les chauves-souris prennent leur envol.

Munis de jumelles, amplifcateurs de sons et « batbox », suivez une ornithologue-chiroptérologue au cœur d’un site naturel protégé d’exception.

Lieu de rendez-vous : Devant le portail blanc de l'écosite, Route des Salins

Responsable : Camille Fraissard, Mammalogiste

Nombre de participants : 20

Matériel à prévoir :

Vêtements adaptés à la météo

Lampe de poche

Attention aux moustiques

Prix : 3 € (-12 ans) - 6 euros / personnes

 

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 33 23 19 23

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations