Environnement

3ème séminaire de création de la LPO Occitanie

  Les travaux relatifs à la création de la LPO Occitanie se poursuivent. A l'issue du Dispositif Local d'Accompagnement mis en oeuvre pour permettre la fusion des Associations Locales LPO Aude, Aveyron, Hérault, Lot, Tarn et du Groupe LPO Haute-Garonne, des groupes de travail thématiques se mettent en place pour avancer sur la structuration de notre future structure commune.

Rassemblés à Carcassone (11) le 22 juin dernier, administrateurs et salariés de la LPO en région Occitanie ont pu échanger par exemple : - sur la mise en place d'un bulletin d'information LPO Occitanie qui sera adressé à l'ensemble de nos membres en région

  • - sur les perspectives d'écriture du nouveau projet associatif de cette LPO Occitanie
  • - sur les projets d'éducation à l'environnement déjà mis en oeuvre en commun en 2018 (dispositifs pédagogiques "faune sauvage en détresse", "Refuges LPO", poster pédagogique, agenda nature)
  • - sur les modalités de travail à distance (sièges locaux, sites de travail et de réunions, visio-conférences...)
  • - sur les enjeux liés à la protection des espaces et des espèces à l'échelle régionale
  • - aux partenariats existants ou à engager avec des partenaires privés (associations, entreprises..)

L'ensemble des dirigeants bénévoles et des salariés se retrouveront à nouveau fin novembre 2018 pour un 4ème séminaire qui nous rapprochera encore un peu plus de cette fusion tant attendue.

Magnifique restitution des P'tits Sage(s) de Gigean

eauP1080264

Dans le cadre de projets pédagogiques annuels, des élèves de CP et de CM1 de l'école Haroun Tazieff de Gigean ont pu profiter de séances de travail à l'école ou sur différents sites dont celui de la LPO. Différents partenaires étaient mobilisés avec en premier lieu les parents, l'école, et différentes structures institutionnelles pour financer cette opération d'envergure.

Les élèves des classes de Barbara Vors, Jérémy Sarringuet et Virginie Bouyerie ont vécu des expériences bien enrichissantes, certains sur le thème de l'eau avec surtout le souci de préserver sa qualité, les autres sur la préservation de la nature locale, entre plantes et animaux.

eauP1080276

Dans le cadre d'Autour de T'eau, un gros travail a été réalisé sur les causes et les conséquences de la pollutin de l'eau, une démarche qui s'inscrit dans le cadre du Sage des enfants : Le SAGE des enfants est organisé en écho au vrai SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux). Elaboré par la Commission Locale du bassin de Thau et piloté par le SMBT, ce document de planification  fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection de toutes les ressources en eau des bassins versants.

L’opération SAGE des enfants clôture donc le projet Autour de t’eau animé par le CPIE bassin de Thau avec le soutien de l’Agence de l’eau et de l’éducation nationale.

Durant l’année, des animations pédagogiques ont permis aux enfants, grâce à l’implication un animateur de l’Ardam, de se familiariser avec les enjeux de l’eau.

eauP1080257

Ce vendredi, les p’tits sages ont pu témoigner de leur intérêt pour ces questions à travers divers travaux présentés. Présentations, verbalisations, slogans, maquettes, tableaux… ont animé cette restitution. L’implication des enfants et des équipes enseignantes a été saluée par tous et par les nombreux parents d'élèves présents.

François Commeinhes, Président de la Commission Locale du bassin de Thau et Vice-Président du SMBT, a passé un long moment en compagnie des élèves en participant à cette restitution puis en précisant qu'il était impressionné par leur engagement dans ces activités sur l'environnement et par leus capacités à analyser les situations.

Cette soirée fut donc une occasion pour les p’tits SAGEs de Thau de transmettre à leur tour les connaissances acquises tout au long de l’année sur les enjeux de l’eau et même de donner des conseils aux plus grands.  

« Installer des composteurs collectifs dans les espaces verts pour que les gens n’utilisent plus d’engrais chimiques, favoriser les vers de terre pour obtenir une terre riche et bien aérée, pailler son jardin pour limiter sa consommation en eau d’arrosage… ». Les p’tits SAGEs de Thau ne sont pas en manque d’inspiration quand il s’agit de trouver des solutions pour protéger l’eau. D'autant qu'avec le travail des CPs relatif à la biodiversité, la biodiversité, la préservation de l'environnement avec la LPO, la Nature  était bien mise à l'honneur à Haroun Tazieff 
 
A Gigean, les enfants ont même réalisé un jardin méditerranéen, économe en eau et vierge de tout pesticide.  
 
François Commeinhes, et Gislène GUERREAU, conseillère Municipale déléguée à la petite enfance et aux affaires scolaires, représentant Francis Veaute, maire de Gigean, ont salué « Ce travail exemplaire sur les enjeux de l'eau et le respect de l'environnement » et ont félicité les enfants pour cette réussite.   

eauP1080279


 eauP1080270
 

Sentier sous-marin

 

Sortie de terrain à Marseillan

Le 17 Juillet 2018 de 14 h 00 à 17 h 00

Plongez à la découverte de la lagune de Thau, un milieu étonnant et riche en biodiversité.
+ d'infos : https://www.cpiebassindethau.fr/wp-content/uploads/2018/06/Balade-de-l%C3%A9t%C3%A9-2018_web.pdf

Lieu de rendez-vous : Cercle de voile de Marseillan ville

Responsable : Valerian TABARD, Animateur

Nombre de participants : 10

Matériel en prêt :

Palmes, masque, tubas, combinaison

Matériel à prévoir :

Serviette, maillot, crème solaire, eau

Prix : 15€ adultes, 10€ enfants (de 8 à 12 ans)euros / personne

Public concerné : Tout public

Accessible aux personnes handicapées : Non

Structure(s) partenaire(s) :

CPIE-BT
Ville de Marseillan

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 04 67 21 82 43

Le retour des beaux jours vous donne des envies de nature ? Attention aux tiques !

 

Comment vous protéger ? Que faire en cas de piqûre ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) rappelle les précautions qui permettent de limiter le risque de piqûres de tiques responsables notamment de la maladie de Lyme.

Principal vecteur en Europe d’agents pathogènes responsables de maladies infectieuses affectant les animaux et les hommes, les tiques sont particulièrement actives au printemps et à l’automne. En se nourrissant du sang des animaux et des humains sur lesquels elles se fixent, elles peuvent s’infecter en prélevant des agents pathogènes (bactéries – notamment celle responsable de la maladie de Lyme -, virus, parasites) qu’elles transmettent ensuite en se fixant sur d’autres hôtes.

Comment vous protéger ?

  • Utilisez des répulsifs, en privilégiant ceux disposant d’une autorisation de mise sur le marché et en respectant leurs conditions d’emploi figurant sur l’emballage ou la notice des produits.
  • Portez des chaussures fermées et des vêtements couvrants et de couleur claire (afin de mieux repérer les tiques sur la surface du tissu).
  • Évitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses et privilégiez les chemins balisés.
  • Inspectez-vous au retour de vos promenades et détachez immédiatement les tiques fixées à l’aide d’un tire-tique vendu en pharmacie.

Que faire en cas de piqûre ?

Si vous avez été piqué, désinfectez la plaie. En cas d’apparition de symptômes inexpliqués ou d’un érythème migrant autour du point de piqûre (un halo rouge sur la peau), consultez immédiatement votre médecin car un traitement antibiotique pris rapidement permet d’enrayer l’éventuelle maladie. En l’absence de traitement, la maladie peut provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires pouvant être très invalidantes.

  À savoir :

L’utilisation d’un tire-tique vendu en pharmacie est fortement conseillée car, contrairement à la pince à épiler, il ne comprime pas l’abdomen de l’insecte, évitant ainsi de lui faire régurgiter sa salive et transmettre de ce fait ses bactéries.

Il faut engager le tire-tique en abordant l’animal par le côté et tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ou bien tirer très lentement, jusqu’à ce que la tique se décroche d’elle-même. Il existe des crochets adaptés en fonction de la taille de la tique. Pour limiter les risques de contamination, il faut absolument éviter de couper, d’arracher, de presser la tique, et contrairement aux idées reçues, il ne faut pas non plus essayer de l’endormir avec de l’éther, de l’alcool ou de l’huile car cela pourrait favoriser la libération du substrat potentiellement pathogène. Il faut ensuite désinfecter la piqûre.

Si vous ne vous sentez pas capable d’enlever la tique vous-même, consultez votre médecin, votre dermatologue ou votre pharmacien.

Vous pouvez aussi aider la science !

L’Anses et l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont développé le site web CiTIQUE , un projet de science participative où les citoyens peuvent aider la recherche sur les tiques et les maladies qu’elles transmettent, ainsi que l’application smartphone Signalement-Tique, qui permet aux promeneurs de signaler une piqûre de tique et de recevoir des conseils. Une base de données (tiquothèque), sans précédent et accessible à tous les chercheurs, ainsi que des cartes de présence de tiques, sont élaborées grâce aux signalements reçus (date de la piqûre, lieu, végétation, météo, personne piquée, etc.), permettant ainsi la mise en place d’actions de prévention ciblées. Les personnes piquées peuvent bénéficier via cette application d’informations complémentaires ainsi que de rappels concernant le suivi de leur piqûre. Il leur est également proposé d’envoyer la tique à une adresse unique pour toute la France afin qu’elle soit analysée de manière approfondie.

L’application gratuite peut être téléchargée sous Android et iOS.

Les sardines de plus de deux ans ont disparu en Méditerranée

L’état de santé des sardines en Méditerranée

Tous les 15 jours, l'Ifremer vous dévoile les secrets des océans en partenariat avec le quotidien Le Télégramme.

Vortex of sardines in an underwater bait ball

 

Selon l'IFREMER (Sète), "en Méditerranée, la taille des sardines est passée en dix ans de 15 à 11 cm en moyenne. Les sardines de plus de deux ans ont disparu. Les recherches menées par l’Ifremer ont montré que leur alimentation est en cause : le plancton est moins nourrissant. Avec un apport énergétique moindre, les sardines se reproduisent plus vite au détriment de leur croissance, ce qui met en danger leur survie. Un nouveau projet baptisé Monalisa prend la suite des investigations. L’objectif est de mieux comprendre les facteurs de mortalité naturelle pour élaborer des plans de gestion des stocks prenant en compte des paramètres environnementaux."

En savoir plus : paru dans la page Nature du Télégramme

" l'Etang de Thau, ses fragilités et nuisances". Conférence

ConférenceEtang de Thau 5 juillet 18.jpgJeudi 5 juillet à 18h30 à la salle du cinéma le Palace, Les gardiens de Thau ses ports et sa lagune reçoit Messieurs Christophe MORGO, Maire de Villeveyrac et Jean-Christophe CABROL conchyliculteur de Bouzigues pour une conférence sur " l'Etang de Thau, ses fragilités et nuisances".

Christophe Morgo, amoureux de la nature étudie depuis des années le Bassin de Thau dont il connait les moindres recoins. Il nous parlera de cette belle lagune et de tous ce qui la fragilise par des dysfonctionnements qui provoquent un impact sur cet environnement naturel marin .

Jean Christophe Cabrol est investi dans la protection de la profession des conchyliculteurs. Il lutte sur tout ce qui peut nuire à la bonne qualité d’eau. Ce sont tous deux de fervents défenseurs de cet environnement très fragile au moindre changement du temps,  de pollutions accidentelles ou pas!!!

Venez assister à cette conférence qui vous apprendra comment protéger cette lagune.

L'entrée est gratuite et tous publics.

Tous les acteurs de la préservation de ce bel endroit sont grandement invités afin d’échanger sur une discussion positive.Morgot3.jpg

Biopiles enzymatiques

Une pile à combustible transforme l’énergie libérée par une réaction chimique en énergie électrique. Par exemple la combustion de l’hydrogène grâce à un catalyseur comme le platine fournit une quantité importante d’électricité et ne rejette que de l’eau. La production d’électricité à partir d’hydrogène ne rejette alors aucun gaz à effet de serre.


Les biopiles, comme les piles à combustibles, transforment l’énergie libérée par une réaction chimique en énergie électrique mais elles n’utilisent que des produits naturels. Elles n’ont pas besoin de recourir à des catalyseurs minéraux tels le platine, le manganèse ou d’autre métaux rares et potentiellement polluants et elles peuvent puiser leurs matières premières dans le milieu ambiant.
Des chercheurs français [1] de l’Université Joseph Fourier de Grenoble ont ainsi inventé une biopile à glucose implantable dans le corps humain. Cette biopile dotée d’un enzyme catalyseur produit de l’électricité à partir du glucose et de l’oxygène dissous dans le sang.

 Cette invention ouvre des perspectives considérables pour le secteur de l'instrumentation médicale.

» Lire la suite

Sur : http://futuroscopie.org/index.php/technologie/energie

pdu.agglopole.fr, participez nombreux pour inventer ensemble la mobilité de demain

 

terre33CaptureDémarche et Diagnostic du PDU Lancement officiel de la concertation citoyenne

Pour inventer ensemble la mobilité de demain car c’est l’affaire de tous, parce qu’elle touche à de nombreux aspects de notre vie quotidienne : car l'avis de chaque habitant est important  et pour donner son avis sur les déplacements de demain : aller sur le site

 pdu.agglopole.fr

http://pdu.agglopole.fr/concertation/la-parole-est-a-vous-206.html

Etant la 2ème agglomération de l’Hérault avec 14 communes, consciente de l’importance des déplacements dans la vie quotidienne de ses 125 000 habitants, Sète agglopôle méditerranée s’est engagée dans l’élaboration de son Plan de Déplacements Urbains (PDU).
Outil de planification, le PDU 2020-2030 doit préciser sur les 10 prochaines années l’organisation du transport des personnes et des marchandises, la circulation et le stationnement sur notre territoire. Jusque-là l'ancien PDU, volet déplacement du SCOT, mis en place en 2010-2012 était en cours.
Conformément aux orientations nationales en matière de protection de l’environnement, l’objectif principal du PDU est de réduire la place et l’usage de la voiture, au profit d’autres modes de déplacements moins polluants et moins consommateurs d’énergie, tels que les transports publics routiers, ferroviaires, fluviaux et maritimes, le vélo et la marche.
"Avec le PDU, une formidable occasion nous est proposée de repenser la chaîne globale des déplacements et d’offrir à tous, habitants ou visiteurs, des conditions de mobilité harmonieuses, respectueuses de l’environnement et… innovantes." Précisaient François COMMEINHES, Président et Norbert CHAPLIN, vice-président délégué à la mobilité, ce dernier présentant, entouré de techniciens de Startis la méthodologie et la démarche de concertation du PDU et le diagnostic des déplacements sur le territoire de Sète agglopôle méditerranée ce mardi 26 juin 2018, au siège de Sète agglopôle méditerranée.

Il s'agit d'une « Une ambition forte : réduire la place de la voiture » en lien avec les 11 objectifs légaux du PDU*

  • L’équilibre durable entre mobilité et protection de l’environnement
  • Le renforcement de la cohésion sociale et urbaine
  • L’amélioration de la sécurité de tous les déplacements
  • La diminution du trafic automobile
  • Le développement des transports collectifs, du vélo et de la marche
  • L’amélioration de l’usage du réseau principal de voirie d’agglomération
  • L’organisation du stationnement
  • L’organisation des conditions d’approvisionnement de l’agglomération
  • L’amélioration du transport des personnels des entreprises et des collectivités publiques
  • L’organisation d’une tarification et d’une billettique intégrées dans les transports en commun
  • La réalisation d’infrastructures de charges pour les véhicules électriques ou hybrides
  • * Article L. 1214 du code des transports
  • pudP1070963A ce sujet Norbert Chaplin rajoutait :
  • "Nous allons mener  une réflexion globale sur l’avenir de nos déplacements car ils influent directement sur notre cadre et notre qualité de vie.L’innovation doit être au centre de nos réflexions, afin de projeter dès aujourd’hui le futur de nos déplacements, avec une mobilité connectée, une mobilité respectueuse de notre patrimoine et une mobilité valorisant un territoire hautement touristique. Le PDU 2020-2030 de Sète agglopôle méditerranée sera élaboré en 3 phases (Diagnostic du territoire et des déplacements - scénarios et pistes de solutions - projet). Tout au long de son élaboration, une large concertation sera mise en oeuvre.Pour élaborer son PDU, Sète agglopôle méditerranée s’appuie sur des experts, spécialisés dans le transport, mais aussi l’urbanisme, l’environnement, la concertation ou l'accessibilité."

 

  • Le PDU est élaboré avec le soutien financier de l’ADEME.

    Par ailleurs, les partenaires institutionnels naturels sont associés à la démarche : Etat, Région Occitanie, Département de l’Hérault, communes membres, Conseil de Développement, agglomérations voisines…

    Ainsi, un Comité de Pilotage (élus) et un Comité Technique (techniciens) sont mis en place et sollicités à chaque étape clé.

pudP1070964Phases d'élaboration

La première phase d'élaboration du PDU est constituée par le diagnostic. celui-ci s'appuie sur les éléments du premier PDU de Thau Agglo réalisé en 2012 et sur l'Enquête Globale Déplacements de 2013. Il dégage un état des lieux assez complet du territoire

Lors de la deuxième phase, des scénarios d'actions envisageables sont étudiés. ceux-ci s'appuient sur les enjeux du diagnostic, mais aussi sur les attentes issues des premières phases de concertation.

Lors de la troisième phase, un projet de PDU est élaboré, en tenant compte des choix réalisés par les élus de l'agglomération et des contraintes financières. C'est ce projet de PDU 2020-2030 qui est alors soumis à l'ensemble de la population du territoire, dans le cadre d'une très large concertation citoyenne.

Calendrier prévisionnel d’élaboration du PDU

Depuis octobre 2017, Sète agglopôle méditerranée a engagé l'élaboration de son Plan de Déplacements Urbains. 2018 est une année charnière de l'élaboration du PDU 2020-2030

L'objectif est d'arrêter le projet PDU pour la fin d'année 2018. Celui-ci sera alors soumis aux Personnes Publiques Associées et fera l'objet d'une enquête publique courant 2019.

Octobre 2017 - Mars 2018 : Diagnostic du territoire et des déplacements
Avril - Septembre 2018 : Enjeux et pistes de scénarios
Octobre – Décembre 2018 : Projet PDU
2019 : Enquête publique et adoption du PDU
2020 : Mise en œuvre du PDU 2020-2030

Pour connaître les attentes et souhaits de l’ensemble des publics concernés,  est nécessaire une concertation avec tous les acteurs et habitants.

Sète agglopôle méditerranée met en place tout au long de l’élaboration du PDU une très large concertation avec les acteurs socio-économiques, techniques, associatifs et… les habitants du territoire.

L’objectif de cette concertation est simple : s’appuyer sur les expertises du territoire pour garantir le succès des actions futures à engager dans le cadre du PDU.

3 niveaux de concertation pour co-construire le projet PDU

"Nous sommes tous concernés par les déplacements. C'est dans ce cadre que les élus de Sète agglopôle méditerranée ont souhaité mettre en place une intense concertation avec l'ensemble des habitants et acteurs du territoire, afin d'élaborer le PDU de SAM.
Parce qu’elle touche à de nombreux aspects de notre vie quotidienne, la démarche PDU ne peut réussir que si elle est menée de manière concertée." Précise Sète Agglopôle.


3 niveaux de concertation sont mis en oeuvre :

Une concertation « institutionnelle » entre les divers acteurs publics et leurs opérateurs

Il faut articuler l’action entre les diverses institutions : État, Région Occitanie, Département de l'Hérault, communes membres de SAM, Conseil de Développement agglomérations et territoires voisins, ADEME, gestionnaires de voirie, exploitants de réseaux de transports publics... Un Comité de Pilotage (élus) et un Comité Technique sont ainsi mis en place et sollicités à chaque étape clé de l'élaboration du PDU.

Une concertation « partenariale » avec les acteurs techniques, socio-économiques, associatifs et partenaires du territoire

Des ateliers de concertation sont menés avec les acteurs et partenaires du territoire pour travailler sur les problématiques et objectifs du PDU. Ces travaux ont pour objectif principal d'enrichir et d'ouvrir la vision purement technique, en s'appuyant sur le dialogue et les expertises de terrain. 2 séries d'ateliers sont prévus : en mars 2018 pour travailler sur le diagnostic des déplacements et les enjeux du PDU et en septembre-octobre 2018 pour travailler sur les solutions et les actions à envisager.

Une concertation « citoyenne » pour préparer le changement de comportements

La réussite du PDU ne pourra être obtenue qu'avec la participation active des habitants et usagers du territoire. Il est donc essentiel que chacun puisse prendre part aux choix majeurs qu'implique le PDU pour les 10 prochaines années. L'avis du public est déterminant, notamment sur le diagnostic et les enjeux des déplacements, mais aussi et surtout pour le pré-projet qui fera l'objet d'une très large concertation à l'automne 2018 (expositions, réunions publiques...).

Une première session d'ateliers sur le diagnostic et les enjeux du PDU s'est déroulée :

Une session d’ateliers, 3 thématiques et 1 transversal, s’est déroulée à l’Hôtel d’Agglomération de Sète agglopôle méditerranée à Frontignan les 13 et 14 mars 2018.

Ils étaient consacrés au diagnostic et enjeux des déplacements sur le territoire : principaux dysfonctionnements, actions déjà menées, grands projets, enjeux pour le PDU.

Plus de 130 acteurs représentatifs du territoire mobilisés

  • Cette première série d’ateliers a donné lieu à des débats riches et des échanges productifs avec :
  • une représentativité des 14 communes membres,
  • une bonne connaissance des problématiques de déplacements,
  • des dysfonctionnements, des attentes  mais aussi des points positifs soulignés.

Cette première session constitue une véritable force de propositions pour la co-construction du PDU. Elle permet de dégager des enjeux thématiques forts, et de nombreuses attentes pour le PDU qui anticipent l’architecture des scénarios et du projet.

terre2Capture

Synthèse des enjeux issus de la concertation

1 : Transports en commun et intermodalité

  • Améliorer l’offre en transports en commun : TCSP, amplitudes, dessertes, PMR…
  • Favoriser l’intermodalité : correspondances, PEM, billettique unifiée…
  • Informer et communiquer sur les transports en commun et l’offre en mobilité
  • Renforcer l’offre en transports en commun en été
  • Promouvoir et développer les navettes maritimes inter-étang et dans Sète
  • Renforcer les liaisons avec les territoires voisins : TER, cars départementaux…

2 : Circulation, stationnement, sécurité

  • Offrir des alternatives à la voiture, permanentes ou ponctuelles
  • Organiser le stationnement en rabattement vers les transports en commun : parkings-relais et parkings intermodaux
  • Lutter contre l’insécurité routière
  • Canaliser les flux de poids lourds et les livraisons
  • Développer de nouveaux modes déplacements plus vertueux pour l’environnement : covoiturage, autopartage, électromobilité…

3 : Modes actifs et nouvelles mobilités

  • Mieux partager l’espace public au profit des modes actifs et des transports en commun
  • Favoriser l’usage du vélo, comme mode de déplacement au quotidien et touristique
  • Encourager la marche à pied : itinéraires piétons, jalonnement…
  • Améliorer les déplacements des Personnes à Mobilité Réduite
  • Promouvoir les modes actifs : communication, sensibilisation…
  • Déployer des Plans de Mobilité en direction des salariés

.Il est urgent de proposer de nouvelles solutions de mobilité

(Un diagnostic des déplacements a été réalisé, dressant un état des lieux sans concessions de la mobilité sur les 14 communes de Sète agglopôle méditerranée.)

Chaque jour, 435 000 déplacements sont réalisés sur notre territoire. Cela représente près de 4 déplacements par habitant en moyenne. Et malheureusement, une grande partie est encore trop souvent réalisée en voiture, qui reste largement majoritaire (60 %), avec son cortège de nuisances : bouchons, pollution, insécurité routière, bruit. Il est urgent de trouver des solutions alternatives pour éviter l’embolie du territoire, notamment lors de la saison estivale durant laquelle la population double, voire triple selon les secteurs…

terreCapture

En effet, le territoire de Sète agglopôle méditerranée, hautement touristique connaît un afflux massif de visiteurs en été, et donc… de besoins de déplacements supplémentaires.

 

30 % des trajets en voiture font moins de 2 km

Un enjeu fort : accroître la performance des transports en commun

50 à 65 minutes par jour passées en moyenne dans les déplacements

Plus du 1/3 des déplacements est réalisé pour aller au travail tous les jours. Or, lorsque l’on étudie plus précisément l’usage de la voiture, on ne comptabilise qu’1,3 passager par véhicule ! Cela signifie que ces voitures circulent majoritairement à vide, offrant de grandes opportunités de développement pour le covoiturage par exemple.

En moyenne, nous passons 50 à 65 minutes par jour dans les déplacements, pour un trajet moyen de 7,5 km. Ainsi, beaucoup d’entre nous perdent beaucoup de temps coincés dans les bouchons… en voiture ou en bus.

Un changement indispensable des habitudes de déplacements et notamment vis-à-vis de la voiture

Autre enseignement, le cœur d’agglomération constitué par le triangle Sète-Frontignan-les 2 Balaruc concentre la majorité des équipements publics, des zones d’emplois et des grandes zones commerciales, générant de très nombreux déplacements.

C’est donc dans ce secteur que l’on retrouve les grands corridors de déplacements, avec une concentration des difficultés circulatoires en particulier aux heures de pointe. Ainsi, chaque jour, 184 500 déplacements sont réalisés dans ou en liaison avec la ville centre, Sète, qui connaît une embolie circulatoire chaque été, avec l’afflux massif de visiteurs.

Cette situation ne peut raisonnablement pas durer, pour la qualité de vie des habitants, mais aussi des touristes. Des solutions sont à trouver pour accéder au cœur d’agglomération en transports en commun, voire… en navettes maritimes inter-étang de Thau.

Pour terminer, avec près de 70 000 déplacements externes, rentrants ou sortants du territoire, Sète agglôpole méditerranée reste une agglomération orientée vers l’extérieur, et notamment la Métropole voisine. Des pistes d’amélioration sont également à envisager vers les territoires voisins.

Pour le moment, la voiture demeure la reine des déplacements sur notre territoire. Pourtant, un changement des habitudes de déplacements, et notamment de la dépendance à la voiture est devenu indispensable. Cela passe par le déploiement et le développement de solutions alternatives crédibles et efficaces : transports en commun, navettes maritimes, modes actifs, covoiturage… C’est tout l’enjeu du Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle méditerranée.

mobilité : forces et faiblesses

Les points forts du territoire

  • Territoire exceptionnel au croisement des circulations des hommes et des marchandises
  • Richesse écologique importante
  • Dynamique de progrès dans les transports en commun: Réseau SAM en flèche et s’étend
  • Sécurisation des grands axes routiers
  • Inversion du regard en faveur de la marche dans les circulades et centres urbains
  • Projets de TCSP et transport maritime
  • Projets de pôle d’échanges multimodaux (PEM) sur Sète et Frontignan
  • TCSP sur la D2
  • Schéma vélo d’agglomération engagé
  • Projets d’équipements cyclables : Eurovéloroute 8
  • Démarche Smart City sur Sète
  • Doublement D600 au service de l'accessibilité du territoire

Les points faibles

  • Risques d’asphyxie économique, sanitaire et routière accentué par le phénomène de métropolisation de la ville de Sète
  • Blocage des accès aux pôles d’emplois et de développement (entrée Est...)
  • Territoire marqué par des pollutions liées aux transports (30% GES)
  • Stationnement trop facilité sur les grands pôles d’emplois et absence de Parcs Relais
  • Maillage routier restreint : des grands chantiers à initier (D600 /Barreau liaison vers Entrée Est)
  • Utilisation ancrée de la voiture, les transports en commun et les modes actifs à inscrire dans les usages
  • Intermodalité à développer
  • Transports en commun bloqués dans les bouchons et absence de réalisation en TCSP
  • Risque routier pour tous les usagers
  • Maintien d’une urbanisation diffuse
  • Réseau cyclable discontinu
  • Raréfaction des finances publiques et nécessité de maitriser les dépenses de fonctionnement

 

  • Pour inventer ensemble la mobilité de demain car c’est l’affaire de tous, parce qu’elle touche à de nombreux aspects de notre vie quotidienne : car l'avis de chaque habitant est important  et pour donner son avis sur les déplacements de demain : aller sur le site

     pdu.agglopole.fr

  • http://pdu.agglopole.fr/concertation/la-parole-est-a-vous-206.html
  • ou s'exprimer par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Par courrier : Sète agglopôle méditerranée
    Concertation PDU
    4, avenue d’Aigues
    BP 600 - 34110 Frontignan

A la découverte du monde des herbiers de Thau

De mi-juin jusqu'à mi-septembre, partez à la découverte des herbiers de zostère. Ces plantes subaquatiques sont les piliers de l'écosystème lagunaire. Habitat pour les juvéniles, photosynthèse, lutte contre l'érosion...

Les rôles de l'herbier de zostère sont multiples. La campagne de sensibilisation initée par le SMBT et animée par le CPIE bassin de Thau vise à réconcilier les baigneurs avec ces prairies sous-marines d’une incroyable richesse. Elle s'inscrit dans le cadre du programme européen Natura 2000.

 
 

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations