Environnement

Téléchargez l'application Le Guide du Tri

CITEO va simplifier votre quotidien et donner de la valeur à votre geste

"Nous sommes tous des citoyens et des consommateurs. Nous faisons attention à l’environnement, à nos proches, à nous-mêmes, à notre porte-monnaie aussi.

Nous pensons que nos déchets peuvent devenir nos ressources de demain. En triant tout simplement vos emballages et vos papiers, vous participerez à une chaîne de valeur qui peut créer une nouvelle économie, locale, proche de chez vous, et respectueuse de l’environnement.

Et si on s’y mettait tous pour changer les choses ?"L'info-tri donne la bonne consigne de tri pour vos emballages

Le Guide du tri

Née du rapprochement d’Eco-Emballages et Ecofolio, Citeo est une société créée par les entreprises pour développer des solutions efficientes pour le tri et le recyclage et réduire l’impact environnemental des emballages et des papiers.

Découvrez Citeo

Hors, sans connaître la bonne consigne, difficile de bien trier. Les consommateurs attendent des entreprises qu’elles les aident à faire le bon geste. C’est pour cela que Citéo a créé l’Info-tri, déjà présente sur 40 milliards d’emballages. Car Citéo partage l'objectif de rendre le tri des emballages le plus simple possible pour les consommateurs !Le guide du tri Citeo

L’appli Guide du tri

Où que l’on soit, quoi que l’on ait à trier, il suffit de télécharger l’application pour connaître la consigne de tri pour plus de 5 000 produits et objets. Et si vous le souhaitez, nous intègrons dans l’appli vos marques et vos produits : il suffit de nous le demander !

Télécharger l’appli

Pour intégrer vos produits dans l’appli,
contactez les conseillers au 01 81 69 06 00

 

VigiThau pour prévenir les pollutions et des inondations

Vigithau est un outil unique de prévention des pollutions et des inondations.

merP1050507

L’enjeu est de prévenir les risques sanitaires sur la lagune de Thau.

En 2007, l’étude Omégathau a permis de dresser l’inventaire des sources de pollution et leurs impacts sur la lagune.

La 2ème phase engagée en 2012 va plus loin : anticiper les crises et mettre en place un système d’avertissement. C’est l’un des intérêts majeurs du programme.

A travers VigiThau, deux outils sont proposés : un modèle global des écoulements et une plateforme web d’avertissement. 

C'est une démarche inédite de management environnemental.

 

Un outil de gestion de la lagune

Le dispositif VigiThau est engagé en 2007 à l’initiative du Syndicat mixte du bassin de Thau.

Ce programme a réuni plusieurs partenaires scientifiques dans un objectif commun : mieux comprendre les mécanismes de contamination des élevages conchylicoles.

Le travail a permis de :

  • dresser un inventaire et de localiser les sources de pollution microbiologique du bassin versant de la lagune.
  • déterminer leurs modalités de transfert vers la lagune
  • mesurer les impacts des pollutions sur la qualité des eaux conchylicoles et la baignade.

L’étude Omégathau a identifiée les secteurs les plus sensibles du territoire.

Ils font l’objet d’une programmation spécifique de travaux destinés à réduire les risques de transfert de pollution.

Les conclusions de cette étude ont aussi amené les acteurs du territoire à prendre conscience de l’importance d’une bonne maîtrise des écoulements par temps de pluie.

Les collectivités ont engagé des schémas directeurs de gestion des eaux pluviales.

Leur but : déterminer les options d’aménagements qui limiteront les risques de contaminations en période de fortes précipitations.

 

Prévenir les risques sanitaires

Depuis 2012, VigiThau est entré dans une 2ème phase : anticiper les risques de pollution et apporter une aide à la décision.

Il devient un dispositif composé de plusieurs outils pratiques destinés à enrayer les crises sanitaires sur la lagune de Thau. Ces outils visent essentiellement la prévention des risques sanitaires pour les activités conchylicoles, de pêche et de baignade.

Anticiper les pollutions

Afin que chacun puisse prendre les dispositions qui empêcheront les conséquences sanitaires des pollutions, il est nécessaire de disposer d’une information précise sur la situation environnementale.

VigiThau propose une plateforme d’information accessible aux professionnels de la Lagune, aux collectivités locales, aux services de l’Etat et aux gestionnaires de réseaux.

Un réseau de capteurs installé sur la lagune et les cours d’eau fait l’objet d’un suivi en temps réel par une plateforme centrale. Cette plateforme regroupe des informations relatives aux prévisions météo et des indicateurs de risque sanitaire et environnemental.

L’objectif est d’apporter une information sur la situation de pollution et sur son évolution.

Les prévisions sur l’évolution des pollutions se font à partir d’indicateurs météorologiques et de scénarios préenregistrés.

Au final, ce système permet de prévoir les pics de pollution plusieurs jours à l’avance et donc d’anticiper les crises pour mieux les gérer.

En cas de risque fort de pollution, les conchyliculteurs sont prévenus ; le temps pour eux de sortir les coquillages de la lagune avant qu’ils ne soient contaminés et de les mettre à l’abri. Cet outil constitue aussi une aide à la décision sur les investissements et travaux à prioriser.

 

Les sentinelles de Vigithau

Sur le terrain, le système de surveillance s’appuie sur :

10 stations SIRENES (expérimentées en avant-première à Thau) 4 immergées dans la lagune 2 dans les canaux de Sète, 2 dans le canal du Rhône à Sète  et 2 sur les cours d’eau

2 courantomètres installés dans les canaux de Sète pour suivre les flux hydrauliques entre mer et lagune

21 sondes de conductivité dans les postes de relèvement, température et capteur de déversement dans les postes de relèvement et les déversoirs d’orage.

Avertir des risques inondations

Vigithau c’est aussi un modèle global d’écoulement des eaux du bassin versant de la lagune. Il a vocation à prévenir les inondations et leurs conséquences sur la protection des personnes et des biens.

Le modèle est en mesure de représenter les écoulements dans les réseaux pluviaux, dans les réseaux d’assainissement, dans les cours d’eau et les rivières. En cas de dépassement de capacité, le modèle permet de décrire les conditions de débordement et les conséquences en termes d’inondation et de pollution de la Lagune. En cas de risque avéré, l’information sera transmise aux communes afin d’activer les Plans Communaux de sauvegarde.

Cet outil de simulation est une aide à la décision pour définir les programmes de travaux en matière d’assainissement et d’investissement, et les choix d’aménagement.

Les simulations seront également très utiles aux gestionnaires de réseaux pour optimiser les capacités des ouvrages et donc piloter de manière optimale l’exploitation des réseaux en prévention des impacts sur la lagune.

 Lire l'article : Qu'est-ce que la stratégie locale du Risque Inondation?

Réagir à la crise

Face à un évènement annoncé de contamination de la lagune, des solutions peuvent être envisagées pour limiter l’impact sur les activités.

Il s’agit par exemple de solutions de gestion active des écoulements sur le bassin versant par un pilotage en dynamique des équipements (vannes, bassin tampons…)

Une réflexion est engagée avec l’ensemble des gestionnaires des réseaux pour réussir une gestion intégrée des eaux usées et des eaux pluviales en période de crise.

 

Afin de mettre en œuvre cette plateforme, le SMBT est soutenu :

- Par la Région à hauteur de 64 500€

- Par le FEDER à hauteur de 174 131€

- Par le Département à hauteur de 33 487€

Le montant total du projet s’élève à 348 262€

 

Document à télécharger :

Etudes OmégaThau.zip (78.3 Mo)

Vigicrues : pour s'informer en ligne sur les risques d'inondation

Alors qu'une partie de la France a connu et connaît encore de fortes précipitations et que certains départements sont en vigilance orange pour cause d'inondations, le dispositif « Vigicrues » vous informe en ligne sur les risques de crues concernant les différents tronçons de cours d'eau en France (Adour-Garonne, Loire-Bretagne, Seine-Nord-Est, Rhône-Méditerranée, Outre-Mer).

Barrage pendant la crue du Rh?ne

Par ailleurs, « Vigicrues » émet régulièrement des bulletins d'information précisant :

  • l'état maximum de vigilance sur la France ;
  • les faits nouveaux (caractérisation du type de vigilance en cours sur les différents tronçons de cours d'eau) ;
  • la qualification de la situation (crues pouvant entraîner des débordements plus ou moins importants) ;
  • la liste des tronçons de cours d'eau en vigilance crue orange ou rouge ;
  • un commentaire général sur la situation nationale du moment ;
  • l'évolution prévue sur les prochains jours ;
  • la situation hydrologique détaillée ;
  • les conséquences possibles (inondations, conditions de circulation difficiles, coupures d'électricité...) ;
  • les conseils de comportement (se mettre à l'abri, limiter les déplacements, se tenir informé de l'évolution de la situation, protéger les biens pouvant être inondés ou emportés).

  À noter :

Sur la carte de Vigicrues accessible en ligne , les différents tronçons de cours d'eau peuvent prendre l'une des quatre couleurs suivantes (en fonction de la situation du moment) :

  • rouge (risque de crue majeure) ;
  • orange (risque de crue génératrice de débordements importants) ;
  • jaune (risque de crue génératrice de débordements) ;
  • vert (pas de vigilance particulière requise).

Quel est l’intérêt des sciences participatives ?

Les sciences participatives

Les sciences participatives sont des programmes de collecte d’informations impliquant une participation du public dans le cadre d’une démarche scientifique. Les données récoltées peuvent ainsi servir à des chercheurs, des collectivités ou des gestionnaires d’espaces naturels pour l’étude de la biodiversité ou la mise en place de plans de gestion en faveur d’une espèce particulière ou d’un site remarquable.

Exemple d'un programme sur la lagune de Thau : Hippo-THAU

Le programme Hippo-THAU étudie l’écologie des hippocampes et syngnathes de la lagune de Thau (Hérault). Il s’agissait, à son origine, d’un programme pilote à deux titres : c’était le premier projet d’étude in situ de l’écologie des hippocampes en France ; c’était également l’un des premiers programmes participatifs sous-marins impliquant des non-spécialistes dans une étude scientifique de terrain. Hippo-THAU repose en particulier sur deux approches participatives : des campagnes de suivi visuel en plongée (avec des plongeurs amateurs), et un travail d’enquête auprès des usagers de la lagune (dont une partie portée par les enfants des écoles riveraines). Depuis 2016, deux questions scientifiques sont mises en avant :
1/ déterminer dans quelle mesure la population de Thau est différente des autres populations 2/ déterminer si les Syngnathidés peuvent être considérés comme de bons indicateurs de l’état des habitats qu’ils fréquentent.

Grâce à ce programme et à la mobilisation citoyenne, des données ont pu être récoltées sur cette espèce méconnue de la communauté scientifique. Dès lors, des mesures de gestion et de protection ont été mises en place afin de préserver les hippocampes de la lagune, qui sont aujourd'hui devenus emblématiques de la région.

L'exposition Hippocampe a été réalisée pour faire connaître les hippocampes (et plus particulièrement celui de la lagune de Thau...), les menaces qui pèsent sur ces populations et les solutions mises en place dans le monde pour les préserver (avec un zoom sur les actions des bénévoles Hippo-THAU !). Elle sera exposée au Salon international de la plongée du 11 au 14 janvier 2019, aux côtés des Sentinelles de la mer !

Quel est l’intérêt des sciences participatives ?

 

Inondations : évaluer les conséquences des aléas

Inondations : évaluer les conséquences des aléas sous forme de cartographie dynamique

Un projet pilote à l’échelle régionale et internationale, c’est ainsi que se présente le travail engagé par le Syndicat mixte du bassin de Thau et l’entreprise BRL ingénierie pour modéliser les risques inondations sur le territoire de Thau.

Financé par les fonds FEDER dans le cadre de l’Approche Territoriale Intégrée, ce travail va permettre de représenter sur un outil de visualisation informatique l’écoulement des eaux en cas d’inondation par la mer, par les rivières ou par ruissellement urbain sur le bassin versant de Thau et d’Ingril.

 

Lire l'article

Le Festival " Tous sentinelles ! " revient pour sa 2ème édition !

tinellCapture

Du 26 au 30 septembre 2018, le festival ” Tous sentinelles ” se déploie sur la façade méditerranéenne d’Occitanie.

Une trentaine d’animations vous sont proposées dans le Gard, l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales.

Proposé dans le cadre des Sentinelles de la mer Occitanie, le Festival ” Tous Sentinelles ! ” est l’occasion de découvrir la biodiversité marine et littoral du territoire, de rencontrer les associations porteuses de programmes de sciences participatives et d’apporter votre contribution à la science en collectant des données !

 

Une trentaine d’animations en région Occitanie :

expositions, projections, spectacles, sorties nature, conférences …

5 jours pour devenir Sentinelle de la mer !

 

Au programme :

Mercredi 26 et jeudi 27 septembre – Projection et Conférence

Pour se mettre à l’eau, une projection du biopic sur le célèbre Jacques Mayol au Ciné-Mistral de Frontignan et une conférence sur les hippocampes avec Patrick Louisy et Nicolas Bierne le jeudi 27 septembre à PlanetOcéan Odysseum de Montpellier.

Vendredi 28  septembre – Journée institutionnelle, inauguration et spectacle d’impro !

Une journée institutionnelle à l’intention des porteurs de programmes du réseau, des gestionnaires d’espaces naturels et de la communauté scientifique aura lieu à la Maison Régionale de la Mer à Sète afin d’échanger sur les données de sciences participatives et leur intérêt dans la gestion des milieux et des études scientifiques. La journée se terminera par une inauguration du festival en présence de Mme Agnès Langevine, (vice-présidente de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en charge de la Transition Écologique et Énergétique, de la Biodiversité, de l’Économie circulaire et des Déchets), suivie d’un spectacle de la compagnie d’improvisation The Five Wookies, ouvert à tous sur inscription.

Samedi 29  septembre – Village des sentinelles, projections, expositions, rencontres

Un Village des Sentinelles à Sète, à la Maison Régionale de la Mer. L’occasion de rencontrer différentes associations du réseau (Ailerons, Cybelle Planète, Labelbleu, LPO Hérault et RTMMF), de venir écouter des conférences sur la biodiversité marine (oiseaux, requins, tortues etc.), de participer à un ciné-débat sur les aires marines protégées, d’admirer des expositions, et de regarder la création, en direct, d’une œuvre d’art composée avec les déchets ramassés au bord de la lagune par l’artiste plasticien DH.

Seront aussi proposés des cinés-débat à Port-Leucate et au Grau-du-Roi. Durant toute la durée du festival, l’Institut Marin du Seaquarium sera également aux couleurs des sentinelles et mettra en lumière l’ensemble des programmes du réseau.

Samedi 29 et dimanche 30 septembre – Sorties nature !

De nombreuses sorties nature aussi bien sur le littoral qu’en mer auront lieu : sorties bateau à bord du Laisse Dire, de l’Étoile de Thau et du Sea Explorer, de balades littorales plongée en bouteille. Vous pourrez également participer à la sauvegarde de notre littoral en participant à des ramassages de déchets notamment sur les communes de Gruissan, Sète et Grau du Roi.

De nombreuses associations membres du réseau Sentinelles de la mer Occitanie

et partenaires se sont réunis pour vous transmettre leurs connaissances

à travers un programme riche et diversifié.

 

Suivez toute l’actualité des Sentinelles de la mer sur :

www.facebook.com/SentinellesdelaMerOccitanie

 

Et découvrez le réseau sur :

www.sentinellesdelamer-occitanie.fr

 

5 jours - 34 animations

Inscrivez-vous dès maintenant !

Infos : 06.95.53.78.81

Télécharger la programmation

ALTERNATIVES Manger bio sans augmenter son budget

logibuCaptureC'est possible et on voici les clés d'une alimentation saine à moindre coût ! Dans le dossier vous verrez que vous pouvez chez vous décider de consommer bio en dépensant moins mais aussi que des collectivités ont fait le choix du bio à la fois pour des raisons sanitaires, en offrant aux enfants la garantie d’aliments sains, mais aussi pour des motifs budgétaires.

Le dossier se divise en 3 parties :

  • un premier volet expose les bienfaits d'une alimentation bio, tant sur le plan de la santé que sur celui de l'environnement ;
  • un deuxième volet adopte le sujet du bio à la maison ;
  • un dernier volet se concentre sur la restauration collective.
  • Consulter gratuitement

En septembre, l'agroécologie à l'honneur

Du 2 septembre au 30 septembre 2018, la transition agroécologique est mise en avant à travers plus d'une quarantaine d'événements organisés avec la collaboration d'une kyrielle de partenaires.

Depuis maintenant quatre ans, la Métropole de Montpellier s'engage dans une politique agroécologique et alimentaire novatrice et élargit son champ d'actions au-delà des 31 communes. « De l’accès à la terre des agriculteurs jusqu’à l’alimentation des enfants de nos écoles, la question de l’agriculture et de l’alimentation nous rassemble au-delà du territoire métropolitain et c’est pour cela que le Grand Pic Saint-Loup et le Pays de l’Or sont des partenaires privilégiés de la Métropole », renseigne le maire Philippe Saurel.


Cliquez sur l'image pour consulter l'agenda

Cela traduit une volonté forte : devenir un territoire de pratiques agricoles innovantes et durables afin de produire une alimentation saine, accessible à tous. Un choix qui va de pair avec le regain d'intérêt pour le contact à la nature et une nourriture plus saine et de proximité. Un choix qui compte pour préserver la terre, la qualité de vie et la santé des populations actuelles et à venir.

Le mois de septembre en est un temps fort qui permet de mettre en valeur l'engagement quotidien d'associations, de producteurs et de citoyens. 

Du champ à l'assiette, la question de l'agriculture et de l'alimentation nous rassemble au-delà du territoire métropolitain et c'est pour cela que le Grand Pic Saint-Loup et le Pays de l'Or sont des partenaires privilégiés de la Métropole

Les 5 objectifs de la Métropole

L'agroécologie est un mode de production agricole qui vise à préserver les ressources naturelles et à proscrire l'utilisation de produits d'origine chimique. La politique agroécologique et alimentaire portée par la Métropole se base sur 5 objectifs :

  • Proposer une alimentation saine et locale au plus grand nombre,
  • Soutenir l'économie locale comme l'emploi agricole et agro-alimentaire,
  • Préserver le patrimoine paysager et les ressources naturelles,
  • Limiter les émissions de gaz à effet de serre et s'adapter au changement climatique,
  • Favoriser la cohésion sociale, en cultivant le lien avec la nature, mais également les passerelles entre ville et campagne.

Programme 2018 : http://www.montpellier3m.fr

Réglementation du brûlage des végétaux

La DDTM de l'Hérault (service agriculture forêt) a édité une nouvelle plaquette d'information sur le brûlage des végétaux dans l'Hérault.


Cette plaquette précise notamment la réglementation relative à l'emploi du feu dans les zones sensibles aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres (réglementation relevant du code forestier). Celle-ci étant dérogatoire à l'article 84 du Règlement sanitaire départemental qui interdit le brûlage des déchets verts.


Vous pouvez télécharger cette plaquette au format pdf en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.herault.gouv.fr/content/download/27314/192199/file/PlaquetteFeu.pdf

Hulot quitte le ring

Macron perd son champion de l'écologie

 AFP

"Faute d'avancées environnementales suffisantes à ses yeux, l'imprévisible Nicolas Hulot quitte son poste de ministre de la Transition écologique après un peu plus d'un an, une annonce surprise qui porte un coup à l'exécutif en chasse d'un remplaçant.

"Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d'autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent... la réponse, elle est non", a-t-il considéré, prenant de court ses intervieweurs et avec eux toute la classe politique.

Faute d'avancées environnementales suffisantes à ses yeux, l'imprévisible Nicolas Hulot quitte son poste de ministre de la Transition écologique après un peu plus d'un an, une annonce surprise qui porte un coup à l'exécutif en chasse d'un remplaçant.

"Je prends la décision de quitter le gouvernement", a déclaré Nicolas Hulot en direct sur France Inter, se sentant "tout seul à la manœuvre" sur les enjeux environnementaux au sein du gouvernement."

En savoir plus sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/hulot-quitte-le-ring-macron-perd-son-champion-de-lecologie-doc-18n65e9

Pour réduire l’empreinte écologique des routes

 Réduire l’empreinte écologique des routes

Eiffage Route incorpore en moyenne plus de 15 % d’enrobés recyclés dans les enrobés neufs.

Nageur, Sport, Nager, L'Eau, Ramper

Son activité nécessite l’utilisation de quantités importantes de matières premières minérales ( granulats de carrières ) mais aussi organiques ( bitume issu de la distillation du pétrole en raffinerie ). Ces principaux composants, base de la fabrication des enrobés bitumineux, sont associés au sein d’environ 150 installations d’enrobage positionnées au plus près des territoires, urbains comme ruraux.

« Conscient de la nécessité de réduire au maximum les rejets de gaz à effet de serre, eiffage Route cherche, depuis plus de dix ans, à réduire l’empreinte écologique des milliers de chantiers routiers menés chaque année dans l’Hexagone », souligne Hervé Dumont, directeur technique d’ eiffage Route.

Enrobés basse température

Premier axe, l’utilisation d’enrobés basse température ( e BT ® ), économes en énergie et moindres émetteurs de G eS. « Le tonnage annuel d’enrobés tièdes est passé de 94 000 tonnes en 2010 à 650 000 tonnes en 2014.

L’objectif a été pour 2017 d’atteindre 30 % d’enrobés tièdes dans la production totale, conformément à la convention d’engagement volontaire signée par la profession », précise Christophe Buhot, chef du pôle métier Infrastructures à la direction du développement durable d’ eiffage.

Technologies économiques

Dans un contexte de forte diminution des budgets des collectivités territoriales affectés aux réseaux routiers, les équipes techniques d’ eiffage Route réhabilitent des technologies permettant de préserver la durabilité des surfaces routières tout en étant économes en matériaux et en énergie.

eiffage Route préconise donc l’utilisation d’enrobés coulés à froid ou d’enduits superficiels d’usure, qui s’appliquent en couches très minces à température ambiante, tout en permettant le renouvellement des couches de roulement lorsqu’elles présentent des fissures ou une diminution d’adhérence.

Recyclage des matériaux

Deuxième axe, favoriser plus que jamais le recyclage des matériaux pour limiter la consommation de granulats issus des carrières. eiffage Route incorpore en moyenne plus de 15 % d’enrobés recyclés dans les enrobés neufs et a porté à 20 % la part du recyclage de béton concassé.

Les « fraisats d’enrobés » issus du rabotage des routes sont systématiquement recyclés et revalorisés au lieu d’être mis en décharge. Cette pratique génère une économie importante de matière première et de rejet de carbone.

eiffage Route revalorise des rebuts issus d’autres industries comme la papeterie ou les hauts fourneaux d’aciérie. Les centres d’études et de recherche de Corbas ( Rhône ) et de Ciry-Salsogne ( a isne ) ont Eiffage Route s’emploie à réduire ses consommations d’énergie et de matières premières.