Gastronomie

La célébration du patrimoine culinaire avec Escale à Sète 2018

La célébration du patrimoine culinaire : Lors du festival Escale à Sète, l'activité de la pêche est mise à l'honneur en valorisant les produits locaux et de saison. l'action "Escale assiette" est parrainée par le chef étoilé Guy Savoy.

Elle célèbre le patrimoine culinaire du Golfe du Lion dans les différents villages de la fête, dans les halles et dans des restaurants qui s’engagent à promouvoir la pêche locale et les recettes traditionnelles.

Des ateliers tous publics (fabrication de Tielles, de recettes à base de poissons, ...) et des dégustations gratuites (soupes de poissons de méditerranée, ...) sont organisés dans les halles et sur les stands.

https://www.facebook.com/otsete/videos/1605790486135033/

Durant la totalité de la manifestation, les différentes délégations culturelles invitées présentent leurs respectives soupes traditionnelles de poissons. Le dernier jour de la fête, les pêcheurs cuisinent traditionnellement le poisson de saison pour l'offrir en dégustation au public.

Un étoilé à Sete

L'ETOILE FABIEN FAGE QUITTE LE GARD POUR SETE La ville de Sète est-elle train de devenir le spot essentiel de la gastronomie languedocienne ? Si les fondateurs de 'The Marcel' Yves Faurie et Betty Rouzaud viennent de rendre leurs tabliers, ça n'en est pas fini du célèbre restaurant de la rive droite de Sète. C'est le groupe Nova Consulting qui a racheté les lieux, pour y installer Fabien Fage, 42 ans. Arlésien d'origine, formé chez Loiseau, Passard, Ducasse et dans de grands palaces comme le Ritz et le Meurice, le jeune quadragénaire a fait une grande partie de sa carrière au sein du groupe Les Maisons de Baumanière (la Cabro d'Or, l'Oustau de Baumanière, la Place et la Table du Strato) où depuis 10 ans il était chef de cuisine du Prieuré à Villeneuve-les-Avignon, dans le Gard. Avec à son palmarès une étoile Michelin décrochée - et toujours reconduite - en 2010. Ayant un peu fait le tour, Fabien a décidé de changer d'aventure et a donné sa démission voilà quelques mois, le temps d'achever son préavis. Les fondateurs de la société parisienne Nova Consulting, amoureux de Sète et fan de gastronomie, sont venus le chercher pour lui proposer de reprendre la direction de The Marcel. Avec comme ambition d'avoir un outil moderne mais de ne pas toucher à la salle de 40 couverts à l'ambiance Art Déco, pour créer un vrai concept gastronomique. « On est en train de refaire la cuisine qui sera ultra-moderne. Mon second que je connais depuis dix ans, nous suis. L'idée c'est vraiment de garder la même ambiance mais de proposer des plats plus attractifs et moins chers qu'au Prieuré. Et surtout de me concentrer sur les produits sétois. Sète a une histoire avec la gastronomie. Il y a de très bons produits, la criée n'est pas loin et il y a tout ce qu'il faut pour se faire plaisir », confie le chef, dont le but affiché est d'aller voir les fournisseurs et les producteurs pour partager, échanger et mieux connaître cette ville singulière qui fascine tant Guy Savoy et les frères Pourcel notamment. Bref, Fabien Fage et son équipe de 5 personnes à l'office va faire de la cuisine sétoise de haute volée avec le soutien de ses actionnaires Julien Bernard et Garance Schelcher, véritables épicuriens. Si du fait de son départ du Prieuré son étoile est suspendue, le chef compte bien la ramener au bord de l'étang de Thau dès l'édition 2019 du guide rouge, et pourquoi pas aller encore plus loin. D'ici là, The Marcel nouvelle version devrait ouvrir en fanfares pour le début du printemps. Didier THOMAS-RADUX (Photo : A.Rodriguez)

Gastro: le vieux four à Nézignan l'Evêque

Si vous aviez besoin de vous évader, le vieux Four est l'endroit idéal.

 

Le Vieux Four

Si vous avez besoin de vous évader, rien de mieux que Le Vieux Four à Nézignan-l'Evêque. D'abord parce qu'Alain Chastan son chef et propriétaire a été sacré 16ème meilleur pizzaïolo de France, mais aussi parce que sa passion des voyages il la fait partager d'entrée avec ses photos magnifiques prises aux quatre coins de la terre lors de voyages avec son épouse Francine.

Et puis cette citation au mur en dit long sur son restaurant et sa philosophie personnelle. 

La gastronomie est l'art d'utiliser la nourriture pour créer du bonheur. 

Et c'est bien d'art dont nous parlons ici, puisqu'en plus une exposition permanente a lieu dans la salle de réception (je n'ai pu moi même résister et ai acheté un tableau magnifique). Salle de réception cozy, aux lumières douces pour apaiser les yeux et l'âme. Alain et Francine travaillent au Vieux Four 7 jours sur 7, midi et soir, depuis décembre 2010 qu'ils l'ont ouverte - mais s'octroient des vacances très loin pour découvrir le monde car ils délèguent- et l'été des groupes sympathiques viennent jouer sur la terrasse tout en bois. 

 

Et quand Alain parle de leurs voyages il s'enflamme, partage, se régale, ses yeux pétillent, et tout son être s'illumine. Sa passion de la cuisine, il la partage tous les jours, et met tout en oeuvre pour s'améliorer.

Ses créations sont étonnantes, par exemple la pizza mi-ange mi-démon (poires, fromage, crème fraîche) entres autres, mais il ne crée pas que des pizzas, ses plats sont délicieux, à emporter ou déguster sur place.

   

 

   

 

Le Vieux Four, tél 04 99 41 49 97, 3 avenue de Pézenas à Nézignan-l'Evêque.

Lorsque vous traversez le village aux bâtisses magnifiques de Nézignan, vous tombez dessus, pas d'excuses pour ne pas vous arrêter.

F de Martino

Pour faire honneur aux papilles, l'on a fêté Dame Tartine à Sète !

Pour la deuxième édition de "Sainte Tartine", rendez-vous avait èté pris ce mardi 30 janvier de 11h30 à 13h sur le chalutier Louis Nocca .

tartDSC_0029 (12)

Plusieurs personnalités dont deux chefs sétois se prêtaient au jeu de la tartine.

En effet, Fête d’ampleur nationale, voire internationale, initiée par la modeste conserverie artisanale «Rue Traversette». La Sainte Tartine se fêtait ce 30 janvier ! « Rue Traversette », en tant que conserverie dont les gammes principales sont dédiées à être tartinées a, bien sûr, une motivation commerciale à promouvoir ces événements.

tartDSC_0022 (13)

 Mais comme la fête des grand-mères instaurée par le café de la marque éponyme, ou encore le Père Noël, créé de toutes pièces par un fabricant de soda trop connu pour être cité, « Rue Traversette » a souhaité créer avant tout un événement, que la marque exploitera à titre commercial, mais dont la vocation est de se voir approprié par le grand public afin de profiter à toutes les parties prenantes. Un événement convivial et gustatif.

Comme le précise Rue Traversette : "Depuis 1596, la tartine est présente dans notre culture. Populaire, décomplexée, elle doit son capital sympathie à la modestie de sa composition, à sa connotation enfantine. Elle est rustique, se mange avec les doigts, ce qui lui confère un caractère ludique indéniable. En lui accordant un jour de fête, nous souhaitons fédérer les Français autour des valeurs qui ont toujours fait leur fierté et leur renommée : la passion de l’artisanat et du savoir-faire à la française."

tartDSC_0026 (12)

La tartine est une préparation accessible à toutes les classes sociales, grâce à la diversité des ingrédients pouvant la composer. C’est donc une fête populaire, démocratique, incluant toute la population, touchant toutes les tranches d’âge. La tartine est une solution simple, économique, mais valorisante, moderne et ludique."

Le lancement de l'événement avait lieu à Montpellier, en présence des élus locaux, de la presse et des artisans partenaires de l’événement, dans le restaurant « Bistrot bocaux ». Des chefs locaux y concevaient des tartines.

A Sète, aussi, l'on avait tenu à participer à bord du chalutier Nocca, avec une démonstration gratuite de tartinage par des restaurateurs.

tartDSC_0030 (12)

C’est sous la houlette d’Hélène Piot, marraine de  cette édition, chef de rubrique produit du Magazine Régal, que l’on a vu à l’œuvre :

Fabien Fage, le nouveau chef du restaurant The Marcel, Jordan Yuste, chef du restaurant L’Arrivage, mais aussi Philippe Ramon, chef de La Terrasse du Mimosa à Montpeyroux , Fabien Soldevila, Blogueur de Bobstronomie, et Valérie Sevenet, créatrice de Beau & Bon.

Que des références quand l'on sait que Sète fait des efforts pour devenir un spot essentiel de la gastronomie.

Entre-autres, avec le restaurant The Marcel :

c'est le groupe Nova Consulting qui vient de racheter les lieux, pour y installer Fabien Fage, 42 ans.

tartDSC_0032 (12)

Arlésien d'origine, formé chez Loiseau, Passard, Ducasse et dans de grands palaces comme le Ritz et le Meurice.

 Et avec la participation de Philippe Ramon, chef de La Terrasse du Mimosa à Montpeyroux qui anime ce lieu de vie et de goût en créant un univers unique et en mettant en valeur les produits locaux, dans une harmonie et une fluidité exceptionnelles, l'on ne pouvait qu'être émerveillé par sa venue pour donner une autre couleur à l'événement. 

Avec une Battle de Tartines entre Hélène Piot (Marraine de l’édition) et Valérie Sevenet et avec la réalisation des tartines par les Chefs, et en direct avant de bonnes dégustations, Dame Tartine était bien fêtée sur le Pont du Louis Nocca toujours prêt à recevoir..

Voir : .https://www.facebook.com/otsete/videos/1597850116929070/

https://twitter.com/twitter/statuses/958377803556237313

Avec ces Chefs dynamique, avec un minimum d’humour, engagés pour la défense des  artisans, des produits de la région, avec un très bon savoir-faire ce ne fut que du bonheur, chacun d'eux associant différents ingrédients pour réaliser de véritables chefs d'oeuvre comme les réalisations de Jordan Yuste, chef du restaurant  L’ARRIVAGE, un lieu où le chef a tout conçu et imaginé pour donner du plaisir en se faisant plaisir avec une carte faite des  produits de  l’arrivage évidement.

Ce pourrait donc être le message à retenir : "Avec la tartine, que du plaisir, de sa conception à sa dégustation".

Retour sur l'événement de 2017 à Montpellier : https://bobstronomie.fr/la-sainte-tartine-ca-se-fete-le-30-janvier/

 

Musique et soupe au marché de l'île de Thau

 

 

Tous les lundis matins à l’île de Thau se trouve un marché populaire, très sympathique.

On y trouve de tout, avec en plus des deux autres marchés de la ville, des épices et des plantes aromatiques comme la délicieuses coriandre. Ce lundi 2 avait lieu un évènement un peu particulier à deux pas de la mosquée.

Grâce à aux légumes du marché une soupe maison avait été concoctée et fumait dans de grandes marmites  aux alentours de onze heures.

Il n’y a pas d’heure pour la soupe ! Aux dire des gourmets elle était réussie !...

Ce n’est pas la première fois que ce genre d’évènements a lieu. Son but : sensibiliser la population au gaspillage.

 Si ce n’est pas de la soupe, ce peut être du coulis, des sauces que l’on peut faire plutôt que de jeter.  Ce matin,  outre le potage fortifiant une lecture de poèmes traduits en arabe a eu lieu ainsi qu’un numéro d’acrobatie accompagné d’un accordéon.

Les Fils à maman à Sète : une référence

filsDSC_0055 (6)

Les Fils à Maman ont ouvert un restaurant à Sète en juin 2017 au 2, Quai Maximim Licciardi et depuis l'établissement rencontre un grand succès.

Les Fils à Maman ?

Les Fils à Maman, super restaurant à Sète

 

 C’est en 2008 que l’aventure a commencé à Paris avec trois amis, très gourmands et fans de la cuisine de leur maman.

Ces trois amis ont décidé d’ouvrir un lieu à leur image, chaleureux et sympa, où il ferait bon vivre et manger bien sûr. Depuis, plus de 20 restaurants ont été ouverts dans toute la France, la preuve d’une belle histoire (d’amitié et de gourmandise). En 8 ans, Les Fils à Maman ont collaboré avec de nombreuses marques (qu’ils appellent « copains ») comme Michel & Augustin, Monsieur Barbier, Bergamotte ou Ferrero pour développer des recettes encore plus gourmandes et régressives ou pour récompenser les clients grâce à des jeux concours.

Les Fils à Maman revisitent la cuisine « de quand nous étions petits » : croquettes de Babybel, cordons bleus, os à moelle, soupes, cocottes et plats en sauce… Les coquillettes deviennent un « risotto de coquillettes au Chorizo et son fi let trop mignon en croûte », le Kinder se transforme en « Tiramisu au Kinder », le Nutella en « Sablé de Petits Lu, Nutella, Banane et Chantilly », la tarte Tatin en « Trumble (mi tarte tatin, mi trumble)», le sucre pétillant refait son apparition sur des « Brownie aux éclats de M&M’s ». Et tout ça est fait-maison, à base de produits frais et de saison.

Les Fils à Maman se sont installés à Sète au 2, Quai Maximim Licciardi en jouant la carte de la nostalgie jusqu’au bout : côté déco, on retrouve partout des objets et des personnages qui ont marqué notre enfance : McGyver, Starsky et Hutch, Candy et ou Goldorak flirtent avec mange-disques et minitels, en écoutant des musiques cultes des années 80. Le tout dans un univers industriel teinté d’une ambiance bistro.

Un restaurant pour les grands qui sont nostalgiques d'une cuisine aussi bonne que celle de leur maman : simple et savoureuse, avec de bons produits de saison, généreuse et plein de goût. Mais aussi un restaurant où les enfants ont une place privilégiée.

filsDSC_0068 (5)

Parmi les plats à la carte : soupes, Croquettes de Babybel, cordon bleu à la poitrine fumée et Gorgonzola, moules-frites, travers de porc marinés, tiramisu au Kinder… Ici, tout est fait-maison et préparé sur place.  la Carte est sous forme de cahier de texte bien entendu !

 Et avec un accueil très chaleureux et sympathique vous apprécierez avec délectation tous les mets que vous aurez retenus.

D'autant, que quand le temps s'y prête, une grande terrasse est à votre disposition.

filsDSC_0070 (5)

Pour en savoir plus : http://www.lesfilsamaman.com/ ou sur Facebook : https://www.facebook.com/lesfilsamamansète

 En prime : tous les premiers mardis du mois, nos chères mamans viendront mettre leurs talents culinaires en action, pour vous proposer une de leurs spécialités. Ce jour là un menu unique vous sera proposé : l’entrée de la maman, deux plats que préféraient ses enfants et son dessert culte.
Chaque personne présente se verra remettre les recettes et nos mamans seront là pour vous donner leurs petits secrets de fabrication. N'hésitez-pas.

 

 

filsDSC_0058 (5)

 

Bientôt la fête de la truffe dans la métropole de Montpellier

 

L'Hérault a aussi son marché aux truffes

Un incontournable chaque année : la commune de Saint-Geniès-des-Mourgues se prépare à recevoir la 12e édition de la fête de la truffe, la première date du département, le dimanche 14 janvier 2018, de 9h à 17h. En janvier et février, c'est la saison pleine de la truffe.

Dans une ambiance festive et chaleureuse, les Héraultais sont toujours plus nombreux à se déplacer pour découvrir les bienfaits de ce produit phare du terroir. De nombreux producteurs animeront les étals de produits du terroir : ail rose du Tarn, olives, pommes et oignons doux du Vigan, escargots de Tressan mais aussi les vins du Pic-Saint-Loup ou le safran de Vailhauquès et tant d’autres mets du Languedoc.

Pépette la truie qui déniche les diamants noirs sera de la partie le temps des démonstrations de cavage, épaulée par les chiennes Easy et Iris toutes les demi-heures de 10h à 16h. Des ateliers de cuisine saveurs truffées et beignets à la truffe noire du Périgord seront mis en place.

Programme détaillé de la journée :

A partir de 8h30 : contrôle de qualité sur les truffes mises en vente,
- 10h :
atelier de cuisine “Beignets de pomme de terre à la truffe noire du Périgord”,
- démonstration de cavage avec la truie “Pépette”,
- conférence Conférence “Reproduction de la truffe : les apports de la génétique,
- 10h30 : démonstration de cavage* avec la chienne “Easy”,
- 11h30 : inauguration,
- 12h : démonstration de cavage avec la truie “Pépette”,
- 12h30 : démonstration de cavage avec la chienne “Iris”,
- 14h : démonstration de cavage avec la truie “Pépette”
- 14h30 : Atelier “Saveurs Truffées : Découverte du monde mystérieux des truffes",
- 15h :
- atelier de cuisine “Beignets de pomme de terre à la truffe noire du Périgord”,
- démonstration de cavage avec la truie “Pépette”,
- 15h30 : démonstration de cavage avec la chienne “Easy”,
- 16h : démonstration de cavage avec la truie “Pépette”.

Entrée libre - parkings à proximité.

La Sainte Tartine, ce sera le 30 janvier

C’est officiel, ça vient de nos cuisines.

Fête d’ampleur nationale, voire internationale, initiée par la modeste conserverie artisanale «Rue Traversette». La Sainte Tartine ça se fête le 30 janvier ! 

« Rue Traversette », en tant que conserverie dont les gammes principales sont dédiées à être tartinées a, bien sûr, une motivation commerciale à promouvoir ces événements.

Mais comme la fête des grand-mères instaurée par le café de la marque éponyme, ou encore le Père Noël, créé de toutes pièces par un fabricant de soda trop connu pour être cité, « Rue Traversette » souhaite créer avant tout un événement, que la marque exploitera à titre commercial, mais dont la vocation est de se voir approprié par le grand public afin de profiter à toutes les parties prenantes.

Au pays de la baguette, mère de la tartine, fleuron national de la gastronomie, nous pensons qu’il est temps de célébrer ce pilier de notre patrimoine en instaurant « la Sainte Tartine ». Culturelles, sociales, historiques, anthropologiques, les raisons de se rassembler autour d’un jour de la tartine sont multiples. Le style de cette fête se situera entre fête nationale et célébration d’un saint. Le ton décalé des événements sur lesquels elle s’appuiera éclipsera toute connotation religieuse.

 Depuis 1596, la tartine est présente dans notre culture. Populaire, décomplexée, elle doit son capital sympathie à la modestie de sa composition, à sa connotation enfantine. Elle est rustique, se mange avec les doigts, ce qui lui confère un caractère ludique indéniable. En lui accordant un jour de fête, nous souhaitons fédérer les Français autour des valeurs qui ont toujours fait leur fierté et leur renommée : la passion de l’artisanat et du savoir-faire à la française.

La tartine est une préparation accessible à toutes les classes sociales, grâce à la diversité des ingrédients pouvant la composer. C’est donc une fête populaire, démocratique, incluant toute la population, touchant toutes les tranches d’âge. La tartine est une solution simple, économique, mais valorisante, moderne et ludique.

Le lancement de l'événement: il aura lieu à Montpellier, en présence des élus locaux, de la presse et des artisans partenaires de l’événement, dans le restaurant « Bistrot bocaux ». Des chefs locaux auront conçu des tartines.

Sous l’apparence d’une boutade, mâtinée de patriotisme clin d’œil, la fête de la tartine révèle des enjeux insoupçonnés. A travers divers événements de nature à promouvoir cette fête nationale auprès du grand public, la Sainte Tartine représente autant d’opportunités de réunir les consommateurs, de créer du lien entre eux et les artisans, paysans, d’encourager le local.

A Sète, cette fête se déclinera à bord du chalutier Nocca, quai de la Marine, entre 11 h 30 à 13 h, avec une démonstration gratuite de tartinage par des restaurateurs.

Pour en savoir plus : https://fr.ulule.com/la-sainte-tartine/

L'hirondelle de 1913

L'hirondelle, plus que centenaire, est celle qui orne les boîtes de la biscuiterie Pouget, sise 47 quai de Bosc. J.M. Fabre et son épouse ont maintenu, depuis 1984, une tradition de plaisir et de qualité malgré les vicissitudes de la vie économique à Sète et s'inscrivent aujourd'hui dans un courant international soucieux de promouvoir le bien "manger", le respect des producteurs et le développement durable.

poug800x600_navettes-2732

Au commencement, il y eut une dame de Clermont l'Hérault : Madame veuve Pouget. Après le décès de son époux et peut-être pour contribuer à sa subsistance, elle fonda la biscuiterie, installée alors 10 rue des Jardins près des terrains Falgueirette non encore construits. Et la famille prêta la main à l'entreprise. Un proche livre les glaciers de Montpellier et Nîmes, les autocars bleus et les transports Corbière livrent les chalumeaux jusqu'à Marseille. Puis, les terrains sont lotis, la station Esso est implantée et la biscuiterie s'installe quai de Bosc.

poug

C'est dans les années 70 lorsque l'immeuble est bâti sur le terrain Falgueirette que la fabrique trouve sa place au rez-de-chaussée et prend sa forme actuelle. En 1984, Jean-Marie Fabre, après avoir été mitron, reprend la fabrication et maintient les traditions. Tradition de savoir faire et de qualité. Tradition parfois encombrante : le matériel est de l'autre siècle et ne favorise pas l'expansion.

Si l'ancien four est chauffé au gaz, le laminoir à pâte est toujours tourné à la main et demande des précautions à l'artisan. Et puis, il y a eu du travail, beaucoup de travail.

Car, depuis les années 80, Sète et ses environs perdaient de leur substance économique. Un gros coup dur fut la fermeture de la raffinerie de Frontignan. Messieurs-cadres aimaient les bonnes choses que fabriquait M. Fabre. Ils sont partis, ils ont manqué.

 A Sète, le 81ème est parti et les militaires ne sont plus là pour agrémenter leurs loisirs. Alors, il faut s'inscrire dans un courant de l'époque, celui de la qualité et de l'authenticité, tels qu'ils sont portés par le mouvement "Slow-food".

Ce mouvement, né dans les années 1980 en Italie où il remporte ses premiers succès, vise à mettre à la portée de tous (et les plus modestes) des produits de qualité, authentiques et à soutenir les petits producteurs.

On tourne alors le dos à l'agro-industrie et à la production de masse de produits alimentaires de plus ou moins bonne qualité.pougP1010058

C'est "non" aux goûts standardisés, aux excès de sucre et de gras. C'est un appel aux producteurs locaux, au savoir faire traditionnel. C'est le "petit" qui fait un pied de nez au "gros". Et c'est le retour du bien manger et d'une "philosophie du plaisir". Cela ne va pas sans contraintes : les quantités ne sont pas inépuisables et il faut du temps pour faire une fournée.

Cela commence le matin à 5 heures. Mais du chalumeau aux navettes (emblématiques de Sète), des madeleines (surtout au chocolat noir) aux cakes (rhum-raisin par exemple), voici de bons desserts ou de quoi égayer les goûters.

Cela aidera au vol de l'hirondelle.

Biscuiterie Pouget

47 Quai de Bosc, 34200 Sète

04 67 74 72 38

Doux comme un Cactus, c'est pour bientôt

"Depuis le mois de mai 2017, nous avons annoncé l'ouverture de note salon de thé à Poussan " Doux comme un cactus" à Poussan." Précisent Pascale et Carine.

cook2Capture

"Nous avons crée une page face book du même nom, pour vous faire partager l 'aventure, et suivre l'évolution du projet. Cependant , nous avons été confrontées à l'attente du traitement des dossiers par les services concernés, le projet a pris un peu de retard. Nous pensons pouvoir vous annoncer une bonne nouvelle courant janvier ; en attendant, nous avons ouvert notre boutique facebook, pour vous permettre d 'accéder à nos produits, les découvrir et les acheter."

A la boutique vous trouverez de la vaisselle autour du thé, du thé, mais elles ont aussi collaboré avec des créatrices, pour des bijoux originaux et uniques, ou des accessoires déco. Un petit espace enfant est aussi disponible. N'hésitez pas à les contacter pour tout renseignement complémentaire, elles vous répondront avec plaisir.

"Autour d'un thé , dans un espace cosy à la déco atypique, imaginée par nos soins et pensé pour un moment détente." Pascale et Carine.

Page Facebook : Doux Comme Un CactuscookCapture