Rappelle-toi Barbara le vendredi 24 novembre

 Un hommage à Barbara à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de la chanteuse française proposé à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains à 20 h.30. ce vendredi 24 novembre. Entrée 8 euros sur place (5 euros en prévente à l'0ffice de Tourisme).

Un spectacle exceptionnel : Cécile Veyrat, seule en scène au chant, à l’accordéon et au piano signe un spectacle où s’entremêlent les mots de Prévert et les chansons de Barbara.

Les chansons choisies abordent, tout au long de ce spectacle, les thèmes si chers à cette grande dame : l’amour (Pierre, Ce matin-là), la révolte contre l’injuste (Le Soleil Noir), la mort (À mourir pour mourir), mais aussi l’attente (Dis, quand reviendras-tu ?) ou l’enfance (Mon enfance, Le Petit Bois de Saint-Amand). Elles sont liées les unes aux autres, comme une balade poétique, par quelques textes de Jacques Prévert ; une volte face entre les 2 auteurs volontairement complémentaires.

Avec des arrangements personnels au piano ou à l’accordéon et bien d’autres surprises, Cécile Veyrat conjugue la profondeur des émotions à l’expressivité des images pour livrer une interprétation authentique où les instruments occupent autant de place que l’arbre si présent dans l’univers de Barbara.

Un spectacle à voir absolument !

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations