C'est à Sète

Vous avez raté les journées du patrimoine ? Qu’importe ! Ces deux institutions du paysage sétois sont désormais accessibles au public le temps d’une visite. Suivez le guide !

 Côté mer, le port de commerce s’ouvre aux visiteurs
les  mercredis et(ou) samedis   14 €

Saviez-vous que le port de Sète est né de la volonté de Louis XIV de créer un port d'exportation pour les produits du Languedoc ? Saviez-vous que dès 1870 la route des agrumes  qui transitait des oranges et des citrons en provenance des Baléares et Canaries s’arrêtait à Sète ? Que les pêcheurs de Cetara qui s'installent à Sète à partir de 1850 pour fuir la crise économique embarquaient pour beaucoup d’entre eux comme matelot sur les navires sétois. Qu’en 1967, la criée de Sète a été la première d’Europe à être informatisée ? Aujourd’hui géré par Port Sud de France, le port s’ouvre aux visiteurs.
Retrouvez toute son histoire et les facettes méconnues de son activité, pendant 1h de visite commentée en minibus. Une première !

Côté terre, le Théâtre Molière plante le décor
les mardis et(ou) samedis : 6 €

Du sous-sol au poulailler, des balcons aux galeries,  de son escalier de marbre à double portée jusqu’à son lustre tout en cristal, vous saurez tout sur l’histoire et les anecdotes qui entourent ce magnifique théâtre à l'italienne. Inauguré en 1904,  après deux années de restauration des décors,  des foyers et de la salle, il a ré-ouvert en octobre 2014 et nous permet aujourd’hui  le temps d’une visite guidée exceptionnelle d’1h30 de découvrir  l'envers du décor. Unique !

Information et réservation : Office de tourisme de Sète, 60 grand rue Mario Roustan - Tel. 04 99 04 71 71 et sur  tourisme-sete.com

Morts d’été

Entre Béziers et Montpellier, il n’est pas de jour où on est à déplorer un accident grave en période d’été. Alors que les accidents de sortie de boite ont presque disparu grâce à l’action de la prévention routière et à la collaboration des patrons de discothèques, on déplore quotidiennement des chocs entre voitures. L’alcool n’est plus en cause mais on constate chaque fois un manque de vigilance des conducteurs. L’insouciance des vacances a de bien terribles conséquences.
Autre fléau d’été : les noyades. Dans notre région, on en comptabilise une dizaine  depuis le début de l’été. Cela malgré la présence des secouristes et autres garde-plages nombreux sur notre littoral, de Palavas à Valras. Souvent, ce sont des hommes âgés qui en sont les victimes car ils préjugent de leurs forces et ne comprennent pas que le poids des ans ne leur permet plus les performances de leur jeunesse. Alors...

» suite de l'édito
de Bernard Barraillé