Sur le chemin de Compostelle

Entre le site du Malpas et Capestang sur la voie du Piémont Pyrénéen

A l’occasion des 20 ans de l’inscription des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco, la pastorale d’évangélisation sur le chemin et la Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs avec le concours du Comité Département 34 de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre avaient organisé une marche sur la partie en amont de la voie du Piémont Pyrénéen.

Ce chemin le plus ancien de la région a plus de deux millénaires. Seul chemin de pèlerinage passant par la plaine Languedocienne qui ait servi dans les deux sens, à la fois pour rejoindre Rome, puis Compostelle.

Il y a quelques années des travaux préliminaires avaient été faits par des acteurs du chemin dont Jean-Paul Leclère, Robert Latreille et Robert Cervera pour le tracé historique.

Le 14 décembre 2017 s’est déroulé à Saint-Thibéry une réunion technique en présence des élus, organisée par le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre pour nous présenter le projet du GR78, la voie des Piémonts appelée ici le Chemin des Romieux de Montpellier à Carcassonne.

Le dossier validé par le Comité Régional de la Randonnée Pédestre a été transmis à la Fédération Française de la Randonnée Pédestre. L’officialisation de l’homologation tant attendue est imminente. Que de chemin parcouru … depuis le 28 janvier 2013, où nous avions invité les organismes et personnes susceptibles de participer à la renaissance de ce chemin "dit des Romieux" ... la voie des Piémonts Pyrénéens.

Michel Theron, Vice-Président du CDRP 34, était parmi les participants.

Ce fut l’occasion pour la pastorale de souligner notre souci de préserver l'esprit du pèlerinage et favoriser la découverte du patrimoine religieux.

A la suite, le 13 mars 2013, le Conseil Général de l’Hérault confiait au Comité Départemental de la Randonnée Pédestre la mission de porter le projet du futur GR 78, tout en s’engageant à ce que les services concernés du Conseil apportent leur soutien technique.

A Béziers, au bout de l’ancien pont romain (le pont vieux), le chemin historique, qui se confond avec l’ancienne voie Domitia, partait directement vers Capestang mais du fait de l’urbanisation actuelle, conjuguée à la nécessité d’un cheminement piéton sécurisé et en attendant passant par la risberme le long des berges de l'Orb, la proximité des écluses de Fonseranes il a été convenu que le tracé contemporain passe par les écluses et longe le canal du midi sur une partie.

Ce 12 mai nous avions donné rendez-vous au tunnel du Malpas, Michel Theron a permis aux marcheurs d’être sur la bonne voie … passant entre l’oppidum d’Ensérune et l’étang de Montady asséché en 1247. Le groupe est descendu vers Poilhes, où l’on peut voir les restes d’un orme planté sous Sully. Depuis ce village nous avons longé le canal du midi avant de rejoindre Capestang, apercevant de loin sa collégiale imposante qui se dresse massive, imposante, dans le paysage pratiquement plat.

Le Père Joseph Nguyen Xuan Hâ accueillit les pèlerins à la collégiale et leur donna la bénédiction. Au préalable le verre de l’amitié offert par la municipalité et la paroisse fut apprécié. Soulignons l’intérêt accordé par la municipalité pour la mise en valeur du chemin de Compostelle qui traverse la village et d’y assurer de l’hébergement. Repas tiré du sac à l’espace PY, puis l’après-midi fut consacré à découvrir les richesses du village. Mme Anne-Marie Durand et Jean -François Portal, de l’association des Amis de la Collégiale Saint Etienne, nous ont accueillis à la prestigieuse collégiale. Dominique Saillard assura la visite. Eglise gothique composite, l’architecte serait le même que celui qui a réalisé la cathédrale Saint Just de Narbonne. A l'extérieur, on peut admirer la tour-clocher dont le sommet atteint 43 m. Sur le campanile, la cloche qui sonne les heures date de 1559. Pour comprendre le sens du mot « collégiale », il faut savoir que contrairement à une église paroissiale elle était gérée collectivement par une communauté religieuse, appelée chapitre.

La collégiale Saint Etienne date des XIIIème - XVème siècles. L'abside est voûtée sur croisées d'ogives. Tous ces vitraux datent de 1868. Depuis cette date, ils ont été réparés plusieurs fois. L'élancement de ces voûtes est remarquable : 26 m 70 sous clé. Il était prévu la construction d'une bâtisse immense. Capestang avait un hôpital, une commanderie templière et possède encore un lieu-dit appelé « Saint Jacques ».

S’en est suivi la visite de l’ancien château de Capestang, bâti au XIVème siècle. Le Château de Capestang qui a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 septembre 1995, fut la propriété des Archevêques de Narbonne. D’illustres évènements s’y déroulèrent, notamment les Etats Généraux du Languedoc. Son plafond médiéval d'une qualité exceptionnelle (XVème siècle), composé à l’origine de 161 panneaux décoratifs, est d’un grand intérêt historique.

L’homologation du futur GR78 est imminente, (le balisage et la signalétique suivront). Ce chemin de pèlerinage dit des Romieux, début de la voie du Piémont Pyrénéen permettra de créer une « continuité » à l’Itinéraire GR®78-7 qui relie Saint Gervais-sur-Mare à Capestang. Les retombées économiques dont pourraient bénéficier les territoires traversés de Montpellier à Carcassonne, sont indéniables car susceptibles de participer aux efforts de développement culturel et de mise en valeur du patrimoine local.

Le Chemin de Saint Jacques n'est pas seulement un itinéraire, il est un très vaste complexe de chemins qui convergent vers le point où, selon la tradition, fut enterré Saint Jacques le Majeur. Le Chemin de Saint Jacques est l'itinéraire de la foi chrétienne de l'immense périmètre européen jusqu'à un lieu fondateur de la foi dans ce continent.

Ensemble continuons d’écrire l’Histoire et de faire revivre ce chemin !

Pour plus d’information s’adresser à Serge Malbec : 06 98 85 00 97 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon