La Vène à contre courant

Georges Cantin, notre collaborateur est parti un matin de ce mois d’août  avec son canoë pour remonter la Vène, petite rivière se jetant dans l’étang de Thau pour nous raconter (photos à l’appui) ses impressions.

Au départ de Balaruc-le-vieux

Je vous rassure, ce n’est pas l’Orénoque, et encore moins l’Amazone, mais il y a un petit « je ne sais quoi » qui fait rêver. En effet, partant de Balaruc le Vieux dès que l’on atteint l’intérieur de la rivière son lit est encombré de bois flottés, de troncs obstruant presque le passage, d’herbes hautes sur les berges, de lianes tombantes, de pierres, qui vous font penser à un territoire vierge. On pourrait même trouver une petite ressemblance si le trajet n’était pas si court, à la « descente de la Leyre » dans le bassin d’Arcachon (pour ceux qui connaissent l’endroit)

Un calme surprenant sur cette rivière, on y trouve des Martins pêcheurs, des tourterelles, des pigeons ramiers et bien d’autres oiseaux. Des nids dans les berges, ou accrochés sur un rocher ou du vieux bois en plein milieu de la rivière (probablement des Colverts) Nombreuses sont aussi les libellules de toutes couleurs. Et des poissons par bancs entier, petits ou gros principalement des « Chelon labrosus » ou pour parler plus local, des « muges »… Aventure disais-je ! Oui, car tout en pagayant sur la rivière,  voilà qu’un de ces monstres a eu l’idée saugrenue de sauter dans mon canoë tel un poisson volant ! Evidement, il a terminé au barbecue moins de deux heures après. Il pesait quand même 975 gr !  

Dans les abords bien que ne les ayant pas vus, les rats musqués ne font pas le bonheur des riverains car ils creusent les berges.  Quelques petits « veinards » sont propriétaires de petits Masets au bord de l’eau, pour vivre heureux vivons caché dit le proverbe…

Récemment un article dénonçait une pollution de la Vène en amont de la source d’Issanka. Je ne suis pas allé vérifier. Mais j’ai remonté cette rivière depuis l’embouchure sur environ 3 km en un peu plus de 30 minutes, et je peux dire qu’à part 2 vieux pneus rencontrés et 2 ou trois bouteilles plastique, cette partie de la Vène est propre et sans pollution, la preuve ? Ce sont ces quelques photos prises et les petits poissons par bancs dans une eau claire permettant de voir le fond avec en prime, au moins 4 ou 5 martins pêcheurs, (Cet oiseau est un bon indicateur naturel de la qualité d'un milieu aquatique) Mais restons prudent, je n’ai pas analysé l’eau, et surtout utilisons les déchetteries de l’agglo, c’est facile, gratuit et surtout plus responsable…

Georges Cantin

 

La Vène est une rivière qui prend sa source à Cournonsec à 35 m d’altitude, sa longueur est de 12 km environ et elle se jette dans l’étang de Thau à Balaruc le Vieux. Son faible débit (25 m3/h) peut, atteindre 1500 m3/h lorsqu’elle est en crue.Selon les périodes et suivant les documents, la rivière a porté différents noms : l’Avène, Aveyne, Vaine, Veine, Vesne ou encore Dizama. Pendant longtemps la Vène a participé à la vie économique des villages traversés, on pouvait alors compter six moulins répertoriés, dont  3 à Montbazin. En 1687 il y avait cinq ponts sur la Vène à Montbazin : au moulin de Vielhe, au moulin de Fabre, le pont Gavel, le pont de la Porte et le pont Mage.La Vène à 2 affluents qui sont  les ruisseaux de la Lauze et celui des Oulettes. La source d’Issanka vient augmenter en aval le débit de la rivière et lui sert de « trop plein ». Par ailleurs la Vène est un point de captage possible pour la consommation (actuellement perdu en grande partie), sauf en cas de pollution bien évidemment...

Sources :
http://www.memoiredemontbazin.fr/des-lieux/la-vene/
http://infoterre.brgm.fr/rapports/71-SGN-317-LRO.pdf

   

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon