Balades

Tous les chemins mènent à Compostelle

                                      En décembre 2017 se tenait à Saint-Thibéry une des nombreuses réunions entre le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre de l'Hérault, les communes concernées, et diverses associations de préservation du patrimoine. Depuis 2010, une démarche d'homologation et de reconnaissance du chemin GR78, entre Montpellier et Carcassonne, a été entreprise.
 
Et les démarches administratives, aboutiront peut être en 2018. C'est dire que le travail est long, et qu'il faut être acharné pour tenir le coup.
Le GR78 est un chemin pour les randonneurs et pèlerins, qui représente 160km dans l'Hérault, et 76km dans l'Aude. Le Gr78 la voie des Piédmonts ou chemin des Romieux reliera Montpellier à Carcassonne. Le GR 653 sera la liaison entre le chemin vers saint Jacques de Compostelle.
Voici l'itinéraire précis et validé de ce chemin:
Montpellier-St Jean de Veydas- Laveyrune-eviter le pont St Peyre-Montplaisir-Fabregues-Massif la Gardiole-St Félix de Monceau-Gigean-Balarcu le vieux-Bouzigues- Loupian- Ancienne voie romaine - nord de Pinet-Nord de Florensac-St Thibéry- Bouzille-Cabrial-Traversée de Béziers-Ecluses de fonsérannes- Canal midi nord-colombiers- Malpas-longer étang de Montady pour rallier Poilhes- Capestang- ferme de Salliès- Quarante-Cruzy-Montouliers- Bize-Minervois (Aude)-Pouzols Minervois-Angers Minervois- Olonzac-Homps. 
   

                                                       

Depuis tout ce temps, le CRDP34 de la Fédération Française de Randonnée de l’Hérault et son président Luc Trauchessec, Serge Malbec, passionné administrateur de Web Compostella, Thomas Azéma, agent de développement de la FFR Hérault, et toutes les associations jointes, dont celle de Saint-Thibéry, le Baroulet de Saint-Thibéry, ont oeuvrés afin de faire reconnaître et homologuer cette route pour les pèlerins et les randonneurs. Et les enjeux sont de taille, puisque ce chemin peut ou pas, sur les cartes IGN, passer par des villages et leur permettre de faire découvrir leur patrimoine. Car ce chemin fait naviguer aussi bien des pèlerins que des randonneurs. Les discussions vont donc bon train, les disputes aussi, d’ordre politique, mais l’homologation passe également par des négociations avec les propriétaires de terrains privés par lesquels ce chemin doit passer. D’où une certaine tension, tangible lors des réunions techniques.

  
En 2018, l'Unesco valorisera ces chemins. L’enjeu est de taille: Si les communes traversées par ce chemin jouent le jeu et mettent en place gîtes, et lieux d’accueil pour les pèlerins. Ce’ qui est déjà fait pour Saint-Thibéry, Gigean et Béziers.
 
 
 

 

 

Un Sentier botanique réhabilité dans le massif de la Gardiole

 dranP1090262

 Dans le cadre du plan de gestion du massif de la Gardiole, Sète agglopôle méditerranée a réhabilité un sentier botanique au départ de l'Abbaye.

Ce sentier avait été créé par Paule Pastre, un professeur du Collège de Poussan, il y a de nombreuses années. Il se situe derrière l'Abbaye et serpente dans un environnement de garrigue boisée et de murets en pierre. Il s'agit aussi de canaliser les visiteurs sur un circuit ludique et éducatif, pour éviter qu'ils ne se retrouvent dans une impasse.

Sète agglopôle méditerranée a pour cela travaillé en partenariat avec les services de l'Etat, l'ONF, les associations Ecologistes de l'Euzière et Salicornes et Asphodèles. 

Ce parcours botanique de 400 mètres chemine au milieu des capitelles. Destiné aux familles, il vient compléter l'offre de sentiers de randonnée pédestre pour des pratiques plus sportives également, au départ de l'abbaye Saint Félix de Montceau. Vous trouverez une plaque indicative au départ puis des plots implantés sur le parcours présentant les espèces que vous visualisez sur le parcours (14 espèces) parmi d'autres.

dranP1090288


 Une application mobile sur smartphone propose photos, informations et quiz sur chaque espèce du sentier.

 Entre les différents pins, les pistachiers, les asperges et autres plantes et arbustes comme le pistachier, vous pourrez apprécier, en étant à l'ombre, en famille si besoin, ou seul, la richesse naturelle de cette partie du massif.

 

Pour les sentiers de randonnée existants : https://www.archipel-de-thau.com/_objets/medias/autres/frh-saint-felix-en-gardiole-bd-230.pdf

https://www.archipel-de-thau.com/_objets/medias/autres/frh-autour-de-l-abbaye-bd-229.pdf

Vivre avec les mangeuses de moustiques

MARSEILLAN

 Le 14 Septembre 2018 de 19 h 30 à 21 h 30

Chauve Souris, Gros Plan, Des Animaux

 
Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, découvrons les chauves-souris qui ont investi les chais des caves Noilly Prat.

Lieu de rendez-vous : Indiqué lors de l'inscription

Responsable : Camille FRAISSARD, Chiroptérologue LPO Hérault

Gratuit

Public concerné : Tout public

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 33 23 19 23

La Grange de Berlou

La Grange de Berlou.

A Berlou (au nord de Saint Chinian), au 3 rue de Caladou, sont situées les installations du domaine viticole "La Grange Léon". C'est là que sont vinifiées et vendues les récoltes des vignes de cette zone particulière des Hauts Cantons. Véronique et Joël Fernandez y élaborent des nectars bien propres à réjouir les palais régionaux et internationaux.

berlP1030118 (2)

Comme disait Brassens, Joël Fernandez a dû "naître au pied d'une souche". Une de ces souches bien racinées qui vont chercher dans les schistes nourriture, chaleur et saveurs. Depuis des siècles, les hommes ont su, avec le jus des fruits de la vigne, élaborer des liquides que les anciens Grecs trouvaient dignes des dieux. Mais, élaborer ces boissons, c'est tout un art et n'est pas vigneron – un vrai selon J. Fernandez – qui veut.

Il faut tenir compte de l'exposition des parcelles, de l'ensoleillement. Savoir quel raisin se récolte "le matin très tôt", quel est son degré de maturation. Pour cela, le maître de La Grange Léon a recours à un œnologue, son "toubib". Et les prescriptions de celui qui veille sur la maturation tous les 2 jours permettent de produire des vins blancs à 12°, dont le "Petit Marcel", léger, rafraîchissant. Caque cépage a ses exigences, telle la Syrah ou le Mourvèdre.

berlP1030120 (2)

Ce dernier doit subir une sorte de pré-vendange. Il faut couper une grappe sur deux pour que les grains n'entrent pas en contact. Sinon, la pourriture gagne. Cela ne peut être fait qu'à la main, comme d'ailleurs toute la récolte. Certes, les nouvelles machines sont plus sélectives et le coût de la main d'œuvre est élevé.

A La Grange Léon, même cueillie à la main, la récolte est triée sur un tapis roulant ! Bien sûr, en cette année pluvieuse, il a fallu traiter. Mais M. Fernandez pratique une agriculture raisonnée. Il serait tenté de passer en "bio".

Il n'a pas pu le faire cette année, devant surmonter deux terribles épreuves de santé et ne pouvant s'impliquer autant qu'il le faudrait.

L'envie est là pourtant. Cette envie qui lui a fait quitter la coopérative (fondée par son grand-père au milieu des années 60) et lui a permis de faire face à d'importantes difficultés en 2008.

On ressentait alors la crise économique et la récolte était payée non plus en AOC, mais comme vin de table. L'exploitation de 6 ha permettrait-elle de s'en sortir ? Arracher ? Autant s'arracher les tripes ! Et puis, ce fut le début d'une nouvelle aventure : récolter, vinifier, commercialiser sur 20 ha.

Et aujourd'hui, 19 cuves de 10 à 50 hl (selon les besoins de la vinification) alimentent la vente des blancs, rosés et rouges du domaine. Au total, une vraie PME familiale qui commercialise 27 000 cols par an. Alors, M. Fernandez démarche les particuliers, fréquente les salons.

Et il exporte : au Luxembourg, en Belgique, en Allemagne, en Ecosse. Ses vins, plusieurs fois primés, figurent au guide Hachette. Nous nous en sommes entretenus en pleine vendange.

Et M. Fernandez a parlé aux gens de la ville de schistes et de soleil, de terroirs et de racines, et de passion.

H. Le Blanche.

(Avec le portrait du grand-père à l'arrière plan des photographies)

Le petit monde de la nuit

Voie Lactée, Galaxie, Espace, Univers

Sortie de terrain

 VIC LA GARDIOLE

Le 15 Septembre 2018  18 h30

 
Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, nous vous proposons de découvrir les chauves-souris qui vivent sur le bâti dans un village du littoral.

Lieu de rendez-vous : Indiqué lors de l'inscription

Responsable : Camille FRAISSARD, Chiroptérologue LPO Hérault

Prix : 6€/personneseuros / personne

Public concerné : Tout public

Accessible aux personnes handicapées : Non

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 04 67 78 94 43

Escale et visite du Navire Ecole ORSA MAGGIORE

Escale et visite du Navire Ecole ORSA MAGGIORE

Le 13 septembre, le navire-école italien Orsa Maggiore (la grande ourse) fera escale à Sète, où il restera  jusqu'au 16 septembre, avec à son bord dix officiers Aspirants garde-marine de troisième classe de l'Académie navale de Livourne.
 
Le navire, livré à la Marine italienne en 1994, est l’une des petites unités qui contribuent à la formation professionnelle et à l’éthique du personnel, dans le but d’appliquer les leçons théoriques apprises à l’Institut de formation de la Marine, d'acquérir plus d'expérience maritime et de renforcer l'esprit d'équipe.
 
Après Sète, l'Orsa Maggiore continuera sa route vers Portoferraio, (île d'Elbe) et retournera à Livourne le 22 septembre, après trois mois de navigation, dont l'un passé dans l'océan Atlantique.
 
Lors de son escale à Sète, il sera possible de visiter l'Orsa Maggiore, au Quai d'Alger :

  •          Vendredi  14 septembre : de 16h30 à 19h00
  •          Samedi 15 septembre : de 10h30 à 12h00

Rêve de jardins aux essences méditerranéennes

 
Proche du littoral à Balaruc-les-Bains, ou niché à Roquebrun, charmant village du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, deux beaux jardins aux essences méditerranéennes vous invitent à la visite

 

Ils ont en commun des collections botaniques exceptionnelles, vitrines des essences méditerranéennes, et offrent tous deux un cadre de visite remarquable. Direction Roquebrun, avec son jardin méditerranéen niché sous la tour du village et dominant les beaux méandres de l’Orb. Ici l’on chemine à flanc de colline, entre mimosas, cactées, espèces rares et plantes succulentes. Un sentier botanique en terrasse  exposé plein sud, avec aussi une grande collection de plantes exotiques, orangers en pleine terre et nombreuses variétés de mimosas qui ont valu à Roquebrun le surnom de « petit Nice ». Complété par un verger méditerranéen et la culture de champs d’iris destinée à la parfumerie, le site est le reflet de la passion de ses jardiniers érudits. 

 Côté littoral, le Jardin Antique Méditerranéen de Balaruc-les-Bains propose une initiation à la découverte des mondes grec et gallo-romain. Dominant l’étang de Thau, il présente sept créations originales de jardins et bois thématiques révélant  l'évolution et la diversité des jardins de l'antiquité par la richesse des compositions ornementale et par ses ambiances paysagère. On peut y découvrir l’usage des plantes dans la médecine, la cuisine, la cosmétique, les rites sacrés ou magiques de l’antiquité, ainsi que les techniques  traditionnelles de l’époque. Une approche très contemporaine d’un jardin vitrine de l’art antique montrant une nature généreuse sachant prodiguer tout ce dont on a besoin pour vivre. 
 
En savoir plus :

EMBARQUEZ ET VIVEZ LE PATRIMOINE MARITIME EN MER

Pour les Journées Européennes du Patrimoine rejoignez l'Aire Marine Protégée pour 3 balades en bateau, commentées par nos animateurs !


> SAMEDI MATIN 15 SEPTEMBRE à 10h30 et à 11h15 avec TransCap Croisières : petites balades de 45 mn dans l'Aire marine protégée de la côte agathoise, site Natura 2000 pour découvrir l'île et le fort de Brescou, la côte rocheuse volcanique, sa gestion et ses oiseaux marins !
 RdV Cap d'Agde, Centre Port, quai Miquel, 4 € / pers
 Réservation obligatoire au 06 08 31 45 20

 > SAMEDI APRES-MIDI de 15 h à 17 h avec Terre Marine à bord du catamaran écologique SeaExplorer, découverte des richesses de l'Aire marine protégée de la côte agathoise, site Natura 2000, de la côte rocheuse au large en passant par l'île de Brescou, observations naturalistes, petits ateliers à bord sur cycle de l'eau, déchets marins, plancton, maquettes d'animaux marins...
 RdV Cap d'Agde, Quai du beaupré, près de l'Office Tourisme Centre Port
 Réservation obligatoire au 06 12 75 10 06, 20 € / pers

Renaud Dupuy de la grandrive

Patrimoine : Et si on allait visiter Saint Pons de Mauchiens ?

Les 15 et 16 septembre prochains auront lieu les journées du patrimoine. Les français y sont attachés, mais souvent impuissants quant à la dégradation des monuments. Il y a les sites traditionnels dans notre région comme Pézenas, la cathédrale d’Agde, celle de Béziers, l’abbaye d’Aniane, de Saint Guilhem le Désert, de Valmagne, l’oppidum d’Ensérune, quelques musées et puis des endroits moins connus mais très intéressants comme ce petit village de 670 habitants qui surplombe la rive gauche de l’Hérault, Saint Pons de Mauchiens.

Le samedi 15 à 14h30, il y aura la visite du village et du moulin de Roquemengarde, il faut prévoir 2h30 pour l’ensemble. Le 16 à 9h30, la visite historique de la commune uniquement.

C’est Guy Pargoire l’historien local qui vous conduira depuis la mairie à travers les rues jusqu’à l’église. Une visite peu conventionnelle, où l’anecdote et le détail l’emporte sur les grandes envolées historiques.

 

Les moulins de Roquemengarde

Hormis les sites archéologiques de Montredon et l’habitat néolithique de Roquemengarde, la visite débute devant l’ancienne distillerie , puis sur la place Jeanne d’Arc au pied des remparts, un peu plus loin l’emplacement où se trouvait le moulin à huile qui fonctionnait au XIX ème, puis devant la maison des émigrés qui appartenait à la famille d’Astanières qui a fuit pendant la Révolution d’où cette appellation.

Avant de remonter vers les ruines du château, la Maison des Consuls et son plafond peint classée par arrêté du 13 janvier 1978. Voilà l’église, visible à des dizaines de kilomètres à la ronde et son point de vue imprenable.

Avant d’entrer, sur la porte vous saurez tout sur le blason de la ville, à l’intérieur, la légende de N.D du Bosquet et bien d’autres surprises vous attendent.

 

 

 

La maison des consuls

Ces trésors de Villemagne…l'argentière

Villemagne l'Argentière  peu connue mais très intéressante, est au cœur des Hauts cantons, ces "Hautes terres" de l'Hérault : les Avant-monts, entre  Montagne Noire et Cévennes et le massif du Caroux-Espinouse. De très beaux paysages, dont les fameuses gorges d'Héric qui révèlent un patrimoine historique discret mais passionnant.

Les trésors de Villemagne ne sont pas d'or et ne sont plus d'argent. Ils seraient plutôt dans la pierre – non pas celle qui apporte un revenu – celle qui témoigne d'un riche patrimoine qu'évoque, jusqu'à la fin septembre, une exposition dans l'église Saint Grégoire, siège de la société Archéologique et Historique des Hauts cantons. Patrimoine médiéval, témoignage d'un passé prestigieux. 

L'approche de l'actuel village, quand on vient d'Hérépian, route de Bédarieux et que l'on va à Saint Gervais sur Mare, se signale par l'autorité ecclésiastique. Car c'est vers 780 que fut fondée, sous le vocable de Saint Martin, une abbaye dans la mouvance de Saint Benoît d'Aniane. Dédiée, après 819, à Saint Majan, elle étendit ensuite son emprise vers le nord direction Saint Gervais et surtout vers le sud où sa juridiction allait de Saint Pierre de Rhèdes à Puissalicon et Alignan du Vent.

Au XIIème siècle, l'abbé Béranger II fut à la tête de l'abbaye pendant 40 ans et poussa ses possessions jusqu'à Faugères. Puis l'ensemble monastique connut le déclin. Dès le XVème siècle par la pratique des abbés "commandataires" qui touchaient les revenus sans résider. Puis en 1522, ce fut la destruction par les Protestants et un abandon de près de 100 ans. Restaurée en 1661 par les moines de Saint Maur, elle fut occupée jusqu'en 1791.

Une belle maquette, au centre de l'exposition, évoque l'importance et la beauté austère du bâtiment tel qu'il était alors. Le plus visible aujourd'hui est l'imposante tour qui dominait l'ensemble conventuel. 

Le reste des bâtiments constitue maintenant des habitations privées. Un examen attentif des façades décèle çà et là des traces médiévales. Menues marques en regard de certaines découvertes. Au sud-ouest du bourg abbatial subsiste un îlot "fossilisé" d'un habitat du XIIIème. Et a été mis à jour le 1er étage - actuellement au rez-de-chaussée - d'une maison marchande éclairée par une fenêtre géminée avec un remarquable chapiteau.

Et la maison Oustry-Alauzet, à la richesse due au minerai argentifère, montre un des rares exemples en France d'architecture civile peinte du XIIème siècle. Et puis, l'exposition évoque l'Hôtel des Monnaies", en fait un îlot soigneusement bâti à destination marchande. Chaque lot comprenait un rez-de-chaussée pour le commerce, l'habitation à l'étage. Dans le lot n°2 a été mis à jour un décor peint exceptionnel.

Les minerais de plomb et de cuivre souvent argentifères ont suscité l'exploitation minière de Villemagne

L'importance des échanges est confirmée par la trouvaille d'un "fiorino" d'or en provenance de Florence. Car Villemagne se situait sur une route commerciale qui, par les vallées de l'Orb et de la Mare, gagnait les hauteurs de l'Espinouse et conduisait vers le Tarn actuel. Avec l'Argent, elle faisait la prospérité de Villemagne. 

Le minerai de plomb argentifère dont on peut admirer un morceau et les quartzites voisins était exploité par les Romains dès le second siècle av. J.C. Ils ont apporté leur "vaisselle", amphores, vases, plats à la réalisation remarquable. Minerai peut-être à l'origine de la présence d'un atelier monétaire au IXème siècle. Mais ceci est une autre histoire. 

H. Le Blanche 

LE MUSEE ARCHEOLOGIQUE DES HAUTS-CANTONS :

Jusqu'au 15 octobre 2018 : mercredi, samedi et dimanche 15h-18h - Groupes : sur demande toute l'année -

Tél : 04.67.95.64.17 - 06.73.75.29.83 

JEUDI 13 SEPTEMBRE A 14 H VISITE DE BOUZIGUES

Petite balade tout cool ( 5 km tout plat) dans le charmant petit village de BOUZIGUES
Présentation du village de ses voisins et de l'étang de THAU

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, ciel et plein air
Dégustation de vins et produits locaux

Départ 14 h sur le parking de la Cure gourmande à BALARUC LES BAINS retour vers 17 h

Tarif 5 €

Inscriptions et renseignements :
MARIE 06 76 84 68 50
D'autres balades différentes tous les jours consultez notre programme Association JMJM

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon