Balades

Jardin Antique Méditerranéen de Balaruc

   Le Jardin Antique Méditerranéen est ouvert au public depuis début avril pour sa troisième année d’existence. Ce lieu est désormais appelé à connaître tout le succès qu’il mérite. Les 10 000 visiteurs de 2012 seront sans doute dépassés cette année dans ce jardin écologique de 2 hectares qui a obtenu le label « jardin remarquable » (373 en France, 4 dans l’Hérault).

   Cette réalisation de Thau agglo qui a financé 66% des 2M€ investis est un formidable outil pédagogique qui propose une initiation à l’archéologie botanique des mondes grec et gallo-romain dans ce lieu unique en France, lequel est à la fois une vitrine des essences méditerranéennes et un musée des techniques de plantation antiques.

Parmi les 1200 espèces différentes de plantes, dont 485 espèces végétales étiquetées, 5500 végétaux plantés en 2012 sur 7 jardins thématiques, le public peut découvrir à son rythme la variété des plantes de l’Antiquité, leurs usages et leurs significations d’une manière ludique et pédagogique et ainsi  se familiariser avec la riche biodiversité méditerranéenne et l’art des jardins.

Entre Loupian et Mèze, c'est le moment de découvrir l'iris de Thau

Les iris ne sont jamais aussi beau qu’en Mai. C’est donc le bon moment de découvrir leurs couleurs chatoyantes car ils explosent et sentent bon. Certes, nos jardins des bords de Thau et de Saint-Clair fourmillent de ces iris printaniers que l’on peut trouver aussi, mais plus difficilement, dans la Gardiole.
Mais nulle part ailleurs, vous ne trouverez autant de beaux iris qu’à la pépinière “Les Iris de Thau” qui se trouve sur la route de Villeveyrac (D5E8) en sortant de Loupian. Pour y accéder, traversez Loupian suivez la direction Mèze et au premier carrefour, tournez à gauche. La pépinière s’ouvre en bord de route. Avec le ranch qui la borde, elle constitue un agréable but de promenade pour les enfants avec jeux , piscine et promenades à cheval. Les grands préféreront se promener au milieu des 400 variétés d’iris créées par la famille Séguy.

Médecin-hybrideur
Au départ, on trouve le docteur Jean Ségui, un montpelliérain devenu loupianais par son mariage avec Mlle Bécotte. Il commença, en tant que spéléologue, à découvrir les avens de la garrigue environnante puis, devenu archéologue, fut le premier à repérer dans une vigne de son beau-père, ce qui devait devenir, grâce à Daniel Rouquette, la fameuse villa gallo-romaine de Loupian. Lorsqu’il acheva sa carrière médicale en tant que médecin-chef de la maternité de Carcassonne, il entreprit des recherches de biologie qui le conduisirent à des techniques d’hybridation, dont notamment des iris. Ce fut le coup de foudre pour ce grand curieux et depuis il est devenu un des trois “hybrideurs” français créant et recréant moult variétés d’iris. C’est le résultat de ses recherches qui enjolive aujourd’hui la campagne loupiannaise.

En visite
Même si vous n’etes pas un jardinier expérimenté, vous prendrez plaisir à admirer les diverses formes et les multiples couleurs de ce parc d’iris. Vous pourrez même emporter des bouquets à prix très bas et, si vous avez un jardin, commander les rhizomes qui vous seront livrés cet été, après la floraison. Selon leur rareté, ces rhizomes sont vendus entre 2 et 15 euros. Mais ils font des petits...

Le parc des Iris de Thau est ouvert tous les après-midi et vous serez accueillis très gentiment par les enfants du créateur.

B.B

Sète, lagunes et garrigue

Chaque mois l'excellent blog "Sète, lagunes et garrigue" présente un aspect de la nature qui nous entoure. Thau-info vous présente ici un extrait de ce site à mettre dans vos favoris.

Could not load widget with the id 343.

Gesse à larges feuilles

La Gesse à larges feuilles est une plante vivace, grande (jusqu'à 3m de long), grimpante ou étalée poussant dans les prés rocailleux, les broussailles, dans toute la France.

La plante fleurit de juin à août. Les fleurs sont roses ou pourpres magenta, plus rarement blanches, groupées en grappes au bout d'un long pédoncule. La tige est fortement ailée, munie de vrilles ramifiées lui permettant de ramper ou grimper.

Les feuilles ont une paire de folioles allongées, de forme plus ou moins ovale.

Le Cirque de Mourèze

Notre région compte deux des plus beaux cirques naturels de France: Navacelles et Mourèze.
Ce dernier a l’avantage pour nos lecteurs d’ètre à 45 minutes de l’étang de Thau. Il est si grand ( 300 hectares ) qu’on y ressent, même en pleine saison touristique, une agréable sensation d’isolement et de nature sauvage. Un calme minéral surprenant à 50 km de Sète...
L’eau et le vent ont sculpté des milliers de statues géantes dans ce cirque dolomitique. Un paysage fantasmagorique où l’on peut revenir des dizaines de fois et emprunter des chemins différents. Des chemins ont été tracés à travers les principales curiosités naturelles. Il convient de les suivre et de bien se repérer dans ce labyrinthe.
Dès que vous arriverez à Mourèze, charmant village datant du Haut Moyen-Age, le fléchage débute par les parkings. Mais ne snobez pas le village dont les rues étroites se blottissent contre le château médiéval et l’église romane.

Village gaulois

Outre ses statues naturelles et son environnement au pied du Mont Liausson, le Cirque de Mourèze a une autre attraction : le village gaulois des COURTINALS. Les vestiges retrouvés dans le Cirque ont été reconstitués d’une façon unique en France. Par exemple, on verra une cabane de l’age du fer ( 500 ans avant Jésus-Christ ) que, grâce à des fouilles archéologiques récentes, on a pu reconstituer de manière exemplaire. La cabane était construite à partir de bois et d’argile, excellents matériaux qui, dès cette époque, permettaient de construire une habitation. Des rondins de bois et des branchages constituaient la base de la construction, la toiture étant fait avec une couche d’argile de 10 cm.
Ainsi, à la découverte d’un site exceptionnel s’ajoute un voyage dans le temps.
Si le Cirque est accessible tous les jours, le village gaulois est ouvert tous les jours d’avril à novembre mais seulement le week-end hors saison.

Bernard Barraillé

Accès
On se rend à Clermont l’Hérault via Pèzenas de Mèze ou d’Agde et via Poussan, Villeveyrac pour les sétois. A Clermont, prendre la route direction Bédarieux pendant 9 kilomètres.

L’abbaye de Sylvanès

C’est une longue balade que nous vous proposons : il vous faudra vous rendre à Lodève que vous traverserez. A la sortie, laissant la grande route qui va escalader le Pas de l’Escalette, vous prendrez la direction de Roqueredonde qui vous fera traverser le plateau du Grézac, riche d’empreintes bien conservées de dinosaures, puis le col du Perthus qui longe le plateau sauvage de l’Escandorgue. Des paysages surprenants pour des riverains de l’étang de Thau avec ses basaltes et une nature fraîche et verte.

Nous arrivons à Roqueredonde puis à Ceilhes-et-Rocozels ,d’où l’on découvre le grand lac d’Avene. On franchit le col Notre-Dame (667 m.) ,ligne de partage des eaux Océan-Méditerranée et avant d’arriver à Fayet, on prend l’embranchement vers Sylvanès, bien fléché.

Nous passons devant les anciens Bains de Sylvanès, dans un site rafraîchissant de collines boisées. Un kilomètre plus loin, voici l’abbaye de Sylvanès, construite au 12° siècle par les moines cisterciens. L’église romane est une des plus belles du Midi. Les férus d’architecture vous expliqueront que sa vaste nef annonce le futur gothique méridional. Mais nous, non spécialistes, nous apprécierons la vraie beauté de ces bâtiments, du cloître , de la salle capitulaire et d’une immense salle de cinq travées. Quel spectacle ! Pas mal d’architectes modernes devraient y faire retraite, en pénitence de leurs errements...

Balaruc-le-vieux


L’ancien village médiéval, blotti au cœur de ses remparts restaurés conserve au sein de ses venelles étroites et tortueuses quelques vestiges du temps passé : Porte Louis XIII, souvenirs du château moyenâgeux, une superbe église de transition romane et gothique récemment réhabilitée. Sa forme typique à la géométrie circulaire spécifique à de nombreux bourgs languedociens lui vaut l’appellation de « Circulade ».
Le village d'environ 2.000 habitants s’étend sur 592 hectares, situé à 12 mètres d’altitude. C’est en 1886 que Balaruc  fut divisée en deux communes Balaruc le vieux et Balaruc les bains.

De Montbazin aux collines de la Moure

Cette randonnée est de type « PR » (petite randonnée), pour marcheurs confirmés. Les difficultés se situent au niveau des chemins caillouteux, et certaines montées sont un peu raides. il faut de bonnes chaussures de marche, à défaut des baskets. Temps : comptez 3h30 à 4h pour faire les 12 km sur cette boucle magnifique. Le dénivelé est de 160 m. Il n’y a pas beaucoup d’ombre sur le parcours la période idéale est d’avril à juin (nombreuses fleurs)  et de Septembre à octobre.
Départ de Montbazin, laissez votre voiture sur la place du jeu de ballon, prenez la direction à pieds de la route de Villeveyrac en prenant le trottoir de gauche, peint sur le trottoir vous apercevrez le premier signe jaune vous indiquant de tourner à droite, c’est le « Cami » d’Antonègre (Chemin d’Antonègre).

Abbaye de Valmagne : un vignoble millénaire

http://beta.valmagne.com/wp-content/uploads/2013/10/AubergeJardinabbaye-doc-carre1.jpg

Screen Shot 08-13-16 at 11.37 AM

http://www.thau-info.fr/images/bons-plans/balades/valmagne/SAM_0265.JPG
Screen Shot 08-13-16 at 11.34 AM
http://www.thau-info.fr/images/bons-plans/balades/valmagne/SAM_0223.JPG
Screen Shot 08-13-16 at 11.34 AM 001Screen Shot 08-13-16 at 11.31 AM

 

A l'heure où les oiseaux reprennent de la vigueur, qu'il est bon pour nous aussi de profiter de belles soirées pour découvrir au nord du bassin de Thau, un vignoble millénaire qui cache aussi un écrin de verdure, celui de l'Abbaye de Valmagne.  Les cigales vous berceront durant votre balade tandis que commençant à rêver, vous réaliserez qu'il y a plus de 8 siècles déjà les moines cisterciens, au 12ème siècle, avaient planté de la vigne à Valmagne, comme dans toutes leurs abbayes. Les plus courageux découvriront à travers leur cheminement toutes les vignes du domaine, tandis qu'au pied de l'abbaye un conservatoire des cépages témoigne de la richesse du vignoble et de sa longue histoire : "Si ce ne sont plus les moines qui gèrent la viticulture, la configuration, les noms des parcelles et la qualité des vins qui en sont issus ont très peu changés" expliquent les propriétaires. En termes techniques aussi, la culture de la vigne est menée dans le respect du terroir. Reconverti peu à peu en agriculture biologique , le domaine de 58 ha a obtenu le label "Qualité Environnement" en 2005.  Sélection parcellaire,  conditions d'hygiène scrupuleuses s’allient aux techniques les plus modernes en vinification comme à la mise en bouteille, sans cesser de se mettre au service de l'expression du terroir.

Après une halte au jardin médiéval pour reprendre son souffle, il est grand temps de se rapprocher de la majestueuse abbatiale. Direction le caveau pour découvrir les vins du domaine. Les parties les plus escarpées de Valmagne ont été classées, sur 40 ha, en Appellation d’Origine Protégée Languedoc il y a plus de 30 ans. On y trouve deux terroirs bien distincts. Au sud une partie argilo-calcaire  et au nord, séparé par une barrière rocheuse, un terroir de grés rouges où l'on produit l’AOP spécifique Languedoc Grés de Montpellier. Les vins de pays sont cultivés sur le plateau sud de l'Abbaye. En sont issus les cuvées Cardinal de Bonzi et Turenne, en Languedoc Grés de Montpellier, les AOP Languedoc, des vins de terroir aux arômes flamboyants et des IGP Collines de la Moure, vins de plaisir très fruités.

http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2016/08/Screen-Shot-08-13-16-at-11.35-AM.png

Alexis, le caviste vous donnera tous les renseignements pour que vos sens soient en éveil. Et si les blancs ont la primeur du jour, c'est pour mieux garder en bouche certains arômes de pêche, de miel et d'abricot, qui dégagent de la puissance. Il faut dire qu'avec les cépages blancs méridionaux retenus, viognier, roussanne, marsanne, grenache blanc et bourboulenc, le résultat devait être magnifique. La cuvée de "Bernard et Benoît" en témoigne. Toujours en blanc, la cuvée de Turenne et sa belle robe dorée révèle ses senteurs de miel et de fruits tandis que le secret de Frère Nonenque se révèlera plus vif.

Le caveau nous a livré quelques uns de ses secrets, cependant Alexis nous précise que 30% de la production vieillit en fût de chêne, pour ceux qui apprécient.
Le vignoble a révélé une partie de son authenticité. Rouges et rosés feront l'objet d'une autre découverte, sachant que le visiteur non méridional a l'occasion de poursuivre la dégustation et de rencontrer le vigneron au restaurant-ferme auberge, tout proche, pour poursuivre ses investigations en dégustant quelques mets préparés avec affection, dans le calme et dans la sérénité de ce lieu d'exception.

Jean-Marie Philipon

Abbaye de Valmagne - 
Route de Montagnac, 34560 Villeveyrac - 04 67 78 47 32
Ouverture de 10 à 19 heures-  Caveau (Ouverture jusqu'à 19 h en période estivale)
Auberge- restaurant : tous els midis sauf le lundi, jeudi soir et soirées tapas, vendredi soir et soirs de concert ou de visites nocturnes - 04 67 78 13 64
www.valmagne.com

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations