Balades

Samedi 7 avril 2018 à 9h45 à Grammont pour le départ de la transhumance

Transhumance de 200 moutons à Montpellier

 

Cette année encore, la Ville de Montpellier poursuit son opération d'éco-pâturage urbain. Après l'expérimentation dans le parc Malbosc en 2016, puis l'Agriparc du Mas Nouguier en 2017,  l'éco-pâturage sera organisé simultanément au parc Malbosc et au parc de la Grande Lironde cette année.

A l'occasion de cette manifestation, la Ville de Montpellier organise en partenariat avec Ecozoone, une transhumance de 220 moutons, en pleine ville, accompagnée par le public. Philippe Saurel, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole rejoindra la transhumance à 11h au parc de la Grande Lironde. 

Un équipage insolite
Dirigé par des chiens de troupeau, le cheptel composé de 220 moutons, 20 chèvres, 1 alpaga, 2 poneys Shetland et 2 ânes miniatures traverseront la ville, encadré par des bergers, sur une distance de 5 kilomètres à travers plusieurs quartiers de la ville. Le départ de la transhumance se fera depuis la prairie de Grammont, près du centre équestre à 10h, pour rejoindre le bassin Jacques Cœur.

Une fois cette traversée effectuée, le cheptel sera ensuite parqué dans le parc Malbosc pour l'opération d'éco pâturage organisée tous les ans, depuis deux ans, une solution écologique  d’entretien des espaces verts à la fois plus économiques et écologiques.

L'éco-pâturage, en quoi cela consiste ?
L’éco-pâturage utilise les animaux pour réaliser des travaux de débroussaillage et de fauchage, une méthode alternative pour l'entretien des espaces verts. Le dispositif propose ainsi d'installer pendant 4 mois, un troupeau composé essentiellement de moutons gardés 24h/ 24 par des bergers professionnels qui se déplacent sur l’ensemble du site.
D’autres animaux herbivores tels que des chèvres, des ânes, des poneys voire même des lamas ou alpagas pourront être introduits sur le site, aux côtés des moutons afin, par exemple, de créer des animations pédagogiques.

Jardin Antique Méditerranéen : il est ouvert, profitez-en

En avance sur l’arrivée du printemps, le premier jour de mars a sonné l’heure de la réouverture du Jardin Antique Méditerranéen à Balaruc-les-Bains.

jam

Aménagé et géré par Sète agglopôle, ce lieu remarquable est devenu l’un des pôles d’attraction touristique du Bassin de Thau. A la fois vitrine des essences méditerranéennes et initiation à l’archéologie botanique, le JAM propose un voyage dans le temps, à la découverte des subtils usages que les grecs et les gallo-romains faisaient de la nature et des plantes…

Sur près de deux hectares, face à l’étang de Thau et dominant la colline du Puech d’Ay, ce jardin vous invite à l’exploration de nombreuses espèces de plantes à travers le concept original de 7 jardins thématiques. Pergolas, tonnelles, fontaines, salle d’exposition ornée d’une fresque inspirée de la Villa de Livia à Rome et amphithéâtre de 200 places, complètent ce jardin à nul autre pareil.

TARIFS 2018 DU JAM 

Un riche programme d’animations (conférences, expositions originales, rencontres et nocturnes estivales) sera communiqué au fur et à mesure de la saison.

Abbaye Saint Félix de Montceau, des événements

Le 14 avril, balade découverte de la flore dans le massif de la Gardiole, pour commencer.

Aucun texte alternatif disponible.

Puis le 27 mai : Journée Nature et Bien Être 2018 à l'Abbaye Saint Félix de Montceau , le dimanche 27 Mai 2018 de 10H à 18H à l’ Abbaye Saint Félix de Montceau –

Conférences, Ateliers découvertes, Thérapeutes, Tombola, Buvette et petite restauration, Stand de l’Abbaye

Printemps des Jardiniers Abbaye St Félix de Montceau,

 Dimanche 13 Mai 2018 de 10H à 18H

Printemps des Jardiniers  FETE DES PLANTES ET PRODUITS DE LA NATURE  à l’Abbaye St Félix de Montceau à Gigean
Au Programme :
TOMBOLA (Billet 1 Euro)
11h00 et 15h00 : Visites Guidées de l’Abbaye/ 4 Euros
16h00 : Balade Découverte de la Flore et des senteurs dans la garrigue ( Durée 1h30 )/ 4 Euros

 Association de Sauvegarde de l'Abbaye Saint Félix de Montceau

Président : Luc Routier Tel : 06 13 17 05 06 Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Web

​ Le festival Mai que Mai

Qu'es aquò​ ?

Le festival Mai que Mai est dédié à la culture occitane sous toutes ses formes. Depuis 2008, il se déroule chaque année au mois de mai sur le territoire du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc.

Les spectacles proposés sont accessibles à un public famillial, sensible à la culture en général et occitane. Le festival Mai que Mai veut montrer par sa programmation, la richesse, la qualité et la variété d'une culture occitane vivante et contemporaine et ce au travers d'expressions artistiques aussi diverses que le conte, la musique, le théâtre, la danse, les arts plastiques, la littérature, le cinéma, etc...

Prochaine édition   du 05 au 13 Mai 2018

Le programme sur :http://maiquemai.wixsite.com/maiquemai/menu

23

Balade Nature. C'est la fête à la grenouille


Les vendredis 6, 20 et 27 avril à 19h

A la tombée de la nuit, équipez-vous d’une lampe torche et laissez-vous guider par les sérénades nocturnes des rainettes…
Une découverte de la vie aquatique des garrigues et des enjeux de sa protection dans le cadre du programme national « Fréquence grenouille ».

Lors de cette balade, vous découvrirez la vie aquatique d'une garrigue. Vous connaîtrez le rôle écologique d’une mare ou d’une zone humide et découvrirez les espèces emblématiques d’amphibiens de la région. Vous comprendrez le rôle de l’homme dans la gestion de ces milieux.

Vivez la nature sous un nouveau jour : la nuit !

Tarif enfant - 12 ansTarif adulte + 12 ans
0 € 6,00 €

Avec :

CPIE BASSIN DE THAU, Thomas MARCHAL LPO, Valérian TABARD LPO

Cueillette au pied du Pic Saint-Loup

Samedi Buissonnier : Cueillette dans la garrigue méditerranéenne au pied du Pic Saint-Loup avec "Flore en Thym"  le samedi 14 avril 2018

Une sortie organisée par Les écologistes de l' Euzière, association implantée au Domaines de Restinclières à Prades-le-Lez

Avec le printemps, la garrigue de l'arrière-pays de Montpellier révèle ses ressources en fleurs, thym et romarin prédominent.

C'est le moment de pratiquer dans les règles la cueillette du thym.

Venez apprendre les techniques ancestrales de cueillette de plantes aromatiques en garrigue et découvrez les pratiques écologiquement et socialement responsables de cette jeune entreprise innovante œuvrant pour valoriser la garrigue en réhabilitant une activité traditionnelle et implantée à Saint-Martin-de- Londres.

Exceptionnellement, il est demandé une participation de 5€ par personne et de s'inscrire pour cette sortie avant le 13 avril au  04 67 59 54 62

Pour découvrir l'entreprise innovante Thym en fleur et sa boutique

Balade singulière : Le Grand Hôtel

Amélia, ma sœur, et moi avons quitté l’autoroute et rentrons dans Sète…Les barques sont toujours à leur  place le long du canal de La Peyrade. Les bâtiments, eux, ont bien changé. Cela fait 26 ans que nous avons quitté cette ville avec ma mère pour rejoindre Grenoble. Notre mère est morte il y a 20 jours. Elle nous avait fait jurer de ne jamais revenir dans notre ville natale et de ne pas rechercher les traces de notre père. Nous avons respecté ce serment, dont elle nous a délié juste avant sa mort. Amélia et moi avons réservé deux chambres pour quatre jours  au Grand Hôtel, un rêve que nos situations matérielles réciproques nous autorisent… Une réalité qui n’a rien à envier avec notre rêve. A notre départ de Sète, Amélia avait trois ans et moi cinq, nos souvenirs sont confus, la mer, les canaux, les barques, les chaluts… une odeur.

C’est la semaine de la Saint Louis… Les sétois, leurs voisins et quelques touristes sont dans la rue pour honorer la fête de la ville et se presser pour assister aux joutes, celle des lourds dont les échos sont arrivés jusqu’à Grenoble… images, journaux, télé et radio ne nous étaient pas interdits. Nous partons à la découverte de cet interdit qui ne l’est plus. La maison de notre enfance se trouvait Grande Rue  Haute près d’un café dit Café Social. Le café existe encore. Quelques tables sur le trottoir. La maison nous semble minuscule mais la vue sur le port est magnifique. Il fait beau. Les fenêtres de notre ex maison sont ouvertes. Nous restons silencieux. Nous descendons  sur le quai rejoindre la foule… de l’agitation, de la musique, une joie sans agressivité. Nous tournons comme des oiseaux perdus. Nous remontons vers la Mairie. La statue du pouffre nous submerge de nos souvenirs enfouis… lorsque notre père revenait de la pêche. L’école maternelle Louis Pasteur.

Un vendredi midi ma mère est venue nous chercher ma sœur et moi. « Nous partons à Grenoble chez Oncle Georgio ». Des bagages étaient bien rangés dans une voiture que nous ne connaissions pas conduite par un inconnu. Ce n’est que bien plus tard que nous, plutôt ma sœur, eut le courage d’interroger ma mère. Elle avait surpris son mari, notre père, dans les bras d’une « traînée », c’est le terme qu’elle a utilisé. On ne joue pas avec ce genre de chose à Cetare. Nous avons appris, un peu par hasard, plusieurs années plus tard, que notre père était décédé suite à un accident survenu sur le chalut où il travaillait. Le lendemain nous nous rendons au « cimetière des pauvres » pour découvrir la tombe de notre père et au passage faire un petit coucou à Brassens dans sa tombe modeste, à son image. Lundi, c’est le grand tournoi de la St Louis, celui des lourds. Nous décidons  de nous y rendre et finissons par trouver une place au pied du jouteur de pierre. C’est long. Les règles nous semblent parfois incompréhensibles. La foule est passionnée. C’est la finale, et le vainqueur porte notre nom. Nous suivons le cortège qui s’est formé aux pieds des tribunes et se dirige vers la mairie. Nous nous approchons. « Oui, je suis le fils d’Antoine » « Nous sommes aussi les enfants d’Antoine … » « Je savais qu’il avait eu deux autres enfants, un garçon et une fille, ils ne sont jamais venus le voir, passez demain Grande Rue Haute pour prendre l’apéritif, ce sera avec plaisir » « D’accord… ». Mardi 9 heures, Amélie et moi déjeunons en silence. Ce soir nous serons à Grenoble dans nos familles respectives. Sète  est une belle ville… ma ville… je reviendrai …plus tard….au Grand Hôtel avec ma compagne et mon fils. Ils seront heureux de la découvrir.

Henri Blain

Visite de Cazouls

 

Le Pôle Patrimoine de l'Office de Tourisme Cap d'Agde Méditerranée vous propose, le mardi 3 Avril à 14h, la visite de : Cazouls d’Hérault, un village et ses digues.

Cette ancienne commanderie de Templiers a prospéré grâce aux hospitaliers. Le village, qui s’est développé tout autour, a du se protéger des crues de l’Hérault derrière de hautes digues abritant le terrain de Tambourin. Après la visite de ce village reflétant un certain art de vivre, vous découvrirez depuis la digue, le village et sa ceinture verte ainsi que la plaine de l’Hérault où la vigne a cédé le pas à d’autres cultures.

> Rendez-vous devant la mairie

> Gratuit

> Sur réservation au 06 45 82 46 14.

> Chaussures de marche

Rallye à Caux

L’ACSC organise le lundi 2 avril (lundi de Pâques) un rallye touristique autour de Caux.

Il ne s’agit pas évidemment d’une compétition sportive mais d’une découverte touristique et culturelle.

Le  rassemblement se fera à 9h devant la Salle du peuple.

La participation a été fixée à une omelette par voiture (la taille sera adaptée au nombre de passagers), lundi de pâques oblige.

A la fin du rallye le repas sera pris en commun à l’ancienne école Marcel Pagnol. Amenez votre omelette et vos couverts, l’ACSC se charge du reste.

L’inscription est obligatoire avant le 27 mars au 04 67 98 48 70.

 

 

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations