L' Amérique latine s'invite à Fiest'A Sète

Le Chili, l'Argentine, Cuba et la Colombie seront à l'honneur de cette 23° édition à travers plusieurs concerts d'artistes de toutes les générations : CONCERTS AU THEATRE DE LA MER, SETE

 

Jeudi 1 août : Fiesta à La Havane  : tournée d'adieu d'Omara Portuondo, accompagnée pour l'occasion par Roberto Fonseca quartet.

ANA CARLA MAZA Cuba / Chili - "Ana Carla est une funambule du violoncelle". Dixit Vincent Ségal, qui l'invitait, fraîche émoulue du Conservatoire de Paris, à partager la scène avec lui. Fille de musiciens chiliens et cubains, Ana Carla a vécu mille vies : concertiste, improvisatrice, compositrice, chanteuse, elle a foulé les scènes en famille, en solo, duo, orchestre de chambre, formation jazz ou pop. Aucun carcan ne saurait contraindre cette jeune virtuose à l'âme ardente, à la voix suave. Soutenue par une percussionniste cubaine et un fier papa pianiste, c'est en trio que la belle vient nous envoûter.

OMARA PORTUONDO & ROBERTO FONSECA quartet Cuba - L'immense chance d'attraper une queue de comète. Ainsi Ry Cooder résume-t-il l'incroyable aventure Buena Vista Social Club, inépuisable malle aux trésors cubains. L'élégante Omara y promenait une mélancolie tropicale toute en retenue et en pudeur, au service exclusif des mélodies somptueuses de son île, imposant une prestance et une voix inoubliables. La classe inaltérable de la diva alliée à la délicate sensibilité du plus brillant des héritiers, le pianiste prodige Roberto Fonseca, voilà qui forme la promesse d'un instant des plus précieux au moment des adieux.

 

Lundi 5 août : Mambo, salsa & cumbia ORQUESTA AKOKAN Cuba / Etats-Unis - Le chanteur José "Pépito" Gomez s'agrippe à un rêve de gosse qui, de La Havane à New York, ne l'a jamais quitté : faire revivre le son exubérant des big bands des années 50, et leur musique de prédilection : le mambo. Il trouvera dans ces deux villes assez de collaborateurs enthousiastes pour donner corps à cet Orquesta Akokàn, béni par les divinités yorubas de la santeria et les sorciers de chez Daptone, impeccable label de Brooklyn. Une tornade cuivrée subtilement traversée de fulgurances psychédéliques, d'échos réminiscents, d'étranges frissons de fièvre. Envoûtant.

 

LA YEGROS Argentine - L'ébouriffante chanteuse de Buenos Aires, découverte en 2013 avec le tube imparable Viene de mi, nous revient avec un troisième album à nouveau produit par King Koya, vétéran de la scène électro underground argentine. Musicienne érudite, la petite reine de la nu-cumbia s'inspire toujours des traditions du chamamé ou du huayno qu'elle propulse avec force dans le siècle nouveau, passant les rythmes ancestraux à la moulinette digitale pour le plus grand plaisir de nos jambes. Voix pleine de candeur, évidence mélodique et énergie débridée sont les garanties d'une fête totale.

 

CONCERTS DANS LES COMMUNES DU BASSIN DE THAU Samedi 20 juillet : Fiest'A Poussan LOS JOVENES CLASICOS DEL SON Cuba - Cuba est un extraordinaire laboratoire musical dont les artistes s'évertuent à sublimer la singularité. Garants d'une certaine orthodoxie, hermétiques aux modes éphémères, Jovenes Clasicos del Son portent un attachement légitime aux valeurs et aux formes les plus traditionnelles, et ils excellent à en démontrer la pertinence et l'intemporalité. Pour les aficionados, le nom du septet reste synonyme de son pur jus, où chaque instrument (très, contrebasse, percussions, cuivres, chant) tient sa place exacte, pour que vive la fiesta latina telle qu'on l'a toujours aimée. > En ouverture de la soirée : RABIE HOUTI BAND

Dimanche 21 juillet : Fiest'A Marseillan ONDA YA France - Entre Brésil, Mexique et Colombie, entre compositions originales et reprises (Flavia Coelho, Lila Downs ou Luiz Gonzaga, légende du baião nordestin), entre cumbia et dub latino, Onda Ya ne choisit pas. À quoi bon ? Les frontières, musicales ou autres, ne sont pas du goût de cette jeune formation cosmopolite emmenée par un duo de chanteuses aux harmonies vocales acidulées. Et si "chansons afro-latines" est bien la seule étiquette qu'ils tolèrent, c'est pour la liberté de mouvement qu'elle leur laisse. Le mouvement, ondulé si possible, voilà leur vraie passion, vous verrez...

CARMELO TORRES Y SU CUMBIA SABANERA Colombie - Vous ne trouverez pas ailleurs une expression plus brute et authentique de la désormais célèbre cumbia. Celle-ci vient de loin. De San Jacinto, précisément, berceau historique de cette antique tradition campesina, où Carmelo Torres s'est d'abord familiarisé avec le vallenato et son instrument emblématique, l'accordéon diatonique. Portés par les percussions hypnotiques de sa Cumbia Sabanera, sa voix cabossée et son accordéon tous terrains arpentent des paysages sonores plein de reliefs où la transe accompagne le travail aux champs et la fête populaire.

Dimanche 28 juillet : Fiest'A Balaruc-les-Bains PUERTO CANDELARIA Colombie - Une cumbia électrique et cuivrée, teintée de ska, de claviers analogiques, de basses rebondies et de percussions folles, et qui connaît ses classiques (on les a vus inviter sur scène Toto la Momposina pour un vibrant El Pescador) ; une attitude mêlant sens de la dérision et de la fête, esprit rebelle et refus des clichés réducteurs : voilà les ingrédients qui ont assis la grande popularité de cet excentrique sextet auprès de la jeunesse colombienne. Audacieux et innovant, le combo déploie depuis une quinzaine d'année une énergie sidérante, bonne pour la tête et les jambes.

En ouverture de la soirée : QALAM & ADIL SMAALI