Artiste du mois

Inauguration de la fresque géante d'Aldo Biascamano

biaDSC_0046 (9)Lundi soir, devant un très nombreux public, la fresque géante d’Aldo Biascamano a été inaugurée par François Commeinhes et de nombreux artistes dont Combas et Di Rosa.Elle se trouve sur un site cher à l’artiste fixée le mur attenant à la place Général Alcazar dans le Quartier Haut où il réside depuis toujours. Un témoignage de la vitalité artistique et culturelle de la ville.En effet, sur une idée originale de Jean Denant, la ville de Sète avait lancé l'hiver dernier une commande publique à l’artiste Sétois Aldo Biascamano. Le plasticien a réalisé une fresque monumentale en céramique de 1m80 x 9 m60, entièrement peinte à la main, où figurent  huit scènes de sa fameuse « Mythologie de Sète ».biaDSC_0055 (7)

Car "Depuis 1983, j’élabore une mythologie autour de la ville de Sète, dans le passé, le présent et le futur."

"Je tisse des liens entre ces trois périodes pour les rendre les plus logiques possible. Je réinvente un monde bouleversé par les éléments naturels et le comportement des hommes ", précise celui qui s’autoproclame avec malice « Mythologue ». Assisté entre autres de Claire Giordano, Aldo Biascamano a travaillé dans l’atelier mis à disposition par l’école des Beaux-arts, pour notamment y cuire les carreaux en céramique.

 

Morts d’été

Entre Béziers et Montpellier, il n’est pas de jour où on est à déplorer un accident grave en période d’été. Alors que les accidents de sortie de boite ont presque disparu grâce à l’action de la prévention routière et à la collaboration des patrons de discothèques, on déplore quotidiennement des chocs entre voitures. L’alcool n’est plus en cause mais on constate chaque fois un manque de vigilance des conducteurs. L’insouciance des vacances a de bien terribles conséquences.
Autre fléau d’été : les noyades. Dans notre région, on en comptabilise une dizaine  depuis le début de l’été. Cela malgré la présence des secouristes et autres garde-plages nombreux sur notre littoral, de Palavas à Valras. Souvent, ce sont des hommes âgés qui en sont les victimes car ils préjugent de leurs forces et ne comprennent pas que le poids des ans ne leur permet plus les performances de leur jeunesse. Alors...

» suite de l'édito
de Bernard Barraillé