A la vie à la mort, un choix délicat à la salle Paul Vilalte

En ce mois de Décembre à la salle Paul VILALTE le Strapontin accueillait, A la vie à la mort, une pièce de Simone Rist interprétée par LA COMPAGNIE LES QUATRE COINS ce samedi 9 décembre.

japDSC_0043 (6)

"C’est une fantaisie dramatique dans laquelle deux patients, une jeune femme et un homme âgé, sont à l’hôpital, dans le service de réanimation. Plongés dans un coma artificiel, intubés et branchés au respirateur, ils ne sentent rien, ne réagissent pas, ne parlent pas. Les infirmières et les médecins réanimateurs s’occupent d’eux avec un professionnalisme sans faille, mais seuls les corps les intéressent…"

japDSC_0045 (6)

 Et pourtant ces deux patients raisonnent et essayent de comprendre ce qui leur arrive et ce que le destin leur réserve. S’ils voient leurs entourages évoluer devant eux, cela est loin de les rassurer et surtout cela met en valeur des comportements parfois inopportuns.

"Et dans ce monde fermé, peu ou pas connu de ceux qui n’ont pas eu, eux-mêmes ou un de leurs proches, à y séjourner, l’on se retrouve plongé dans un service où la dimension humaine a le plus souvent cédé le pas au souci de performance technique. Dans le combat « à la vie, à la mort » on a oublié que le patient n’est pas seulement un corps à réanimer mais « un être humain à part entière".

 « A la vie, à la mort » affirme cette vérité haut-et-fort, traitant le drame avec humour, mêlant jusqu’à les confondre le réel et la fiction, tout en provoquant l’émotion et le rire. Que vont faire les patients ? Accepter ou se révolter… Pour vivre ou pour mourir… Une analyse de Simone Rist bien interprétée par les acteurs des « Quatre coins ».