« L’ascenseur était en panne… » A loupian

  • 16 juin 2018
  • A 20 h 30
  • Au Centre Nelson Mandela
  • Augustin Dante DE LAVALIERE, (une particule depuis 28 générations, je vous prie !) la cinquantaine, riche homme d’affaires, célibataire sans enfant. Il attend ce soir un nègre que lui envoie un ami éditeur, lequel doit  commencer à écrire sa biographie . Mais au dernier moment, l’éditeur en question l’appelle pour le prévenir que finalement ce sera une femme qui contribuera au projet, « la meilleure dans sa partie, une experte capable d’œuvrer toute la nuit ».

    Augustin fait contre  fortune bon cœur, attend cette remplaçante, quand enfin, on sonne. Entrée d’Amandine. Sauf qu’Amandine ne travaille pas dans l’édition, loin de là !!!. Péripatéticienne de luxe, elle vient tout simplement de se tromper d’étage, et donc de client……

    Bizarre  le parler de cette personne  qui connaît aussi mal ses auteurs classiques, inquiétant ce client  qui a quand même payé pour la nuit, mais « quelque peu à l’ouest »  et qui ne sait pas ce qu’il veut !!!

    Une soirée  qui va se prolonger de quiproquos en jeux de mots, de tensions en rebondissements et  surprises, pour un final digne de la Commedia Dell’arte.

    Une pièce drôle pour deux comédiens, seuls sur scène durant 1h30.

    Tarif : 5€pardaffiche l'ascenseur

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations