Lavagnac, un patrimoine sacrifié

Les jours passent, et ce château que l’on appelait pompeusement le Versailles du Languedoc tombe en ruine. Cette demeure à qui on avait promis en cette soirée du 8 juillet 2008 le renouveau après 19 ans d’abandon de la part de ces vilains japonais. On avait évoqué qu’ils n’avaient pas les moyens de leurs ambitions, c’est-à-dire d’en faire un hôtel. Il fallait être bien naïf pour croire de telles promesses. Ils étaient venus là pour blanchir de l’argent de provenance douteuse. L’oncle Sam avait refusé que le vieux Hideki Yokoi se porte acquéreur en 1994 de l’Empire State Building à New-York. Qu’à cela ne tienne, il a recours à un homme de paille. Un chèque de 42 millions de dollars et la présence du milliardaire Donald Trump aux cotés des acheteurs finiront par avoir raison de la méfiance des propriétaires. Mais les frères Cox aussi sympathiques soient-ils n’ont pu mener à bien ce projet ambitieux. Pendant les quatre années passées, ils n’ont absolument pas touché au château, mais ont dévasté la garrigue. En 2011, le vandalisme va s’installer, il continue encore aujourd’hui à l’intérieur. Le temps poursuit inexorablement son œuvre destructrice, les toitures de la cave, de la ferme, de la chapelle tombent les unes après les autres dans l’indifférence la plus totale. La pluie entre par les vasistas, les tuiles soulevées par le vent, les fenêtres ouvertes et ruisselle jusqu’au rez-de-chaussée. La situation depuis l’inauguration du 13 juin 2014 n’a pas évolué, bien au contraire. Et pourtant, ils étaient venus, ils étaient tous là pour entendre des promesses sur l’emploi, la rénovation du château, la priorité aux artisans locaux, mais elles n’engagent que ceux qui y croient ! La chaine M 6 était intéressée pour son émission Zone interdite. En 2014 B. S. journaliste a essuyé un refus pour un tournage destiné à être programmé pour les journées du patrimoine.

Depuis l’enquête publique sur l’eau, les maires de Montpeyroux à Cazouls d’Hérault sont opposés farouchement à ce projet et tout particulièrement au golf grand consommateur d’eau. Les viticulteurs ont multiplié avec l’aide des élus les réunions d’information. Dans la mesure où cette réalisation est en sommeil, le mouvement est en veille. Quant à l’édifice, un coup de vent, un épisode cévenol et il en sera fini de ce patrimoine sacrifié sur l’autel de l’argent par certains personnages dévorés par l’ambition de gloire et d’honneurs.

Bernard Bals

cliquez sur une image pour l'agrandir

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon