La Vierge de St Felix

Dans une niche de l’abbaye St Felix de Montceau, sauvée et restaurée par Luc Routier et son équipe, on peut voir une belle statue de la Vierge en bois ? Elle est due à Gérard Réthoré, ancien opticien, et habile sculpteur. Elle pare magnifiquement l’interieur de l’église bien abritée dans sa niche car, malgré les promesse depuis 40 ans, le toit de l’abbaye n’est toujours pas refait.

Gérard Réthoré, concepteur de la statue ,nous la présente :
« Le siège sur lequel est assise la Vierge est une chayère, dont le très haut dossier était censé protéger l’utilisateur des courants d’air et des agressions dans les châteaux de l’époque. Elle est en noyer massif.
Si la coquille Saint-Jacques fait volontairement une auréole à la Vierge, en nous rappelant que ce site était sur le chemin de Compostelle au Moyen Age, on peut aussi voir un clin d’œil à l’étang de Thau.
De chaque côté de la Vierge, vous trouvez en accoudoir deux personnages. A sa droite, Saint-Pierre représentant l’Eglise, et à sa gauche Saint-Jean, disciple préféré de la Vierge, représenté âgé, car il serait mort très vieux !
Sur le côté, sont sculptés les symboles attribués à ces apôtres, mais le coq de Saint-Pierre peut aussi être le coq républicain pour celui qui le souhaite !
Pour les personnages principaux, j’ai avant tout voulu représenter une Vierge à l’enfant, mais c’est évidemment aussi une maternité.
Saint-Joseph étant issu de la tribu de David, on peut imaginer qu’il ait offert le bijou dont j’ai paré le cou de la Vierge, mais c’est aussi un appel de l’ancien testament.
Sans vouloir jouer au Da Vinci Code, vous pourrez également interpréter le nombre de grappes de raisins, de feuilles ; d’olives ou d’épis de blé…
De même, le dos de la chayère est décoré par un bouquet composé par des fleurs ayant toutes une relation symbolique avec la Vierge. »

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations