La fête au pied des Arènes!

La fin de la corrida marque le vrai début de cette folle soirée de la feria, et cela commence devant la grande porte des arènes de Béziers, là où le public attend, s’ils ont triomphé, la sortie des toreros. C’était le cas pour la corrida du 12 août, avec la sortie en triomphe de Sébastien Castella, qui a obtenu trois oreilles face à ses quatre adversaires.

Une fois le torero conduit à son véhicule, un véritable minibus dans lequel il commencera à décompresser après l’exercice intense auquel il s’est livré, le public, qu’il ait assisté ou non à la corrida ne pense plus qu’à la fête, dans une ambiance musicale que les bodegas proches des arènes entretiennent avec force décibels.

C’est aussi l’occasion de réaliser quelques images de ces personnes de tous âges et de toutes conditions, croisées dans la foule, qui s’écoule peu à peu vers l’Avenue Saint-Saëns.

On peut donc croiser Henri Cabanel le sénateur de l’Hérault, mais aussi ces groupes de jeunes anonymes, venus tout simplement faire la fête. Derrière les comptoirs des bodegas il y a aussi toutes ces personnes qui s’affairent, et qui se mettent au service des festejaires, pour reprendre l’expression en langue occitane.

La Pena Oliva très proche des arènes est un lieu très apprécié,
et avec un personnel particulièrement investi

Henri Cabanel, sénateur de l’Hérault, sort de la corrida

Dans cette cohue, plutôt bon enfant, l’on peut croiser aussi ceux qui sont en charge de la sécurité publique, CRS, policiers nationaux et municipaux, pompiers, et même des soldats de la légion étrangère, dans le cadre de l’opération sentinelle. Pour eux il n’est pas question de fête, mais bien de vigilance, et d’engagement.

Pour ces jeunes filles la fête avait déjà bien commencé !

Ce jeune homme avait un sens inné de l’effet de lumière !

La simple vue d’un appareil photo, dès lors qu’il a une touche plutôt professionnelle, suscite d’ailleurs des demandes, un peu comme si ces personnes voulaient immortaliser à tout jamais les bons moments qu’ils passent. Difficile dans ce cas de ne pas répondre à leurs sollicitations.

Bruno Modica