Une novillada d'exception

LES AMATEURS QUI ONT EU LA BONNE IDÉE, MALGRÉ LES FESTIVITÉS ET LA COURTE NUIT DE LA VEILLE, DE SE PRÉSENTER AUX ARÈNES DE BÉZIERS CE DIMANCHE 13 AOÛT À 11 HEURES, AURONT INCONTESTABLEMENT VÉCU UN TRÈS GRAND MOMENT DE TAUROMACHIE.

Le directeur des arènes de Béziers, Robert Margé, est aussi éleveur de taureaux de race espagnole, et son fils Olivier gère lui aussi le domaine, et les 500 pensionnaires qui permettent à la ganaderia de Monteilles de présenter plusieurs corridas dans l’année depuis 1993. Présenter les taureaux de son élevage, lorsque l’on est l’empresa des arènes, (l’organisateur des spectacles tauromachiques), n’est jamais facile.

Les pensionnaires de la ganaderia sont cette année présentée en novillada sans picador à deux reprises, et pour la novillada piqûre du 15 août au matin.

Le deuxième adversaire issu de la ganaderia des Monteilles avait les comportements d’un grand taureau

Le lot présenté ce 13 août était littéralement exceptionnel. Ces becerros, (le terme qui désigne les taureaux de deux ans), ont permis aux quatre élèves des écoles taurines de Madrid, de Saragosse, de Toledo et de Navarre de s’exprimer pleinement. Le second becerro combattu par Alfonso Ortiz de Saragosse avec les comportements d’un très grand taureau, capable de suivre la muletta  avec constance, et demandant à son adversaire beaucoup de rigueur. Rares sont les novilleros qui ont la chance de rencontrer de tels adversaires en début de carrière. Alfonso Ortiz a vu assez rapidement le potentiel de son adversaire et a pu exprimer ses capacités de combattant, proposant de très belles séries de passes, à la grande satisfaction du public. Très opportunément, et avec une très large pétition du public, ce becerro a été gratifié d’un tour de piste posthume, que l’on appelle la vuelta et que la présidence ordonne avec un foulard bleu.

Olivier Margé, le majoral de l’élevage familial a d’ailleurs laissé les petits-enfants de Robert Margé, dont sa propre fille âgée de cinq ans, faire le tour de piste avec le novillero.

Ce novillo d’exception a été honoré d’une vuelta posthume

Parmi les triomphateurs de cette novillada sans picador, le public a pu apprécier le savoir-faire du jeune madrilène, Juan José villa, deux oreilles, et celui de Alejandro Adame de Toledo, deux oreilles également. Le premier novillero en piste, El Luri de Navarra a obtenu, a obtenu, tout comme Alfonso Ortiz une oreille.

Assister à ce type de spectacle permet au public de s’initier véritablement à la tauromachie. Les élèves des écoles taurines ont évidemment à cœur de séduire le public, les comportements très rapides de ces taureaux qui ont à peine deux ans de proposer des passes qui sont beaucoup moins évidentes avec des adversaires plus massifs, et surtout beaucoup plus armés.

Ce sont les petits enfants de Roberts Margé qui ont accompagné, Alfonso Ortiz, le torero triomphateur pour le tour de piste

Pour le public qui souhaiterait faire cette expérience pour la première fois, sans parler de ceux qui étaient présents ce 13 août au matin, et qui voudraient la renouveler, une session de rattrapage est prévue pour le 14 août. Si les pensionnaires de la ganaderia des Monteilles sont du même niveau, il faudra s’attendre à un excellent moment de tauromachie.

» Cliquez ici pour voir la programmation des Arènes de Béziers

Bruno Modica

Bruno Modica est agrégé d'Histoire enseignant au lycée Henri IV de Béziers. Passionné de corridas, il intervient souvent aux arènes en tant que photographe taurin et fait profiter Béziers-Infos de sa vaste culture sur le sujet.

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations