Février 1848 : les "Cettois" sans illusions ?

 Le 24 février 1848, face à Paris insurgé, Louis-Philippe abdiquait après 18 ans de règne. De la chute de la monarchie de juillet aux journées de juin 1848, ce fut "l'illusion lyrique". A Paris tout au moins, semblait s'ouvrir une ère nouvelle de Liberté, d'Egalité et, signe des temps, de Fraternité. Mais à Cette ?cetteP1010410

 D'après les sources les plus accessibles, à Cette, on ne semble pas avoir été saisi par "l'esprit de 1848". Encore que… Mais c'est sans agitation ni violence que la municipalité Reynaud cède la place à l'équipe Mercier, désigné par la Commission départementale qui, à Montpellier, a remplacé le préfet de Louis-Philippe. D'ailleurs, au conseil municipal, le "citoyen Lassalvy" fera observer (séance du 27 mai 1848) que l'administration Mercier n'a pas été élue et qu'elle n'a donc pas de mandat légal.

Quelque écho de l'esprit du temps, tout de même, mais si fugace. Car le maire intérimaire, Charles Mercier, est loin d'être un révolutionnaire. Il est issu d'une grande famille marchande. Au banquier Reynaud succède le négociant Mercier. Ce notable est plutôt libéral et il ne tente pas d'entraver prises de parole et réunions qui se déroulent sans que l'ordre soit troublé.

cetteP1010415

 Lui-même se félicitera, lors de sa première prise de parole au conseil municipal, "…dans les circonstances les plus difficiles […] d'avoir maintenu l'ordre et la fraternité la plus admirable parmi les habitants"… (séance du 17 mai 1848). Il est étonnant que Sète ait connu une transition aussi paisible. Les débuts de la monarchie de Juillet avaient été tumultueux : légitimistes et républicains s'agitaient, s'affrontaient parfois. En 1835, une grève de tonneliers avait été durement réprimée. D'ailleurs, Cette est une ville de prolétaires. En 1849, dans une ville de 17 259 habitants, on dénombre 820 tonneliers, 160 ouvriers de fonderie, 275 travailleurs dépendant de la construction navale, 250 portefaix. Et on compte 913 marins (dont 445 mousses). Au total, 2 418 ouvriers ou artisans à côté de 250 cultivateurs et 500 pêcheurs. Globalement, environ la moitié de la population dépend d'une activité salariée.

Il est vrai que le règne de Louis-Philippe a pris fin soudainement : c'est le 22 février au soir que l'armée tire sur les manifestants rassemblés, boulevard des Capucines, devant le ministère des Affaires étrangères où siège Guizot, l'homme fort du régime.

 Le lendemain, Paris est couvert de barricades. L'armée est peu sûre. Et lorsque la garde nationale, pilier du régime, accueille le roi au cri de "Vive la Réforme" quand il la passe en revue aux Tuileries, celui-ci abdique. En deux jours, la monarchie de Juillet a sombré. Et tout le torrent du XIXème siècle s'engouffre dans la brèche, charriant liberté, démocratie, socialisme. Illusions ?

Sète la Singulière
par Louis Bernard Robitaille

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon

Ouvrage sur l'histoire de Sète

Sète la Singulière

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations