Histoire de Sète

Grands voiliers à Cette

Autrefois, les grands voiliers n’étaient pas rares à Cette. C’était encore le temps de la marine à voile et les marchandises partaient ou arrivaient sur ces trois ou quatre mats. Ces photos en témoignent.

Cette 1900 :le Kursaal

Ce fut la premi§re plage sétoise. Il suffisait de traverser le pont de la Victoire et on était sur une vaste plage nommée « du Kursaal » car s’y trouvait le premier Casino. L’eau y était peu profonde ce qui était parfait pouur les enfants et aussi pour les adultes dont peu savaient nager.
Tout cela a disparu remplacé par les infrastructures portuaires érigés dans les années 60 et la Gare maritime Orsetti.

 

2-    - Le premier Casino qui brula en 1910

Cette 1900 : métiers

Quelques uns des métiers prétiqués par le peuple sétois en 1900.

 

 1-    avant l’embauche

2-    dockers vidant un 3 mats

3-    -Femmes attendant les pêcheurs

4-    -Labourage au Barrou

5-    -marchandes de poisson

6-    -pêcheurs de thons

7-    pêcheur et sa femme

8-    pêcheurs préparant un filet

Cette 1900 : Troupes d’Afrique

Dans les années 1900, Cette était le port où débarquaient les troupes venues d’Afrique Noire ou du Maghreb. Pour ces engagés, souvent de force…, c’était le premier contact  avec l’Europe. Et pour les sétois, c’était un peu d’exotisme à domicile !

 

Quais de Cette en 1900

Gtace à des lecteurs qui ont de vieilles archives, nous pouvons publier d’interessantes images de Cette en 1900.
Premier volet : des quais différents

Chantier naval quai Regy devant le futur palais Consulaire

La Montée de la Bourse vue de la rue Fondère

Cette en 1900 : le Brise-Lames

Encore plus qu’aujourd’hui, le Brise-Lames était très fréquenté dans les années 1900. Bourgeois et pêcheurs s’y côtoyaient pour des activités sportives ou des grillades de sardines

Bourgeois en promenade

 

Pêcheurs qui profitaient de l’abondance des poissons venus se réfugier dans les anfractuosités de l’ouvrage.

 

Sportifs en tenus d’époque…

La Marine en 1930

Avant d’être un restaurant réputé, la Reine des Mers était un bel étal où Mme Verducci vendait poissons, coquillages et tielles. Il était contigu au Bar-restaurant de la Marine tenu par Marie-Louise, Rigaud, une des mères-cuisinières de légende qui créèrent la gastronomie sétoise.
Aujoudh’hui, la Reine des Mers n’est plus, remplacée par le Petit Bistrot créé par Jacky Bonnieu.

-Peu de voitures sur la Marine où on circulait dans les deux sens

30 ans plus tard…

Dans les années 60, le même enfroit était passé au mains d’Achille Verducci qui continuait aussi la fabrication des tielles .

Cette en 1912

 Quelques vues du Cette avant la Grande Guerre. On voit la rue de l'Esplanade, devenue depuis rue Gambetta et le pont de la Civette qui était tour nant à cette époque car les cargos venaient en centre-ville. A remarquer les rails du tramway qui traversait les rues du centre. Très peu d'autos sur ces clichés…

Cette en 1920

Jean Brunelin nous livre les trésors de sa collection de vieilles images de Cette. Sur celle-ci, on remarqueraà droite la plage citadine du Kursaal où les sétois se rendaient par le pont de la Victoire. Elle disparut en 1960 par la construction du nouveau port.

L'Hotel de ville

Quabd on péchait la daurade en pleine ville...

La plage du Kursaal avec déja la Pub de Vié!

Au temps des ombrelles et des crinolines, les sétois se déplacaient en bateau-bus à vapeur entre la Gare et la Marine

 

Charles De Gaulle à Sète

1960
En voyage officiel dans le Sud de la France, le général de Gaulle fait une halte à Sète. Du balcon de la mairie, et devant une foule importante, il adresse aux Sétois quelques mots de remerciement chaleureux, avant d'entonner la Marseillaise.

Sète la Singulière
par Louis Bernard Robitaille

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon

Ouvrage sur l'histoire de Sète

Sète la Singulière

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon