Le programme de la Saint Louis 2017

Saint Louis 2017CaptureCe mardi 8 août, sur le Louis Nocca, tout un symbole, avait lieu la présentation de la fête de la Saint Louis 2017 qui se déroulera du 17 au 22 août par François Commeinhes, Sénateur Maire de Sète et par Rudy Llanos, 1er Adjoint délégué aux Festivités accompagné par Elyane Sarda, Conseillère Municipale déléguée aux Joutes...

Une 275ème édition placée sous le signe de la tradition mais aussi tournée vers la modernité, une fête à laquelle sont associés le monde de la pêche, celui des jouteurs très dynamique, (Présence de Monsieur Molto), de très nombreux professionnels dans tous les domaines, des amateurs et des passionnés pour 6 jours de fête.

François Commeinhes après être revenu sur ses liens de jeunesse avec le Louis Nocca se faisait un plaisir de présenter cette Saint Louis de Sète qui va réunir près de 300 000 personnes autour de 70 animations, avec des associations organisatrices, des spectacles et des concerts, des déambulations, des activités en ville, des artistes, des expositions, des concours...

Et bien sûr des tournois de joutes languedociennes.

Le tout sera gratuit et très populaire pour le plaisir des Sétois et des visiteurs : "Un lien entre tradition et modernité, pour la jeunesse et pour les plus âgés associés à la fête par tous les moyens."louisDSC_0004 (9)

"Avec la même exaltation et la même joie les Sétois apprécient leurs rendez-vous et le point d’orgue de ceux-ci, celui que tous les Sétois attendent avec grande impatience, est la Saint-Louis. Fête populaire et familiale où toutes les générations se retrouvent, elle est l’évènement annuel incontournable qui participe à perpétuer notre identité." Précisait Rudy Llanos.

Pour cette 275e édition, la ville et le Cadre Royal vibreront une nouvelle fois de ferveur, c'est certain, grâce à des valeureux jouteurs, qui feront vivre des moments de bonheur et d’émotion intenses. "Même si Aurélien Evangélisti restera dans les esprits avec ses 7 victoires à la Saint Louis, l'on retrouvera outre de nombreux prétendants au titre suprême des jouteurs et des Champions comme Benjamain Arnaud, Maxime Molto, Cédric Amaton...... et tous ceux des autres sociétés comme David Aprile, Marie-Alexandre Granier, Morgan Espinosa , Jean Louis Monteil" Rajoutait Elyane.

louis 2017DSC_0006 (9)

  La convivialité sera partout présente avec des défilés, concerts, expositions, bars à quais, spectacles de rue, événements sportifs, et le grand feu d’artifice sur le Brise Lame, qui vient conclure en apothéose ces 5 jours de rassemblement populaire. Durant ces festivités, un bel hommage sera rendu à Georges Brassens avec un spectacle musical proposé par le saxophoniste Fred Karato, enfant de Sète, accompagné de Nelson Monfort.Cette année, de nouvelles associations, telles que les Chants de Thau, la compagnie Italica, implantées de longue date à Sète, viennent rejoindre le tissu associatif habituel qui participe grandement à la renommée de cette fête locale. De nombreux partenaires, qu’ils soient associatifs, publics, privés, sans oublier bien entendu l’ensemble du personnel municipal, œuvrent afin que cette Saint-Louis soit une belle et grande réussite avec ses points forts et ses incontournables, des moments de liesse et d'autres plus intimes.

Côté sécurité, les mêmes mesures que celles de l'an dernier seront prises tandis que pour les véhicules, il en sera de même avec l'utilisation de parkings de délestages : Riquet et Gare.

Question budget, Ce sera le même qu'en 2016.

A noter des grands spectacles gratuits :

Vendredi 18 août à 21h15 Déambulation et spectacle par la compagnie “Remue-Ménage”. Réputée dans le monde entier, la compagnie Remue Ménage propose une exceptionnelle déambulation en cœur de ville, suivie d’un fascinant spectacle-concert.

Du Cadre Royal au quai Maximin-Licciardi, vous croiserez “Los Démonios”, 3 grandes marionnettes de 4m articulées et lumineuses, leur “Màquina” lance-flammes, “La China”, “Los Toros”, “La Banda” et “Los Sakras” exécutant une terrifiante DANZA DEL DEMONIO. Inspirées des fêtes traditionnelles des Amériques, ces poupées mystérieuses sont l'interprétation de divers mythes. Elles se jouent de nos superstitions les plus primitives, en musique et en danse, afin de susciter la curiosité et l'émerveillement.

Plus loin, NOMADES entraînera le public dans un voyage ethnique sans frontières, une aventure inspirée par la grâce des flamants roses et la beauté de leurs parades amoureuses… d'étranges oiseaux, accompagnés d'une machine formeront une caravane dans un fabuleux ballet lumineux.

Remue Ménage présentera aussi sa dernière création 2017, LA PARADE AMOUREUSE, une nouvelle fresque lumineuse, et le 3èmevolet d’un bestiaire fantastique. Une harde de cerfs et de biches se prêtent à d'étonnantes danses comme une ode à l’amour, un hommage à la nature. Géants fascinants, il nous apporte leur poésie pleine de puissance et de vie. Un gracieux ballet urbain.

ABBYSSES. La déambulation sera suivie d’un spectacle-concert qui plongera le public dans un double ballet sous-marin et aérien, entre ciel et mer. D’impressionnants tableaux où se mêlent cirque, musique, danse, vidéo et pyrotechnie, portés par les rythmes des Taikos et de sons électro, mettent en scène des acrobates et des danseurs, une constellation de créatures marines qui s'écoule sur la scène comme une vague vers le public… une peinture aérienne où le ciel et la mer se renverse. Le spectacle est fascinant.

 

A ce sujet, François Commeinhes précisait :

Notre ville, par sa lumière, ses canaux, ses paysages, a toujours séduit les artistes. Voilà une des richesses de Sète : ce foisonnement de créateurs hétéroclites, profondément attachés à notre territoire, qui y puisent leur intime inspiration, pour présenter ensuite leurs œuvres, bien au-delà de nos ponts, en un regard universel. Le phénomène ne fait que s’amplifier depuis quelques années. Ce plébiscite, j’en suis persuadé, est loin d’être uniquement lié à l’image de carte postale que peut offrir de prime abord notre ville. Oui, Sète est belle. D’autres le sont aussi… alors pourquoi ce succès ? Il est dû à un atout supplémentaire, une spécificité qui est prisée à une époque où l’uniformisation est de mise, où la perte d’identité et de caractère font que bon nombre de lieux finalement se ressemblent, aseptisés, sans saveur.

C’est cela qui distingue Sète : son âme précieusement préservée, son tempérament fier et bien trempé, et pourtant, singulièrement, cette capacité d’ouverture d’esprit et d’accueil. Ainsi notre chère Saint-Louis, évènement intangible mais sans cesse enrichi, rendez-vous incontournable annuel des Sétoises et Sétois, et de bien d’autres, qui célèbrent dans une même ferveur notre ville et ses traditions. Une fête locale hors normes, unie autour de nos vaillants chevaliers de la Tintaine, qui illustre en 6 jours toute cette différence qui fait la renommée de Sète aujourd’hui.

Oui, Sète, traditionnelle et moderne, voilà le secret de son attractivité. Une attractivité dont témoigne, depuis quelques années, l’essor incroyable des tournages, qu’ils soient documentaires, télévisuels ou cinématographiques, réalisés dans notre ville.

Aussi, il m’est paru évident de demander à la plus Sétoise des cinéastes, la si talentueuse Agnès Varda, qui voue à nos tournois de joutes une véritable admiration, d’être l’invitée d’honneur de cette 275eSaint-Louis. Fuyant en 1940 la Belgique bombardée, Agnès et sa famille trouvent refuge à Sète, et s’installent sur un bateau amarré face au palais consulaire. Elle passera là une adolescence heureuse, puis démarrera sa carrière de photographe auprès d’un autre grand sétois, Jean Vilar, dans le cadre du Festival d’Avignon. C’est de nouveau à Sète, en 1954, qu’elle réalise son premier film, « La Pointe Courte », considéré comme l’une des œuvres fondatrices de la “Nouvelle Vague”.

C’est alors le début d’une carrière internationale couronnée de succès. Plus d'un demi-siècle plus tard, elle boucle la boucle, et tourne dans notre ville “Les Plages d'Agnès”, un émouvant autoportrait où elle revient sur sa vie et son travail. Elle obtient pour cela le César du meilleur film documentaire. Obstinément fidèle, comme aimanté, le cœur d’Agnès reste indéfectiblement ancré à Sète, et ses escales y sont nombreuses et prolixes. Au printemps 2009 elle s'installe au Centre Régional d'Art Contemporain avec une exposition intitulée “La mer ...EtSetera”. En 2011, elle investit le Musée Paul-Valéry, et présente “Y'a pas que la mer”.

En 2017, elle est l’une des 6 grands artistes qui déclarent leur flamme à Sète, leur Muse, dans le cadre d’une campagne nationale d’image. Agnès écrit alors “Sète m'amuse et m'inspire. J'y ai tourné en 1954 “La pointe Courte”…et des joutes. Et en 2008 “Les plages”… et des joutes. Quel bonheur !”.

L’affiche de la Saint Louis 2017 est également une co-production entre Agnès et son ami et scénographe Christophe Vallaux… On y retrouve là tout l’humour de la cinéaste, qui nous imagine nos jouteurs, coiffés “à la Varda”… Car, définitivement , ce sont bien les jouteurs qui tiennent le premier rôle dans ce film intemporel et toujours renouvelé qu’est la Saint Louis.

Et François Commeinhes concluait : "J’ai cette année une pensée particulière pour Aurélien Evangelisti, septuple vainqueur du Grand Prix des Poids Lourds, qui après vingt ans de tintaine et quatrevingt-huit tournois remportés, a décidé de mettre un terme à sa carrière. Un grand champion tire sa révérence. Je tiens également à rendre un hommage ému et appuyé à Louis Nicollin, récemment disparu. Président de la Fédération Française des Joutes, j’avais toujours plaisir à le retrouver lors de notre fête locale. Loulou va nous manquer et je sais que nous serons nombreux à penser à lui durant cette semaine de festivités. Allons, Louis nous en voudrait… ne boudons pas notre plaisir, en famille, entre amis… Tous ensemble, partageons les bons et heureux moments que nous offre cette Saint Louis que nous chérissons tant."

.
Pour tout savoir sur le programme :  LIVRE FEUILLETABLE : Echos/sete

                                                                             PDF : Echos/sete

 

 

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations