Autres patrimoine

Frédérique Nicot Restauratrice d'objets archéologiques.

 

Drapeau du Royaume-UniFrédérique Nicot
Restorer of archaeological objects.

There are two courses of training to become a restorer of heritage objects, which courses are authorized by the Directorate of Museums of France, as it is necessary to have a diploma to work on public collections.  There is that of the National Institute of the Heritage at St. Denis, in Paris, and there is a university course (the Sorbonne Paris 1), that Ms. Nicot took, with the aim of a Master of Preservation and Restoration of cultural property with an option in archaeology.

This training lasts five years and at the end it is possible to work on museum collections.  Without these qualifications, it is impossible to do so.

Today, there are only a few people who have this competence, that she estimates at barely 50.  She is at the level of the department the only recognized and licensed restorer.   In the region, there is one existing also in Toulouse.

"As a Conservator-Restorer, there are several specialities: the restoration of pictures, photographs, sculptures, metal, glass or ceramics, old fabrics... it's really very diverse and each has his or her own specialty.  Mine is the restoration of archaeological objects and more precisely specialized in underwater heritage and therefore in a context rather than in a material, but gradually I am finally more specialized in metal, be it underwater or otherwise with actual religious goldsmithing and I intervene also for the churches or then on village statues as for Agde where I restored the statue of the Republic."

"My activity is very varied and it's as much varied in the materials and therefore the metal that can very well be in iron, in bronze or in silver in the context.  That can also be varied in the size, in working on a little fibula, a fastener, or then on huge statues of 5 meters high."

"Before coming to Agde, I worked for a long time in a restoration laboratory in the Var, and then I went to Arles where I worked on the excavations of the Rhone.  Then, thanks to a contact with the conservator of the Museum of the Ephebe of Agde at the time, Odile Berard-Azzouz, I was able to integrate into the museum.  She was looking for a restorator for the museum.  The premises built for this purpose being available and as I was looking to start my own business, we set up a collaboration between the City of Agde and me as an independent contractor.  I am therefore a tenant there with an agreement of occupation of the public domain."

"I pay rent and I have a certain number of hours of restoration of objects of the Museum to assure as well as advice to be lavished on the preventive preservation. Thus it is a real exchange which is established between the Museum and me.  I bring my expertise".

"I am in a liberal profession and therefore with limited status within the museum.  I am totally independent and I don't only work for the Museum but equally for institutions like the Department, the Region but beyond that for the City of Montbeliard.  In these cases, the objects to restore are sent to me or if not I go to their sites.  But actually, I work more and more at the local level, the region being rich in heritage objects.  It "rests" then with the local authorities to find subsidies for what is still a small matter."

"At the moment, I am also restoring objects which are a part of the collections of the Museum of Agde and which were in active corrosion.  There are therefore stabilizations to effect.  I also directed the "soclages" for glass objects.  A "soclage" is a way to make an object more stable and to make a structure for it as well as to stabilize it for an esthetic aspect."

The last discovery with which she occupies herself is that of 24 copper ingots taken out of the waters of Sète, more precisely at the Corniche.  They have been put in stabilization in order to stop all risk of corrosion.

"These ingots have been taken out of the water and transported to the Museum (the first ones in 2011) and I have taken charge of them.  It is actually my great work with all these ingots which each weigh between 50 and 60 kg.  The Drassm (the Department of subaquatic and underwater archeological research) which made these discoveries is still searching for an eventual shipwreck."

These ingots will be displayed in one of the rooms of the Museum and one part is already there.

"My definition of my occupation?  It's an occupation that I have always wanted to do and which aligned me at the time with the Heritage, at the time with the scientific aspect while it is necessary to know corrosion and its process of alteration, how to stop it.  And that aligns also with the manual side, the dexterity, the patience and then this proximity with the work.  The restorer is the person who has her nose most often in the work.  Therefore there is a closeness with the work that makes it so that we are a few privileged persons, and that pleases me."

"That which I appreciate in the Museum is that at the same time I am completely independent but also I have the luck to work in collaboration with the Museum team and therefore I am not alone.  Finally, all these exchanges are very motivating."

"Each piece is unique and to be a restorer is not to apply recipes.  You can learn how to restore an object in bronze, but each time I find myself in front of an object, there is a specific problem and all of a sudden I must always think about how I should approach this object, am I going to do a mechanical clearance or rather a chemical one or maybe both of them.  There are always surprises."

"For example, at the moment I am working a lot on the plates which came from the "Jeanne-Elisabeth" which is a wreck discovered off Maguelone (Palavas-les-Flots) and therefore these plates are in silver and when they brought them to me they were completely encrusted, all corroded and it was therefore necessary that I think about what to do to try to restore their surfaces.  Do I scrape everything to find the bright silver or then do I leave a fine bit of corrosion: therefore at the moment they will stay black....  except it happens that with my soft little brushes I start to raise the sulphides, this black layer, and under this level of sulphide I have simply the layer of shiny silver which reappears without having to go search for it brutally and more, under the layer of sulphides I have been able to find again the initials which have been engraved on the plate."

"And that is really part of the work of restoration, it isn't necessary to go directly and abruptly.  Each time that I go there with a soft method, in taking up at first and gently the sediment, using a tweezer, a soft little brush, and progressively until I take up the last layer which frees the original layer and then I stop and go no further. "

"We always favour the least aggressive method.  While the hammer was available to me for use (at Saint-Malo) where I was charged with revealing what was inside the crusts and all of a sudden to know what was there in two ways, being to x-ray them and then to see the "ghost"  of the object that was present, or to break the crust to be able to recover the form of the object to right away make a mould, with the help of a resin, of the hole therefore discovered.  And we are thusly well able to recover the details that I have moulded like that of a boarding axe on which one has found the stamp that was able to give us information." 

"I love breaking up the crusts with a hammer and I don't only use the scalpel and the binoculars", she said with a wide smile.

"A restoration that gives me satisfaction?  That is of the statue of the Republic at the Place of the 18th of June at Agde."

"The face of this statue was covered with drips from the droppings of pigeons, that nearly looked like tears.  And once uncovered from the products of corrosion and having applied to her a stable patina, there she had a completely different face and to rediscover like that a work, that is emotion and yes, it's a beautiful restoration."

"Another emotion was when while on the silver plates I discovered the initials engraved just under the corrosion."

"This occupation is not only clearing or restoring objects but also for a great part of my time, responding to calls for tenders and drafting piles of papers.  Sometimes I have "ants" in my fingers when I haven't restored something for a month."

"It is sometimes difficult to live on it.  I am personally lucky to be in the Museum but on the other hand, my colleagues who are working independently have trouble living on it.  And actually it is the occupation that we make by our passion."

Traduction Janet Lee Clark

   

Une rencontre avec une conservatrice- restauratrice.

Pour travailler sur les collections publiques il faut un diplôme. Deux formations sont possibles pour devenir restaurateur (trice) d'objets du patrimoine,  toutes les deux sont agrées par la Direction des Musées de France : l'Institut National du Patrimoine à St Denis, à Paris, et la voie universitaire à la Sorbonne (Paris 1). C'est cette dernière formation que Frédérique Nicot a suivie, avec au bout un Master de Conservation et de Restauration  des biens culturels, option archéologie. Ce cursus dure 5 ans. Sans ces qualifications il est impossible de toucher aux collections.  Aujourd'hui seule une petite cinquantaine de personnes  ont cette compétence. Frédérique Nicot est au niveau du département la seule restauratrice diplômée reconnue pour l'archéologie.

 "En tant que Conservateur-Restaurateur il existe plusieurs spécialités, la restauration de tableaux, les photographies, les sculptures, le métal, le verre ou la céramique, les tissus anciens ...... c'est vraiment très varié " nous confie Frédérique Nicot et, ajoute-t-elle "on a chacun notre spécialité et moi la mienne c'est restauratrice d'objets archéologiques et plus précisément spécialisée dans le patrimoine sous-marin donc dans un contexte plutôt que dans un matériaux  mais de fil en aiguille je me suis finalement plus spécialisée en métal, que ce soit sous-marin ou pas d'ailleurs avec actuellement de l'orfèvrerie religieuse et j'interviens aussi pour les églises  ou alors sur les statues de village comme pour Agde où j'ai restauré la statue de la République". Frédérique Nicot travaille ainsi sur pratiquement sur tous les métaux, en particulier le fer, le bronze et l'argent.  Les objets sur lesquels elle intervient sont également très variés en taille et vont de la petite fibule ou de la petite agrafe à des grandes statues de 5 m de haut.

Avant de venir sur Agde, Frédérique Nicot a longtemps travaillé dans un laboratoire de restauration  dans le Var avant d'aller en Arles pour travailler sur les fouilles du Rhône. C'est  ensuite, grâce à un contact avec la conservatrice de musée de l'Ephèbe d'Agde de l'époque, Odile Bérard-Azzouz, est arrivée à Agde en tant que restauratrice avec un statut particulier. : Frédérique Nicot est indépendante et à son compte. Elle loue les locaux mis à sa disposition par la ville  avec une convention d'occupation du domaine public.  En contrepartie du loyer, elle assure un certain nombre d'heures de restauration des objets du Musée et fait bénéficier le musée de son expertise et de ses conseils sur de la conservation préventive. "C'est un véritable échange qui s'est établi entre le Musée et moi" estime Frédérique Nicot.

Son statut de profession libérale lui permet ainsi de ne pas travailler pas que pour le Musée mais également pour des institutions comme le Département, la Région et au-delà comme pour  la ville de Montbéliard. Dans ces cas là, les objets à restaurer lui sont expédiés ou elle se déplace sur les sites. Actuellement elle travaille cependant de plus en plus au niveau local tant la région est riche en objets du patrimoine. "Il ne reste ensuite aux collectivités locales qu'à trouver des subventions ce qui n'est toujours une mince affaire"  nous précis-t-elle.

En ce moment elle restaure aussi des objets qui font partie des collections du Musée d'Agde et qui étaient en corrosion active. Il y a donc des stabilisations à effectuer. Elle a aussi réalisé des « soclages » pour des objets en vitrine. Un « soclage » c'est  une façon de rendre plus stable un objet et de lui faire une structure aussi bien pour le stabiliser que pour un aspect esthétique.

 Dernière découverte dont elle s'occupe, celle de 24 lingots de cuivre sortis des eaux à Sète, plus précisément à la Corniche. Découverts par des archéologues amateurs, ils ont été sortis de l'eau et transportés au Musée (les premiers en 2011) sous la supervision du DRASSM (le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines). C'est actuellement mon gros chantier avec tous ces lingots qui pèsent chacun entre 50 et 60 kg.    Ces lingots seront exposés dans une des salles du Musée. Une partie l'est d'ailleurs déjà.

Un métier que l'on fait par passion

 « Ma définition de mon métier ? C'est un métier que j'ai toujours voulu faire et qui allie à la fois le Patrimoine, à la fois l'aspect scientifique puisqu’il faut connaître la corrosion et ses processus d'altération, comment la stopper. Et ça allie aussi le côté manuel, la dextérité, la patience et puis cette proximité avec l'oeuvre. Le restaurateur est la personne qui a le nez le plus souvent sur l'oeuvre. Donc il y a une proximité avec l'oeuvre qui fait que l'on est un peu des privilégiés  et moi c'est ça qui me plaît ».

  « Ce que j'apprécie dans le Musée c'est qu'à la fois je suis complètement indépendante mais que j'ai aussi la chance de travailler en collaboration avec l'équipe du Musée donc je ne suis pas seule. Au final tous ces échanges sont très motivants ».

« Chaque pièce est unique et être restaurateur ce n'est pas appliquer des recettes. On a beau apprendre  comment restaurer un objet en bronze, à chaque fois que je me trouve devant un objet, il y a une problématique spécifique et du coup je dois toujours réfléchir à comment je dois aborder cet objet, est ce que je vais plutôt faire un dégagement  mécanique ou plutôt un dégagement chimique ou peut-être les deux. Il y a toujours des surprises.

Par exemple, en ce moment je travaille beaucoup sur des assiettes qui proviennent de la « Jeanne-Elisabeth » qui est une épave découverte au large de Maguelone  (Palavas-les-Flots) et donc ces assiettes  sont en argent et quand on me les a amené elles étaient toutes concrétionnées, toutes corrodées et il a donc fallu que je réfléchisse comment faire pour essayer de restaurer leur surface. Hors il se trouve qu'avec mes petites brossettes toutes douces j'arrive à enlever les sulfures, cette couche noire, et sous cette couche de sulfure j'ai tout simplement la couche d'argent  brillante qui réapparaît sans avoir à aller la chercher brutalement et en plus sous la couche de sulfure j'arrive à retrouver des initiales qui ont été gravées sur l'assiette.

Et ça cela fait vraiment partie du travail de restauration, il ne faut pas y aller directement et brutalement. A chaque fois j'y vais par la méthode douce, en enlevant d'abord le sédiment doucement, en utilisant un pinceau, une petite brossette souple, et progressivement jusqu'à ce que j'enlève la dernière couche qui me libère la couche d'origine et là je m'arrête et je ne vais pas plus loin.

On va toujours vers la méthode la moins agressive. Pourtant le marteau il m'est arrivé de l'utiliser  (à Saint-Malo) où j'étais chargée de  révéler ce qu'il y avait à l'intérieur de concrétions et du coup pour savoir ce qu'il y a à l'intérieur il y a deux manières, soit les passer à la radiographie et ainsi voir le « fantôme » de l'objet qui était présent, ou casser la concrétion pour pouvoir ainsi récupérer la forme de l'objet pour ensuite faire un moulage, à l'aide d'une résine, du trou ainsi découvert.

Et on arrive tellement à bien récupérer les détails que j'ai moulé comme ça une hache d'abordage sur laquelle on a retrouvé l'estampille qui a pu nous donner des informations ».

 « J'adore dégager les concrétions au marteau et je ne fais pas que du scalpel et de la binoculaire ». Dit-elle avec un large sourire.

 « Une restauration qui m'a donné de la satisfaction ?  Il s'agit de la statue de la République sur la place du 18 Juin d’Agde.

Le visage de cette statue était couvert de coulures de fientes de pigeons, ça lui faisait presque des larmes. Et une fois débarrassé des produits de corrosion et en lui ayant appliqué une patine stable, là elle avait un tout autre visage et redécouvrir comme ça une œuvre, ça c'est de l'émotion et oui c'est une belle restauration. Autre émotion lorsque sur les assiettes en argent j'ai découvert les initiales gravées juste sous la corrosion ».

« Ce métier ce n'est pas seulement dégager ou restaurer des objets mais aussi pour une grande partie de mon temps, répondre à des appels d'offre et rédiger des monceaux de papiers. J'ai parfois des « fourmis » dans les doigts quand je ne restaure pas pendant un mois ».

 « Il est parfois difficile d’en vivre. J'ai personnellement la chance d'être au sein du musée mais par contre mes collègues qui sont installés en indépendants ont beaucoup de mal à en vivre. Et effectivement c'est un métier que l'on fait par passion ».

Propos recueillis par Jean-Marc Roger

 

Musée de l'Ephèbe.
Mas de la Clape -34300 - Le Cap d'Agde. (33) 4 67 94 69 60)

Moïra Conservation
33 6 17 75 91 41 / 33 4 67 94 69 78
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.