Alfred Nakache

Alfred Nakache

Récemment une exposition inédite réalisée par la Ville de Sète et le Mémorial de la Shoah a retracé le parcours exceptionnel de ce sportif français qui a battu des records au nom de la France, qui a été exclu de la société française par les lois de Vichy et qui malgré sa déportation a su trouver la force de revenir au plus haut niveau de la natation. 

Lors de l'inauguration de l'exposition en présence de la famille Nakache, le maire de Sète a rappelé les liens qui unissent Sète et le champion. Pas seulement le complexe-sportif qui porte son nom, mais sa rencontre, de retour des camps, avec Marie, une sétoise qu’il épousera, sa vie à Sète et les nombreuses amitiés qu’il y a noué.

Alfred Nakache repose à quelques mètres de Georges Brassens, au cimetière Le Py de Sète. Né le 18 novembre 1915 à Constantine en Algérie, Alfred Nakache, connaît, dès les années 30, une carrière sportive exceptionnelle. Champion d’Afrique du Nord, il participe aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Dès lors, les exploits s’enchaînent. Champion de France à plusieurs reprises, la presse fait d’Alfred Nakache une figure emblématique du monde sportif. En 1941, à Marseille, c’est la consécration : le nageur devient recordman du monde. Au faîte de sa gloire, il doit pourtant renoncer à atteindre de nouveaux sommets. Victime de la législation antisémite, Alfred Nakache est arrêté en décembre 1943 à Toulouse et déporté à Auschwitz.

Sa femme et sa fille y sont assassinées. Malgré les conditions de vie épouvantables et les humiliations répétées, le nageur effectue des longueurs dans le bassin d’Auschwitz III - Monowitz. L’expérience concentrationnaire ne mettra pas un terme à sa carrière. Après avoir connu la marche de la mort et son transfert au camp de Buchenwald, il retourne à Toulouse à la fin de la guerre. Il aligne alors inlassablement les séances d’entraînement. Il redevient champion de France et bat un nouveau record du monde. Compétiteur dans l’âme, il participe aux Jeux Olympiques de Londres en 1948. C’est à la même époque qu’il épouse Marie, originaire de Sète.


A 16 ans, en 1934, à Paris, aux Championnats de France, il termine 2ème à 1/20ème de seconde du grand champion de l’époque, Jean Taris.

 

En 1939, les débuts de la gloire à Toulouse où il bat le record du monde du 200 mètres brasse.

Le plus grand champion français de natation des années 30-40, Alfred Nakache, a fini ses jours à Sète où il avait suivi Marie, son épouse sétoise. De la rue Jean Vilar où il résidait, il n’avait que quelques pas à faire pour se livrer à  son sport favori, la pêche sous-marine, dans les criques de la Corniche.

 

La dernière photo : à la pêche à la truite dans le Lodévois, tout fier de sa belle prise.