Jean Gourguet

Jean Gourguet, cinéaste sétois (1902 - 1994)

Récemment, lors des soirées cinéma au Musée Paul Valéry, Karim Ghiyati, directeur de Languedoc-Cinéma, a rappelé le nombre important de films tournés à Sète et aussi l’étonnant créateur que fut Jean Gourguet, sétois qui tourna dans les années 40-50, ses films à Sète, souvent dans sa villa de St Clair. Beaucoup de sétois, aujourd’hui agés, ont figuré dans ses films..

En 1902, naissait à SETE Jean Gourguet, presque en même temps que le cinéma dont il fut l’un des plus fervents serviteurs.
A 7 ans, il découvre le cinéma et sa vocation. Adolescent, il se fait renvoyer du Lycée Henri IV car il consacre plus d’énergie à écrire des scénarios, fréquenter les salles de cinéma et faire même de la figuration qu’à étudier, au grand désespoir de sa mère restée seule à Paris pendant que son mari était parti à la guerre.
Pour gagner sa vie, Jean Gourguet réussit à se faire engager comme reporter à la pige à PARIS-MIDI, puis comme journaliste au journal LE JOURNAL. Cette période lui permettra d’emmagasiner beaucoup d’anecdotes et faits divers qui lui serviront plus tard dans l’écriture de ses scénarios. C’est aussi un choc pour lui, issu d’un milieu privilégié, de découvrir les milieux populaires, la misère. Il épouse la cause des « petites gens » allant jusqu’à dire déclarer « quand on est riche, on n’est pas intéressant parce qu’on a rien à dire ».

 Gourguet avec Rellys


Puis, sous le pseudonyme de Rem de Brandi, il monte une petite troupe de théâtre, loue le théâtre Saint-Georges et crée le Théâtre d’obscurité. Il présente des pièces dont il est l’auteur (et acteur également) qui créent l’événement : certains le portent aux nues et l’appellent « Maître », d’autres le traitent de farceur …
Tous ces chemins détournés n’ont qu’un but : réaliser son premier film. Il réussit enfin à s’acheter une petite caméra « EYEMO » qui fut sa fidèle compagne pendant des années et qu’il conservera toute sa vie. Il arrive à trouver le financement d’UN RAYON de SOLEIL (rebaptisé par un distributeur UN RAYON de SOLEIL SUR PARIS) en 1928. Il dut faire preuve de beaucoup d’astuces pour tenir son budget.
Ce premier documentaire tourné en décors naturels (ce qui est très avant-gardiste pour l’époque) ayant été jugé prometteur, il réussit à tourner à Sète L’ESCALE en 1929. Ce film muet est sonorisé avec un tout nouveau procédé anglais qui se révèle, malheureusement pour lui, ne pas être au point et le met en difficulté financière.

Il rebondit en 1932 et enchaîne sans discontinuer - et malgré la guerre - courts métrages (dont plusieurs primés à l’Exposition universelle de 1937) et grands films.
En 1934, il découvre un jeune chanteur, Tino Rossi qu’il fait jouer dans L’AFFAIRE COQUELET, film malheureusement disparu.

Il réalise en 1941 LE MOUSSAILLON, puis en 1943 MALARIA avec Mireille Balin, Sessue Hayakawa, Jacques Dumesnil, drame colonial pour lequel on reconstitue en studio la forêt vierge. En 1945, c’est SON DERNIER ROLE avec Gaby Morlay, Dalio, Jean Tissier.
Puis, il change complètement de style et décide de s’affranchir des studios en tournant en décors naturels pour plus de réalisme et en imposant un jeu moins théâtral à ses acteurs dont certains ne sont pas des professionnels.

tournage à St Clair


On peut distinguer alors dans ses longs métrages trois périodes :

I - L’époque Mélo juste après guerre (de 1946 à 1951) où il est un précurseur du cinéma néo-réaliste italien. Il tourne avec très peu de moyens avec ses fidèles interprètes, sa fille sous le pseudonyme de la Petite Zizi (puis Zizi Saint-Clair) et son chien Gundo (le Rintintin français). Certains le raillèrent en parlant du « cirque Gourguet », sa femme étant également son assistante. Cela ne le vexait pas, car , disait-il, « les gens du cirque sont des artistes véritables qui travaillent avec courage, souvent méconnus, mais c’est leur vie, ils ont cela dans le sang ».
Ces films rencontrent un franc succès populaire.

 II - L’époque « coquine » (c’est ainsi que l’a qualifiée Frédéric Mitterand lors de l’interview télévisée dans Toiles étoiles) à partir de 1953 où il dépeint la jeunesse des années 50, n’hésitant pas à dénuder un sein (tel celui de Dany Carrel dans MATERNITE CLANDESTINE) . Il s’entoure de nombreux jeunes talents (tels Dany CARREL, Michel Roux, Jean-Pierre Mocky, Françoise Vatel, Maurice Sarfati, Roger Dumas, Annick Bouquet, etc. tout en continuant à faire tourner les anciens acteurs du cinéma (ou du théâtre) français tels Rellys, Jacques Dumesnil, Louis Seigner, Pierre Larquey, Maryse Martin, Robert Vattier, Andrex, etc. Tous ces films ont été tournés à Sète dans sa villa de St Clair
Il est l'ancêtre du cinéma érotique. On sourit aujourd'hui quand on voit certains films actuels . Question de libération des moeurs.
A l’époque, les négociations sont serrées avec la censure pour éviter des interdictions diverses, catastrophiques au plan financier. Il doit faire des concessions et procéder à des coupures.
Malgré tout, le film LES PROMESSES DANGEREUSES se voit initialement interdit à l’exportation car présentant la jeunesse française sous un mauvais jour.
Il rencontre également des problèmes avec la Centrale catholique avec laquelle il doit composer pour ne pas voir attribuer une trop mauvaise cote à ses films dans la fameuse liste des films à destination des paroissiens, affichée à l’entrée des églises.
Toujours dans le même registre, sait-on que Madame de Gaulle, voyant dans la rue une affiche du film "LES FRANGINES" sur laquelle Françoise Vatel dévoilait partiellement un sein, orchestra toute une cabale qui aboutit à l'arrestation du Distributeur du film, Monsieur Brulé (HERAUT FILMS) dont l'adresse figurait, malheureusement pour lui, sur l'affiche. Celui-ci passa une nuit au poste de police et ne décoléra pas pendant plusieurs jours. L'exploitation du film fut même momentanément interrompue. Heureusement, les choses rentrèrent rapidement dans l'ordre.
Ses films sont plus légers et rythmés ; ils sont annonciateurs de la Nouvelle vague. Ils marchent bien ; son public le suit.

III - Nouvelle période avec un film, pour une part autobiographique, sur l’Exode pendant la dernière guerre, période qu’il a vécue. Il y met beaucoup de lui-même, ne sachant d’ailleurs pas que ce serait son dernier film. Le succès n’est pas au rendez-vous bien que le film soit apprécié par les spectateurs qui l’ont vu.
La nouvelle vague est là, il se sent mis sur la touche. De plus sa plus fidèle collaboratrice et épouse, Michelle GOURGUET (connue à l’Ecole Normale de DIJON pendant le tournage de Jeannette BOURGOGNE), co-scénariste et assistante, est atteinte d’une grave maladie.
Il écrit le scénario de ce qu’il pense être son futur film ainsi que des livres et un recueil de poésies (inédits) pour le plaisir de l’écriture.
Il refuse plusieurs propositions du cinéma américain, sachant qu’il y perdrait son indépendance, à laquelle il était tant attaché, et craignant de se faire « broyer » par l’industrie américaine dont il admire néanmoins certaines productions. De plus, il ne parle pas la langue ce qui lui paraît être un obstacle majeur pour diriger les acteurs et techniciens.
Il se retire alors définitivement pour exploiter sa salle de cinéma parisienne « L ‘ESCURIAL » qui deviendra son dernier lien avec le cinéma qu’il a tant aimé.

Il voit et revoit les films des autres – et parfois les siens !- et surtout continue à servir ce public qu’il n’a cessé d’aimer et respecter.
Il donne leur chance à des jeunes cinéphiles, fous du cinéma comme il le fut, en accueillant le ciné-club CINEQUANON dans les années 60 qui inventa la formule de la « dernière séance » dont Eddy Mitchell s’est très certainement inspiré par la suite.
Ce ciné-club fait un malheur : combien de cinéphiles, cinéastes, acteurs, gens de cinéma ne sont-ils pas venus…
Jean Gourguet trouve une seconde jeunesse auprès de ces jeunes qui partagent son enthousiasme et sa passion du 7ème art et qui sont fascinés par toute sa connaissance du premier demi siècle du cinéma.
Il fait également confiance ensuite à une toute nouvelle équipe de passionnés du cinéma qu’il aide à réaliser leur rêve en acceptant de leur confier l’exploitation de sa salle. Il permit ainsi à Jean-Jacques Zilbermann de devenir par la suite metteur en scène de cinéma et de théâtre.
Jean Gourguet s’éteint en 1994, au dessus de « L’ESCURIAL », dans ce petit appartement de fonction qu’il s’est toujours refusé à quitter, tout proche de « son cher public ».

» Pour en savoir plus : le site dédié à Jean Gourguet réalisé par ses enfants

 

DVD encore disponibles dse films de Jean Gourguet

Les premiers outrages (1955)
avec un documentaire sur Jean Gourguet en bonus


Les premiers outrages.
Lorsque le film démarre, on découvre Bichette, la jeune héroïne du film, qui nous conte le récit de son premier amour malheureux. Kiki, fils de l'aubergiste du village bourguignon où elle passe ses vacances estivales avec ses pimpantes cousines, en pince pour une autre. Affreusement jalouse, Bichette s'ingénie à démasquer les jeux séducteurs de Kiki, à le faire surprendre par son père. Mais les machinations de l'adolescente éconduite vont provoquer un accident, qui forcera les révélations amoureuses... 

Jean GOURGET, un artisan du cinéma.
Documentaire de Christophe Bier. Regards croisés sur la carrière et l'oeuvre d'un cinéaste qui a su trouver une voie de production et de distribution hors des circuits classiques. Avec Paul Vecchiali, Jean-Pierre Mocky, Jean-Claude Roy, Maurice Sarfati...