Pays de Lozère Historique 2018

Avec cette 17ème édition Le Pays de Lozère Historique organisé par l'Écurie du Gévaudan confirme sa notoriété régionale, nationale et internationale. D'ailleurs bon nombre de pilotes héraultais et notamment du Pays de Thau (Gigean, Frontignan, Sète, Cournonterral…) se retrouvent chaque année sur les hauts plateaux de l'Aubrac, les monts de la Margeride, les Causses ou les Gorges du Tarn (si, si sont bien lozériennes) pour "frotter" leurs carrosseries lustrées et leurs mécaniques huilées dans des joutes certes amicales mais pointues du côté des écarts de temps.

Chappy et son équipe, très rodés quant à l'organisation, concoctent à chaque fois un cocktail détonant de routes et de paysages magnifiques. Le côté gastronomie est également un élément indispensable pour mettre en valeur des produits locaux de qualité.

Si les "cadors" s'affrontent à coups de secondes dans la catégorie "Régularité", les "pacifiques" ont toute liberté de s'adapter en "Tourisme" avec comme unique contrainte un road-book très simplifié.

Ce 3ème week-end de juin (16 & 17) marque aussi le début de la saison "historique" 2018. De plus il vous permettra de retrouver l'essentiel d'une vie au calme liée à la vitesse des saisons et à une nature encore conservée : une bouffée d'air frais pour vous, votre copilote et votre véhicule !


Tous les détails du rendez-vous ICI. Attention, le nombre de places est limité !

 

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations