Modernisation du traitement des déchets conchylicoles de Mèze

Chaque année, près de 8000 tonnes de déchets conchylicoles passent par l'usine du Moure Blanc à Mèze.
Géré par le Syndicat Mixte du Bassin de Thau (S.M.B.T), cet équipement va être modernisé, à partir du 15 mars 2016, pour mieux prendre en compte les contraintes environnementales.

Certifiée Iso 14 001 en août 2012, l’usine d’exploitation du Mourre Blanc traite l’ensemble des déchets coquillés des producteurs de la lagune de Thau. Du 15 février au 15 mars 2016, cet équipement va faire l’objet de travaux de rénovation pour un montant de 174 320 euros. Sont prévus : la réfection de la toiture sur une surface de 730 m2 et l’amélioration du système de ventilation.
Le Syndicat mixte du bassin de Thau est maître d’ouvrage du programme. La maîtrise d’œuvre sera assurée par Christian Grillet et le chantier sera réalisé par la société Embellitoit située à Cers.
Le bassin conchylicole de Thau est le seul en France à avoir mis en place une filière de collecte et de traitement des déchets conchylicoles. Une démarche à haute valeur ajoutée environnementale puisque s’ils ne sont pas éliminés, ces résidus de production provoquent l’eutrophisation et dégradent la qualité des eaux.
Créée en 2000, l’usine de traitement a vu son process entièrement revu en 2007. La méthode initiale d’inertage/séchage par four à gaz a laissé place à un système de compostage par aération forcée. Cette modification a permis de diminuer de façon significative les nuisances olfactives ressenties sur la commune de Mèze et le Port du Mourre Blanc.
Cette nouvelle phase de travaux va permettre d’améliorer encore le fonctionnement de cette usine qui suscite l’intérêt de nombreux autres bassins ostréicoles

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations