2/ Le grand bond en avant, Dossier Les vins bio en 2018

Terroir de Cabrières (Hérault). Ph. AOC Languedoc

Alors que Millésime Bio, le salon mondial créé par l’association Sudvinbio, s’apprête, de  retour à Montpellier, à fêter sa 25e édition, tous les signaux clignotent en faveur de la culture biologique. Elle gagne toutes les filières de production, se répand telle une vague verte sur la planète. Elle trouve en la viticulture son fer de lance et des terres de prédilection dans les vignobles du sud (Espagne, Italie, sud de la France) moins sujets aux maladies avec leurs climats secs, leurs vents asséchants. L’Occitanie se place ainsi en leader, première région productrice de bio tous secteurs confondus, avec plus de 25 000 ha certifiés ou en conversion, soit un tiers de la surface bio en France, et 700 000 hl de vin biologique produits. Près de 1 600 producteurs se sont réunis sous la même bannière dès la fusion des anciennes régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, prenant l’aspiration d’un Languedoc pionnier en la matière.


Source: Agence Bio

Exempte de pesticides, tel le glyphosate qui défraie l’actualité, soucieuse d’une alimentation saine et respectueuse de son environnement, la culture en vins biologiques ne cesse, en France, de conquérir des consommateurs. Elle confirme son expansion à l’export, la viabilité des modes de production et la pertinence de ses choix.
Ce véritable boom sur le bio dans nos verres se mesure d’abord à l’aune des indicateurs économiques. Le secteur affiche un taux de croissance moyen de 20 % par an. La filière a triplé en seulement 7 ans son chiffre d’affaire, à 1,2 milliard d’euros, et ses ventes à l’étranger[1]. Pour faire face à une demande croissante chaque année, l’offre progresse également : + 35 % de vins biologiques entre 2010 et 2016. Les conversions en vin bio grimpent en flèche, passant de 170 en 2014 à 467 pour le seul premier semestre en 2017.
« Nous ne sommes plus une niche, mais bien une filière organisée avec des volumes » démontre Sudvinbio avec près de 2 millions d’hectolitres produits en France en 2016. Une filière plus créatrice d’emplois[2], plus performante dans ses résultats d’exploitation, avec un chiffre d’affaire supérieur de 46% aux viticulteurs conventionnels,  valorise mieux les vins, offrant des prix supérieurs de 10 à 40 %, notamment par une plus forte présence d’AOP dans sa production.[3]


C
ircuit du vin bio produit en France. Source: Sudvinbio

Des consommateurs soucieux de l’origine des vins, de la préservation de l’environnement, de la biodiversité et de leur santé, attentifs au goût se tournent plus facilement vers le bio. Plus de femmes, plus de jeunes, ces moins de 35 ans sensibles à l’éthique portée par le bio, de locavores modifient les données de consommation. Ils achètent en majorité par vente directe (41%), magasins spécialisés et cavistes, peu en supermarchés (17 %), ce qui fait dire à Patrick Guiraud, président de Sudvinbio, que la consommation bio relève aussi d’un acte militant.  

Une marge de progression s’ouvre encore: la France n’est que le 3e vignoble bio du monde,  avec plus de 70 000 ha [4], distancée et fortement concurrencée par l’Espagne et ses 106 000 ha, puis par l‘Italie. L’offre encore déficitaire par rapport à le demande en France incite Sudvinbio à fixer un objectif ambitieux : 50 % de vignes certifiées bio en 2025. Les aléas climatiques de 2017, qui ont entrainé une baisse de production de 25%, n’entravent pas ce désir de  marche en avant.
Une génération prépare le passage de témoin. Arrivée au moment des arrachages massifs en Languedoc-Roussillon, ces vignerons ont fait le choix de replanter et de travailler différemment. Ils ont structuré la production biologique à partir des années 1980. Avec l’objectif 2025, qui n’est que le premier volet d’un plan pour les 25 prochaines années, se profile l’arrivée d’une génération nouvelle. C’est elle qui aura en charge de transformer la vague verte qui déferle en lame de fond, avec quelques enjeux majeurs: la gestion du développement des vins biologiques, les prix, la concurrence.
2025, 25 ans à venir, 25e anniversaire, le chiffre s’affiche dans toutes ses dimensions. Regard sur tout ce qui a été fait, célébration actuelle et cap sur le futur sont à l’ordre du jour.
Florence Monferran


[1] Etude Sudvinbio, juin 2017. En 2016, en un an, les ventes ont progressé de 18 % en France et 32 % à l’export.
[2] Les domaines certifiés bios emploient 1,5 fois plus de salariés, plus permanents et au niveau de technicité plus élevé. étude INRA et Sup Agro Montpellier 2016 
[3] Avec le maraîchage et la production laitière, le vin est le secteur qui affiche les meilleurs résultats d’exploitation : CA moyen de 17 000 €/ha, excédent but d’exploitation double du conventionnel. Le vin bio est plus rémunérateur, de 8 à 10 000 /ha, contre 1300 €/ha pour les céréales par exemple.  Etude INSEE, 5 décembre 2017. 82 % des vins vendus chez les cavistes sont en AOP. Etude Sudvinbio, juin 2017
[4] 70 740 ha certifiés ou en conversion 

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations