Vinifilles et Femmes de vin illuminent le soir montpelliérain

En avant-première de Millésime Bio, les fées se sont penchées sur la soirée des Vinifilles, association de 18 femmes vigneronnes du Languedoc et du Roussillon, à l’image de Caelia et Abonde qui ont donné leur nom à deux cuvées solidaires pour leur consœur du Mas Thélème.

 Délaissant les ambiances intimistes et culturelles des dernières années, elles recevaient en grand, dans la Salle des Rencontres de la Mairie de Montpellier, à l’occasion de l’assemblée générale annuelle du Cercle des Femmes de vin. 10 associations régionales, 70 vigneronnes, des terroirs d’Alsace à la Provence, de la Loire au Sud-Ouest, des Appellations prestigieuses de Bourgogne, Champagne  ou de Bordeaux… le monde du vin s’est écrit au féminin pluriel pour une soirée tout feu, tout flammes.

Des stands qui n’ont pas désempli, des vigneronnes difficiles à approcher, la présence des AOC Languedoc, des medias, France Télévisions, tous les projecteurs étaient braqués sur ces vins de filles, de copines, de vigneronnes. Carole Delga, s’est  déplacée pour passer un long moment parmi elles « C’est la première fois qu’une Présidente de la région Occitanie, vient – peut-être parce que c’est une présidente » souligne Pascale Rivière, de la Jasse de Castel (Saint-Jean-de-Fos).


Fabienne Bruguière

Ces vigneronnes ont décidé de mettre en commun des idées, des moyens, commerciaux ou communicants, des réflexions, sur leurs pratiques techniques par exemple. « Nous avons une belle dynamique. L’association est une bouffée d’oxygène, on peut tout se dire » explique la Présidente des Vinifilles, Valérie Tabariès-Ibanez, du Domaine de Roquemale (Villeveyrac).

Valérie et Dominique Ibanez

Ainsi, l’assemblée générale  des Femmes de vin tenue le matin a dégagé trois projets d’action. La transmission et la formation, présentées par les Femmes de Loire, s’attache à répertorier toutes les formations pour que les jeunes puissent s’investir dans un métier de la vigne et du vin, en particulier en viticulture biologique où les besoins en personnel sont importants. Les Femmes du Sud-Ouest proposent un volet éducatif  de formation ludique sur la vigne et le vin pour les écoles élémentaires. Quant aux Vinifilles, elles ont apporté leur expérience sur une action de solidarité, menée à l’égard de Fabienne Bruguière, entièrement grêlée en Aout 2016 en Pic Saint Loup. Comment mettre en route une action dans des cadres contraignants (administratif, technique) ? Don de vin, assemblage de plusieurs cépages, commercialisation aujourd’hui concrétisent cet élan.
Elle regardent le mouvement Women do Wine, initié en 2017 contre l’absence de visibilité des femmes dans l’ensemble du monde du vin, comme « une mise au point nécessaire, qui libère la parole ». Valérie Tabariès-Ibanez ajoute : « Nous, nous militons pour le bien boire, bien manger, la formation. Plus qu’une entraide de femmes, les Vinifilles sont une entraide de vigneronnes ». Ce que confirme Fabienne Bruguière : « Sans elles, je n’y serai pas arrivée. Je n’ai reçu aucune aide du Syndicat ». En écho, sur un autre salon, le vigneron Vincent Bonnal envoie un message : « Le vin est là pour séduire, qu’on soit homme ou femme. C’est un art, un artisanat. Est-ce qu’on se préoccupe du sexe d’un artiste, plutôt que de son œuvre ? Cela ne changera pas le goût du vin ».

Le vin, l’essentiel. Un niveau qualitatif irréprochable, grimpant à des sommets avec quelques grands crus, une présence non négligeable de vins biologiques – beaucoup enchaînaient avec le salon Millésime Bio, les dégustateurs ne savaient plus où donner de la tête et des papilles.

L’an prochain, le Cercle des Femmes, créé en 2009, fêtera ses 10 ans. Les Vinifilles du Languedoc aussi. Que nous réserveront-elles ? « Nous allons y réfléchir très vite », répond Françoise Ollier ci-contre, du Domaine Ollier-Taillefer (Fos).

Auréolé d’une Médaillé d’or au concours Challenge Bio, l’Allegro, produit sur une terre de schistes chère à sa famille, prouve encore une fois la qualité des vins blancs du Languedoc.

Délaissera –t-on en 2019 la notion de vin de femme pour parler enfin de femmes de vin, comme le nom de l’association nationale réunie à Montpellier nous y invite ? Voilà qui serait un beau cadeau d’anniversaire.
Florence Monferran


 

Les dix associations régionales du Cercle des Femmes de vin

 Aliénor du vin de Bordeaux ( créée en 1994)
 Etoiles en Beaujolais ( créée en 1998)
  Femmes et Vins de Bourgogne ( créée en 2000)
 Femmes Vignes Rhône ( créée en 2004)
 Eléonores de Provence ( créée en 2008)
 Vinifilles (créée en 2009)
 diVINes d’Alsace ( créée en 2011)
 SO Femme & Vin ( créée en 2014)
 Fa’bulleuses ( créée en 2015)
 Dames de Cœur de Loire (créée en 2015)

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations