Voguer à Vinisud avec les vins de la Méditerranée

 

Telle est l’invitation au voyage que propose Vinisud, salon professionnel des vins de la Méditerranée les 18, 19 et 20 février au Parc des Expositions de Montpellier. Vignerons, négociants et distributeurs de l’ensemble du bassin méditerranéen s’y donnent rendez-vous, pour mettre à l’honneur le premier vignoble au monde (près de 29 % de la production et 28 % des exportations).


1 400 producteurs, 26 000 références de vins, 30 000 visiteurs de tous les continents attendus,  une importante colonie de bodegas espagnoles et une démarche durable en fil rouge, le salon 2018 annonce la couleur : efficacité commerciale, découverte de nouvelles pépites grâce à des zones élargies de dégustation libre, et exploration des nouvelles tendances de consommation, études menées à l’international à l’appui, sont à l’ordre du jour. La vitrine des vins du sud entend présenter de nouvelles grilles de lecture sur le monde viticole, par le biais de multiples conférences, d’espaces mettant en avant l’innovation, avec les acteurs de demain, ou encore l’économie numérique, autant que l’identité des vins et des terroirs, leur valorisation possible, avec l’oenotourisme ou les cépages anciens.

Vinisud, révélateur de tendances, et éclaireur de pratiques sur le pourtour de Mare Nostrum, notre mer commune, dispose pour se faire de trois jours, avant de voguer l’année prochaine jusqu’à Paris.
Florence Monferran

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations