Vigne

Muscats

Une personnalité éminente de la viticulture reçue aux 15èmes Muscats du Monde

Henri-Laurent Arnould, Pierre Galet et Michel Salade gauche à droite : Henri-Laurent Arnould, Pierre Galet et Michel Sala

 

Pierre Galet

Né en 1921 à Monaco, il  est le père de l’ampélographie moderne (étude des cépages). Nommé en Janvier 1944 à la protection des végétaux (bois et plants de vigne), il devient chef de travaux à l’Ecole Nationale d’Agronomie de Montpellier. Il y enseigne l’ampélographie, le greffage, la pathologie de la vigne jusqu’en 1987.
Traduit et publié dans le monde entier, il continue de donner des conférences et de participer à des colloques

Dictionnaire encyclopédique des cépages et de leurs synonymes
(Edts Libre 1 Solidaire)

Première édition en 2000, épuisée

Réactualisée et augmentée aujourd’hui. Les Edts Libre et Solidaire rendent hommage à "un travail unique et monumental ".

Un regret : qu’il ait fallu faire appel à une levée de fonds (par FundoVino) pour en assurer la publication. 1200 p, 3 000 photos, 100 € (98 € chez Amazon)

   

Pierre Galet a consacré sa vie à reconnaître, répertorier, classifier les cépages, tous les cépages. Auteur de plusieurs ouvrages de référence, dont un « Précis d’ampélographie pratique » paru en 1952, il s’impose comme la référence mondiale en la matière.

A l’occasion de la réédition de son « Dictionnaire encyclopédique des cépages et de leurs synonymes » (Edts Libre & Solidaire), il était l’invité, jeudi 2 juillet, au Centre culturel François-Villon, de Henri-Laurent Arnould et de Michel Sala, représentant la ville de Frontignan, co - organisateurs de la 15e confrontation des Muscats du Monde. Pour se repérer dans la jungle des cépages, ce Dictionnaire savant en livre la description, le tracé, les aptitudes, la répartition, et les synonymes selon les pays ou les régions. Réticent à l’arrivée des décodages génétiques, il prône l’observation, la reconnaissance visuelle, pratique, sur le terrain.

Dans un passage en revue haut en couleurs, Pierre Galet évoque, par un jeu de questions/réponses, les quelques 10 000 cépages qu’il a identifiés dans le monde entier, cultivés ou non. Il nous entraîne en Chine, avec des vignes porteuses d’épines ou de poils, en Afrique, avec des vignes tubéreuses ou baobab, de plus de deux mètres de haut, au Brésil, où, « intelligents », les plants se bouturent eux-mêmes. Toutes ces observations feront l’objet de son prochain ouvrage de botanique. Il précise, pour la France, qu’après le phylloxéra dans les années 1880 et jusque dans les années 1960, date de leur interdiction, 1/3 des cépages étaient des hybrides (croisements) produits sur 400 000 ha.

A la demande d’HL Arnould, il comptabilise les trois grands cépages muscats dans le monde : le muscat blanc, dit  de Frontignan, à petits grains, aux origines grecques, le muscat d’Alexandrie, à gros grains et aux usages multiples (raisin de table, sec, vin, alcool) et le Muscat de Hambourg (raisin de table). Pourquoi un « Muscat de  Frontignan » ? Chaque région s’approprie un cépage, quand il donne du bon vin ! Il est certain que le petits grains tient de ses composés chimiques de plus grandes qualités aromatiques.

Une question sur le tokay plonge dans l’histoire européenne. Importé par les officiers de Napoléon Ier, vainqueur de l’empire austro-hongrois, le cépage s’installe dans la région du Languedoc (Costières, Capestang) et y révèle une belle adaptation. Pierre Galet entraine ensuite l’auditoire dans le Caucase, berceau du vin, évoque les 600 cépages géorgiens, les vignes turques, le premier vin vinifié, arménien, dont on ignore l’origine mais dont le tokay serait le descendant.

Interrogé sur la disparition de cépages locaux dans la mondialisation, Pierre Galet note avec humour que les cépages français y sont très présents (Amérique du Nord, du Sud, Chine, Australie) … parce qu’ils sont bons. La question essentielle à se poser n’est pas de savoir si l’on peut faire du bon vin, mais ce que l’on veut faire du vin : de la qualité, comme sur les coteaux de Californie, des rendements, un moindre coût. Quel avenir pour les hybrides gros producteurs dont certains souhaitent le retour ? Il ne croit pas que ces vins, dont on a changé la nature, de qualité ordinaire, à bas prix, soient une solution économique. Pour conclure sur une dimension religieuse, à la demande de Michel Sala sur quel vin a bu le Christ, Pierre Galet s’excuse: les Juifs, tout comme les Romains, n’ont pas décrit les cépages, qu’ils considéraient trop variables !

En guise de conclusion, il lance à son auditoire : « si vous avez des insomnies, lisez quelques lignes de mon livre », ce que le public de connaisseurs s’empresse de faire. Une séance de dédicaces conclut ce brillant survol d’une ampélographie vivante, par un scientifique de terrain, incarnation vivante de ce patrimoine viticole qu’il nomme, éclaire, illumine de sa malice.

Florence Monferran

Le terroir de Frontignan et de ses alentours

 

Florence Monferran

Les vendanges, tapisserie, vers 1500-1525
musée de Cluny

Les Guilhem, seigneurs de Frontignan et de Mirevaulx, décor d'un sceau, vers 1190

Estime générale du diocèse de Montpellier
1519-1520

Mémoire sur le vin de muscat de Monsieur Fournier (1740)

 

cliquez sur une image pour l'agrandir

   

histoire d’une exception viticole, des origines à nos jours
Conférence donnée au musée de Frontignan par Florence Monferran en mai 2015

Depuis plus de deux mille ans, la vigne occupe notre littoral méditerranéen. La viticulture s’est spécialisée très tôt en vins blancs, doux en particulier, venus de l’Orient grec. Si les muscats occupent au cours de temps, en un flux et un reflux, de larges bandes littorales,  la constitution du terroir, son ancienneté et la permanence de la culture viticole sur les trois communes de Frontignan, Vic et Mireval nous orientent vers des caractères hors normes.

Un terroir se constitue au fil des siècles par la combinaison d’un sol et d’un climat, la sélection lente des meilleurs cépages sur cette terre, mais aussi par le travail et les savoir-faire accumulés des hommes sur cette terre. L’agronome Pierre Torrès ajoute à la définition, début XXIe s. un « terroir qui se voit », d’une beauté qui suscite une émotion intense. Un regard sur la très longue durée, des origines à nos jours, fait ressortir des dynamiques éclairantes, autour de quatre temps forts, constitutifs de ce terroir.

L’ancienneté de la viticulture : avec la naissance du goût du vin et de la viticulture et sur nos rivages, grâce aux Phocéens (VIe s. avant notre ère) et aux Romains (Ier s. avant notre ère). La présence en Narbonnaise, décrite par les agronomes, d’un cépage apian évocateur de notre muscat à petits grains, la vinification de passum, defrutum,  qui nous font penser à nos vins doux naturels et vins cuits, ouvrent l’hypothèse d’une pratique précoce d’élaboration de vins blancs, doux en particulier, placés tout en haut de la hiérarchie des vins antiques.

La Continuité de la pratique viticole scellée au Moyen-Age: Les invasions barbares ou sarrasines, les destructions par Charles Martel ou l’instabilité politique du haut Moyen-Age mettent à mal la pratique viticole sans la rompre. La nécessité d’un vin liturgique le maintien d’une fonction honorifique du vin, par laquelle tout homme de qualité se doit de produire du vin et de l’offrir, la fonction médicinale du Muscat, rempart contre les épidémies, aux vertus fortifiantes, propulsent le vin dans la lumière. De la conjonction de ces atouts autour des 13e et 14e s. naît un grand vin, désormais repérables dans les sources. A son service, une technique : l’invention du mutage à l ‘alcool par Arnaud de Villeneuve, une opportunité : l’installation de Papes en Avignon.

Le renom des vins : Le rayonnement tous azimuts des Muscats conduit à un âge d’or économique, politique, culturel entre les 16e - 19e s. Il s’appuie sur un poids économique du muscat, mesurable dès les premières estimes et premiers compoix dans les trois paroisses: la culture de la vigne prend le pas sur les autres cultures.  Point d’orgue de ce rayonnement, le 18e s. sonne comme une apothéose : Voltaire et  les Encycloplédistes, grands médecins et voyageurs, grands de ce monde à l’instar de Thomas Jefferson, premiers ampélographes, tous célèbrent le muscat. 

L’exigence de qualité des hommes: leur résistance à une viticulture de masse et industrielle dès le XIXe, puis standardisée après la 2e guerre mondiale, maintient des productions en muscats qualitatives, et conduit, en ce début du XXIe s., à la persistance de la production en  muscat à petits grains, sous des formes diversifiées (muscat sec, moelleux, rosé) et des pratiques saines respectant leur environnement.

Ces quatre temps forts ont scellé l’existence d’un terroir viticole. Deux anomalies nous alertent sur son caractère exceptionnel :

- Une spécialisation précoce à l’encontre de la construction progressive d’un terroir par sélection lente des meilleurs cépages, comme le décrit l’agronomie, à l’exemple d’André Crespy.

- Plus de vin que de grains : dès que les archives nous permettent de quantifier ce phénomène, une viticulture qui a pris le pas sur les autres productions, apparaît dans les sources, alors que famines et disettes sévissent couramment. Le phénomène est localisé à : Frontignan, Vic, Mireval. A Lunel, autre producteur de muscat, la vigne reste secondaire dans le schéma cultural, reléguée sur les terres les plus éloignées du village. Dans le Sauternais, à la même époque, il n’est même pas encore question de vinification de vins doux.

L’attachement précoce des hommes au muscat à petits grains et à ces productions n’était-il que purement économique et intéressé ? La capacité des vignerons à résister dans le temps à toutes les conjonctures sans autre exemple dans l’histoire viticole nous fournit un autre éclairage. Bravant les pires fléaux (invasions, guerres, épidémies, aléas climatiques, maladies de la vigne) mais aussi les mutations économiques, vers des productions de masse ou industrielles, et les crises viticoles les plus graves, des hommes maintiennent, dans leur pratique viticole, la poursuite obstinée d’un chemin qualitatif, au point de limiter à l’extrême leurs rendements et d’amorcer très tôt une recherche de protection du « terroir » de leur production.

Ces quatre temps forts décrivent bien une exception, l’histoire d’une exception viticole dans laquelle s’inscrit, en filigrane, un souci d’excellence dans la production. Un souci constant qui teste notre capacité à répondre aux défis actuels qui pèsent sur la viticulture et les muscats et appelle un devoir collectif : ne pas laisser le fil se rompre aujourd’hui.

 Florence Monferran

 

Florence Monferran

Historienne, universitaire un temps et doctorante, diplômée de l'Université de Toulouse Jean Jaurès, Florence Monferran s'est tournée vers le monde viticole … par amour.
Elle mène toujours des recherches, sur les Muscats de Frontignan et de Mireval, sur cet étroit cordon littoral entre terre et eau, où le vin s’est installé un jour, grâce aux navigateurs grecs et aux Romains, pour ne plus nous quitter.
Parler du vin, travailler au maintien de la viticulture, elle le fait également dans l’association Terre Apiane dont elle est la Présidente. Du mot à l’ouvrage, il ne restait plus qu’un pas, qu'elle a franchi en reprenant quelques vignes à Mireval : le Clos de Miège.
Sa première création, l'Originel, vin naturellement doux. Issu du cépage Muscat à petits grains, produit, récolté, vinifié avec l’aide de la technique, des savoirs accumulés depuis 2 500 ans sur notre bout de terre, mais sans insecticide, pesticide, et en limitant les apports en SO2 et les usages mécaniques. Sans AOP, sans label non plus. Mais avec quelques amis fidèles … et passionnés de vin. Juste pour faire du bien dans un bon usage du boire, comme il se doit…
Un vin patrimonial, dans une démarche globale de préservation vivante d’un long passé,des splendides paysages qu’il a façonnés et d’un attachement militant au cépage Muscat à petits grains.

 

Palmarès 2015 des meilleurs Muscats du Monde

La 15e édition du concours œnologique international Muscats du Monde® s’est déroulé les 1er et 2 juillet 2015 à Frontignan-la-Peyrade. 23 pays étaient représentés, faisant de cet événement un des rendez-vous incontournables du Muscat au niveau mondial. Pendant deux jours, des experts internationaux ont évalué 209 vins tranquilles et effervescents issus des cépages muscat.
Le palmarès 2015 révèle un très haut niveau qualitatif international avec les trois premières places occupées par l’Italie, la Bulgarie et l’Afrique du Sud. Le classement Top 10 des vins, ayant obtenu les meilleures notations, met à l’honneur neuf pays : Afrique du Sud, Australie, Bulgarie, Espagne, France, Hongrie, Italie, Portugal et Turquie. Un nouveau pays entre au Top 10 : la Turquie. Trois Muscats Français du Languedoc-Roussillon se classent au TOP 10. Incontestablement le palmarès 2015 fait honneur aux Muscats VDN (Vins Doux Naturels), naturellement doux, Muscats Hors d’âge élevés sous bois de chêne et vins de liqueur. L’Afrique du Sud, l’Australie, la Bulgarie, l’Espagne, la France, l’Italie et le Portugal confirment la qualité des productions en compétition.

Intimement liée à son vignoble, Frontignan la Peyrade est la capitale mondiale du Muscat et le démontre chaque année depuis 15 ans en accueillant à la maison Voltaire, le grand concours Muscats du Monde®, organisé par "Forum œnologie" en partenariat avec la Ville. Un concours devenu une des référence des manifestations de ce genre grâce à sa rigueur méthodologique et grâce à l'équipe qui œuvre à sa réussite année après année.
On citera tout particulièrement Henri-Laurent Arnould, œnologue, créateur de Forum Œnologie, association 1901 dont le but est pédagogique, scientifique et culturel et Michel Sala, viticulteur et universitaire, conseiller municipal de Frontignan la Peyrade, délégué au muscat, au patrimoine culturel, aux nouvelles technologies. Une des idées maîtresses qui guide la vie de ces deux passionnés est celle de la "Rencontre et de l'échange des savoirs".


Henri-Laurent Arnould                                                                   Michel Sala

Date anniversaire, cette 15e édition a également vu la création du Club Muscat qui réunit professionnels et amateurs de gastronomie et de vin autour du cépage muscat pour le faire rayonner à travers le monde. Les premiers membres de ce club ont eu le privilège de déguster les 15 meilleurs muscats du monde 2013 et 2014 parmi lesquels bien sûr, ceux de Frontignan, mais aussi des muscats venus de toute la planète, tranquilles ou effervescents, des plus secs aux plus moelleux... un véritable voyage, de l'Espagne à l'Italie, en passant par la France mais aussi la Bulgarie, Chypre, l'Arménie ou encore l'Australie, le Brésil et l'Afrique du Sud.

Autre événement cette année, Muscats du Monde recevait une personnalité éminente de la viticulture, Pierre Gallet, venu à l'occasion de la ré-édition de son « Dictionnaire encyclopédique des cépages» parler des quelques 10 000 cépages qu’il a identifiés dans le monde entier (voir détails en rubrique patrimoine/terroirs).

Henri-Laurent Arnould, Pierre Galet et Michel Salade gauche à droite : Henri-Laurent Arnould, Pierre Galet et Michel Sala

Après ce versant professionnel, place à la fête avec l’incontournable Festival du Muscat qui aura lieu du mercredi 15 au dimanche 19 juillet. Au programme des réjouissances : expositions, spectacles, tournois de joutes languedociennes, le Grand marché des goûts et des saveurs en cœur de ville, défilés des confréries, et de nombreux rendez-vous conviviaux et festifs sans oublier les ateliers de dégustations et visites des caves des vignerons

 

Palmarès 2015 du concours international Muscats du Monde®
concours organisé selon des règles rigoureuses d'objectivité allant au delà même des normes internationales.
tests à l'aveugle.

PaysProduitsProducteurs

Italie
Moscato di Terracina Doc Oppidum Secco 2014 Cantina Sant'Andrea Az. Agricola
 

Bulgarie
EM Muscat Ottonel 2014 Edoardo Miroglio Eood
 
Afrique du Sud
Nederburg Private Bin Eminence 2008 Nederburg Wines
 

France
Muscat de Rivesaltes Château les Pins 1993 Vignobles Dom Brial
 

Australie
Morris Cellar Reserve Grand Liqueur Muscat Morris Wines
 

Espagne
Valles de Sadacia IGP - Libalis Muscat 2014 Vintae Luxury Wine Specialists
 

Hongrie
Exaltation 2012 Holdvolgy
 

Portugal
Xavier Santana - Moscatel de Setúbal Doc 2012 Xavier Santana Sucessores
 

Turquie
Leona Bloom Misket Kayra 2014 Mey Icki Sanayi Ve Ticaret As. / Kayra Wines
 

France
Muscat de Frontignan - Cuvée Belle Étoile 2014 Domaine Peyronnet
 

France
Pays d'Oc IGP - Muscat Sec Petits Grains - Beauvignac 2014 Les Costiéres de Pomerols
 

Italie
Fior d'Arancio Colli Euganei Docg Maeli - Moscato 2014 Terre Del Pirio
* Certains vins sont rigoureusement ex-aequo ainsi le TOP 10 2015 comprend 12 vins.
 

Succès des assises de l’œnotourisme et du terroir

L'édition 2015 des assises de l’œnotourisme se tenait cette année à l’abbaye de Valmagne.
Ces rencontres ont réuni plus de 120 professionnels qui se sont mobilisés pour participer aux tables rondes et aux échanges, autour d’une problématique commune : le Pays de Thau.
Vignerons, conchyliculteurs, restaurateurs, hébergeurs, agences réceptives, guides touristiques et représentants des structures de tourisme et de loisirs ont ainsi fait un bilan des actions menées en 2014 (Montmartre…) avant de lancer des pistes pour développer l’attractivité du territoire.

Lancement de deux nouveaux AOP au Caveau de Beauvignac

C'est ce vendredi 12 juin, à Mèze, au Caveau de Beauvignac, qu'a eu lieu la présentation et la dégustation de la Cuvée Expression Nature 2014 AOP Languedoc Blanc et Rouge.

Dans le cadre de la 1ère semaine de la Coopération Agricole, créée sous le Haut Patronage du Ministère de l’Agriculture, M. Cyr Gaudy, président et M. Joël Julien, directeur, ont donné les trois coups de la saison Oenotouristique 2015 devant un public conséquent de connaisseurs enthousiastes.
On notait la présence de Mme Imbert et de M. Morgo, nouveaux conseillers départementaux. M. Fricou, maire de la Ville, prononçait les premiers mots en précisant l'importance de ce caveau coopératif et tout son cheminement historique.
Le président M. Gaudy mettait ensuite l'accent sur la progression économique de la structure, en passe de dépasser la "maison mère" à Pomerols. Le directeur M. Julien énumérait ensuite les caractéristiques techniques de la Cuvée Expression Nature sans oublier l'orientation touristique des produits élaborés et leur harmonie avec les spécificités d'un terroir riche à plus d'un titre.

 

 

Descriptif des deux AOP

  • AOP Languedoc Blanc
    Cépage et terroir : vermentino, 40 % ; grenache blanc, 40 % ; roussanne, 20 %
  • AOP Languedoc Rouge
    Cépage et terroir : syrah 80 % ; mourvèdre 20%

 

de gauche à droite : Mme Imbert, M. Morgo, Mme Rière, M. Julien, M. Gaudy et M. Fricou.

Un apéritif dînatoire concocté par l'Atelier 35 était ensuite proposé et, comme il est maintenant de tradition au Caveau de Beauvignac d'allier musique et dégustation, LADY SCOOT s'est emparé du micro tendu par Geneviève Rière "pour faire vibrer l'intime… ou le dancefloor" avec son répertoire "old jazz".

 

En somme des mises en bouche attrayantes annonciatrices de la formule renouvelée des jeudis musicaux si prisés l'an passé. Une autre bonne nouvelle : comme il est hors de question de s'endormir sur ses lauriers au Caveau de Beauvignac, toute une série de néo-animations ont vu le jour.

Pour en avoir le détail téléchargez le flyer qui vous dira tout !

 

 LADY SCOOT


L'image du vin en France : le vin, un plaisir raisonnable

Chaque année le baromètre IFOP/Vin & Société réalise un sondage qui mesure la perception qu'ont les Français de leur trésor national. La dernière enquête publiée (2014) incite à l'optimisme comme l'illustre la vidéo ci-dessous. Espérons que le sondage de cette année confirme cette image positive. 

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations