Vigne

Étiquetage des vins, comment s'y retrouver ?

Les vins font l'objet d'une réglementation très stricte permettant d'assurer la traçabilité des produits. Les étiquettes sont une source d'informations précieuse pour le consommateur. Décryptage.

Wine Bottles, Wine, Wine Rack

Les typologies de vins

Les vins sans indication géographique

Certains vins ne font apparaître aucune appellation protégée ou indication géographique sur leur étiquette. Ils répondent néanmoins à une catégorie spécifique anciennement dite « vin de table » et qu'on appelle aujourd'hui « vin sans indication géographique (VSIG) ». Cette catégorie a l'obligation de faire apparaître sur l'étiquette la mention du pays où les raisins ont été collectés et transformés. Par exemple, si un vin est produit en France, il devra obligatoirement faire apparaître la mention « vin de France ».

À noter que depuis 2009, les vins sans indication géographique disposent d'une autorisation à faire figurer sur leur étiquette le cépage et le millésime, sous réserve d'un agrément spécifique de l'opérateur et d'une certification de FranceAgriMer.

Lire aussi : Comprendre les labels bios

Les vins avec une indication géographique ou une appellation contrôlée

Cette catégorie correspond à des vins dont les raisins sont récoltés et vinifiés sur un périmètre géographique défini ou qui sont le fruit d'un terroir. Il existe plusieurs types de mentions :

  • L'appellation d'origine protégée (AOP)

La mention AOP sur une étiquette signifie que le vin est lié à un terroir et un savoir-faire spécifiques. Pour faire figurer ce sigle à valeur européenne, le vin doit au préalable obtenir l'équivalent français de cette mention, l'appellation d'origine contrôlée (AOC). Ce n'est qu'une fois acquise que le produit pourra être inscrit dans le registre européen des dénominations protégées (placé sous l'autorité de la Commission européenne).

  • L'indication géographique protégée (IGP)

L'IGP se base également sur le rapport du produit à un terroir donné et répond aux mêmes contraintes d'enregistrement au niveau national et européen. L'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) indique que, pour qu'un produit obtienne l'IGP, il faut « qu'une étape au moins parmi la production, la transformation ou l’élaboration de ce produit doit avoir lieu dans cette aire géographique délimitée ».

Lire aussi : AOP-AOC, IGP, AB... : les labels de qualité dans l'alimentation

Les mentions obligatoires

Pour qu'un vin soit considéré comme respectant la réglementation, il doit obligatoirement faire apparaître sur son étiquette les éléments ci-dessous :

  • La catégorie réglementaire du vin

Type de vin (vin pétillant, vin…), appellation ou indication géographique protégées.

  • Le message sanitaire (boissons > 1,2 % d’alcool)

Message ou pictogramme déconseillant la consommation d’alcool pour les femmes enceintes.

  • Le titre alcoométrique volumique acquis (TAVA)

Pourcentage d’alcool (en unités ou demi-unités).

  • Le numéro de lot

Indication de la quantité de vin produit et conditionné dans des conditions similaires. Le numéro est toujours précédé d’un « L ».

  • La provenance
  • La présence d’additifs ou d’allergènes
  • Le volume nominal

Volume de liquide censé être présent dans le contenant.

  • Les informations relatives à l’embouteilleur

Lire aussi : Quelle réglementation pour l’origine géographique des produits alimentaires ?

Les informations complémentaires

Il existe des informations complémentaires qui peuvent vous aider à vous assurer de la conformité d'un produit. Ces mentions, sans être obligatoires, sont néanmoins soumises à réglementation :

  • Le millésime

Pour pouvoir faire valoir une année de millésime, le producteur doit avoir récolté au moins 85 % des raisins pendant l'année indiquée sur la bouteille.

  • Le cépage

De la même manière que le millésime, un cépage indiqué sur une bouteille de vin indique qu'en principe 85 % des raisins correspondent à la variété indiquée (100 % dans le cas d'un assemblage).

  • La méthode de production

Les producteurs peuvent décider de mettre en avant certaines pratiques de production. Par exemple, il peut être indiqué sur la bouteille le type de contenant dans lequel le vin a été élevé. À noter que pour utiliser ces informations, il faut répondre à des conditions spécifiques.

  • Exploitation agricole

La mention de l'exploitation agricole est normalement réservée aux IGP ou aux. Pour avoir la possibilité de la faire apparaître sur une bouteille, le vin doit avoir été récolté et vinifié exclusivement sur le domaine.

Lire aussi : Les labels « Fabriqué en France » pour les produits non alimentaires

Vigneronnes !

Pour le meilleur et pour tous, élaborer un vin, du cep à la dégustation, est un art qui se décline désormais dans un genre nouveau: le féminin.
Cela n'a pas échappé à Sandrine Goeyvaerts, dans son récent ouvrage: "Vigneronnes, 100 femmes qui font la différence dans les vignes en France", aux éditions Nourriturfu.
Voilà donc que les cuvées de Muscat petit-grain du clos de Mièges, de Vic la Gardiole, mises en nectar par l'historienne-vigneronne Florence Montferran sont désormais honorées dans cet ouvrage, parmi les plus renommées vigneronnes de France: Marlène Soria (Saint Pargoire), Agnès Henry (Bandol) ou Delphine Richard (Champagne).
On aura compris que ces dames ont choisi la meilleure alliée: Dame Nature. C'est la main de la femme qui guide la vigne, comme elle guide celle de l'enfant. Comme dans la nouvelle occitane de Max Rouquette, "le vin herbé", où on apprend que c'est l'âne, avant même de procréer, qui sculpta la vigne de sa dent fine et sensible, ces vigneronnes, loin de se poser en modèle, sculptent ces ceps de vigne, afin que depuis la racine jusqu'au sein même de cette vigne jaillisse le divin breuvage. Mais ce n'est pas fini! De comportes en barriques la vendange est mirée, goutée, soignée avec tant d'amour que l'or des petits grains finit par briller de mille pépites mielleuses dans votre gorge.  
http://lesclosdemiege.fr/2019/08/incursion-au-pays-des-vigneronnes

Vigneronnes !

Incursion au pays des vigneronnesSandrine Goeyvaerts, présidente de l’association Women do wine, journaliste, autrice, œuvre depuis quelques années à faire bouger les lignes dans le monde du vin, longtemps si dévolu à la seule gent masculine qu’elle reçoit en 2014 le prix d’Homme de l’année de la RVF.

En lançant l’hashtag #womendowine en 2017, elle suscite la naissance d’un mouvement destiné à rendre les femmes du vin  plus visibles dans tous ses métiers, à casser quelques codes, notamment sur les « vins féminins », à inventer un nouveau langage, féminisant les professions, remodelant les usages.

La première rencontre des Women do wine à Paris, le 23 juin dernier, a amplifié ce mouvement. Réunir, faire connaissance, échanger « dans la bienveillance et la sororité » tel est le mot d’ordre et l’impulsion que donne Sandrine Goeyvaerts.

On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Pour défendre ces points de vue, elle rédige en 2019, l’ouvrage  Vigneronnes, 100 femmes qui font la différence dans les vignes en France de sa plume fine, incisive. Sous le propos teinté de jeux de mots, se cache une entreprise on ne peut plus engagée : montrer cette présence grandissante de vigneronnes, ce qu’elles apportent au monde du vin, la différence qu’elles font entendre, non pour proposer un vin de femme, mais un vin de vigneronne : l’exaltation d’un terroir, l’intérêt pour certains sols, la finesse d’un cépage oublié ou la précision d’une vinification.

D’une galerie de portraits croqués sur le vif émane une vision en panoramique de ces femmes et de leurs cuvées, d’Alsace au Bordelais, du Sud-Ouest à la Moselle et au Jura, jusque dans les plus petites dénominations, comme, dans la Loire, en IGP Côtes de la Charité. Les modes de production s’ouvrent largement à la culture biologique, biodynamique voire en vin nature au fil des pages Valeurs sûres y côtoient étoiles montantes et jeunes pousses. « Les vigneronnes sont multiples et uniques, leurs profils divergent et leurs expériences aussi ». C’est dit. Cette diversité des parcours tord le cou à l’idée qu’il existerait un seul profil, « un vin de femme », ouvre des voies pour toutes celles qui voudraient se lancer … et nous donne sérieusement envie de tout déguster ! 

Sandrine Goeyvaerts évoque en avant-propos quelques cercles de femmes du vin, que Mélanie Pfister en l’Alsace représente dans l’ouvrage. Ce sont ces associations qui, à partir des années 2000, ont lancé une action pour la visibilité de femmes du vin, tout comme une entraide pour se sentir moins isolées. Je pense notamment aux Vinifilles en Languedoc, et à leur action solidaire exemplaire.


La présence de nombreuses vigneronnes languedociennes dans l’ouvrage témoigne du dynamisme de la région, pionnière à bien des égards. Les Héraultaises y figurent en force autour de Marlène Soria, la première de toutes.(1)


Parmi ces 100 vigneronnes, beaucoup sont passées par Claret, près de Montpellier, présenter leurs cuvées au salon initié par Laurent Lafont, seul rendez-vous de femmes venues de toute la France en Languedoc.

Vigneronnes, 100 femmes qui font la différence dans les vignes en France, par Sandrine Goeyvaerts, Éditions Nourriturfu, Paris, 2019, 167 p.

Un mot sur la Maison d’édition d’Antonin Iomi-Amunategui et Anne Zunino, qui publie  autour de l’alimentation du futur des guides – GlouGLou 2 vient de sortir-, des ouvrages de réflexion à l’avant-garde des questionnements, sur les vins nature par exemple. 

 

[1]Carole et Corinne Andrieu au Clos Fantine (34), Véronique Attard au Mas Coris (34), Sybil Baldassarre au Domaine la Griane sauvage (34), Frédérque Barriol-Montès au Domaine la Casenove ((66),, Chloé Bartet au Domaine Les Serrals (34), Mylène Bru au Domaine Mylène Bru (34), Christelle Duffours au Mas Troqué (34), Anne Gros au Domaine Anne Gros (34), Karine Mirouze au Domaine Beaureagrd-Mirouze (11), Florence Monferran, aux Clos de Miège (34) Laurence Rousselin au Domaine Rousselin (66), Anne-Laure Sicard au Mas Lasta (34), Marlène Soria, Frédérique Vaquer au Domaine Vaquer (66)

 

Les vendanges pour les coopérateurs des Terroirs de la Voie Domitienne

Cluster, Raisins, Grain De Raisin, SyrahPour les coopérateurs des Terroirs de la Voie Domitienne et donc pour de nombreux Poussannais viticulteurs ou possédant des vignes les vendanges vont se développer progressivement en fonction des prélèvements effectués et donc de la maturité des raisins .

Pour l’instant, il est prévu pour les coopérateurs qui sont concernés un 1er ramassage des Sauvignon blancs dès ce jeudi 29 août avec une seconde partie selon le stade de maturité des grappes, la semaine prochaine.

Raisins, Vin, Vigne, Vignoble, Fruits

Pour les Chardonnay bio ce sera samedi 31 août, puis en fin de semaine prochaine tous les Chardonnay.

Pour tous les autres cépages, en fonction du degré ce sera à partir du lundi 2 avec à priori des Syrah et des Merlot d’au moins 13°.

A partir du mardi 3 au soir un nouveau calendrier sera établi, toujours en fonction de la maturité des raisins.

 

4ème ‘Jeudis Vinocap’ Au Cap d’Agde le 8 août 2019

4ème « Jeudis Vinocap »
au Cap d’Agde le 8 août 2019

 

Les « Jeudis Vinocap » sont le nouveau rendez-vous oenotouristique de cet été 2019. Ils s’inscrivent dans la continuité de « Vinocap », organisé chaque année depuis 10 ans lors du week-end de l’Ascension, avec le succès qu’on lui connaît.

Jusqu’au 12 septembre 2019, les 6 prochains jeudis soir permettront aux amateurs de bons vins de déguster une sélection des meilleurs millésimes des producteurs de l’agglo Hérault Méditerranée, dans un lieu d’exception : la terrasse panoramique du 4ème étage du Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée qui offre une vue unique sur la station.

Chaque jeudi, de 19h à 22h, le Cap d’Agde devient ainsi la vitrine de notre destination oenotouristique.

Ce rendez-vous est organisé par la Ville d’Agde, l’Agglomération Hérault Méditerranée, l’Office de Tourisme et la Route des Vignerons et des Pêcheurs.

Il illustre l’art de vivre et la convivialité de notre destination touristique Cap d’Agde Méditerranée qui présente une production viticole d’une grande richesse, accueillant pas moins de 3 AOC / AOP et 5 IGP. Ce vignoble est le théâtre d’une grande diversité de terroirs, avec des sols, des climats et des cépages variés dont les différents mariages en font des vins uniques.

Sur le même principe que Vinocap, le public peut déguster le millésime de son choix (3 euros le verre) et l’accompagner éventuellement d’une planche de tapas de produits régionaux (10 euros), dans une ambiance lounge et musicale, avec les producteurs (domaines et caves coopératives) qui présentent leurs cuvées haut de gamme, leurs métiers, l’art de faire du vin et leurs prestations oenotouristiques.

La prochaine édition a lieu le jeudi 8 août avec la présence des 3 domaines et des 2 caves coopératives suivants :

  • Domaine Saint-Hilaire à Montagnac

  • La Croix Saint-André à Pézenas

  • Domaine de la Chartreuse de Mougères à Caux

  • Cave coopérative « Le Rosé de Bessan »

  • Cave coopérative « les Vignerons de Florensac »

Infos pratiques :

  • Jeudi 8 août 2019, de 19h à 22h

  • Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée : terrasse panoramique (4ème étage)

  • 3 € le verre / 10 € la planche de tapas

  • Informations : Office de Tourisme : 04.67.01.04.04 / www.capdagde.com

A Poussan, La vigne a souffert mais elle résiste

Au niveau phénologique, la vigne en est actuellement au stade de la véraison, avec 10 jours de retard par rapport à une année 2018 un peu précoce mais cela la place donc dans un cycle normal, celui des dernières décennies, pas de soucis à ce niveau. Les raisins « tournent » et changent de couleur. Le coup de froid du mois d’avril a tout décalé…

  gnacP1260282

« Il faut s’attendre donc à des vendanges en septembre mais pour les viticulteurs qui ont été impactés par la canicule elles auront un goût un peu amer… »

La forte canicule de fin juin a laissé des traces. Il manquera des grappes. Des parcelles ont été particulièrement touchées avec des cépages comme le Syrah et le Carignan, plus sensibles que le Cinsault et le Merlot. Une baisse de production suivant les parcelles entre 20 et 80 %, les vignes sur les coteaux exposés au soleil ayant été particulièrement impactées.

gnacP1260284« Si une pluie le 15 août serait la bienvenue, si l’on peut l’espérer, il faut surtout protéger les feuillages pour les nouveaux plantiers car ceux-ci continuent à pousser jusqu’au mois de septembre ».

Mais en ce moment,l’on traite surtout contre le ver de grappe qui est un ravageur de la vigne de l’ordre des lépidoptères. Le papillon mesure de 5 à 8 mm de long et de 10 à 13 mm d’envergure : il est légèrement plus petit que cochylis. Il possède une touffe d’écailles sur la partie dorsale du thorax. Les ailes antérieures sont bleutées avec des taches sombres et les ailes postérieures sont grises. Et il faudra s’occuper de la cicadelle de la flavescence dorée (La cicadelle de la flavescence dorée qui ne cause aucun dégât direct mais elle est vectrice du phytoplasme de la flavescence dorée. Cette maladie cause aux ceps infectés des symptômes graves, décoloration foliaire, non aoûtement des bois, dessèchement des bois entraînant la mort du cep.) ainsi que contre le ver de grappe (papillon, dont la taille varie selon 3 espèces). »gnacP1260285

Question météorologie, que le beau temps continue sans chaleurs excessives.

Rendez-vous fin août début septembre pour commencer à préparer les vendanges.

Les ‘Jeudis Vinocap’ au Cap d’Agde du 18 juillet au 12 septembre 2019

 

Les « Jeudis Vinocap »
au Cap d’Agde du 18 juillet au 12 septembre 2019

 

Les « Jeudis Vinocap » sont le nouveau rendez-vous oenotouristique de cet été 2019. Ils s’inscrivent dans la continuité de « Vinocap », organisé chaque année depuis 10 ans lors du week-end de l’Ascension, avec le succès qu’on lui connaît.

Du 18 juillet au 12 septembre 2019, les 9 jeudis soir permettront aux amateurs de bons vins de déguster une sélection des meilleurs millésimes des producteurs de l’agglo Hérault Méditerranée, dans un lieu d’exception : la terrasse panoramique du 4ème étage du Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée qui offre une vue unique sur la station.

Ce rendez-vous est organisé par la Ville d’Agde, l’Agglomération Hérault Méditerranée, l’Office de Tourisme et la Route des Vignerons et des Pêcheurs.

Il illustre l’art de vivre et la convivialité de notre destination touristique Cap d’Agde Méditerranée qui présente une production viticole d’une grande richesse, accueillant pas moins de 3 AOC / AOP et 5 IGP. Ce vignoble est le théâtre d’une grande diversité de terroirs, avec des sols, des climats et des cépages variés dont les différents mariages en font des vins uniques.

Dans une ambiance lounge et musicale, 4 producteurs (trois domaines et une cave coopérative) présentent leurs cuvées haut de gamme, leurs métiers, l’art de faire du vin et leurs prestations oenotouristiques.

Chaque jeudi, de 19h à 22h, le Cap d’Agde devient ainsi la vitrine de notre destination oenotouristique.

Sur le même principe que Vinocap, le public pourra déguster le millésime de son choix (3 euros le verre) et l’accompagner éventuellement d’une planche de tapas de produits régionaux (10 euros).

Première date : jeudi 18 juillet, avec la présence exceptionnelle des pilotes de la Patrouille de France qui aura fait son show sur les plages capagathoises l’après-midi même.

Les 3 domaines et la cave coopérative présents sont :

  • La Garance à Caux

  • L’Octroi à Agde

  • Villa Delmas à Saint-Thibéry

  • Cave Richemer à Agde

Infos pratiques :

  • Du jeudi 18 au jeudi 12 septembre 2019, de 19h à 22h

  • Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée : terrasse panoramique (4ème étage)

  • 3 € le verre / 10 € la planche de tapas

  • Informations : Office de Tourisme : 04.67.01.04.04 / www.capdagde.com

 

Aide exceptionnelle aux viticulteurs

Carole Delga : « La Région est solidaire des hommes et des femmes qui font vivre le territoire ! »

 Réunis sous la présidence de Carole Delga, vendredi 19 juillet à Montpellier, les élus de la Commission permanente ont approuvé l'affection d'une enveloppe d'un million d'euro pour venir en aide aux agriculteurs et viticulteurs touchés par les récentes intempéries.

 Lors du premier semestre 2019, la Région Occitanie a de nouveau été touchée par des épisodes climatiques intenses liés au gel, à la grêle ou plus récemment à une période de canicule sans précédent. Episodes qui entraîneront des pertes de récoltes significatives pour les agriculteurs impactés. L'évaluation est encore en cours pour certains départements, mais Aude, Hérault, Gard, Pyrénées-Orientales, Lot, Lozère et Haute-Garonne ont été particulièrement soumis à ces aléas climatiques.

 « Consciente des conséquences dramatiques de la canicule et de la grêle, j'ai fait voter ce matin aux membres de la Commission permanente une aide exceptionnelle d'un million d'euro pour soutenir les viticulteurs et agriculteurs durement touchés. La solidarité est l'affaire de tous et je m'attache à ce que ce soit l'une des qualités premières de la Région ! », a déclaré la présidente de Région, Carole Delga.

 Outre cette aide directe, il sera proposé à la prochaine Assemblée Plénière de novembre une adaptation du dispositif régional de soutien à la trésorerie déjà mobilisé lors de précédentes intempéries en 2017 et 2018, afin d'accompagner les agriculteurs touchés par ces évènements climatiques.

 Accompagner les exploitations pour anticiper l'adaptation au changement climatique

 Compte-tenu de la multiplication des phénomènes climatiques en cours, il est également nécessaire d'agir sur des mesures de long terme afin d'accompagner les exploitations et les structures économiques dans l'adaptation au changement climatique.

 Plusieurs pistes de travail ont été évoquées ce matin :

 

-    le développement de l'assurance pour tous les risques assurables dont les phénomènes de canicule. Afin de permettre cette évolution et au regard des difficultés que cela pose pour les arboriculteurs, la Région Occitanie soutient la Fédération Fruits et Légumes qui porte une demande auprès du ministère pour l'accompagner dans cette démarche.
 
-    la poursuite et la mise en place de mesures de prévention pour anticiper l'impact des évènements climatiques. Il sera notamment nécessaire de s'interroger globalement sur les évolutions possibles des modèles de production.
 
La Région souhaite mettre en place début 2020, en lien avec la profession, une stratégie globale pour accompagner l'adaptation au changement climatique des exploitations et des structures économiques. Ce travail se fera en lien avec la Mission d'information et d'Evaluation constituée lors de l'Assemblée plénière du 27 juin dernier.
 
Carole Delga a rappelé, à l'occasion de ce vote, sa position ferme sur le risque de réduction des budgets des Chambres d'agriculture : « Alors que portons sur les territoires des politiques publiques volontaires et ambitieuses en faveur d'une agriculture de qualité ; alors que nous œuvrons à accompagner les agriculteurs vers une production respectueuse de l'environnement ; il est du devoir de l'Etat de maintenir son appui aux Chambres consulaires. Ces budgets ne sont pas que des espèces sonnantes et trébuchantes, ce sont des emplois, des hommes et des femmes qui qui informent, forment et accompagnent les agriculteurs dans la transition agroécologique et leurs démarches d'amélioration de la qualité des productions. »

 

LES TURBULENTS ET PETILLANTS

6ème édition du salon des vignerons natures au domaine des Agriolles à LA BOISSIERE (34150).

Samedi 20 juillet 2019 de 11h à 22h

Une quinzaine de vigneron(s) (nes) principalement de la vallée de l’Hérault font déguster au domaine des AGRIOLLES (Boutique Ô CHAMPS) des vins naturels dans le respect de la terre, des raisins.

L’entrée est gratuite (verre de dégustation griffé 5€) et une restauration paysanne en continue permet de se sustenter…avec en tête d’affiche : le burger MC D’Ô CHAMPS !

Domaine des Agriolles
Mas D'alhem
34150
La Boissière
entrée gratuite

La cave coopérative « Le Rosé de Bessan » en mode dégustation pour l’été

 Ce n’est plus une tradition : c’est une institution !

La cave coopérative va passer en mode « dégustation » pour l’été. A deux reprises, les responsables du « Rosé de Bessan »  vont proposer leurs soirées festives dont le succès ne se dément pas. Elles sont même devenues, au fil de quelques années, un des moments fort de la saison estivale. Cette année, grâce à son dynamisme, l’équipe des coopérateurs bessanais, emmenée par le président Jean-Marc Ibanez et la directrice Delphine Berruezo, proposent ces deux soirées estivales :

les samedi 20 juillet et jeudi 8 août prochains.

Elles seront l’occasion de passer un agréable moment de convivialité et de découvrir (ou redécouvrir) les produits du terroir, dont les fameux vins rouge, rosé et blanc de la cave coopérative. Au cœur de l’établissement, pas loin d’un millier de personnes y participent habituellement. Adultes et enfants y passent un agréable moment dans une ambiance à la fois familiale et chaleureuse.

Comme à l’habitude, l’animateur « Dj Seb » anime la soirée, et si le vin coule à flot, c’est avec modération que les participants l’apprécient.

Les soirées ont lieu à partir de 19h30, avec animation musicale et verre sérigraphié.

Les réservations sont conseillées.

Pour tous renseignements, contacter le caveau de la cave coopérative au 04 67 09 02 63.

Le soutien à l'agriculture sinistrée par la canicule s'organise dans le département

Un recensement est en cours.

Les températures exceptionnelles sur l'ensemble du département ce vendredi 28 juin et les jours suivants, ont causé des dégâts importants sur les cultures.

Le Président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault Jérôme DESPEY réunit ce 1er juillet la cellule de crise climatique en réponse à cet évènement exceptionnel avec des conséquences jamais observées. D’importants dégâts sur vigne, mais aussi dans les autres filières : horticoles, fruits et légumes, grandes culture, élevage sont constatés.

Afin de recenser et caractériser l'impact de ce phénomène, remplir ce questionnaire.

 

Numéro d’appel 04 67 20 88 17