Expos

Découvrez l'exposition "La Beauté en partage" et la politique d'acquisitions du musée Fabre à travers une courte présentation

Découvrez l'exposition "La Beauté en partage" et la politique d'acquisitions du musée Fabre à travers une courte présentation par Michel Hilaire, directeur du musée Fabre.

Exposition Alain Campos du 13 novembre 2020 au 30 janvier 2021

Exposition Alain Campos

Du 13 novembre 2020 au 30 janvier 2021

Galerie Yves Faurie, 6 quai Léopold Suquet à Sète

Alain Campos né au Maroc en 1955. 
Depuis quarante ans il développe un travail sur l’humain. Son travail oscille entre figuration, symbolisme et récit. En parallèle il fait partie du collectif BANLIEUE BANLIEUE.

Pour cette nouvelle exposition, la galerie Yves Faurie présente une série de neufs toiles (150x150), quelques grand formats dont une vague spectaculaire (170x300). Une très belle série de papiers (70x50) plus une série de carnets originaux.

 

Alain Campos expose L’instant d’avant à la galerie Yves Faurie sur le quai Léopold Suquet. Prévue en avril dernier, puis reportée en plein cœur du second confinement, l’ouverture de l’exposition a finalement eu lieu en novembre dernier. Beaucoup de papier marouflé, des couleurs éteintes, bruns, terres de sienne, ocres… Des personnages un peu flous qui semblent sortir d’un conte ou d’un rêve. Mais quelque chose d’assez terrien. Quelques grandes toiles où enfle une vague… Et beaucoup d’arbres, comme des traits d’union entre le ciel et la terre. “Je n’imagine jamais un tableau avant de le faire. Je travaille le dessin en même temps que la peinture sur une base au brou de noix. Le support est important. Les matériaux ont une vie propre. Il faut se laisser amener. Le papier, par exemple, c’est vivant. Ça réagit différemment selon la façon dont on l’utilise” raconte Alain Campos.

Alain Campos est né à Casablanca, en 1955. Puis.......................................

Découvrir sa vie et son oeuvre sur : https://www.sete.fr/article/alain-campos-discret-tout-en-sensibilite-et-en-pudeur/

La salle de la Macaronade expose les œuvres de Michel Richard, artiste numérique et sétois d'adoption

La salle de la Macaronade expose les œuvres de Michel Richard, artiste numérique et sétois d'adoption. "Métamorphose" est à voir du 8 au 17 septembre. Vernissage le vendredi 8 septembre à 18h30.Peut être une image de affiche et texte qui dit ’EXPOSITION MICHEL RICHARD METAMORPHOSE DU 8 AU 17 SEPTEMBRE 2023 10H- 13H ET 16H- 20H Salle des Escaliers de la Macaronade Quai Général Durand Sète ville de sète "’

Ce samedi 9 septembre s’organise une journée inédite au Réservoir.

Dès 10h30, adultes et grands enfants auront l’occasion de venir rencontrer l’artiste 2nyss et son fidèle compagnon Oscar.
 
À 15h, les bambins pourront découvrir l’univers coloré, drôle et immersif de l’artiste et participer à des ateliers créatifs. De l’histoire d’Oscar en passant par un atelier dessin et de mise en couleurs, vous n’aurez qu’à venir munis de vos tabliers.
2nyss et sa bande de joyeux personnages se chargent des fournitures.
Un belle journée en perspective donc à la découverte de cet artiste aux nombreux talents !

Ateliers gratuits limités à 8 personnes, réservations conseillées au 04 67 19 39 04.

 

AU CRAC OCCITANIE A SETE DURANT LES VACANCES

CRAC OCCITANIE

Du 9 octobre au 6 février :
Ouvert tous les jours de 12h30 à 19h
Le week-end : de 14h à 19h
Fermé le mardi


Entrée gratuite / Free entrance

L'accès au centre d'art est soumis à la présentation d'un pass sanitaire valide
Le port du masque est obligatoire

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tel : +33 04 67 74 94 37

Exposition ''Appui, tendu, renversé'' - Jimmy Robert : du 08 octobre au 06 février 2022

 

Exposition "Appui, tendu, renversé" - Jimmy Robert

du 08/10/2021 au 06/02/2022

 

Appui, tendu, renversé de Jimmy Robert est la première exposition de cette ampleur dédiée à l’artiste en France. Fruit d’une coproduction avec Nottingham Contemporary au Royaume-Uni et le Museion à Bolzano en Italie, elle retrace un parcours de plus de vingt ans de travail.
 
 
Exposition "Pharmakon" - Antoine Renard

                du 08/10/2021 au 06/02/2022

L’exposition Pharmakon présente les nouvelles productions d’Antoine Renard réalisées suite à sa résidence à la Villa Médicis en 2019. À Rome, il a pu mener différentes recherches autour du parfum, conçu comme support de la la psyché, de la mémoire et de l’identité. Puisant dans l’héritage culturel de Rome et de la Méditerranée, Antoine Renard s’est appuyé sur les cultures antiques et chrétiennes qui ont une large expérience du parfum dans la relation à la mystique, au corps et à la guérison.

 

EXPOSITION : MARINA HIRLEA ET LUDOVIC BALAIS A LOUPIAN

andres-perez-se0GXEsgtPk-unsplash.jpg

 

Du jeudi 17 au dimanche 27 août 2023

Tous les jours

Jeudi 24 août 2023

à partir de 18 H 00

 
 
 
Église Saint-Hippolyte
5 Rue Anatole France
34140
LOUPIAN

Exposition de peintures et sculptures.
Vernissage le 24 août à 18h.

Renseignements au 04 99 57 21 74.

Marina Hirlea est diplômée de la faculté d’Arts Plastiques de Strasbourg. 

 Marina Hirlea est une artiste basée en France dont les peintures ont été présentées dans des expositions personnelles à l'échelle nationale.

Elle a également étudié l’architecture à l’UAUIM  l’Univérsité d’Architecture et Urbanisme Ion Mincu de Bucarest  ainsi qu’à l’école ATHENAEUM de Lausanne. 

Elle expose régulièrement en France et à l’étranger.

Ludovic Balais produit toutes sortes de ferronnerie d’art pour extérieur, il en produit également pour l’intérieur.


Chaque création est unique que ce soit des grilles de fenêtre, garde-corps ou encore des escalier Ludovic réalise ses créations sur mesure et fait en sorte que la création soit à l’image de son acheteur.

Vendredi 29 Octobre à 19 h , Concert de la fin d'exposition de Nicole BAROBEAU à SÈTE

Vendredi 29 Octobre à 19 h , Concert de la fin d'exposition de Nicole BAROBEAU à SÈTE

aaaaConcert Expo NB

Dimanche prochain 2 janvier, ce sera le premier dimanche de gratuité de 2022 au Musée Fabre!

Dimanche prochain 2 janvier, ce sera le premier dimanche de gratuité de 2022 au Musée Fabre! L'accès sera libre et gratuit dans les collections permanentes et à l’hôtel de Cabrières Sabatier d’Espeyran.
Voici le programme :
10h30 et 11h30 : Quoi de neuf au musée ?
Venez découvrir le jeu Collector dans l'exposition "La Beauté en partage, 15 ans d'acquisitions au musée Fabre"
 Contremarque à retirer à la billetterie dans la limite des places disponibles 30 minutes avant le départ.
RDV hall d'accueil
15h : Visite couplée en lien avec "Sol! la biennale du territoire #1 un pas de côté" (MO.CO. Montpellier Contemporain Panacée)
 
 
Gratuit sur inscription par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Peut être une image de 4 personnes, enfant et texte

Pavillon Populaire

 

Le Pavillon Populaire de Montpellier est un espace d'art photographique ouvert gratuitement au public. Il affiche une programmation de haut niveau, en présentant les œuvres d’artistes de notoriété nationale et internationale. Trois expositions en moyenne s'y déroulent chaque année.

 

Antoni Campañà - Icônes cachées, 29 juin-24 septembre 2023

Voir l'image en grand

Les images méconnues de la guerre d’Espagne (1936 – 1939)

Quel impact peuvent avoir des photographies que leur auteur a choisi de garder secrètes ?

Il y a quatre ans, dans une maison près de Barcelone qui allait être démolie, deux boîtes rouges ont été retrouvées contenant 5 000 photographies sur la guerre d’Espagne (1936-1939) prises par Antoni Campañà i Bandranas (Arbúcies,1906 - St. Cugat del Vallès, 1989), l’un des plus grands photographes catalans du 20e siècle.

Pour quelles raisons a-t-il choisi de cacher son regard sur la guerre ? Il était catholique et pourtant il photographia la révolution anarchiste qui embrasa les églises de la capitale catalane. Il était libéral et nationaliste catalan, et pourtant il photographia la montée du fascisme espagnol dans les rues de Barcelone. Antoni Campañà n’était pas un héros. Il n’a pas choisi la guerre, mais elle l’a rattrapé. Et il n’a pas fui, il a continué à photographier, cherchant inlassablement la beauté à travers son objectif, car depuis son adolescence c’était sa passion. Jusqu’au coup d’État fasciste de l’été 1936.

Son appareil photo est synonyme de complexité. Il n’a pas photographié une ville en guerre, il a photographié sa ville en guerre, comme un pays se photographiant lui-même.

Contrairement aux grands photographes étrangers qui ont débarqué dans une Espagne déchirée, Campañà connaissait intimement la réalité du terrain. A la différence d’autres grands photographes de son pays, il n’a pas mis son appareil photo au service d’une cause idéologique. Il s’en est servi uniquement pour exprimer sa propre douleur.

Il ne prenait pas des photos dans un but politique, mais toutes les parties en conflit ont tiré parti de son extraordinaire capacité d’évocation, plus qu’elles ne le firent avec d’autres photographes. En écrivant des légendes radicalement différentes, les républicains et les fascistes ont manipulé les mêmes photographies de Campañà à des fins propagandistes antagonistes, démontrant que celui qui écrit la légende s’approprie toujours l’image.

Après la fin de la guerre, en 1939, il conserva ses cinq mille photographies - presque toutes inédites - dans deux boîtes rouges qu’il refusa d’ouvrir et ce, même à la mort de Franco, quarante ans plus tard : il ne voulait pas que la dictature utilise ses photos pour identifier et punir les combattants républicains. Comme tant et tant d’Espagnols, il souhaitait avant tout oublier. Ainsi il a caché ses icônes de douleur dans les deux boîtes que nous ouvrons à présent.

Légende photo : Milicienne anarchiste de la colonne Aguiluchos de la FAI-CNT dans la caserne du Bruc, dite caserne Bakounine, en août 1936 ©Arxiu Campañà

Vernissage mercredi 28 juin 2023 à 18h30

 
 

Texte d’intention par les commissaires de l’exposition

Voir l'image en grandLe Pavillon Populaire de Montpellier présente la première grande exposition en France sur l’oeuvre du photographe catalan Antoni Campañà i Bandranas (Arbúcies, 1906 - Sant Cugat del Vallès, 1989) consacrée à la guerre d’Espagne.

Caché et inédit pendant quatre-vingts ans – jusqu’à la découverte, il y a cinq ans, de sa fameuse « boîte rouge », contenant cinq mille photographies prises durant les trois années de la guerre civile espagnole –, son travail déroule la complexité du conflit et des tensions croisées qui éclateront à l’été 1936 et finiront par entraîner l’Europe dans la seconde guerre mondiale.

Partant du principe que la guerre est l’expérience la plus absolue, à travers des milliers d’images, Campañà en relève les contradictions, sans concession à la propagande d’aucune partie, avec la recherche de la beauté totale comme prémisse. Là où il y a destruction, il cherche la vie ; là où il y a l’euphorie des uns il nous montre la terreur des autres ; parmi les ruines de Barcelone bombardée, se dessine le portrait de l’âme humaine.

Lui qui n’est ni un opérateur politiquement engagé ni un photographe de guerre, décide de ne pas détourner son regard du conflit total qui se présente à lui. Utilisant l’appareil photo comme thérapie personnelle, ce catholique et photographe artistique enregistre les églises détruites par l’euphorie iconoclaste des miliciens anarchistes qu’il dépeint avec empathie, créant de magnifiques icônes révolutionnaires d’impact mondial. Lui, qui n’est pas franquiste, présente les troupes fascistes italiennes, maures et nazies allemandes victorieuses défilant à Barcelone en 1939 en usant d’une approche esthétique comparable.

Voir l'image en grandCampañà photographie le début et la fin du conflit dans sa ville avec le même malaise. Au fil des images – staliniens catalans, réfugiés, barcelonais tentant de poursuivre leur vie quotidienne – c’est une immense tapisserie des multiples facettes d’un conflit total qui se déroule, laquelle impactera l’opinion publique française et occidentale et d’où, finalement, naîtra la photographie de guerre moderne.

Campañà connaissant les décors et personnes qu’il met en scène, son regard manifeste une complexité qui nous oblige à réfléchir et nous positionner à travers une oeuvre beaucoup plus nuancée que celle d’autres grands noms de la photographie, présents dans les mêmes rues et fronts de bataille. Utilisés par toutes les parties en guerre, manipulés et décontextualisés, les instantanés de Campañà offrent un point de vue jusqu’ici inexploré sur cette période encore à découvrir.

Sous le commissariat d’Arnau Gonzàlez i Vilalta, professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Université autonome de Barcelone, de Plàcid Garcia- Planas Marcet, journaliste et correspondant de guerre à La Vanguardia, et Toni Monné Campañà, petit-fils du photographe et représentant du Fonds Campañà,l’exposition du Pavillon Populaire explore un ensemble de près de deux-cents images, dont beaucoup d’inédites, accompagnées d’un matériau historique (documents iconographiques, objets) venant constituer un contexte explicatif nécessaire à la compréhension globale de cette période dramatique de l’histoire de l’Espagne et de l’ensemble de l’Europe.

Légendes photos :

Véhicule abandonné dans un ravin à Portbou après la “retirada” des républicains (mars 1939) ©Arxiu Campañà
Le dessinateur Francesc Nel·lo, avec la faucille et le marteau sur le dos, peignant de la propagande antifasciste sur les trains de la gare de Sant Andreu durant l'été 1936 ©Arxiu Campañà

 
 

Présentation du Pavillon Populaire

Vue d'expositionVoir l'image en grand Vue d'exposition © NFLe Pavillon Populaire est un équipement municipal d'expositions photographiques de la Ville de Montpellier, ouvert gratuitement au public. Il affiche une programmation de haut niveau en exposant des artistes de renom tels que Brassaï, Bernard Plossu, Patrick Tosani ou encore Tuggener.

Sous la direction artistique de Gilles Mora, avec pour principe l’invitation de commissaires et d’artistes nationaux et internationaux autour de thématiques établies, Montpellier se positionne ainsi parmi les tous premiers lieux d’exposition photographique contemporaine, en proposant des expositions entièrement créées pour le Pavillon Populaire. Ces rencontres sont pour la plupart des premières nationales voire internationales.

Depuis, avec trois expositions par an, le Pavillon Populaire a réussi à fidéliser un public nombreux, créant une forte attente.

Coordonnées

Esplanade Charles de Gaulle — 34000 Montpellier
T +33 (0)4 67 66 13 46

Horaires d'ouverture

Du mardi au dimanche (sauf 25 décembre, 1er janvier et 1er mai) :

  • Hiver : 10h - 13h et de 14h - 18h
  • Eté : 11h - 13h et de 14h - 19h

Visites hebdomadaires

  • Visite « Grand Angle » (une visite pour les adultes. Durée : 1h15 environ) :

Le mardi et le vendredi à 16h
Le samedi et le dimanche à 11h et 16h

  • Visite « Macro » (une visite pour les enfants de 3 à 6 ans et de 7 à 11 ans conçue pour eux et leur famille. Durée : 45mn environ).

Visite famille pour les enfants de 3 ans à 6 ans le mercredi et le dimanche à 11h
Visite famille pour les enfants de 7 ans à 11 ans le mercredi et le dimanche à 16h

  • Visites de groupes (tout public y compris public empêché) sur réservation uniquement : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Entrée libre et gratuite pour tous les publics
Accessible aux personnes en situation de handicap

La galerie de la Perle Noire en ligne

En plus de la page Facebook « Métiers d’art » https://www.facebook.com/agglohmmetiersdart

vous pouvez dorénavant voir l'actualité également de la galerie la Perle Noire sur la page de la « Galerie la Perle Noire » https://www.facebook.com/Galerie-la-Perle-Noire-103551441571657/
A voir, à liker, à partager !

Vous y trouverez toute leur actualité, les expositions, les événements et de nombreuses idées de cadeaux en cette période de fin d’année.

Claire Sukenikova expose ces 15 et 16 août à la Maison des gens de l'étang

Vernissage de l'exposition le 15 août à 11h30 à la Maison des Gens de l'Etang de Bouzigues !Peut être une image de texte qui dit ’CLAIRE SUKENIKOVÁ Présente «SECRETS DE GÉOMÉTRIE» EXPOSITION ON-VENTE -VENTE Les 15 et 16 août 2023 Maison des Gens de l'Étang Quai du Port de Pêche Bouzigues Vernissage le 15 août à 11h30 Brocante de Bouzigues le 15 le long de l'étang’

 

 

INSTANT CULTURE : Découvrez ou redécouvrez les œuvres de la collection privée de la Mairie de Poussan.

INSTANT CULTURE :  Découvrez ou redécouvrez les œuvres de la collection privée de la Mairie de Poussan.
Œuvre  46 « face lunaire », une huile sur toile réalisée par Aurélie Sarrazin (exposée en 2014).
 
En savoir plus sur Aurélie Sarrazin : http://blog.ville-poussan.fr/?p=53208Peut être de l’art

Profitez d'une exposition de peinture dédiée à "L'île singulière"

Lors de cette Saint-Louis, vous pourrez aussi faire une pause au milieu d'un des nombreux tournois de joutes et profiter d'une exposition de peinture dédiée à "L'île singulière" ! Du 18 au 21 août, la Chapelle des Pénitents accueille les artistes du Cercle des Artistes Plasticiens du Pays Sétois. Entrée libre.Peut être une image de affiche, magazine et texte qui dit ’Saint-Louis 2023 NSM CAPPS 1 Plasticiens Pays Sétois SAUVETEURS Exposition de peinture Organisée par le Cercle des Artistes Plasticiens du Pays Sétois "Île singulière" du 18 au 20 août le 21 août de 9h30 à 22h de 9h30 à 12h àla la Chapelle des Pénitents pendant unetomboaes organ bénéfice desauvS v ville sete’