Photographie

3 séries emblématiques du photographe Raymond Depardon en donation au musée Fabre

Michaël DELAFOSSE et Michel Hilaire, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du musée Fabre, ont reçu Raymond Depardon et son épouse Claudine Nougaret mardi 30 janvier 2024 pour la signature officielle de la donation de "Rural", "Son œil dans ma main" et "Communes" au musée Fabre, 3 séries emblématiques de l'œuvre du photographe à la renommée internationale, créateur de l’agence Gamma et membre de Magnum.

Cette donation de près de 200 tirages de Raymond Depardon bénéficiera d’un accrochage en 2025/2026 au sein des collections patrimoniales.

 

"Je suis très fier et profondément touché par ce geste. La donation faite ici est un acte de sincérité, comme souvent les artistes peuvent en témoigner " a déclaré Michaël DELAFOSSE qui a souhaité en retour offrir une "carte blanche" à Raymond Depardon dès la réouverture du Pavillon Populaire après sa rénovation en 2025.

Raymond Depardon, photographe majeur de renommée internationale, créateur de l’agence Gamma et membre de Magnum photos et Claudine Nougaret, son épouse, productrice de cinéma et native de Montpellier, n’ont cessé de photographier et filmer le monde comme il va, aussi bien dans ses mutations économiques que politiques, à hauteur d’homme : ils ont ainsi produit une œuvre d’une qualité profondément humaine et universelle.

Ensemble, ils souhaitent aujourd‘hui faire don de Rural, Son œil dans ma main et Communes, 3 ensembles photographiques emblématiques de cette œuvre, afin d’en faire bénéficier le plus large public et de témoigner leur attachement à Montpellier et au musée Fabre.

Cette donation inaugure l’entrée de la photographie dans les collections du musée Fabre, élargissant la modernité de ces dernières à un médium qui accompagne la révolution industrielle, et questionne la représentation par les techniques traditionnelles. Désormais, alors que l’art continue à évoluer avec les techniques les plus contemporaines, il est crucial pour un musée des beaux-arts tel que le musée Fabre d’intégrer des techniques d’ores et déjà historiques qui font partie finalement d’une évolution logique.

Raymond Depardon une vie derrière l’objectif

Tour à tour reporter de guerre, photographe, documentariste, Raymond Depardon, né à Villefranche-sur-Saône en 1942, a pris la route dès l’âge de 16 ans pour observer le monde à travers l’objectif de son appareil photo ou de sa caméra.

Après avoir quitté la ferme familiale pour « monter à la capitale » et vivre sa passion pour la photographie, il n’a jamais renoncé à ses racines paysannes qu’il a retrouvées et saisies aussi bien dans le monde entier qu’en France et sur ses terres natales.

Aujourd’hui, on ne compte plus les expositions de l’œuvre photographique de Raymond Depardon, associée à celle plus documentaire, de par le monde entier. Parmi les expositions les plus récentes, ont été distinguées celle donnée à l’Institut du monde arabe, « Son œil dans ma main », en collaboration avec l’écrivain journaliste Kamel Daoud, à l’occasion de la célébration des soixante ans de l’indépendance de l’Algérie, ainsi que, sur le plan local, en 2022, l’exposition « Communes » au Pavillon Populaire de Montpellier.

Les 40 finalistes Estée Lauder Companies Pink Ribbon Photo Award 2023, dont Solange Haccart, de Sète.

Retrouvez les 40 photographies finalistes et leurs histoires, sélectionnées par le Jury pour la douzième édition du Estée Lauder Companies Pink Ribbon Photo Award. (2023)

La Photographie, Prendre Des Photos

Aller surhttps://pinkribbonaward.fr/fr/le-concours/les-finalistes-2023

Gilles Favier, "Le Monde en face", jusqu'au 23 décembre

15 SEPTEMBRE - 23 DÉCEMBRE 2023

GILLES FAVIER

LE MONDE EN FACE


© GILLES FAVIER

Si nous connaissons Gilles Favier comme le directeur artistique d’ImageSingulières, nous connaissons moins son travail personnel. Gilles Favier est avant tout un photographe, humaniste et politique au sens large du terme.

ImageSingulières prenant de nouvelles directions, j’ai souhaité dédier la dernière exposition de l’année à mieux faire connaître son travail photographique.

Membre de l’Agence VU’ pendant 30 ans, fidèle du journal Libération, il accomplit un travail de documentariste qui nous amène à porter sur la société un regard différent, à nous réinterroger.  Ses photographies saisissent avec empathie des tranches de vie qui ne nous sont pas si étrangères, parfois même familières.

Nourrit aux images de Diane Arbus, Gilles Favier photographie celles et ceux qui ont, en partie, construit la France d’aujourd’hui. Des Français qui malgré la crise restent fiers de leurs valeurs républicaines et prêts à les défendre. Mais pas seulement. Il s’intéresse plus largement à ces hommes et ces femmes qui appartiennent à la classe populaire, et bien au-delà de l’hexagone.

Pour cette rétrospective, nous montrerons notamment ses travaux sur le conflit nord-irlandais à Belfast, les à-côtés du tournage de La Haine, sa vision intime de Valparaiso, les quartiers nord de Marseille, les traces du monde ouvrier à Saint-Etienne, la route des esclaves, sur les traces de Pierre Verger entre le Bénin et Bahia, et sa série One Star Hôtel.

Gilles Favier revendique sa fonction de photographe documentaire, de témoin, analyste et complice, et affirme la nécessité d’une forme photographique, non spectaculaire, pour rendre compte.


Valérie Laquittant, directrice d’ImageSingulières

LE PHOTOGRAPHE > GILLES FAVIER

Gilles Favier est un photographe français né en 1955 à Roanne.
En 1981, il rencontre Christian Caujolle qui vient de créer le service photo de Libération. Commence alors une collaboration qui ne s’est jamais interrompue avec le quotidien. Il a été membre de l’Agence VU’ de 1987 à 2016 et enseigne à l’ETPA Toulouse depuis 1990.

Son implication dans l’information et ses relations avec la presse quotidienne ne l’ont jamais empêché de développer des projets personnels qui sont tous liés à son engagement, à sa volonté d’analyser, de questionner, de mettre en doute le monde contemporain. Ce qu’il aime dans l’art de la photographie, c’est de ne pas être toujours sous contrôle et de laisser la part au hasard.

Il a quitté Paris et vit désormais dans le sud de la France. Gilles Favier est fondateur et directeur artistique d’ImageSingulières à Sète depuis 2009.

Exposition : Centre photographique documentaire de Sète

Gratuit / Tout public

Du mercredi au dimanche de 14h à 18h

C'est la dernière ligne droite pour choisir vos prix coup de cœur parmi les œuvres finalistes du concours organisé par la SATHOAN, le "poisson voyageur"

C'est la dernière ligne droite pour choisir vos prix coup de cœur parmi les œuvres finalistes du concours organisé par la SATHOAN, le "poisson voyageur", actuellement visible au Musée de la Mer.
Pour voter pour votre photo ou dessin préféré, il suffit de vous rendre sur le site poissonvoyageur.fr avant le 15 décembre.
Découvrez le témoignage vidéo de Guy Savoy, célèbre chef gastronomique et grand parrain du concours.

Le vernissage de l’exposition ‘Le Poisson Voyageur’

Le concours photo et dessin « Le Poisson Voyageur » s’est déroulé du 1er avril au 15 octobre 2023. Organisé par la SATHOAN sous le parrainage de Guy Savoy et avec le soutien de nombreux partenaires, il était ouvert à tous les artistes passionnés et visait à célébrer la pêche artisanale de Méditerranée ainsi que la beauté et la diversité de la vie marine.

Au total, plus de 500 photos et dessins ont été envoyés dans les 5 thèmes proposés, soit plus de 400 candidats.

Photographe, Caméra, Lentille

Au total, plus de 500 photos et dessins ont été envoyés dans les 5 thèmes proposés, soit plus de 400 candidats.

 

Les 30 œuvres finalistes sélectionnées parmi les photos et dessins sont exposées jusqu’au 13 décembre au musée de la Mer à Sète.

 

Au Musée de la Mer- 1 rue Jean Vilar - Sète

EXPOSITION : DE L'ÉTANG AU JARDIN

16 Rue du Jardin des fleurs
34200Affiche De l'étang au jardin v1.jpg
SETE
Avec son appareil photo et les outils numériques, Philippe Ormières revisite la réalité, sans jamais la trahir, en lui apportant des touches personnelles d'humour et de poésie. Venez découvrir ses créations graphiques et laissez votre imagination flotter entre terre et mer, sous-bois et vagues, ocres des sous-bois et bleu de la mer...
Une immersion colorée et joyeuse dans un univers de réalisme et de magie !
Décodanse - 16 rue du jardin des fleurs 34200 Sète. - Les 2 et 3 décembre 2023 de 15 h à 19 h ou sur RDV à 06 23 11 49 98 

Du samedi 02 au dimanche 03 décembre 2023

de 15:00 à 19:00

GRANDE VENTE DE PHOTOS

Du samedi 18 au dimanche 19 novembre 2023

de 10:00 à 18:00

Centre photographique documentaire - ImageSingulières
04 67 18 27 54
IS23_2286©MaximeDuhamel.jpg
Lieu
The Rio
7 quai Léopold Suquet
34200
SETE
L’association CéTàVOIR cesse ses activités sur le territoire de Sète et son agglomération à la fin de l’année 2023 pour se relocaliser sur un autre territoire. (cf. communiqué de presse)
Cette décision fait notamment suite à une situation financière difficile.

Afin de combler le déficit, de clôturer les activités de la meilleure manière qu’il soit, d’organiser le déménagement et d’amorcer de nouveaux projets, l’Association CéTàVOIR propose une grande vente de soutien les 18 et 19 novembre prochains, organisée à The Rio.

N’étant plus en mesure de stocker les expositions qui ont été produites et souhaitant éviter de détruire des photographies, nous avons fait appel au soutien des photographes invité.e.s en résidence depuis 2008 pour proposer des tarifs très accessibles.

Attachée à ses valeurs, l’association reversera un pourcentage des ventes aux photographes sous forme de droits d’auteur.

Photographes dont les oeuvres seront en vente : Juliana Beasley, Juan-Manuel Castro-Prieto, Richard Dumas, Gabrielle Duplantier, Cédric Gerbehaye, Stéphane Lavoué, Bertrand Meunier, Anders Petersen, Clémentine Schneidermann et Vanessa Winship.

Sète : grande vente de photographies à The Rio les 18 et 19 novembre

Photographies, Lentilles

L’association CéTàVOIR, organisatrice du festival ImageSingulières  cesse ses activités sur le territoire de Sète et son agglomération à la fin de l’année 2023 pour se relocaliser sur un autre territoire, dans les Cévennes probablement. Cette décision fait notamment suite à une situation financière difficile. Afin de combler son déficit, de clôturer les activités de la meilleure manière qu’il soit, d’organiser le déménagement et d’amorcer de nouveaux projets, l’association propose une grande vente de soutien les 18 et 19 novembre prochains, organisée à The Rio à Sète.
N’étant plus en mesure de stocker les expositions qui ont été produites et souhaitant éviter de détruire des photographies, l’association a fait appel au soutien des photographes invités en résidence depuis 2008 afin de proposer des tarifs très accessibles. Un pourcentage des ventes sera bien évidemment reversé aux photographes.

Photographes dont les œuvres seront en vente

Juliana Beasley, Juan-Manuel Castro-Prieto, Richard Dumas, Gabrielle Duplantier, Cédric Gerbehaye, Stéphane Lavoué, Bertrand Meunier, Anders Petersen, Clémentine Schneidermann et Vanessa Winship.

 

The Rio, 7 Quai Léopold Suquet, à Sète

oncours photo : Découvrez les deux vainqueurs de l’Œil du climat 2023

Avec Météo FranceCaméra, Ouverture

Cet été, les photographes professionnels et amateurs de la France entière étaient appelés à participer à la troisième édition de L'Œil du climat, un concours photo proposé par GEO et Météo-France. Des centaines de participants ont envoyé leurs images illustrant les effets du changement climatique sur notre territoire.

Recul du trait de côte, feux de forêt, recul des glaciers, sécheresses, baisse de l’enneigement... Nous avons reçu des centaines de photos emblématiques de l'évolution du climat en France. 
Le jury, composé de climatologues de Météo-France et de membres de la rédaction de GEO, a sélectionné 10 photos parmi les plus représentatives de l’impact du réchauffement au plus près de chez nous. Parmi elles, deux lauréats ont été élus prix du Jury et prix du Public.

Découvrez ci-dessous les deux gagnants de notre concours sur les effets du changement climatique en France. 

Retrouvez ici l'ensemble de la sélection.
 

Le prix du Jury : " Comme un volcan " par Clément Viala 

« Cette photo a été réalisée le lendemain du départ de l'incendie au pied de la Dune du Pilat (le 13 juillet 2022). On y observe ce monstre grandissant et engloutissant la forêt à une vitesse folle. Ce panoramique réalisé au coucher du soleil offre des couleurs particulières qui ajoutent de la profondeur. »............

Aller plus loin : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/concours-photo-decouvrez-les-deux-vainqueurs-de-loeil-du-climat

Concours photo Météo France: découvrez les lauréats et votez pour le prix du public !

Lentille, Caméra, Photographe, PhotoPour la troisième édition, Météo-France et GEO ont organisé L’Oeil du climat, un grand concours photo sur le thème du changement climatique en France. Découvrez notre sélection des 10 photos finalistes illustrant les conséquences du changement climatique sur notre territoire, et votez, jusqu’au 18 octobre, pour votre photo préférée et élire le Prix du public.

https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/concours-photo-decouvrez-les-laureats-et-votez

Du 28 juin au 17 septembre, les photographes amateurs et professionnels étaient invités à envoyer leurs photos illustrant les conséquences du changement climatique en France. Recul du trait de côte, feux de forêt, recul des glaciers, sécheresses, crues et inondations... Nous avons reçu 240 photos emblématiques de l'évolution du climat en France. 

Le jury, composé de climatologue de Météo-France et de membres de la rédaction de GEO, a sélectionné 10 photos finalistes parmi les plus représentatives de l’impact du réchauffement sur notre territoire. 
Deux photos seront récompensées et publiées dans le magazine GEO du mois de décembre 2023. 
Le premier prix est attribué par le jury et un second prix est attribué par le public, invité à se prononcer sur les 10 photos finalistes jusqu’au 18 octobre. C’est donc à vous de jouer et d’élire la photo qui remportera le Grand prix du public. 
Les deux prix seront dévoilés le 19 octobre sur GEO.fr et meteofrance.com.

Découvrez la sélection finale et votez pour votre photo préférée

L’association CéTàVOIR fêtera ses 20 ans en novembre prochain.

Le conseil d’administration de CéTàVOIR communique :

 

"L’association CéTàVOIR fêtera ses 20 ans en novembre prochain. Vingt ans durant lesquels Valérie Laquittant, directrice, Gilles Favier, directeur artistique, les membres du conseil d’administration et l’équipe de CéTàVOIR se sont mis au service de la photographie documentaire. Vingt ans à porter de nombreux projets territoriaux, nationaux et même internationaux, dont les piliers sont la résidence de photographe créée en 2007, le festival ImageSingulières créé en 2009, et le centre photographique documentaire ImageSingulières, qui avait vu le jour sous le nom de Maison de l’image documentaire (MID) en 2011."

baaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaCapture d’écran 2023-09-23 163207

"En deux décennies, nous avons exposé près de 400 photographes, sans compter les milliers présentés en projections, de grands noms mais aussi des photographes émergents que nous avons contribué à faire connaître. Nous avons accueilli près de 720 000 visiteurs, sans compter les publics scolaires et ceux issus de la politique de la ville qui ont bénéficié d’actions de médiation et d’éducation à l’image. Nous avons accueilli en résidence 18 photographes et un collectif, avec Christian Caujolle, en indispensable maître d’œuvre, et coédité 18 livres photographiques qui constituent une collection de référence dans le champ de l’édition. Nous avons porté trois grandes commandes photographiques : La France vue d’ici (avec Mediapart) Jeune Génération (avec le ministère de la Culture), D’OC 6 regards sur l’Occitanie (avec l’ETPA). Enfin, grâce à une très large couverture presse et à la présence à Sète de nombreux médias nationaux, nous avons contribué activement à la notoriété de la ville et de la région Occitanie."

"Mais tout cela ne s’est pas fait sans difficulté, et aujourd’hui nous devons nous rendre à l’évidence : nous sommes malheureusement arrivés à un point de rupture qu’il convient d’expliquer ici avec précision et transparence. N’étant pas parvenus à obtenir des conventions pluriannuelles avec nos partenaires institutionnels et financiers, nous ne pouvons anticiper et sommes dans l’impossibilité de nous projeter à moyen terme. Ne disposant pas de suffisamment de lieux fixes dédiés à nos activités à l’année et au festival, nous sommes contraints à des changements réguliers d’espaces dans des conditions très précaires (nettoyage, mise en sécurité, travaux de rénovation et de maintenance importants…)."

"Cette incertitude récurrente nous met en difficulté pour concevoir bien en amont, comme il se doit, la programmation artistique et prévoir la scénographie des expositions. La mise en état des lieux pour accueillir œuvres et public dans de bonnes conditions de visite et de sécurité a par ailleurs très souvent reposé sur nos équipes (directeur artistique, salariés, bénévoles), assistées de quelques prestataires extérieurs rémunérés. Notre situation financière actuelle ne nous permet plus d’avoir recours à ces prestataires, pourtant indispensables. Les coûts humains et financiers ne sont plus tenables. Les équipes sont fatiguées et, sans aucune perspective d’évolution positive, se démotivent. Plusieurs salariés nous ont quittés pour de meilleures conditions de travail et de rémunération. Dans ce contexte fragilisé, il nous est difficile de stabiliser notre équipe dans la durée. Par ailleurs, il n’est plus envisageable aujourd’hui de reposer la réussite du projet sur l’investissement professionnel et personnel de l’équipe dirigeante, lasse de compenser les conséquences d’un budget insuffisant par le recours à ses moyens personnels (accueil de photographes à son domicile, matériel mis à disposition, tâches multiples exercées hors cadre de la fonction, volume très important d’heures supplémentaires non rémunérées…)."

 " Avant d’en arriver à ces constats, avant même la pandémie, nous avions réfléchi à recentrer nos actions, à réduire notre impact écologique, et avions mis en place des mesures pour améliorer les conditions de travail des équipes, les conditions d’accueil des auteurs et des publics. Nous avons tenté de réduire la part du festival pour privilégier le travail sur la durée et sur le fond avec le développement des activités du Centre photographique. Nous avons bénéficié pour cela de deux accompagnements (Dispositif local d’accompagnement – DLA) afin de consolider notre stratégie de développement, mais aussi pour tenter de trouver une solution à la volonté affichée de Gilles Favier, qui incarne ImageSingulières, d’arrêter la charge de la direction artistique."

"Les nombreuses tâches et missions incombant à sa fonction, associées à la nécessité d’une parfaite connaissance du secteur de la photographie et d’un riche réseau professionnel, mais aussi une rémunération notoirement insuffisante au regard du profil et des compétences nécessaires au poste et à la notoriété du festival, ne nous ont pas permis de trouver un candidat ou une candidate pour sa succession. Durant plus de quatre ans, nous avons présenté un projet de Centre photographique réhabilité et durable à nos partenaires, en premier lieu à la Ville de Sète. Mais celle- ci attendait de nous un événement avec une forte visibilité, alors que nous souhaitions privilégier une activité à l’année. Il était alors devenu impossible d’opérer un choix entre ces deux piliers du projet, le festival – vivement souhaité par les partenaires – et le Centre photographique. Malgré une gestion extrêmement rigoureuse, notre situation financière s’est encore dégradée au cours de l’exercice clos au 31/12/2022, avec un déficit de l’ordre de 40 000 € (qui fait suite à un déficit de 16 000 € en 2021). Nous avons notamment dû faire face à des augmentations significatives des coûts de production des expositions, à l’augmentation des frais de déplacement des photographes, à un ajustement des rémunérations sur les grilles de salaires de notre convention collective, et à la diminution ou à la stagnation des subventions publiques. Cette situation comptable nous inquiète vivement, nous interroge fortement quant à la continuité d’exploitation de notre association dans les conditions actuelles, et nous met désormais face à nos responsabilités."

"Gilles Favier et Valérie Laquittant nous ont fait part de leur désir de poursuivre certaines des missions de CéTàVOIR sur un nouveau territoire, où ils souhaitent s’installer afin d’y développer une réflexion basée sur une transition écologique de nos pratiques et sur le développement d’activités pérennes. Nous souhaitons accompagner cette relocalisation et nous inscrire dans les directives d’écoresponsabilité, portées notamment par le ministère de la Culture. Ces constats partagés collectivement permettront de faire évoluer notre projet pour le préserver, mais aussi pour le mettre en adéquation avec nos valeurs et les problématiques actuelles. Ainsi, les membres du conseil d’administration, en plein accord avec l’équipe dirigeante, ont pris la décision de cesser les activités actuelles de CéTàVOIR sur le territoire de Sète et son agglomération à la fin de l’année 2023, et de se relocaliser sur un nouveau territoire, toujours en région Occitanie, pour lancer de nouveaux projets dont la teneur vous sera communiquée au mois de septembre."

Exposition "le monde d'en face".

 
Si nous connaissons Gilles Favier comme le directeur artistique d’ImageSingulières, nous connaissons moins son travail personnel.
 
 
Gilles Favier est avant tout un photographe, humaniste et politique au sens large du terme. ImageSingulières prenant de nouvelles directions, le photographe propose la dernière exposition de l’année, visant à mieux faire connaître son travail photographique.
 
Peut être une image en noir et blanc de parachute, drapeau, La Sagrada Familia et texte
 
Du 15 septembre au 23 décembre, au Centre photographique ImageSingulières, 17 rue Lacan.

LANCEMENT DU PREMIER CONCOURS ARTISTIQUE "POISSON VOYAGEUR"

Poisson Voyageur | Concours Dessin & Photos du 1er avril au 15 octobreLa Coopérative des pêcheurs SATHOAN est fière d'annoncer le lancement du premier concours artistique "Poisson Voyageur", qui aura lieu du 1er avril au 15 octobre 2023. Ce concours est ouvert à tous les artistes passionnés de photos et de dessins, et vise à célébrer la pêche artisanale de Méditerranée ainsi que la beauté et la diversité de la vie marine.Le thème du concours "Poisson Voyageur" invite les participants à capturer la beauté, la magie et les merveilles de la vie marine et à exalter l’âme du métier de marin pêcheur. Les œuvres seront jugées sur la base de leur créativité, de leur originalité et de leur capacité à transmettre un message ou une histoire. Les finalistes seront sélectionnés par un jury composé de professionnels de l'art et du milieu maritime.

Les œuvres gagnantes seront exposées au Musée de la Mer de Sète du 15 novembre au 15 décembre 2023, offrant aux artistes l'opportunité de présenter leur travail à un large public et de se faire connaître dans le monde de l'art. Le thème du concours "Poisson Voyageur" invite les participants à capturer la beauté, la magie et les merveilles de la vie marine et à exalter l’âme du métier de marin pêcheur. Les œuvres seront jugées sur la base de leur créativité, de leur originalité et de leur capacité à transmettre un message ou une histoire.**

Les finalistes seront sélectionnés par un jury composé de professionnels de l'art et du milieu maritime. La Coopérative des pêcheurs SATHOAN est fière d'annoncer le lancement du premier concours artistique "Poisson Voyageur", qui aura lieu du 1er avril au 15 octobre 2023. Ce concours est ouvert à tous les artistes passionnés de photos et de dessins, et vise à célébrer la pêche artisanale de Méditerranée ainsi que la beauté et la diversité de la vie marine.

https://www.poissonvoyageur.fr/?fbclid=IwAR04wSBxSbuMTBwgfDXyMdMfR4vSZMI144Rv_8XOPdMC3EscDcUhBvnfmFw